Comment
ça
marche ?

Accueil
Recherche avancée

1. Comment effectuer une recherche ?

      1.1. Recherche avec la barre de recherche

            1.1.1. Votre requête est guidée par la suggestion des mots-clés déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion)

            1.1.2. Pour combiner des mots-clés dans une requête, plusieurs possibilités se présentent :

                    1) Opérateur ET : il doit être entré avec le symbole "&" :

                    2) Opérateur OU : il doit être entré avec le symbole "+" :

                    3) Opérateur SAUF : il doit être entré avec le symbole "-" :

      1.2. Recherche avec barre alphabétique

            1.2.1. Cliquez sur une lettre :

            1.2.2. Vous avez la possibilité de faire tourner la boule des mots-clés associés au terme choisi :

            1.2.3. Vous avez aussi la possibilité de cliquer sur un mot-clé :

            1.2.4. Une fois un mot cliqué, un widget apparaît indiquant le nombre de notices indexées par le mot-clé sélectionné :

            1.2.5. En cliquant sur le widget, vous faites apparaître la liste des références bibliographiques indexées par le mot-clé que vous avez sélectionné :

                      Vous avez la possibilité de faire défiler cette liste de références bibliographiques

            1.2.6. Après avoir cliqué sur un résultat de requête, la notice associée à la référence bibliographique sélectionnée s’affiche :

            1.2.7. Vous avez alors la possibilité de faire défiler la notice pour la consulter et lire son contenu

     

      1.3. Recherche simple

            1.3.1. Cliquez sur le bouton accueil :

            1.3.2. Vous avez la possibilité de choisir un critère parmi les critères suivants :

            1.3.3. Cliquez sur le bouton OK ou sur la touche ENTER de votre clavier pour lancer la recherche

            1.3.4. La liste des résultats s’affiche :

                     Vous avez la possibilité de faire défiler et de cliquer sur un résultat de requête

            1.3.5. Une fois que vous avez sélectionné un résultat, la notice associée à cette référence bibliographique s’affiche et vous pouvez la consulter :

            1.3.6. Pour afficher ou masquer le détail des métadonnées de la référence appuyer sur + ou sur – :

      1.4. Recherche avancée

            1.4.1. Entrez une requête dans le ou les champs souhaités

            1.4.2. Votre requête est guidée par la suggestion des termes déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion) :

            1.4.3. Pour sélectionner un item appuyez sur « + » ; pour retirer un item de la recherche appuyez sur « - »

            1.4.4. Pour combiner les termes, sélectionnez les opérateurs que vous souhaitez utiliser dans votre requête :

            1.4.5. Pour lancer votre recherche appuyez sur « Rechercher »

2. Signification des pictogrammes utilisés dans la base de données

      2.1. Un pictogramme par type de document

Monographie


Dictionnaire / Encyclopédie


Collectif


Article


Revue / Périodique


Thèse

3. Possibilités manipulatoires de la sphère

      3.1. Vous pouvez la faire tourner dans tous les sens

      3.2. Vous pouvez la zoomer et la dézoomer

      3.3. Vous pouvez cliquer sur les mots-clés qu'elle présente





Nuage de mots-clés associé à : Sciences
    Logo SIPSPictogramme de Livres
    24
    NOTICES

    Liste des références bibliographiques indexées

    Collectif

    Revue des sciences philosophiques et théologiques : L’Homme et la réflexion

    Sous la direction de Gilles BERCEVILLE
    Éditeur : Vrin - 2006


    Monographie

    La Nature dans la physique contemporaine

    Werner HEISENBERG
    Éditeur : Gallimard - 1962


    Collectif

    Les Grands courants de la pensée mathématique

    Sous la direction de François LE LIONNAIS
    Éditeur : Albert Blanchard - 1962


    Monographie

    Essai sur la connaissance approchée

    Gaston BACHELARD
    Éditeur : Vrin - 1927


    Monographie

    Les Grandes révolutions scientifiques du XXe siècle

    Daniel PARROCHIA
    Éditeur : Presses Universitaires de France - 1997


    Collectif

    Le Concept de preuve à la lumière de l'intelligence artificielle

    Sous la direction de Jean-Jacques SZCZECINIARZ, Jean SALLANTIN
    Éditeur : Presses Universitaires de France - 1999


    Dictionnaire-Encyclopédie

    Dictionnaire de l'ignorance. Aux frontières de la science

    Sous la direction de Michel CAZENAVE
    Éditeur : Albin Michel - 1998


    Monographie

    L'Invention des sciences modernes

    Isabelle STENGERS
    Éditeur : La Découverte - 1993


    Monographie

    Les Racines sociales et économiques des Principia de Newton. Une rencontre entre Newton et Marx à Londres en 1931

    Boris HESSEN
    Éditeur : Vuibert - 2006


    Monographie

    La Vierge et le neutrino. Les scientifiques dans la tourmente

    Isabelle STENGERS
    Éditeur : Les Empêcheurs de penser en rond - 2006


    Monographie

    Prodiges et vertiges de l'analogie. De l'abus des belles lettres dans la pensée : À propos de l'affaire Sokal et de ses suites

    Jacques BOUVERESSE
    Éditeur : Raisons d'agir Éditions - 1999


    Monographie

    À la découverte des éléments de la matière

    Jean BAUDET
    Éditeur : Vuibert - 2009


    Monographie

    Thalès : recueil annuel des travaux de l'Institut d'histoire des sciences et des techniques de l'Université de Paris, 1935-1968 : 1ère année (1934)-t. 12 (1966)

    Georges CANGUILHEM, Georges LAPASSADE, Jacques PIQUEMAL, Jacques ULMANN
    Éditeur : Félix Alcan - 1960


    Article

    Les rapports entre mathématiques et sciences : une approche du problème de l’unité des connaissances

    Dominique LAMBERT

    Sous la direction de Michel CAZENAVE
    Dans De la science à la philosophie : y a-t-il une unité de la connaissance ? - 2005


    Article

    Le système et la classification des sciences

    Jean PIAGET

    Sous la direction de Jean PIAGET
    Dans Logique et connaissance scientifique - 1967


    Article

    Les naturalisations : matérialisme des matériaux et cohérence des sciences

    François ATHANÉ, Édouard MACHERY, Marc SILBERSTEIN

    Sous la direction de François ATHANÉ, Édouard MACHERY, Marc SILBERSTEIN
    Dans Matière première. Revue d’épistémologie et d’études matérialistes - 2006


    Article

    Matérialismes et sciences

    Mario Augusto BUNGE

    Sous la direction de François ATHANÉ, Édouard MACHERY, Marc SILBERSTEIN
    Dans Matière première. Revue d’épistémologie et d’études matérialistes - 2006


    Article

    Sciences, philosophie des sciences et politique, le constat d’une myopie

    Dominique PESTRE

    Sous la direction de Françoise BALIBAR, Élie DURING
    Dans Critique. Revue générale des publications françaises et étrangères - 2002


    Revue-Périodique

    THEORIA. An International Journal for Theory, History and Foundations of Science : Causality and Explanation in the Sciences

    Sous la direction de Andoni IBARRA
    Éditeur : University of the Basque Country - 2012


    Monographie

    Les Outils de la réflexion : Épistémologie

    François DAGOGNET
    Éditeur : Les Empêcheurs de penser en rond - 1999


    Article

    Les sciences humaines en France au milieu du XIXe siècle : Un point de vue « a-disciplinaire »

    Nathalie RICHARD

    Dans Méthode et histoire - 2013


    Monographie

    La Formation de la pratique scientifique : Le discours de l'expérience en France et en Angleterre (1630-1820)

    Christian LICOPPE
    Éditeur : La Découverte - 1996


    Monographie

    La Fabrication de la science

    Alan Francis CHALMERS
    Éditeur : La Découverte - 1991


    Monographie

    D'Archimède à Einstein : Les faces cachées de l'invention scientifique

    Pierre THUILLIER
    Éditeur : Fayard - 1988


    COLLECTIF

    Revue des sciences philosophiques et théologiques

    L’Homme et la réflexion

    • Tome : N°90
    • Pages : 224
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • Institution : Centre d’Études théologiques et philosophiques du Saulchoir
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 26-09-2015

    Résumé :

    Français

    Ce numéro consacré au thème de «L'homme et la réflexion» propose quatre Conférences (cf. dépouillement) en première partie d'ouvrage (pp. 7-65). – Suivent trois Tables Rondes : – 1. La réflexion dans la philosophie allemande et française aux XIXe et XXe siècles; – 2. Réflexion et philosophie pratique; – 3. Sciences de la nature, sciences de l'Homme et réflexion (pp. 67-96). – Notes, par Alexandre Ganoczy : De l'«homme neuronal» à l'«homme de vérité». À propos de quatre Ouvrages de J.-P. Changeux (pp. 97-126). – Bulletins, pp. 127-224. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    La Nature dans la physique contemporaine

    • Pages : 192
    • Collection : Idées
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Traduction de l’allemand
    • Ville : Paris
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 29-09-2015

    Résumé :

    Français

    Cette étude met en évidence la nécessité de situer les sciences naturelles sur le plan historique. L’attitude contemporaine à l’égard de la nature est très largement déterminée aujourd’hui par les sciences de la nature et par la technique modernes. Les changements des bases de la science moderne de la nature sont un symptôme de transformations profondes des fondements de notre existence «qui à leur tour provoquent certainement des réactions dans tous les autres domaines de la vie. De ce point de vue, il peut être important pour l’homme qui cherche à pénétrer l’essence de la nature, soit pour créer, soit pour expliquer, de se demander quelles transformations se sont produites dans l’image de la nature fournie par la science au cours des dernières décennies» (p. 10). La physique subit à l’heure actuelle un changement fondamental, dont la principale caractéristique est un retour à son auto-limitation première : c’est à travers une telle prise de conscience de ses limites qu’une science peut sauvegarder son contenu philosophique. – 1. La nature dans la physique contemporaine; – 2. Physique de l’atome et loi de la causalité; – 3. Les rapports entre la culture humaniste, les sciences de la nature et l’Occident; – 4. Sources historiques; – 5. Naissance de la conception mécanique et matérialiste. M.-M. V.

     

    COLLECTIF

    Les Grands courants de la pensée mathématique

    • Pages : 560
    • Collection : L'Humanisme scientifique de demain
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Nouvelle édition augmentée
    • Ville : Paris
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 05-11-2015

    Résumé :

    Français

    Ce texte, conçu en zone sud, pendant l'Occupation, a connu bien des vicissitudes. Son auteur, arrêté et déporté en Allemagne, ne pourra l'achever qu'après son retour de captivité. Il s'agit d'un recueil de cinquante articles originaux, dus aux meilleurs spécialistes de l'époque. Divisé en trois parties : – I. Le temple mathématique (articles de : Émile Borel; N. Bourbaki; R. Deltheil; A. Lautman; G. Bouligand; M. Frechet; T. Got; P. Dubreil; H. Eyraud; A. Sainte-Lagüe; R. Thiry; G. Valiron; P. Montel; J. Desanti; A. Denjoy; A. Lentin; R. Fortet; P. Servien); – II. L'épopée mathématique (plus spécialement historique : P. Germain; P. Brunet; E. Cartan; M.-L. Dubreil-Jacotin; L. Godeaux; L. Perrin; J. Dieudonné; R. Wavre; A. Weil; R. Godement); – III. Influences (J. Ullmo; R. Dugas; M. Boll; J. Reinhart; P. Mouy; P. Laberenne; R. Queneau; L. de Broglie; M. Janet; T. Kahan; F. Le Lionnais; A. Buhl; A. Speiser; Le Corbusier; H Martin; M. Roy; M. Luntz; J. Chapelon). – Les divers lieux et aspects d'un paysage riche et changeant, mais essentiellement connexe, sont, pour le mathématicien, une métaphore de l'intelligence. Les deux conceptions contradictoires, une sorte de fractal et une belle variété, font qu'il est nécessaire de faire appel à une multiplicité de points de vue pour faire sentir la nature des mathématiques. C'est le choix qui a clairement guidé la structure novatrice des Grands courants de la pensée mathématique. – Par rapport à l’original de 1948, cette nouvelle édition est augmentée de deux articles inédits (donnés ici en Appendice) qui consolident et prolongent deux chapitres de la première partie : – celui de Jean Dieudonné, «Les méthodes axiomatiques modernes et les fondements des mathématiques», éclaire et complète le texte de Nicolas Bourbaki, intitulé «L’architecture des mathématiques»; – celui de Georges Bouligand, «Regards sur la formation mathématique», situé dans le prolongement direct de son article «Cheminements intuitifs vers quelques organes essentiels de la Mathématique», apporte un reflet fidèle des thèses de leur auteur et de son style de pensée. Également donné en Appendice, un texte retrouvé dans les papiers posthumes inédits de Léon Brunschvicg, sur «Le double aspect de la philosophie mathématique» (pp. 523-530). – On trouve, pp. 10-11, le texte d’une lettre inédite de Paul Valéry, datée du 29 février 1932, et communiquée par Pierre Honnorat pour les besoins de cette édition. M.-M. V.

     

    Articles :

    pages 24 à 34

    La définition en Mathématiques

    BOREL Émile

    pages 35 à 47

    L’architecture des mathématiques

    BOURBAKI Nicolas

    pages 48 à 53

    L’analogie en mathématiques

    DELTHEIL Robert

    pages 54 à 65

    Symétrie et dissymétrie en mathématiques et en physique

    LAUTMAN Albert

    pages 66 à 74

    Cheminements intuitifs vers quelques organes essentiels de la mathématique

    BOULIGAND Georges

    pages 79 à 89

    Le nombre naturel et ses généralisations

    FRÉCHET Maurice

    pages 90 à 98

    Une énigme mathématique : le dernier théorème de Fermat

    GOT Théophile

    pages 99 à 113

    L’histoire des nombres mystérieux

    DUBREIL Paul

    pages 114 à 117

    Le problème de l’Infini. Transfinis et alephs

    EYRAUD Henri

    pages 121 à 129

    De l’espace à trois dimensions aux espaces abstraits

    FRÉCHET Maurice

    pages 130 à 145

    Voyage dans la quatrième dimension

    SAINTE-LAGÜE André

    pages 146 à 153

    Sur la courbure de l’espace et la possibilité de la concevoir par des moyens élémentaires

    THIRY René

    pages 157 à 172

    Formation et évolution de la notion de fonction analytique d’une variable

    VALIRON Georges

    pages 173 à 178

    Le rôle des familles de fonctions dans l’analyse mathématique

    MONTEL Paul

    pages 179 à 187

    De Cauchy à Riemann, ou la naissance de la théorie des fonctions de variables réelles

    DESANTI Jean-Toussaint

    pages 188 à 195

    L’innéité du transfini

    DENJOY Arnaud

    pages 198 à 204

    La notion de groupe : sa puissance et ses limites

    LENTIN André

    pages 207 à 215

    Opinions modernes sur les fondements du calcul des probabilités

    FORTET Robert

    pages 216 à 220

    Hasard et mathématiques

    SERVIEN Pius

    pages 226 à 241

    Les grandes lignes de l’évolution des mathématiques

    GERMAIN Paul

    pages 242 à 252

    Vues sur la pensée mathématique de Newton

    BRUNET Pierre

    pages 253 à 257

    Un centenaire : Sophus Lie

    CARTAN Élie

    pages 258 à 269

    Figures de mathématiciennes

    DUBREIL-JACOTIN Marie-Louise

    pages 274 à 285

    Les mathématiques au début du XXe siècle

    GODEAUX Lucien

    pages 286 à 290

    Henri Lebesgue, rénovateur de l’analyse moderne

    PERRIN Louis

    pages 291 à 297

    David Hilbert (1862-1943)

    DIEUDONNÉ Jean

    pages 298 à 303

    Les congrès internationaux de mathématiciens

    WAVRE Rolin Louis

    pages 307 à 320

    L’avenir des mathématiques

    WEIL André

    pages 321 à 326

    Les méthodes modernes et l’avenir des mathématiques concrètes

    GODEMENT Roger

    pages 331 à 338

    La position moderne du débat : esprit géométrique, esprit de finesse

    ULLMO Jean

    pages 339 à 345

    La mathématique, objet de culture et outil de travail

    DUGAS René

    pages 350 à 364

    La synthèse logique des résultats et des recherches

    BOLL Marcel, REINHART Jacques

    pages 365 à 369

    Les mathématiques sont-elles par nature impuissantes à rendre compte du devenir réel ?

    ULLMO Jean

    pages 370 à 377

    Les mathématiques et l’idéalisme philosophique

    MOUY Paul

    pages 378 à 387

    Les mathématiques et le marxisme

    LABÉRENNE Paul

    pages 393 à 397

    La place des mathématiques dans la classification des sciences

    QUENEAU Raymond

    pages 398 à 412

    Le rôle des mathématiques dans le développement de la physique théorique contemporaine

    BROGLIE Louis de

    pages 413 à 421

    Harmoniques et spectres. Idées de Volterra. Équations de Fredholm. Espace de Hilbert. Physique classique et physique moderne

    JANET Maurice

    pages 422 à 433

    Hasard et physique. La science a-t-elle changé de base mathématique ?

    KAHAN Théo

    pages 437 à 465

    La beauté en mathématiques

    LE LIONNAIS François

    pages 466 à 474

    Esthétique scientifique et théories modernes

    BUHL Adolphe

    pages 475 à 479

    La notion de groupe et les arts

    SPEISER Andréas

    pages 480 à 491

    L’architecture et l’esprit mathématique

    LE CORBUSIE R, pseud.

    pages 492 à 498

    Les mathématiques et la musique

    MARTIN Henri

    pages 501 à 504

    Les mathématiques et l’ingénieur

    ROY Maurice

    pages 505 à 508

    Les mathématiques dans l’industrie

    LUNTZ Michel

    pages 511 à 519

    Les mathématiques et le développement social

    CHAPELON Jacques

    MONOGRAPHIE

    Essai sur la connaissance approchée

    • Année : 1927
    • Éditeur : Vrin
    • Pages : 311
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 30-09-2015

    Résumé :

    Français

    Dans ce premier écrit qu’est sa thèse principale (thèse pour le doctorat, présentée devant la Faculté des lettres de l'Université de Paris, en 1927), Bachelard étudie le processus d’affinement de la connaissance scientifique. Le rôle de la connaissance approchée est défini dans les sciences expérimentales, où le degré de précision, confronté au contingent et à l’indivisible, atteint nécessairement une limite; ainsi que dans les sciences mathématiques qui, soumises à ce même « fractionnement épistémologique et ontologique », se prêtent néanmoins à une approximation illimitée, puisque l’infini mathématique permet de créer toujours de nouveaux êtres irrationnels assurant la continuité de l’indéfini des nombres rationnels. Par conséquent, on n'atteint jamais qu’un fait rectifié et provisoire. La connaissance de la réalité se vérifie progressivement à chacune de ses acquisitions, et cette rectification constitue la véritable réalité épistémologique, car elle exprime la pensée dans son dynamisme profond : «l’approximation, c’est l’objectivation inachevée, mais c’est l’objectivation prudente, féconde, vraiment rationnelle puisqu’elle est à la fois consciente de son insuffisance et de son progrès». En marge des débats du pragmatisme, les concepts de réalité et de vérité sont investis d’un sens nouveau par une philosophie de l’inexact. – Livre I : Connaissance et descrition; La rectification des concepts; Ordre et qualité; – Livre II : Les problèmes de la mesure expérimentale; Les ordres de grandeur : leur réalisme, leur utilité. Ontologie et épistémologie fractionnées; Les formules de dimensions; Les lois approchées et les divers problèmes de la simplification en physique; L’induction, la corrélation et la probabilité dans leur rapport avec la connaissance approchée; Connaissance et technique. La réalisation approchée; – Livre III : Intuition et réalisme en mathématiques; Les corps de nombres et l’explication mathématique; Les problèmes de l’approximation en mathématiques; La notion d’infini et l’approximation; – Livre IV : Objectivité et rectification. Rôle du détail dans l’objectif; Continuité épistémologique et vérification progressive; La vérification approchée; Rectification et réalité. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Les Grandes révolutions scientifiques du XXe siècle

    • Pages : VI-434
    • Collection : L’Interrogation philosophique
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-13-048579-0
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 14-10-2015

    Résumé :

    Français

    Le siècle qui s'achève aura été marqué par des révolutions scientifiques sans précédent dans la forme comme dans les contenus du savoir. Elles ont retenti sur l'image de la nature comme sur celle de l'homme, brisant les portraits désormais obsolètes qu'en avaient brossés la science et la philosophie classiques. Après Einstein, de Broglie ou Schrödinger, comme après Heisenberg, Dirac ou Feynman, on ne pense plus tout à fait comme avant. Et il en va de même après Poincaré, Hadamard ou Kolmogorov. – Trois grandes révolutions physiques seront ici étudiées en détail : la théorie de la relativité (restreinte et générale) ; la mécanique quantique (et ses différentes interprétations) ; la théorie du chaos déterministe (sa préhistoire comme ses applications). Toutes trois contribuent en effet à modifier les réponses que l'on peut apporter aux grandes questions métaphysiques et à esquisser un paysage philosophique nouveau. Dans la tradition de l'épistémologie française, ce livre entend conférer aux faits les plus saillants de la physique du XXe siècle une réelle dignité philosophique : on ne pourra plus désormais oublier la forme quadratique de Lorentz (nouvel absolu), l'équation symétrisée de Dirac (et l'univers d'antimatière qui s'en déduit), la très belle fonction de Lyapounov (et la nouvelle définition de la stabilité qui en résulte) ou encore le célèbre billard de Sinaï (qui, à lui seul, précipite la raison pratique dans un conflit sans fin). De cette immersion dans la physique du XXe siècle, les traditionnelles questions kantiennes sortent gauchies et déplacées. Une nouvelle image du monde surgit que le philosophe se doit de méditer s'il veut aller de l'avant. M.-M. V.

     

    COLLECTIF

    Le Concept de preuve à la lumière de l'intelligence artificielle

    • Pages : 370
    • Collection : Nouvelle Encyclopédie Diderot
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-13-050104-4
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 14-10-2015

    Résumé :

    Français

    Le propos est ici de montrer comment l'intelligence artificielle permet de « poser différemment le problème de la preuve » : l'IA force d'abord à se demander ce qui, dans la preuve, relève d'une autoréférence ; ensuite, comment une connaissance s'expose et soulève, enfin, la question de l'instrumentalisation des connaissances et des automatismes de pensée. La preuve est à l'œuvre dans toutes les activités théoriques et pratiques. Dans la recherche scientifique, on recourt à la preuve pour faire admettre une découverte à une communauté donnée. Une preuve s'administre dans un conflit. Toute preuve apparaît ainsi comme une conséquence de la tension qui règne entre l'intérieur et l'extérieur de la science. Celle-ci se révèle essentielle à la démarche scientifique en tant que telle. L'un des intérêts majeurs de la recherche en intelligence artificielle tient à ce qu'elle permet de soumettre cette tension même à un examen approfondi. Elle mobilise à cette fin toutes les ressources de l'automatisation et de la formalisation. Ce livre, fruit de plusieurs années de recherche collective et internationale, propose les analyses qui permettent de caractériser l'activité probatoire dans l'unité de son projet et la diversité de ses manifestations. – L'ouvrage se divise en quatre parties. La première est constituée par une réflexion philosophique sur le formalisme et l'activité de preuve; la deuxième est plus particulièrement consacrée à la logique; la troisième pose les problèmes des formes d'automatisation de la preuve et déborde sur la quatrième qui traite des activités probatoires dans les sciences humaines. M.-M. V.

     

    DICTIONNAIRE-ENCYCLOPÉDIE

    Dictionnaire de l'ignorance. Aux frontières de la science

    • Pages : 288
    • Nombre de volumes : 1
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-226-09611-6
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 17-10-2015

    Résumé :

    Français

    Ces vingt et une contributions sur l'inconnu des sciences relèvent, en fait, de l'exigence à laquelle une réflexion philosophique peut soumettre la science. Il y est question de la réalité (en physique), du temps, de la nature du vide, de l'indétermination, de la nature de l'espace, des débuts de l'univers. Réunissant les expertises de spécialistes (physicien, astrophysicien, généticien, épistémologue, psychiatre...), cet ouvrage fait un état des lieux des sciences. Il tente de déterminer, en regard des limites de notre savoir actuel, les hypothèses, les théories et les constructions scientifiques que les chercheurs de l'avenir auront à définir. – Au fur et à mesure que la science élargit le champ du savoir, nous nous apercevons, d'une façon paradoxale, que l'ignorance s'étend elle aussi. Chaque nouveau problème résolu entraîne souvent l'apparition de nouvelles énigmes, de sorte que le processus de recherches et de découvertes nous apparait constamment. Les frontières de la connaissance semblent ainsi se déplacer sans arrêt, faisant naître des questions jusqu'alors insoupçonnées. Mais ces problèmes nouveaux sont salutaires. Jetant de nouveaux défis à la science, ils l'obligent à avancer dans un mouvement perpétuel sans lequel, peut-être, elle s'éteindrait assez vite. Loin d'introduire un soupçon, quant à la validité de la science, ni d'introduire un quelconque relativisme, cet ouvrage essaie au contraire de déterminer, en regard des limites de notre savoir actuel, les hypothèses, les théories et les constructions scientifiques que les chercheurs de l'avenir auront à définir. Il entend ainsi dessiner en creux ce que sera le visage de la science de demain. M.-M. V.

     

    Aucun article référencé.

    MONOGRAPHIE

    L'Invention des sciences modernes

    • Pages : 209
    • Collection : Armillaire
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-7071-2285-8
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 18-10-2015

    Résumé :

    Français

    Depuis qu'elles existent, les sciences dites exactes se prétendent différentes des autres savoirs. Comment comprendre cette prétention ? Faut-il, à la manière des épistémologues anglo-saxons ou de Karl Popper, tenter d'identifier les critères qui la justifient ? Peut-on, suivant le modèle nouveau des études sociales des sciences, y voir une simple croyance ? Ce livre propose un dépassement fructueux de l'opposition, apparemment irréconciliable, entre ces deux approches des sciences. Et si la tension entre objectivité scientifique et croyance était justement constitutive des sciences, enjeu des pratiques inventées et réinventées par les scientifiques ? Réussir à parler des sciences avec humour, sans en faire un objet de vénération, ni de dénonciation, en restant au plus proche de la passion des scientifiques, tel est ici le pari d'Isabelle Stengers. – Mais ce livre ne se limite pas à un discours sur les sciences. Il s'agit bien plutôt de prolonger l'histoire de leur invention. Comment comprendre les liens multiples entre la science et les pouvoirs qui la mobilisent aujourd'hui ? Comment concevoir les rapports entre science, expertise et démocratie ? La nouveauté de L'Invention des sciences modernes est de faire de ces différents problèmes intellectuels, pratiques et politiques les enjeux du processus par où pourrait s'inventer et se renouveler l'identité même des sciences. – Sommaire : – «Explorations» : Les sciences et leurs interprètes; Science et non-science; La force de l'histoire. – «Construction» : Ironie ou humour ? La science sous le signe de l'événement; Faire histoire. – «Propositions» : Un monde disponible ? Le sujet et l'objet; Devenirs. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Les Racines sociales et économiques des Principia de Newton. Une rencontre entre Newton et Marx à Londres en 1931

    • Pages : VIII-228
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Traduction de l’anglais
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-7117-7158-X
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 20-10-2015

    Mots-clés :

    Résumé :

    Français

    Le texte de Boris Hessen ici traduit est celui de la contribution (titre anglais : «The social and economic roots of Newton's Principia») qu’il présenta au deuxième Congrès international d’histoire des sciences qui fut organisé au Science Museum de Londres en 1931, sous le titre : «Science at the Cross-Roads» (Papers presented to the International Congress of the History of Science and Technology, held in London from June 20th to July 3rd, 1931, by the delegates of the U.S.S.R.). Délégué par l’Union soviétique, Hessen est un philosophe et historien des sciences encore inconnu : le titre de sa communication, «Les Racines sociales et économiques des Principia de Newton», apparait néanmoins singulièrement provocateur. Y sont posées, en effet, des questions qui frisent le sacrilège : se peut-il que l’œuvre de Newton ait eu des «racines sociales et économiques» ?; quels rapports peut-on trouver entre la théorie de la gravitation universelle et les besoins de la bourgeoisie anglaise du XVIIe siècle ?; dans son activité scientifique, Newton n’aurait-il donc pas pu s’affranchir des préjugés théologiques et philosophiques de son temps ? Souvent cité, traduit dans de nombreuses langues, ce texte a engendré d’innombrables controverses qui attestent son rôle fondateur en histoire des sciences. – La présente traduction se fonde sur la première édition anglaise (London : Kniga, 1931). – 1. Introduction. La théorie du processus historique de Marx; – 2. L’économie, la physique et la technologie au temps de Newton; – 3. La lutte des classes pendant la révolution anglaise et la perspective philosophique de Newton; – 4. La conception de l’énergie chez Engels et l’absence de la loi de conservation de l’énergie chez Newton; – 5. Les destructeurs de machines à l’époque de Newton et les destructeurs actuels des forces productives. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    La Vierge et le neutrino. Les scientifiques dans la tourmente

    • Pages : 286
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-84671-144-5
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 27-10-2015

    Résumé :

    Français

    Les scientifiques s'opposent à certains sociologues qui relativisent ce qu'ils sont et ce qu'ils font, à l'Etat qui répugne à financer leurs travaux et à ce public particulier qui lutte contre des progrès scientifiques peut-être mal contrôlés et donc potentiellement dangereux. Quels rapports peuvent alors naître entre les scientifiques et le grand public ? – 1. «Les scientifiques dans la tourmente»; – 2. «La force de l’expérimentation»; – 3. «Dissoudre les amalgames»; – 4. «Les sciences dans leurs milieux»; – 5. «Troubles à l’ordre public»; – 6. «Intermède : Création de concepts»; – 7. «Sur le même plan ?»; – 8. «“Nous ne sommes pas seuls au monde”»; – 9. «Écologie des pratiques»; – 10. «L’épreuve cosmopolitique». – En Annexe : «Le premier dispositif expérimental ?». M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Prodiges et vertiges de l'analogie. De l'abus des belles lettres dans la pensée

    À propos de l'affaire Sokal et de ses suites

    • Pages : 160
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-912107-08-3
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 31-10-2015

    Résumé :

    Français

    Loin de se réduire à la charge pamphlétaire que l'on prétend, Prodiges et vertiges de l'analogie se situe dans le droit fil du travail analytique accompli par l'A. dans Le Philosophe chez les autophages, Rationalité et cynisme (Paris : Éditions de Minuit, 1984. Coll. “Critique”) et Philosophie, mythologie et pseudo-science : Wittgenstein lecteur de Freud (Combas : Éditions de l'Éclat, 1991. Coll. “Tiré à Part”). L'« affaire Sokal » et ses suites ne sont, en effet, pour Bouveresse que l'occasion de poursuivre sa critique des égarements de la philosophie française contemporaine et du rôle des médias dans la dégradation incessante des mœurs intellectuelles. – Schiller pensait qu'il faut imposer des limites à l'arbitraire des belles lettres dans la pensée. Bien qu'ils se plaignent de l'impérialisme des sciences, les littéraires peuvent aussi se rendre coupables d'abus de pouvoir. C'est de ces abus qu'il est question dans ce livre. À propos de l’affaire Sokal et de ses suites, l’auteur dénonce les dérives d’un «littérarisme» qui consiste à croire que ce que dit la science ne devient intéressant et profond qu’une fois retranscrit dans un langage littéraire et utilisé de façon «métaphorique», un terme qui semble autoriser et excuser presque tout. Au lieu d’un «droit à la métaphore», on devrait parler plutôt d’un droit d’exploiter sans précaution ni restriction les analogies les plus douteuses, démarche ici stigmatisée comme l’une des maladies de la culture littéraire et philosophique contemporaine. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    À la découverte des éléments de la matière

    • Pages : VI-170
    • Nombre de volumes : 1
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 978-2-7117-2236-5
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-11-2015

    Résumé :

    Français

    Cet ouvrage traverse 2600 ans de découverte des éléments qui composent le monde, des Grecs pensant à la nature des choses au tableau de Mendeleïev et aux éléments "artificiels", en passant par l'avènement de la science expérimentale, la révolution chimique de Lavoisier et les corps radioactifs. Comment les idées des Anciens Grecs sur la nature des choses se sont-elles transformées en un savoir expérimentalement vérifié, lequel constitue la base solide et féconde de toute la science d’aujourd’hui : chimie, physique, biologie et technologie ? C’est ce que se propose d’exposer l’auteur dans un récit qui est presque un roman, où l’on voit l’esprit humain s’acharner à trouver des indices pour comprendre la structure de la matière, où l’on suit pas à pas les chercheurs inventant des dispositifs pour pénétrer au cœur des substances, où l’on découvre comment la recherche, partie d’hypothèses hasardeuses, aboutit petit à petit à une description extraordinairement détaillée et précise de la centaine d’éléments qui composent le monde. – De Thalès de Milet à Démocrite et à Aristote, de Zosime de Panopolis à Paracelse, de Nicolas Lemery à Lavoisier, de Pierre et Marie Curie à Seaborg et à Ghiorso, le lecteur est entraîné dans une véritable aventure : celle de l’esprit humain, passionnante en elle-même autant que par ses conséquences théoriques et pratiques, qui a duré 2 600 ans, et qui est le soubassement de toutes les sciences, symbolisé par le célèbre tableau de Mendeleïev (ou Système périodique des éléments chimiques). Car de l’astronomie à la zoologie, toutes les disciplines scientifiques doivent tenir compte de ce tableau et tout homme cultivé doit pouvoir évaluer l’importance de ce tableau et connaître l’histoire qui y a mené. – Sommaire : – Les grecs pensent à la nature des choses; – L'héritage grec perdu et retrouvé; – L'avènement de la science expérimentale; – La révolution chimique de Lavoisier; – L'hypothèse de Döbereiner; – Le tableau de Mendeleiev; – L'imbroglio des corps radioactifs; – Tout est clair : noyaux et électrons; – Les éléments "artificiels", ou transuraniens. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Thalès : recueil annuel des travaux de l'Institut d'histoire des sciences et des techniques de l'Université de Paris, 1935-1968

    1ère année (1934)-t. 12 (1966)

    • Pages : 123
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 15-11-2015

    Mots-clés :

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Les rapports entre mathématiques et sciences : une approche du problème de l’unité des connaissances

    • Pages : 502 à 524
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 05-06-2011

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Le système et la classification des sciences

    • Pages : 1149 à 1224
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Les naturalisations : matérialisme des matériaux et cohérence des sciences

    • Pages : 7 à 28
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    ARTICLE

    Matérialismes et sciences

    • Pages : 251 à 259
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 06-12-2011

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Sciences, philosophie des sciences et politique, le constat d’une myopie

    • Pages : 432 à 442
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 18-02-2015

    Résumé :

    Français

    Sur l’ouvrage de Steve Fuller, Thomas Kuhn. A Philosophical for Our Times (Chicago, The University of Chicago Press, 2000, 472 p. + XVII, index). – Ce commentaire se décompose en quatre parties : « Un projet et l'affirmation d'une thèse », « Une lecture des discours sur la science des cent cinquante dernières années », « Enoncés de savoir, simplification et nécessité de regards croisés et multiples », « Kuhn, les études sociales des sciences, le féminisme et le débat démocratique ». – La 1ère partie présente l’opposition de Fuller à Kuhn et expose « l'objet de l'analyse de Fuller » (p. 433) qui voit les discours sur la science comme normatifs et non descriptifs, la « dynamique scientifique » (p. 434) comme profondément liée au politique et au social. – La seconde partie explique que pour Fuller « le second XIXe » est le lieu de « naissance de « la science » comme catégorie évidente [...] qui unifie un ensemble d'activités, qui l'essentialise », elle situe la « professionnalisation de la recherche » (p. 435) qui transforme le savant « intellectuel » en « professionnel ». « Avec la Seconde Guerre mondiale et la guerre froide [... la] science est massivement financée, encadrée et drainée par les militaires et les industriels » (p. 436) ; pour Fuller, « Kuhn cherche à donner à cette « idéologie » une « légitimité académique », et Barnes, Bloor et Collins sont ses héritiers. – La 3ème partie veut pointer les implications de Fuller formulant d'abord quelques critiques et rappelant quelques règles à tenir (discuter les énoncées pour eux-mêmes, limiter son champ, contextualiser, multiplier les points de vue, faire preuve « d'érudition et de précision » (p. 439). – La 4ème partie entend rendre justice à Kuhn, qui a permis de penser « les sciences comme pratique et travail » (p. 440), et aux divers courants que Fuller laisse dans l'ombre. Mais elle accorde à Fuller que la tendance aux micro-analyses a laissé de côté « la question politique » (p. 441) et qu'on ne peut plus faire l'économie d'une réflexion sur les « modes de production des savoirs » (p. 442), par exemple quant à l' « évolution des politiques de propriété intellectuelle concernant le vivant ». L'A. remarque que de tels enjeux « impliquent des choix de société liés à « des questions industrielles et financières » qui déterminent notre futur.

     

    REVUE-PÉRIODIQUE

    THEORIA. An International Journal for Theory, History and Foundations of Science

    Causality and Explanation in the Sciences

    • Année : 2012
    • Fascicule : N°2
    • Éditeurs scientifiques : Andoni IBARRA
    • Volume : 27
    • Pages : 131
    • Éditeur : University of the Basque Country
    •  
    • Support : Electronic document
    • Ville : Bilbao
    •  
    • ISSN : 2171-679X (Online)
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 13-09-2012
    • Dernière mise à jour : 13-09-2012

    Résumé :

     

    MONOGRAPHIE

    Les Outils de la réflexion

    Épistémologie

    • Pages : 430
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Ville : Paris
    •  
    • Institution : Institut Synthélabo pour le progrès de la connaissance
    • ISBN : 2-84324-072-7
    •  
    • Date de création : 14-05-2013
    • Dernière mise à jour : 01-06-2021

    Résumé :

    Français

    Cet ouvrage constitue – après Savoir et pouvoir en médecine (Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 1998) – le second volume des écrits de François Dagognet. Véritable boîte à outils, l'ouvrage se divise en quatre compartiments. Qu'est-ce que l'épistémologie ? Telle est la question au centre de la première section de l'ouvrage, dans laquelle l'auteur traite successivement de ses trois figures (1° l'épistémologie comme recherche des conditions de possibilité du savoir, 2° l'épistémologie comme effort de mise au jour des obstacles épistémologiques, 3° l'épistémologie comme travail de dégagement a posteriori d'une méthode de découverte), de deux de ses problèmes majeurs (ceux de la preuve et de la mesure), de la transposition analogique de ses méthodes (l'interdépendance entre les disciplines du savoir) et enfin d'un exemple paradigmatique – l'épistémologie de la biomédecine – dans la mesure où cette dernière a servi à l'auteur de modèle pour dégager ce qu'il appelle « la triade épistémologique », soit les conditions techno-logiques de possibilité du savoir, objet de la seconde section de l'ouvrage. Ces dispositifs techno-logiques intellectuels sont : le graphe, le mot et la classe. La troisième section étudie les rapports entre épistémologie et ontologie, i.e. entre nos catégories de pensée et les architectures matérielles. C'est pourquoi elle rassemble des articles sur la question du corps et des corps, sur l'ontologie matérielle (i.e. la vraie compréhension d'un corps ou d'un être), l'ontologie formelle (i.e. la systématique qui relie ces corps), le schème arborescent (i.e. la forme de cette systématique selon l'auteur), la positivité des supports et des matériaux dans la constitution et la transformation des ontologies. La quatrième et dernière section propose un examen critique de l'image de la science telle qu'elle est vue dans nos sociétés ainsi que les éléments d'une pédagogie pour un partage démocratique de ses découvertes et de ses résultats, la didactique constituant selon l'auteur « l'un des rameaux les plus prometteurs d'une épistémologie soucieuse de transmettre la scientificité ». – Sommaire, pp. 7-8 ; I. Le champ épistémologique ; II. La triade épistémologique ; III. Une épistémologie ontologisante ; IV. Une épistémologie sociologisante.

    F. F.

     

    ARTICLE

    Les sciences humaines en France au milieu du XIXe siècle

    Un point de vue « a-disciplinaire »

    • Pages : 431 à 444
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Originale
    •  
    •  
    • Date de création : 21-03-2014
    • Dernière mise à jour : 02-03-2015

    Résumé :

    Français

    Cet article vise à relire de façon « a-disciplinaire » le projet philosophique d’une science globale de l’homme dans les œuvres d’Alfred Maury (1817-1892), Ernest Renan (1823-1892) et Hippolyte Taine (1828-1893) en mettant au jour les traits qu’elles ont en commun : dimension philosophique, importance accordée à la psychologie et à l’histoire ainsi qu’à l’empathie comme mode d’accès légitime à la connaissance historique.

    F. F.

     

    MONOGRAPHIE

    La Formation de la pratique scientifique

    Le discours de l'expérience en France et en Angleterre (1630-1820)

    Résumé :

    Français

    Il est banal de dire que la science contemporaine s'appuie sur la théorie et l'expérience. Mais si les philosophes et les historiens des sciences se sont intéressés à la charge de vérité des théories scientifiques et aux conditions de leur élaboration, ils ont quelque peu délaissé la question de l'expérience et de la manière dont celle-ci peut faire preuve. C'est cette question que cherche à élucider cet ouvrage sous un angle historique : l'auteur y interroge un corpus fort large et peu usité de récits d'expérience depuis le XVIIe siècle, durant lequel émerge la méthode expérimentale, jusqu'aux dernières années du XVIIIe siècle, qui voient se mettre en place la mathématisation de la physique et se répandre la représentation de la science moderne fondée sur les deux piliers jumeaux de la théorie et de l'expérience. – Cet ouvrage montre comment apparaissent alors des formes de preuves expérimentales forts diverses, qui se succèdent et s'enchevêtrent selon un motif historique complexe. Celles-ci, fondées sur la curiosité, l'utilité ou l'exactitude des faits proposés, renvoient aussi bien à des conceptions intellectuelles qu'à des pratiques matérielles, voire à des techniques littéraires, selon les groupes sociaux qu'il s'agit de convaincre. La comparaison entre la France et l'Angleterre, les deux pays qui se dotent les premiers d'institutions scientifiques permanentes, permet d'éclairer les trames qui gouvernent l'élaboration de cette tapisserie expérimentale aux motifs contrastés. En dégageant ainsi des « régimes de preuve » progressivement stratifiés dans la pratique scientifique, cet ouvrage offre une grille originale permettant de réinterroger nos représentations contemporaines de la science. Enfin, en rapprochant fermement l'histoire des sciences des champs plus traditionnellement parcourus par les historiens en général, il ouvre des perspectives fécondes et d'actualité. – Table des matières : Introduction - 1. La genèse d'une pratique expérimentale coopérative en France au milieu du XVII e siècle : de la construction d'une forme-de-vie expérimentale vue à travers la mise en scène de la preuve empirique dans les correspondances et les traités savants; – 2. La stabilisation d'une nouvelle forme narrative dans le récit d'expérience (1660-1690) : savants et patriciens, expérience et témoignage, ou de la preuve expérimentale comme une transaction entre savoir philosophique et pouvoir aristocratique; – 3. Du singulier au régulier ou de la curiosité à l'utilité : une nouvelle articulation de la preuve empirique chez les physiciens français au début du XVIIIe siècle; – 4. L'élaboration et la diffusion d'une nouvelle technologie littéraire pour le compte rendu d'expérience : le cas des physiciens anglais (1700-1730); – 5. L'efficacité persuasive du spectacle expérimental remise en question : la controverse entre l'abbé Nollet, Benjamin Franklin et ses disciplines français à propos de l'interprétation des phénomènes électriques – 6. Dure comme du bois : la preuve utilitaire et la question de la résistance des solides au Siècles des Lumières; – 7. De l'exactitude : l'émergence de la physique expérimentale à la fin du XVIIIe siècle; – 8. Épilogue.

     

    MONOGRAPHIE

    La Fabrication de la science

    • Pages : 167
    • Collection : Sciences et société
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Traduction de l’anglais
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-7071-2084-7
    •  
    • Date de création : 01-12-2015
    • Dernière mise à jour : 02-12-2015

    Résumé :

    Français

    Faisant suite à Qu'est-ce que la science ?, qui soumettait à une critique attentive certaines des formulations classiques de la science et de ses méthodes, sans y proposer pour autant d'alternative élaborée, le présent ouvrage entend aller plus loin dans la présentation de ses arguments et démontrer que la position tenue n'est pas celle d'un scepticisme radical, refusant tout statut distinctif et objectif au savoir scientifique. Si l'auteur persiste à rejeter « les interprétations philosophiques orthodoxes » de ce que l'on appelle la méthode scientifique, il entend montrer comment une certaine défense de la science en tant que savoir objectif reste néanmoins possible. – S'il rejette comme axiomatisation de la connaissance aussi bien le positivisme de Karl Popper que le relativisme de Paul Feyerabend, le premier parce qu'il contredit l'histoire des sciences, le second car il est incapable de démarquer sciences et pseudo-science, Chalmers propose comme alternative de définir les sciences comme description uniforme du monde, et afin de mesurer leur succès, de mesurer comment les sciences atteignent ce but. Il reste lui-même sur le progrès (en accord avec Lakatos), mais sans voir le cercle du point de vue de la théorie marxiste de l'histoire (Popper et Lakatos pensent qu'elle n'est pas scientifique) : le progrès (le développement monotone des forces productives) est le moteur de l'histoire, et la science en est une superstructure. Tout comme chez Popper, l'accent est mis sur les critères de démarcation entre science et pseudo-science. – 1. Les aspects politiques de la philosophie des sciences; – 2. Contre une méthode universelle; – 3. Le but de la science; – 4. Objectivation de l'observation; – 5. L'expérimentation; – 6. Science et sociologie du savoir; – 7. Deux études de cas sociologiques; – 8. La dimension sociale et politique de la science. – Annexe : L'extraordinaire préhistoire de la loi de la réfraction. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    D'Archimède à Einstein

    Les faces cachées de l'invention scientifique

    • Année : 1988
    • Éditeur : Fayard
    • Pages : XVII-395
    • Collection : Le Temps des sciences
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-213-02158-9
    •  
    • Date de création : 05-06-2017
    • Dernière mise à jour : 05-06-2017

    Résumé :

    Français

    Recueil d’études historiques parues entre 1973 et 1987 principalement dans la revue La recherche: — 1. Une énigme : Archimède et les miroirs ardents ; — 2. La révolution scientifique au XIe siècle ; — 3. Espace et perspective au Quattrocento ; — 4. Léonard de Vinci et la naissance de la science moderne ; — 5. Quelles ont été les vraies raisons du déclin de l’astrologie ; — 6. Les jésuites ont-ils été des pionniers de la science ? — 7. De l'art à la science : la découverte de la trajectoire parabolique ; — 8. Galilée a-t-il expérimenté ? ; — 9. La résistible ascension de la théorie atomique ; — 10. Darwin est-il darwinien ? ; — 11. La science existe-t-elle : le cas Pasteur ; — 12. Du rêve à la science : le serpent de Kérulé ; — 13. Le spiritisme et la science de l’inconscient ; — 14. Science et subjectivité : le cas Einstein ; — 15. Un cosmologiste habile : Edwin Hubble. – L’analyse tourne souvent à la démystification : tant de contingences à chaque pas dans l’invention, tant d’anachronismes dans la façon de réinventer les époques à partir des seules données de la décou­verte. Dans les pages liminaires d’introduction, l'Auteur s’interroge sur le statut de l’épistémologie latente derrière ses analyses historiques. Il refuse la conclu­sion « la science n’existe pas » dont il attribue l'intention perverse principale­ment aux « sociologues ». Mais ne va-t-il pas plus loin encore lorsqu’il avoue que la science n’est qu’un regard « particulier » sur le monde et qu’il existe d’autres « éclairages » capables de nous faire percevoir « les structures du réel » (p. XXVI) ? M.-M. V.

     
    ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ