Comment
ça
marche ?

Accueil
Recherche avancée

1. Comment effectuer une recherche ?

      1.1. Recherche avec la barre de recherche

            1.1.1. Votre requête est guidée par la suggestion des mots-clés déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion)

            1.1.2. Pour combiner des mots-clés dans une requête, plusieurs possibilités se présentent :

                    1) Opérateur ET : il doit être entré avec le symbole "&" :

                    2) Opérateur OU : il doit être entré avec le symbole "+" :

                    3) Opérateur SAUF : il doit être entré avec le symbole "-" :

      1.2. Recherche avec barre alphabétique

            1.2.1. Cliquez sur une lettre :

            1.2.2. Vous avez la possibilité de faire tourner la boule des mots-clés associés au terme choisi :

            1.2.3. Vous avez aussi la possibilité de cliquer sur un mot-clé :

            1.2.4. Une fois un mot cliqué, un widget apparaît indiquant le nombre de notices indexées par le mot-clé sélectionné :

            1.2.5. En cliquant sur le widget, vous faites apparaître la liste des références bibliographiques indexées par le mot-clé que vous avez sélectionné :

                      Vous avez la possibilité de faire défiler cette liste de références bibliographiques

            1.2.6. Après avoir cliqué sur un résultat de requête, la notice associée à la référence bibliographique sélectionnée s’affiche :

            1.2.7. Vous avez alors la possibilité de faire défiler la notice pour la consulter et lire son contenu

     

      1.3. Recherche simple

            1.3.1. Cliquez sur le bouton accueil :

            1.3.2. Vous avez la possibilité de choisir un critère parmi les critères suivants :

            1.3.3. Cliquez sur le bouton OK ou sur la touche ENTER de votre clavier pour lancer la recherche

            1.3.4. La liste des résultats s’affiche :

                     Vous avez la possibilité de faire défiler et de cliquer sur un résultat de requête

            1.3.5. Une fois que vous avez sélectionné un résultat, la notice associée à cette référence bibliographique s’affiche et vous pouvez la consulter :

            1.3.6. Pour afficher ou masquer le détail des métadonnées de la référence appuyer sur + ou sur – :

      1.4. Recherche avancée

            1.4.1. Entrez une requête dans le ou les champs souhaités

            1.4.2. Votre requête est guidée par la suggestion des termes déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion) :

            1.4.3. Pour sélectionner un item appuyez sur « + » ; pour retirer un item de la recherche appuyez sur « - »

            1.4.4. Pour combiner les termes, sélectionnez les opérateurs que vous souhaitez utiliser dans votre requête :

            1.4.5. Pour lancer votre recherche appuyez sur « Rechercher »

2. Signification des pictogrammes utilisés dans la base de données

      2.1. Un pictogramme par type de document

Monographie


Dictionnaire / Encyclopédie


Collectif


Article


Revue / Périodique


Thèse

3. Possibilités manipulatoires de la sphère

      3.1. Vous pouvez la faire tourner dans tous les sens

      3.2. Vous pouvez la zoomer et la dézoomer

      3.3. Vous pouvez cliquer sur les mots-clés qu'elle présente





Nuage de mots-clés associé à : Critique
    Logo SIPSPictogramme de Livres
    43
    NOTICES

    Liste des références bibliographiques indexées

    Monographie

    La Méthode expérimentale et la philosophie de la physique : Textes choisis et présentés par Robert Blanché

    Robert BLANCHÉ
    Éditeur : Armand Colin - 1969


    Monographie

    Pour une critique de l'épistémologie (Bachelard, Canguilhem, Foucault)

    Dominique LECOURT
    Éditeur : François Maspero - 1972


    Monographie

    Adieu la raison

    Paul FEYERABEND
    Éditeur : Seuil - 1989


    Monographie

    La Vitesse de l’ombre. Aux limites de la science

    Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
    Éditeur : Seuil - 2006


    Monographie

    Bergson ou Les deux sens de la vie : étude inédite

    Frédéric WORMS
    Éditeur : Presses Universitaires de France - 2004


    Monographie

    Post-scriptum à La Logique de la découverte scientifique : I. Le Réalisme et la science

    Karl Raimund POPPER
    Sous la direction de William Warren BARTLEY
    Éditeur : Hermann - 1990


    Monographie

    Le Calcul et la raison : essais sur la formalisation du discours savant

    Jean-Claude GARDIN
    Éditeur : Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) - 1991


    Monographie

    Prodiges et vertiges de l'analogie. De l'abus des belles lettres dans la pensée : À propos de l'affaire Sokal et de ses suites

    Jacques BOUVERESSE
    Éditeur : Raisons d'agir Éditions - 1999


    Collectif

    Valeur des sciences

    Sous la direction de Gérard CHAZAL
    Éditeur : Éditions Universitaires de Dijon - 2008


    Article

    Gödel et les mathématiques selon Wittgenstein

    Juliet FLOYD

    Sous la direction de Michel BITBOL
    Dans Wittgenstein et les mathématiques - 2004


    Article

    À quoi sert la casuistique

    Albert R. JONSEN

    Sous la direction de Jean-Claude PASSERON, Jacques REVEL
    Dans Penser par cas - 2005


    Article

    Greco on Scepticism – A Critical Discussion

    Duncan PRITCHARD, Cornelis VAN PUTTEN

    Sous la direction de Hans ROTT
    Dans Erkenntnis - 2005


    Article

    Externalism, the environment, and thought-tokens

    Amir HOROWITZ

    Sous la direction de Hans ROTT
    Dans Erkenntnis - 2005


    Article

    Louise M. Antony and Norbert Hornstein (eds.), Chomsky and his Critics.

    John COLLINS

    Sous la direction de Hans ROTT
    Dans Erkenntnis - 2004


    Article

    La causalité selon E. Meyerson

    Jean PIAGET

    Sous la direction de Jean PIAGET, Mario Augusto BUNGE
    Dans Les Théories de la causalité - 1971


    Article

    Éloge de la politique (Essai)

    Charles KLEIBER

    Sous la direction de Éric BRIAN
    Dans Revue de Synthèse - 2005


    Article

    Autour de l’hypothèse de Poincaré

    Valentin POÉNARU

    Sous la direction de Jean-Jacques SZCZECINIARZ, Joseph KOUNEIHER, Dominique FLAMENT, Philippe NABONNAND
    Dans Géométrie au XXe siècle, 1930-2000. Histoire et horizons - 2005


    Article

    Critique du réductionnisme

    Dominique DUBARLE

    Sous la direction de Jean PIAGET
    Dans Logique et connaissance scientifique - 1967


    Article

    Halte aux espoirs, silence aux accusations

    Stefan AMSTERDAMSKI

    Sous la direction de Krzysztof POMIAN
    Dans La Querelle du déterminisme. Philosophie de la science d’aujourd’hui - 1990


    Article

    La naturalisation de l’intentionnalité : approche et critique de la théorie de Fred Dretske

    Marie-Claude LORNE

    Sous la direction de François ATHANÉ, Édouard MACHERY, Marc SILBERSTEIN
    Dans Matière première. Revue d’épistémologie et d’études matérialistes - 2006


    Article

    Épistémologie critique de la notion de gène

    Pierre-Emmanuel TENDÉRO

    Sous la direction de François ATHANÉ, Édouard MACHERY, Marc SILBERSTEIN
    Dans Matière première. Revue d’épistémologie et d’études matérialistes - 2006


    Article

    Espace(s) intuitif(s) et espace physique. Schlick et les néokantiens face au problème de l’Esthétique transcendantale

    Ronan DE CALAN

    Sous la direction de Jean-Jacques ROSAT, Jacques BOUVERESSE, Delphine CHAPUIS-SCHMITZ
    Dans L’Empirisme logique à la limite. Schlick, le langage et l’expérience - 2006


    Article

    Mach et Duhem : épistémologie et histoire des sciences

    Jan SEBESTIK

    Sous la direction de Gerhard HEINZMANN
    Dans Philosophia Scientiae. Travaux d’histoire et de philosophie des sciences - 1999


    Article

    Entre critique et métaphysique : la science chez Bergson et Brunschvicg

    Frédéric WORMS

    Sous la direction de Pierre WAGNER
    Dans Les Philosophes et la science - 2002


    Article

    Ernst Mach : l’épistémologie comme histoire naturelle de la science

    Guillaume GARRETA

    Sous la direction de Pierre WAGNER
    Dans Les Philosophes et la science - 2002


    Article

    De la logique de la science aux révolutions scientifiques

    Sandra LAUGIER

    Sous la direction de Pierre WAGNER
    Dans Les Philosophes et la science - 2002


    Article

    L’indéterminisme remet la science en question

    Tom SETTLE

    Sous la direction de Renée BOUVERESSE-QUILLIOT
    Dans Karl Popper et la science d’aujourd’hui - 1989


    Article

    À propos du livre de K. Popper : The Self and its Brain

    Michel MORANGE

    Sous la direction de Renée BOUVERESSE-QUILLIOT
    Dans Karl Popper et la science d’aujourd’hui - 1989


    Article

    Popper et la psychologie : les problèmes et la résolution des problèmes

    Arne Friemuth PETERSEN

    Sous la direction de Renée BOUVERESSE-QUILLIOT
    Dans Karl Popper et la science d’aujourd’hui - 1989


    Article

    Les fondements philosophiques d’une critique du marxisme

    Christian DELACAMPAGNE

    Sous la direction de Renée BOUVERESSE-QUILLIOT
    Dans Karl Popper et la science d’aujourd’hui - 1989


    Article

    Ravaisson et la philosophie de la médecine

    Annie BITBOL-HESPÉRIÈS

    Sous la direction de Michel BITBOL, Jean GAYON
    Dans L’Épistémologie française, 1830-1970 - 2006


    Article

    À propos des Étincelles de hasard vues par André Green

    Henri ATLAN

    Sous la direction de Paul BOURGINE, David CHAVALARIAS, Claude COHEN-BOULAKIA
    Dans Déterminismes et complexités : du physique à l’éthique. Autour d’Henri Atlan - 2008


    Article

    Un réexamen de “Two Evolutionary Theories” de Marjorie Grene

    Michael RUSE

    Sous la direction de Jean GAYON, Richard M. BURIAN
    Dans Conceptions de la science : hier, aujourd’hui, demain - 2007


    Article

    Les ordinateurs et l’intelligence

    Alan Mathison TURING

    Sous la direction de Alan Ross ANDERSON
    Dans Pensée et machine - 1983


    Article

    Le professeur Zipp et les robots

    John Jamieson Carswell SMART

    Sous la direction de Alan Ross ANDERSON
    Dans Pensée et machine - 1983


    Article

    Les sciences de la vie, alliées naturelles du naturalisme ? De la diversité des articulations possibles entre biologie et sciences sociales

    Dominique GUILLO

    Sous la direction de Michel de FORNEL, Cyril LEMIEUX
    Dans Naturalisme versus constructivisme - 2008


    Article

    La vulgarisation des sciences, espace de critique du scientisme

    Daniel RAICHVARG

    Sous la direction de Gérard CHAZAL
    Dans Valeur des sciences - 2008


    Article

    La critique poppérienne d’Angèle Kremer-Marietti

    Jean-Aimé SAFOU

    Sous la direction de Abdelkader BACHTA
    Dans Épistémologie et philosophie des sciences - 2010


    Monographie

    Husserl et Galilée. Sur la crise des sciences européennes

    François de GANDT
    Éditeur : Vrin - 2004


    Monographie

    The Metaphysical foundations of modern physical science. A historical and critical essay

    Edwin Arthur BURTT
    Éditeur : Routledge and Kegan Paul - 1925


    Monographie

    La Tyrannie de la science

    Paul FEYERABEND
    Sous la direction de Eric OBERHEIM
    Éditeur : Seuil - 2014


    Monographie

    Matérialisme dialectique et logique

    Pierre RAYMOND
    Éditeur : François Maspero - 1977


    Article

    On Analogy and its Philosophical Importance

    Harald HØFFDING

    Dans - 1905


    MONOGRAPHIE

    La Méthode expérimentale et la philosophie de la physique

    Textes choisis et présentés par Robert Blanché

    • Pages : 384
    • Collection : Collection U2
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 26-09-2015

    Résumé :

    Français

    «La promotion de la physique au rang de science, au sens où nous entendons aujourd’hui ce mot, est liée à une transformation profonde dans la manière de regarder et d’interroger la nature». Mais la nouveauté de la méthode expérimentale ne consiste pas à s’en remettre simplement à l’expérience sensible. Cette nouvelle méthode se caractérise par trois traits spécifiques, dont l’union intime fera l’originalité de la méthode expérimentale en physique : – l’usage du raisonnement hypothético-déductif, – le traitement mathématique de l’expérience, – l’appel à l’expérimentation. – Le Livre premier («L’instauration de la méthode expérimentale») présente trois chapitres : – Chap. 1, L’annonce de la nouvelle méthode : Bacon (1. «Contre les anticipations hâtives»; 2. «Contre l’induction par simple énumération»; 3. «L’expérience cruciale»). Chap 2, La science nouvelle contre l’ancienne («Kepler et l’ellipticité des orbites planétaires»; «Galilée et la chute des graves»; «Pascal et les expériences du vide»). Chap. 3, Le courant cartésien («Descartes : de la déduction catégorique à la déduction hypothétique», 1. Le recours à l’expérience, 2. La présentation hypothético-déductive, 3. La triple justification des principes; «Malebranche : corriger la théorie par l’expérience»; «Chr. Huygens : le raisonnement hypothético-déductif et la recherche des causes». – Livre II («Le siècle de Newton») : Chap. 1, La science de Newton (1. «Le problème de la philosophie naturelle»; 2. «L’espace, le temps et le mouvement absolus»; 3. «La méthode newtonienne»; 4. «Sur les hypothèses et la recherche des causes»). Chap. 2, Défenseurs et opposants («Un disciple : Roger Cotes»; «Un opposant au nom de la raison : Leibniz»; «Une conception phénoméniste de la physique : Berkeley»; «Un effort de jugement impartial : Fontenelle»). Chap. 3, Le règne de la mécanique («D’Alembert : physique expérimentale et mécanique rationnelle»; «Laplace : le déterminisme universel»). – Livre III («L’esprit de rigueur et l’esprit d’aventure dans la science classique») : Chap. 1, La prudence positiviste : Auguste Comte (1. «L’esprit positif»; 2. «L’usage des hypothèses»; 3. «Contre la chimère de l’unification»); Chap. 2, Le culte de l’hypothèse («Fresnel et l’hypothèse ondulatoire»; «Whewell et sa philosophie de la découverte»); Chap. 3, Le mécanisme et l’énergétique («Le point de vue du mécanisme : Helmholtz»; «L’énergétique selon Rankine»; «La physique phénoméniste : Mach»; Chap. 4, Le sens de la théorie physique («Repli sur les théories abstraites : Henri Poincaré, Pierre Duhem»; «Défense des théories explicatives : Émile Meyerson, Max Planck». – Livre IV («La critique du dogmatisme scientifique») : Chap. 1, L’assouplissement de la mécanique («Hertz : la relativité des principes»; «Mach : pour une mécanique strictement expérimentale»); Chap. 2, La critique des sciences en France («Le nominalisme d’Ed. Le Roy»; «L’élément conventionnel dans la science selon H. Poincaré»; «La critique de l’expérience cruciale par P. Duhem»). – Livre V («Les révolutions scientifiques du XXe siècle») : Chap. 1, La révolution relativiste («Einstein : la théorie et l’expérience»; «Bridgman et l’opérationisme»; «Reichenbach et la dissolution de la synthèse a priori»); Chap. 2, La révolution quantique («Bohr et la complémentarité des concepts»; «Schrödinger : de l’ancien atomisme aux discontinuités quantiques»; «L. de Broglie : l’indéterminisme quantique et sa mise en question»; «Heisenberg : défense de l’interprétation probabiliste»). – Livre VI («Réflexion sur le fondement du raisonnement expérimental») : Chap. 1, Le problème de Hume et la réponse de Kant («Hume : doutes sur le fondement du raisonnement expérimental»; «Kant : l’entendement législateur et les principes synthétiques a priori»); Chap. 2, Le probabilisme de Cournot; Chap. 3, Théories contemporaines sur la probabilité des inductions («Reichenbach : le pari inductif»; «R. von Mises : la probabilité comme limite de la fréquence»; «Carnap : les deux concepts de probabilité et le problème de la logique inductive»). – Conclusion : Les conditions de l’esprit scientifique selon G. Bachelard («La levée des obstacles épistémologiques»; «Le dialogue de la raison et de l’expérience»). M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Pour une critique de l'épistémologie (Bachelard, Canguilhem, Foucault)

    • Pages : 134
    • Collection : Théorie
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 28-09-2015

    Résumé :

    Français

    Les quatre textes qui composent cet ouvrage doivent être envisagés dans le contexte d’une histoire, «suspendue à une rencontre – celle du marxisme et de l’épistémologie – qui peut apparaître elle-même comme le fruit d’un double “accident” historique». Le premier accident tient à l’histoire propre de l’épistémologie en France, où s’est constituée une «tradition» originale illustrée par les noms que l’on retrouve ici : Gaston Bachelard, Georges Canguilhem, Michel Foucault. Or, il serait inexact de parler, à propos de ces auteurs, d’une «école» épistémologique, tant leurs œuvres sont dissemblables quant à leurs objets, leurs visées, leurs échos respectifs. Ce qui autorise cependant à parler à leur sujet d’une «tradition épistémologique» est, selon Dominique Lecourt, l’existence d’un trait commun qui tient à leur position commune en philosophie : leur «non-positivisme» radical et délibéré. Pour ce qui est du second accident, il tient, lui, à l’histoire du marxisme en France. En effet, la suite des travaux d’Althusser fait reparaître un personnage resté jusque là absent de la scène théorique : la politique. Définissant la philosophie comme «intervention politique auprès des sciences», Althusser indique deux tâches nouvelles, impensables dans l’ancien édifice du matérialisme dialectique, – celle d’élaborer une théorie non philosophique de la philosophie, – celle d’élaborer une théorie matérialiste de l’histoire des sciences, dans l’espace où doivent être construits leurs concepts spécifiques, celui du matérialisme historique lui-même. – 1. «De Bachelard au matérialisme historique», paru dans L’Arc, n° 42; cet article reprend la substance et rectifie certains points de L’Épistémologie historique de Gaston Bachelard (Paris : J. Vrin, 1969, «Bibliothèque d'histoire de la philosophie», 112 p.); – 2. «Épistémologie et poétique (Étude sur la réduction des métaphores chez G. Bachelard)», ce texte reproduit, légèrement remanié, un exposé fait au séminaire de Jacques Derrida en 1970; – 3. «L’histoire épistémologique de Georges Canguilhem», décembre 1970; – 4. «Sur l’archéologie et le savoir (à propos de Michel Foucault)», texte repris, légèrement remanié, d’un article paru dans La Pensée, n° 152. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Adieu la raison

    • Année : 1989
    • Éditeur : Seuil
    • Pages : 379
    • Collection : Science ouverte
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Traduction de l’anglais
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-02-010918-2
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 13-10-2015

    Résumé :

    Français

    Les 12 essais réunis dans ce volume traitent de la diversité et du changement culturels. L’objectif est la défense de valeurs humaines essentielles : la multiplicité de la pensée, la pluralité des visions du monde, la diversité des modes de vie, menacées par une uniformisation planétaire largement fondée sur la domination de la technoscience. Sans pour autant mettre en cause la validité des résultats de la science contemporaine, l’auteur questionne l’universalité de la connaissance scientifique, la pertinence de ses applications et la portée de ses implications. – 1. Notes sur le relativisme; – 2. La Raison, Xénophane et les dieux homériques; – 3. La connaissance et le rôle des théories; – 4. Créativité; – 5. Le progrès en philosophie, dans les sciences et dans les arts; – 6. La banalisation du savoir : notes sur les voyages philosophiques de Popper; – 7. La théorie de la recherche de Mach et son rapport à Einstein; – 8. Quelques observations sur la théorie des mathématiques et du continuum d’Aristote; – 9. Galilée et la tyrannie de la vérité (Annexe); – 10. L’incommensurabilité selon Putnam; – 11. Le pluralisme culturel ou le meilleur (et le plus monotone) des mondes ?; – 12. Adieu la Raison. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    La Vitesse de l’ombre. Aux limites de la science

    • Année : 2006
    • Éditeur : Seuil
    • Pages : 266
    • Collection : Science ouverte
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-02-088166-7
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 13-10-2015

    Résumé :

    Français

    Recueil de textes (révisés et souvent augmentés) parus dans diverses revues, des ouvrages collectifs ou des actes de colloques. – Ces essais esquissent une «critique de science». Non pas une critique de la science où elle serait d’emblée mise en accusation, mais plutôt un question- nement sur ses tenants et aboutissants, qui aide à en comprendre, sans les séparer, les contenus, la nature et les enjeux. La question vers laquelle convergent les textes de ce livre concernera donc surtout la crise du projet des Lumières et «la sombre perspective d’une technoscience qui ne délivrerait plus que d’obscures clartés». Mieux comprendre l’activité scientifique, c’est d’abord en explorer les limites : quelles sont les lignes de démarcation entre science et idéologie, entre connaissance et croyance, entre raison et mythe, entre progrès et régression ? – «Les Lumières et les ombres de la science. Entre obscurantisme et aveuglement», Le Bottin des Lumières, Nancy, 2005; – «À toutes vitesses. Des vitesses de la lumière à celles de l’ombre», Le Nouvel Observateur, n° HS «Génération vitesse», mars-avril 2001, p. 86-87, et Ciel & Espace, n° 430, mars 2006, p. 53-54; – «Les x couleurs de l’arc-en-ciel ou Le mystère de l’indigo», Cahiers Art-Sciences, n° 4, 1997, p. 13-27; – «La nature prise à la lettre suivi de Lois de la nature», Alliage, n° 37-38, hiver 1998-printemps 1999, p. 71-82; – «La science de l’Enfer et l’envers de la science. De Galilée au prix IgNobel», Colloque «La science et ses représentations», Bruxelles, mai 2003; – «La légende dorée de la physique moderne. Un folklore révélateur», Colloque «Science, Imaginaire, Éthique», Univ. du Québec à Montréal, nov. 2003; – «Rhapsodie einsteinienne. Deux ou trois choses que je sais d’Albert», Inédit, excepté quelques sections parues comme chroniques dans La Recherche, 2005; – «La méprise et le mépris. Impostures intellectuelles ou inculture scientifique ?», Alliage, n° 35-36, 1998, p. 27-42; – «Des limites de la physique. L’univers du savoir est-il encore en expansion ?», Le Monde, 15 août 2000; – «Le partage de l’ignorance. Production et transmission de la connaissance», Quaderni, n° 46, 2001-2002, p. 95-103, et contribution inédite aux Premières Journées Hubert Curien, Nancy, nov. 2005; – «De la connaissance comme une. Prendre la science dans le bon sens ?», Sciences et Avenir, HS n° 132, «Le bon sens et la science», oct.-nov. 2002, p. 58-63; – «La science est-elle universelle ? Une diversité sans relativité», Alliage, n° 55-56, 2005, p. 104-114; – «La nouvelle Méduse ou La science en son miroir», TLE, n° 15, 1997, p. 7-22; – «Les Muses de la science. Un oracle utopique», La Revue du Musée national des techniques, n° 32, 2001. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Bergson ou Les deux sens de la vie : étude inédite

    • Pages : 361
    • Collection : Quadrige
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-13-054238-7
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 16-10-2015

    Résumé :

    Français

    Texte remanié d'une thèse d'habilitation à diriger des recherches présenté à l'Université de Clermont-Ferrand 2, en septembre 2002 [0291-0489]. – L’A. offre une étude des quatre principaux livres de Bergson (Essai sur les données immédiates de la conscience, Matière et mémoire, L’Évolution créatrice, Les Deux sources de la morale et de la religion) et sur le mouvement commun qui les relie. Cette tension transversale aux œuvres de Bergson est celle existant entre la connaissance et la vie portée par la distinction originelle et centrale qu’opère Bergson entre la durée et le temps spatialisé. L’A. propose l’hypothèse d’une compréhension de cette distinction comme une différence entre “deux sens de la vie” et questionne cette dualité : “cette distinction renvoie-t-elle [...] à une différence réelle et ultime dans l’être, ou dans la vie, ou bien au contraire à une unité plus profonde?” (p. 9). - Chap. I : Une distinction dans notre vie? La distinction entre la durée et l’espace et leur portée métaphysique respective, dans l’Essai sur les données immédiates de la conscience ; Chap. II : L’unité par la durée ? Métaphysique de la durée et critique de l’espace dans Matière et mémoire : fécondité et difficultés ; Chap. III : Les deux sens de la vie. Genèse et dépassement de l’intelligence dans L’Évolution créatrice, entre biologie, théorie de la connaissance et métaphysique ; Chap. IV : Les deux sens de la vie pour l’homme. Le clos et l’ouvert dans Les Deux sources de la morale et de la religion et au-delà. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Post-scriptum à La Logique de la découverte scientifique

    I. Le Réalisme et la science

    • Tome : N°1
    • Pages : XXII-427
    • Nombre de volumes : 3
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Traduction de l’anglais
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-7056-6037-2
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 18-10-2015

    Résumé :

    Français

    Le Réalisme et la science, premier volume du Post-scriptum à La Logique de la découverte scientifique, a été en grande partie écrit pendant les années 1951-1956. Il contient un développement nouveau et étendu des idées de Popper concernant l’induction, la démarcation, la corroboration, et présente sa théorie propensionniste des probabilités. Analysant la justification et la rationalité, il réfute, dans une première partie, la thèse subjectiviste et sceptique concernant les limites de la critique, et par- là même les limites de la rationalité. Cet ouvrage comprend également une prise en compte minutieuse des critiques et des nombreuses objections qui ont été soulevées contre les thèses de Popper depuis la première édition de La Logique de la découverte scientifique, et leur offre des réponses. Dans le cadre d’une épistémologie objectiviste et réaliste, Le Réalisme et la science attaque l’«inductivisme», que Popper considère comme la principale source du subjectivisme et de l’idéalisme. Il le traite sous quatre aspects, – logique, – méthodologique, – épistémologique, – métaphysique. Il y développe sa théorie de la falsifiabilité, et met en relief la manière dont elle effectue la démarcation entre des points de vue scientifiques, non scientifiques et pseudo-scientifiques. La théorie de la corroboration permet l’expression d’une préférence rationnelle pour une théorie plutôt que pour une autre, sans pour autant appeler à la rescousse les «certitudes» subjectives et les «justifications» objectives des philosophies traditionnelles. – Dans la seconde partie, Popper combat l’interprétation subjectiviste du calcul des probabilités, interprétation qui est enracinée dans l’idée que la probabilité serait la mesure d’un état subjectif de connaissance insuffisante. Il met en cause l’interprétation fréquentiste, montrant que si elle forme bien un tout indépendant (self-contained), elle échoue cependant parce qu’elle n’est pas suffisamment générale. Il propose en remplacement son interprétation par la propension, laquelle a su trouver maints défenseurs au cours des vingt dernière années. – I. «L’approche critique» : Chap. I, L’induction; Chap. II, La démarcation; Chap. III, La métaphysique : sens ou non-sens ?; Chap. IV, La corroboration. – II. «L’interprétation propensionniste de la probabilité» : Chap. I, Probabilités objectives et probabilités subjectives; Chap. II, Critique de l’induction probabiliste; Chap. III, Remarques sur les théories objectivistes des probabilités. – Appendice (1983) : Une démonstration de l’impossibilité de la probabilité inductive (par K.R. Popper et D. Miller). M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Le Calcul et la raison : essais sur la formalisation du discours savant

    Résumé :

    Français

    Cet ouvrage réunit des études relatives à la place de la formalisation dans les constructions de sciences humaines. Les problèmes théoriques se retrouvent amplifiés dans l’usage des technologies de l’information, dont on attend qu’elles aident à raisonner et non plus seulement à compiler. L’étude des textes scientifiques, – le discours savant –, prend dès lors une dimension épistémologique étrangère aux recherches conduites ailleurs sur le même thème au titre de la linguistique ou de la sociologie : cette «troisième voie de connaissance», qui n’est ni celle de l’homme de science ni celle de l’homme de lettres, est ici explorée. – La Partie I, «Historique» (chap. 2 et 3), fait le point sur les questions d’épistémologie pratique dans les perspectives de l’intelligence artificielle; – la Partie II, «Critique» (chap. 4 et 5), analyse l’évolution des sciences du discours au discours de la science; – la Partie III, «Intellectique» (chap. 6 à 8), a pour dénominateur commun une confrontation entre la nature des opérations intellectuelles qui ponctuent nos argumentations et la forme que ces opérations revêtent dans toute espèce de programmes voués à l’élucidation du sens; – la Partie IV, «Retour au discours savant» (chap. 9 à 12), envisage les fondements possibles de la sémiologie à travers la question de l’interprétation dans les «humanités». – Des « Arrière-pensées » (chap. 13) clôturent cette réflexion sur les dynamiques des processus cognitifs. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Prodiges et vertiges de l'analogie. De l'abus des belles lettres dans la pensée

    À propos de l'affaire Sokal et de ses suites

    • Pages : 160
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-912107-08-3
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 31-10-2015

    Résumé :

    Français

    Loin de se réduire à la charge pamphlétaire que l'on prétend, Prodiges et vertiges de l'analogie se situe dans le droit fil du travail analytique accompli par l'A. dans Le Philosophe chez les autophages, Rationalité et cynisme (Paris : Éditions de Minuit, 1984. Coll. “Critique”) et Philosophie, mythologie et pseudo-science : Wittgenstein lecteur de Freud (Combas : Éditions de l'Éclat, 1991. Coll. “Tiré à Part”). L'« affaire Sokal » et ses suites ne sont, en effet, pour Bouveresse que l'occasion de poursuivre sa critique des égarements de la philosophie française contemporaine et du rôle des médias dans la dégradation incessante des mœurs intellectuelles. – Schiller pensait qu'il faut imposer des limites à l'arbitraire des belles lettres dans la pensée. Bien qu'ils se plaignent de l'impérialisme des sciences, les littéraires peuvent aussi se rendre coupables d'abus de pouvoir. C'est de ces abus qu'il est question dans ce livre. À propos de l’affaire Sokal et de ses suites, l’auteur dénonce les dérives d’un «littérarisme» qui consiste à croire que ce que dit la science ne devient intéressant et profond qu’une fois retranscrit dans un langage littéraire et utilisé de façon «métaphorique», un terme qui semble autoriser et excuser presque tout. Au lieu d’un «droit à la métaphore», on devrait parler plutôt d’un droit d’exploiter sans précaution ni restriction les analogies les plus douteuses, démarche ici stigmatisée comme l’une des maladies de la culture littéraire et philosophique contemporaine. M.-M. V.

     

    COLLECTIF

    Valeur des sciences

    • Pages : 158
    • Collection : Histoire et philosophie des sciences-EUD
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Dijon
    •  
    • ISBN : 978-2-915552-98-02
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 06-11-2015

    Résumé :

    Français

    Ce volume reprend les textes d’un séminaire d’histoire et philosophie des sciences qui s’est tenu à l’université de Bourgogne, sous l’égide de la Maison des Sciences de l’Homme, durant l’année 2007. – Le propos est de s’interroger sur la place de la démarche scientifique dans la culture d’aujourd’hui, en écartant aussi bien les enthousiasmes naïfs que les craintes déraisonnées. Ce travail de réflexion indispensable met en jeu une approche nécessairement pluridisciplinaire. Il demande un examen de cas concrets, l’appel à l’approche philosophique aussi bien qu’historique. Il exige aussi sans doute un regard rétrospectif sur la naissance de la science moderne et la définition qu’elle s’est alors donnée de sa mission et de sa finalité. Pour cette raison, est reproduit en fin d’ouvrage un texte de la marquise du Châtelet : l’Avant-propos (intitulé «Présence de l’histoire») aux Institutions de physique, rédigées par Émilie du Châtelet à l’intention de son fils (texte repris de l’édition parue à Paris, chez Prault fils, en 1740). M.-M. V.

     

    ARTICLE

    Gödel et les mathématiques selon Wittgenstein

    • Pages : 17 à 42
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 06-06-2011

    Mots-clés :

    Résumé :

     

    ARTICLE

    À quoi sert la casuistique

    • Pages : 95 à 127
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 06-06-2011

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Greco on Scepticism – A Critical Discussion

    • Pages : 277 à 284
    •  
    •  
    • DOI : 10.1007/s10670-004-7531-3
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Without Abstract

     

    ARTICLE

    Externalism, the environment, and thought-tokens

    • Pages : 133 à 138
    •  
    •  
    • DOI : 10.1007/s10670-005-1038-4
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Mots-clés :

    Résumé :

    Français

    In “Contents just are in the head” (Erkenntnis 54, pp. 321–4.) I have presented two arguments against the thesis of semantic externalism. In “Contents just aren’t in the head” Anthony Brueckner has argued that my arguments are unsuccessful, since they rest upon some misconceptions regarding the nature of this thesis. (Erkenntnis 58, pp. 1–6.) In the present paper I will attempt to clarify and strengthen the case against semantic externalism, and show that Brueckner misses the point of my arguments.

     

    ARTICLE

    Louise M. Antony and Norbert Hornstein (eds.), Chomsky and his Critics.

    • Pages : 275 à 281
    •  
    •  
    • DOI : 10.1023/B:ERKE.0000012879.6856
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Without Abstract

     

    ARTICLE

    La causalité selon E. Meyerson

    • Pages : 151 à 208
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Mots-clés :

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Éloge de la politique (Essai)

    • Pages : 455 à 461
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Mots-clés :

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Autour de l’hypothèse de Poincaré

    • Pages : 127 à 149
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Mots-clés :

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Critique du réductionnisme

    • Pages : 334 à 356
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Halte aux espoirs, silence aux accusations

    • Pages : 228 à 246
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

     

    ARTICLE

    La naturalisation de l’intentionnalité : approche et critique de la théorie de Fred Dretske

    • Pages : 101 à 126
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    ARTICLE

    Épistémologie critique de la notion de gène

    • Pages : 183 à 214
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Espace(s) intuitif(s) et espace physique. Schlick et les néokantiens face au problème de l’Esthétique transcendantale

    • Pages : 29 à 49
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    ARTICLE

    Mach et Duhem : épistémologie et histoire des sciences

    • Pages : 121 à 140
    •  
    •  
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    La comparaison entre Mach et Duhem révèle bon nombre de thèses communes. Les deux confinent la physique aux phénomènes; les deux la séparent rigoureusement de la métaphysique; les deux refusent de faire appel aux atomes et autres entités inobservables et rejettent la “mythologie mécaniste”; l’un et l’autre insistent enfin sur la nécessité des études historiques pour atteindre une connaissance complète des notions et des lois physiques et pour ébranler le dogmatisme aprioriste et métaphysique. De plus, Duhem a fait sienne l’idée de la science comme économie de pensée. Cependant, si Mach rejette toute métaphysique, Duhem admet sa légitimité.

     

    ARTICLE

    Entre critique et métaphysique : la science chez Bergson et Brunschvicg

    • Pages : 403 à 446
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    I. La science : une coupure dans notre vie qui rejoint le monde ? : fonction, structure et objet de la science selon Bergson; Analyse, critique et histoire de la science selon Brunschvicg; II. Obstacles, enjeux, postérités : Métaphysique de la durée et philosophie de l’esprit; La science entre deux morales; Entre science et philosophie.

     

    ARTICLE

    Ernst Mach : l’épistémologie comme histoire naturelle de la science

    • Pages : 624 à 658
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Les travaux de Mach, comme philosophe-savant, reconstruisent une théorie de la connaissance sur la base de laquelle réunifier la science. Cet “empirisme critique” est fondé sur le concept de sensation et sur la volonté de ne pas aller au-delà des phénomènes. S’y ajoute une réflexion historique de fond sur l’évolution de la science (physique en particulier), qui opère une critique historique et philosophique de ses principaux concepts : masse, force, temps, espace, atome, chaleur, principe ... L’histoire des sciences soutient une théorie de la connaissance permettant de repenser l’unité et le fonctionnement de la science.

     

    ARTICLE

    De la logique de la science aux révolutions scientifiques

    • Pages : 964 à 1016
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Une nouvelle image de la science ?; Des critiques à la crise; Théorie et expérience : l’influence française; Historicité, paradigmes et incommensurabilité; Science et rationalité.

     

    ARTICLE

    L’indéterminisme remet la science en question

    • Pages : 305 à 320
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    I. Le mythe du déterminisme; II. Le mythe du matérialisme; III. Le mythe de l’exclusivité de l’explication; IV. La mise à mort du monstre. [Texte traduit de l’anglais par Renée Bouveresse].

     

    ARTICLE

    À propos du livre de K. Popper : The Self and its Brain

    • Pages : 323 à 341
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    I. La nécessité d’une approche interactionniste selon Popper; II. Les bases neurophysiologiques du modèle interactionniste; III. Un dialogue de sourds; IV. Les réactions à l’ouvrage de K. Popper et J. Eccles; V. Réponse aux critiques.

     

    ARTICLE

    Popper et la psychologie : les problèmes et la résolution des problèmes

    • Pages : 377 à 393
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    I. Le problème de l’individu; II. Une réinterprétation de Kant; III. Le rationalisme critique de Popper; IV. Le rationalisme et la recherche de régularités; V. La vie est-elle résolution de problèmes ?; VI. La résolution de problèmes et la logique de la situation; VII. Contraintes psychologiques sur la résolution de problèmes; VIII. Courage et critique. [Texte traduit de l’anglais par Renée Bouveresse].

     

    ARTICLE

    Les fondements philosophiques d’une critique du marxisme

    • Pages : 417 à 427
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Mots-clés :

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Ravaisson et la philosophie de la médecine

    • Pages : 413 à 430
    •  
    •  
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    – Rappels biographiques; – Ravaisson, une philosophie de la vie : Contexte de la publication de De l’Habitude; Ravaisson et la philosophie de la médecine dans De l’Habitude; – Un animisme, plutôt qu’un vitalisme, tiré de médecins, et qui rayonne sur toute la philosophie de Ravaisson : Ravaisson et le vocabulaire de la médecine; L’animisme de Ravaisson et sa dénonciation claire et constante du mécanisme.

     

    ARTICLE

    À propos des Étincelles de hasard vues par André Green

    • Pages : 279 à 283
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Court texte critique en réponse à l’interprétation «non seulement tendancieuse mais trompeuse» que le psychanalyste André Green donne de l’ouvrage d’Henri Atlan, Les Étincelles de hasard.

     

    ARTICLE

    Un réexamen de “Two Evolutionary Theories” de Marjorie Grene

    • Pages : 368 à 386
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Il s’agit ici d’examiner d’un point de vue philosophique l’article de Marjorie Grene, «Two Evolutionary Theories». Publié en 1958, ce texte suscita d’abord de fortes réactions de désaccord chez les évolutionnistes professionnels. Ce réexamen entend aujourd’hui contribuer à sa réhabilitation.

     

    ARTICLE

    Les ordinateurs et l’intelligence

    • Pages : 39 à 67
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 18-02-2015

    Résumé :

    Français

    Sur les questions «Les machines peuvent-elles penser ?», «Qu’arrive-t-il si une machine prend la place de A dans le jeu ?». – 1. Le jeu de l’imitation; – 2. Critique du nouveau problème; – 3. Les machines pouvant prendre part à ce jeu; – 4. Les ordinateurs digitaux; – 5. Universalité des ordinateurs digitaux; – 6. Vues contradictoires sur la question principale (L’objection théologique; L’objection de l’autruche; L’objection mathématique; L’argument issu de la conscience; Les arguments provenant de diverses incapacités; L’objection de Lady Lovelace; L’argument de la continuité dans le système nerveux; L’argument de l’informalité du comportement; L’argument de la perception extra-sensorielle); – 7. Les machines qui apprennent. [Original : «Computing Machinery and Intelligence», Mind, Vol. LIX, N° 236, 1950].

     

    ARTICLE

    Le professeur Zipp et les robots

    • Pages : 141 à 142
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 18-02-2015

    Résumé :

    Français

    «Le professeur Ziff et les robots», Analysis, Vol. XIX, N° 5, 1959.

     

    ARTICLE

    Les sciences de la vie, alliées naturelles du naturalisme ? De la diversité des articulations possibles entre biologie et sciences sociales

    • Pages : 187 à 212
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 21-02-2015

    Résumé :

    Français

    Les théories qui, depuis deux siècles, se réfèrent à la biologie en sciences de l’homme sont parfois regardées comme un bloc homogène, unifié par un noyau idéologique commun. Une telle interprétation doit sans doute beaucoup à la prévalence, sur ce thème, d’un mode de critique essentiellement externe. Si cette perspective externe a incontestablement enrichi la connaissance des conditions socio-historiques de l’émergence des discours naturalistes, elle a toutefois conduit à une assez large surestimation de leur unité : ces théories diffèrent très sensiblement les unes des autres, tant par leur contenu théorique que par leur solidité. Par ailleurs, la diffusion de ce mode de critique s’est accompagnée d’une forme de désengagement relatif, de la part des sciences sociales, d’un champ d’investigation, assez largement abandonné aujourd’hui aux théories naturalistes : celui de l’articulation du biologique et du social. Or on peut attendre au moins deux bénéfices d’un intérêt accru pour l’étude de ce champ, qui doit être nettement distingué des théories naturalistes : tout d’abord, des arguments solides – en particulier des arguments internes – pour critiquer le naturalisme sommaire et ses dérives idéologiques sur le terrain même où il prospère; ensuite, la possibilité de procéder à une évaluation critique de la biologie implicite qui s’est développée dans certains pans des sciences sociales – en particulier dans certaines formes sommaires de culturalisme et de constructivisme – sans être soumise à l’expertise empirique, faute de contact et de dialogue réels avec les sciences de la vie.

    Anglais

    Social theories, which have used biology since the beginning of the nineteenth century, are often considered in the social sciences as elements of a homogeneous whole, which share a same ideological structure. Such an interpretation is the consequence of a dominating kind of critique, which is external to this subject. This external point of view has obviously increased the knowledge of the social and historical conditions of the production of naturalistic theories; but it leads to overrating their unity. Indeed, these theories are built with very different concepts and do not have the same degree of scientific value. Besides, this kind of critique was accompanied by a disengagement of the social sciences from the field of research on the relations between biological and sociological phenomena. But a study of this field, which must be clearly distinguished from the naturalistic theories, is important for two reasons : first, il could propose strong arguments – internal arguments – against the simplistic and caricatured forms of naturalism, and their sometimes tragic, ideological drifts; secondly, it could lead to the possibility of a critical evaluation of implicit biology which has spread in some parts of the social sciences – especially in some extreme forms of culturalism or constructionism – without being subjected to any empirical test, because of the lack of a real dialogue between the social sciences and biology.

     

    ARTICLE

    La vulgarisation des sciences, espace de critique du scientisme

    • Pages : 31 à 43
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Il s’agit ici d’envisager le concept de vulgarisation des sciences en le faisant varier dans son extension et sa compréhension, par deux approches : – une approche par le théorique-pratique proposée par des textes de réflexion émis à l’occasion d’actions de vulgarisation; – une approche par les objets définis comme «populaires-médiatiques». La première approche conduit à une vulgarisation conçue comme pensée critique du scientisme. La seconde approche conduit à une vulgarisation conçue comme pratique critique du scientisme.

     

    ARTICLE

    La critique poppérienne d’Angèle Kremer-Marietti

    • Pages : 115 à 123
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Partant du constat que, pour les théoriciens de la connaissance et les épistémologues critiques, les thèses poppériennes et leur interprétation ne font pas l’unanimité, l’article interroge précisément d’où viennent ces divergences, et quels sont réellement les points de la philosophie des sciences poppérienne qui fondent les critiques des philosophes et hommes de sciences et, en particulier, la critique d’Angèle Kremer-Marietti.

     

    MONOGRAPHIE

    Husserl et Galilée. Sur la crise des sciences européennes

    • Année : 2004
    • Éditeur : Vrin
    • Pages : 240
    • Collection : Bibliothèque d’Histoire de la Philosophie
    • Nombre de volumes : 1
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-7116-1728-9
    •  
    • Date de création : 25-01-2011
    • Dernière mise à jour : 07-12-2011

    Résumé :

    Français

    La science mathématique de la nature est l’héritière de la theoria grecque dont Galilée représente l’aboutissement. Ce glissement s’est opéré, d’après Husserl, en plusieurs étapes : – idéalisation géométrique, – mathématisation indirecte des qualités, – induction savante, – opérations aveugles de calcul. Depuis Galilée, nous croyons en un monde exact, mathématisable sans reste, mais sous lequel un monde d’idées a été glissé par en-dessous, substitué au monde de l’expérience. La confusion, selon Husserl, a commencé avec l’art géométrique, la science mathématique de la nature devenant pure technique de calcul prédictif et se posant comme l’héritière abusive de la theoria grecque, qui a façonné et défini l’Europe comme entité spirituelle. Une enquête historique confirme-t-elle le récit de Husserl ? Comment, à travers ses travaux sur les nombres, sur l'espace, sur l'objectivité, Husserl en est-il arrivé à ce diagnostic ? Comment comprendre la reprise de sens - Besinnung - que propose Husserl ? – Sommaire : – La crise de l'Europe; – Les étapes de la science moderne; – La Krisis et l'histoire des sciences; – Chemins vers la Krisis; – Une autre science ?

     

    MONOGRAPHIE

    The Metaphysical foundations of modern physical science. A historical and critical essay

    MONOGRAPHIE

    La Tyrannie de la science

    • Pages : 188
    • Collection : Science ouverte
    • Nombre de volumes : 1
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Traduction de l'anglais
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 978-2-02-111900-8
    •  
    • Date de création : 20-05-2015
    • Dernière mise à jour : 26-05-2015

    Résumé :

    Français

    Les quatre conférences réunies dans le présent volume furent présentées par Feyerabend du 4 au 8 mai 1992 à l'Université de Trente en Italie. Les bandes vidéo furent transcrites et revues ensuite par Feyerabend en juillet 1993. Le titre initial était Conflit et harmonie. Les titres de chapitres, les notes et les références ont été rajoutés par l'éditeur anglais. L'appareil critique est dû à Eric Oberheim (2011). – La science offre-t-elle une vision unitaire du monde ? La critique de Feyerabend porte sur cette idée d'une science monolithique, qui constituerait la mesure ultime de la connaissance, et qui relève en fait d'une conception impérialiste du savoir. L'auteur dénonce l'arbitraire des arguments en faveur d'une connaissance unitaire en remontant à son origine, depuis les philosophes grecs (Platon, Parménide, Xénophane ...). – 1. Conflit et harmonie. Discussion avec les auditeurs; – 2. La désunion de la science. Discussion; – 3. L'abondance de la nature. Discussion; – 4. La déshumanisation des humains. Discussion. [Titre original anglais : The Tyranny of Science. Cambridge, UK ; Malden, MA : Polity Press, 2011. ISBN : 0745651895 (hb) et 9780745651897 (hb)]. M.–M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Matérialisme dialectique et logique

    • Pages : 182
    • Collection : Algorithme
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-7071-0893-6
    •  
    • Date de création : 31-01-2016
    • Dernière mise à jour : 31-01-2016

    Résumé :

    Français

    Sous forme d'une contre-attaque marxiste et althussérienne dirigée contre l'idéologie logicienne contemporaine, dite "philosophie analytique", Pierre Raymond s’avance pas à pas en un terrain « miné » d’abord par plusieurs siècles d’épistémologie « idéaliste », mais mal reconnu aujourd’hui encore à travers l’héritage « classique » des matérialistes. — La logique se pose d’emblée comme anhistorique ; et c’est cette discipline « étrangère à toute dialectique » qui prétend « régenter ce qu’il y a de scientifique dans les sciences » (p. 17). Mais aussi bien fallait-il en déplacer la critique pour pouvoir saisir ce qu’il y a de « dialectique » et de « matérialiste » dans la logique du matérialisme dialectique lui-même. La vieille relation empiriste « concept-réalité » fait place alors à une question neuve : « l’histoire des liens expé­rimentaux entre les maniements symboliques et la réalité » (p. 18). Or, « il est frappant que l'échec d’Engels à sortir d'une problématique empiriste... a été gros de conséquences : l’incapacité du matérialisme à aider les tentatives de Frege et de Russell, ... à les empêcher d’être les origines avortées d’une nouvelle discipline, l’étude des symbolismes théoriques : cet avortement a pris la forme précise d’une invasion de l’empirisme philosophique,... d’une retombée de cette discipline dans les voies dispersées de la logique, de la linguistique et des philosophies de la rigueur » (ibid.). — C’est ce programme qu'illustrent les études critiques de cet ouvrage, consacrées successivement à : Hegel et Marx, Bolzano, Boole, Marx et Engels, Frege et Russell, Wittgenstein et Camap. M.-M. V.

     

    ARTICLE

    On Analogy and its Philosophical Importance

    • Pages : 199 à 209
    •  
    • Edition : Originale
    • Ville : Oxford
    •  
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 08-12-2020
    • Dernière mise à jour : 08-12-2020

    Résumé :

    Français

    Cet article reprend une conférence donnée en 1904 à la Jowett-Society à Oxford. Il comprend quatre sections.

    I. On ne pense plus aujourd’hui que les premiers principes de la science doivent valoir selon leur conformité à un ordre des choses absolu, mais seulement par leur capacité à établir « une connexion entre les phénomènes ». La vérité est devenue un concept « critique ou dynamique » (p. 199). La philosophie critique et la science contemporaine (Maxwell, Mach, Hertz) se rejoignent. Le concept critique ou dynamique de vérité est symbolique : entre les principes et les phénomènes, il n’y a pas de relation d’identité mais d’analogie. Trois arguments : nous ne pouvons penser sans image ; notre pensée est toujours une interprétation ; nous transférons constamment ce que nous savons d’un domaine d’expérience à un autre (p. 200-201).

    II. Plus largement, il est faux d’opposer concept et analogie : toute formation de concept procède « par transition d’exemple en exemple en vertu de l’analogie » (p. 202). Dès qu’elles utilisent des séries numériques pour ordonner les phénomènes, les sciences opèrent par analogie, par exemple entre la place des nombres dans la série numérique et la place des événements dans la série temporelle. Kant en a fait la théorie générale dans les « Analogies de l’expérience » (p. 204).

    III. La pensée spéculative ou métaphysique, puisqu’elle cherche à saisir la totalité à partir d’une partie, ne peut valoir qu’à condition de reconnaître sa dimension analogique. Ce n’est pas le cas de l’idéalisme spéculatif hégélien ; c’est le cas en revanche de l’idéalisme métaphysique d’un Leibniz ou d’un Lotze, ce qui lui donne une supériorité sur l’idéalisme absolu (p. 207).

    IV. Comme la métaphysique, la religion symbolise le tout à partir de l’une de ses parties. Mais la fonction du symbole est affective, sa valeur dépend de sa force d’entraînement dans la reconnaissance et la production des valeurs fondamentales de la vie.

    M. A.

     
    ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ