Comment
ça
marche ?

Accueil
Recherche avancée

1. Comment effectuer une recherche ?

      1.1. Recherche avec la barre de recherche

            1.1.1. Votre requête est guidée par la suggestion des mots-clés déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion)

            1.1.2. Pour combiner des mots-clés dans une requête, plusieurs possibilités se présentent :

                    1) Opérateur ET : il doit être entré avec le symbole "&" :

                    2) Opérateur OU : il doit être entré avec le symbole "+" :

                    3) Opérateur SAUF : il doit être entré avec le symbole "-" :

      1.2. Recherche avec barre alphabétique

            1.2.1. Cliquez sur une lettre :

            1.2.2. Vous avez la possibilité de faire tourner la boule des mots-clés associés au terme choisi :

            1.2.3. Vous avez aussi la possibilité de cliquer sur un mot-clé :

            1.2.4. Une fois un mot cliqué, un widget apparaît indiquant le nombre de notices indexées par le mot-clé sélectionné :

            1.2.5. En cliquant sur le widget, vous faites apparaître la liste des références bibliographiques indexées par le mot-clé que vous avez sélectionné :

                      Vous avez la possibilité de faire défiler cette liste de références bibliographiques

            1.2.6. Après avoir cliqué sur un résultat de requête, la notice associée à la référence bibliographique sélectionnée s’affiche :

            1.2.7. Vous avez alors la possibilité de faire défiler la notice pour la consulter et lire son contenu

     

      1.3. Recherche simple

            1.3.1. Cliquez sur le bouton accueil :

            1.3.2. Vous avez la possibilité de choisir un critère parmi les critères suivants :

            1.3.3. Cliquez sur le bouton OK ou sur la touche ENTER de votre clavier pour lancer la recherche

            1.3.4. La liste des résultats s’affiche :

                     Vous avez la possibilité de faire défiler et de cliquer sur un résultat de requête

            1.3.5. Une fois que vous avez sélectionné un résultat, la notice associée à cette référence bibliographique s’affiche et vous pouvez la consulter :

            1.3.6. Pour afficher ou masquer le détail des métadonnées de la référence appuyer sur + ou sur – :

      1.4. Recherche avancée

            1.4.1. Entrez une requête dans le ou les champs souhaités

            1.4.2. Votre requête est guidée par la suggestion des termes déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion) :

            1.4.3. Pour sélectionner un item appuyez sur « + » ; pour retirer un item de la recherche appuyez sur « - »

            1.4.4. Pour combiner les termes, sélectionnez les opérateurs que vous souhaitez utiliser dans votre requête :

            1.4.5. Pour lancer votre recherche appuyez sur « Rechercher »

2. Signification des pictogrammes utilisés dans la base de données

      2.1. Un pictogramme par type de document

Monographie


Dictionnaire / Encyclopédie


Collectif


Article


Revue / Périodique


Thèse

3. Possibilités manipulatoires de la sphère

      3.1. Vous pouvez la faire tourner dans tous les sens

      3.2. Vous pouvez la zoomer et la dézoomer

      3.3. Vous pouvez cliquer sur les mots-clés qu'elle présente





Nuage de mots-clés associé à : Empirisme
    Logo SIPSPictogramme de Livres
    45
    NOTICES

    Liste des références bibliographiques indexées

    Monographie

    Du cheminement de la pensée

    Émile MEYERSON
    Éditeur : Félix Alcan - 1931


    Monographie

    Le Nouvel esprit scientifique

    Gaston BACHELARD
    Éditeur : Félix Alcan - 1934


    Monographie

    Les Raisons de la fiction : les philosophes et les mathématiques

    Jean-Pierre CLÉRO
    Éditeur : Armand Colin - 2004


    Monographie

    Problèmes de philosophie

    Bertrand RUSSELL
    Éditeur : Payot - 1999


    Collectif

    L’Empirisme logique à la limite. Schlick, le langage et l’expérience

    Sous la direction de Jean-Jacques ROSAT, Jacques BOUVERESSE, Delphine CHAPUIS-SCHMITZ
    Éditeur : CNRS Éditions - 2006


    Monographie

    Introduzione a Quine

    Gloria ORIGGI
    Éditeur : Laterza - 2000


    Monographie

    Scienza e tecnica : teoria ed esperienza nelle scienze della natura

    Marco BUZZONI
    Éditeur : Studium - 1995


    Monographie

    Petites leçons d’épistémologie. Comment penser la science et la connaissance ?

    Yannis DELMAS-RIGOUTSOS
    Éditeur : Vuibert - 2009


    Collectif

    The Body as Object and Instrument of Knowledge. Embodied Empiricism in Early Modern Science

    Sous la direction de Charles T. WOLFE, Ofer GAL
    Éditeur : Springer Science+Business Media B.V. - 2010


    Article

    Epistemological Naturalism and the Normativity Objection

    Michael JANVID

    Sous la direction de Hans ROTT
    Dans Erkenntnis - 2004


    Article

    Evidence, Explanation, and the Empirical Status of Scientific Realism

    Igor DOUVEN

    Sous la direction de Hans ROTT
    Dans Erkenntnis - 2005


    Article

    Some Remarks on Cosmology and Scientific Realism

    Brigitte FALKENBURG

    Sous la direction de Pierre KERSZBERG
    Dans Kairos - 2005


    Article

    Le quasi-empirisme chez Poincaré

    Pilar BELTRAN

    Sous la direction de Miguel ESPINOZA
    Dans De la science à la philosophie. Hommage à Jean Largeault - 2001


    Article

    Savoir empirique et classifications biologiques selon Scott Atran

    François DUCHESNEAU

    Sous la direction de Pierre JACOB
    Dans L’Âge de la science. Lectures philosophiques - 1989


    Article

    Présentation

    Jean PETITOT

    Sous la direction de François MARTY
    Dans Archives de philosophie - 2001


    Article

    Relations, Synthèses, Arrière-Plans. Sur la philosophie transcendantale et la physique moderne

    Michel BITBOL

    Sous la direction de François MARTY
    Dans Archives de philosophie - 2001


    Article

    Les voies du positivisme en France et en Autriche : Poincaré, Duhem et Mach

    Anastasios BRENNER

    Sous la direction de Gerhard HEINZMANN
    Dans Philosophia Scientiae. Travaux d’histoire et de philosophie des sciences - 1999


    Article

    Empirisme et scepticisme dans la philosophie des sciences en Grande-Bretagne aux XVIIe et XVIIIe siècles

    Frédéric BRAHAMI

    Sous la direction de Pierre WAGNER
    Dans Les Philosophes et la science - 2002


    Article

    L’épistémologie française et le Cercle de Vienne : Louis Rougier

    Jacques LAMBERT

    Sous la direction de Michel BITBOL, Jean GAYON
    Dans L’Épistémologie française, 1830-1970 - 2006


    Article

    Opération, fonction et signification de Boole à Frege. Le basculement des mathématiques vers la logique au XIXe siècle

    Marie-José DURAND-RICHARD

    Sous la direction de Bruno CANY
    Dans Cahiers critiques de la philosophie - 2007


    Article

    Approches empiriques du langage de la pensée

    Martin D. S. BRAINE

    Sous la direction de Daniel ANDLER, Pierre JACOB, Joëlle PROUST, François RÉCANATI, Dan SPERBER
    Dans Épistémologie et cognition - 1992


    Article

    Pensée et machine

    Hilary PUTNAM

    Sous la direction de Alan Ross ANDERSON
    Dans Pensée et machine - 1983


    Article

    Sur la capacité de la raison à discerner : rationalité substantive et rationalité procédurale d’Aristote à H.A. Simon, par Descartes et Vico

    Jean-Louis LE MOIGNE

    Sous la direction de Louis-André GÉRARD-VARET, Jean-Claude PASSERON
    Dans Le Modèle et l’enquête. Les usages du principe de rationalité dans les sciences sociales - 1995


    Article

    Le conventionnalisme géométrique, une alternative radicale au réalisme spatial. Le contexte français du conventionnalisme géométrique de Poincaré

    Philippe NABONNAND

    Sous la direction de Ivahn SMADJA
    Dans Cahiers de philosophie de l’Université de Caen - 2008


    Article

    Une alternative au-delà du pragmatisme. La pratique en suspens

    Bruno KARSENTI

    Sous la direction de Michel de FORNEL, Cyril LEMIEUX
    Dans Naturalisme versus constructivisme - 2008


    Article

    Can Empiricism Leave Its Realism Behind? Toward a Dialogue with Transcendentalists

    Bastiaan C. VAN FRAASSEN

    Sous la direction de Michel BITBOL, Pierre KERSZBERG, Jean PETITOT
    Dans Constituting Objectivity. Transcendental Perspectives on Modern Physics - 2009


    Article

    Science and Realism: The Legacy of Duhem and Meyerson in Contemporary American Philosophy of Science

    Sandra LAUGIER

    Sous la direction de Jean GAYON, Anastasios BRENNER
    Dans French Studies in the Philosophy of Science. Contemporary Research in France - 2009


    Article

    Foundations of Physics: The Empirical Blindness

    Hervé P. ZWIRN

    Sous la direction de Jean GAYON, Anastasios BRENNER
    Dans French Studies in the Philosophy of Science. Contemporary Research in France - 2009


    Article

    Victories for Empiricism, Failures for Theory: Medicine and Science in the Seventeenth Century

    Harold J. COOK

    Sous la direction de Charles T. WOLFE, Ofer GAL
    Dans The Body as Object and Instrument of Knowledge. Embodied Empiricism in Early Modern Science - 2010


    Article

    Alkahest and Fire: Debating Matter, Chymistry, and Natural History at the Early Parisian Academy of Sciences

    Victor D. BOANTZA

    Sous la direction de Charles T. WOLFE, Ofer GAL
    Dans The Body as Object and Instrument of Knowledge. Embodied Empiricism in Early Modern Science - 2010


    Article

    Empiricism Without the Senses: How the Instrument Replaced the Eye

    Ofer GAL, Raz CHEN-MORRIS

    Sous la direction de Charles T. WOLFE, Ofer GAL
    Dans The Body as Object and Instrument of Knowledge. Embodied Empiricism in Early Modern Science - 2010


    Article

    Lamarck on Feelings: From Worms to Humans

    Snait B. CHEUNG

    Sous la direction de Charles T. WOLFE, Ofer GAL
    Dans The Body as Object and Instrument of Knowledge. Embodied Empiricism in Early Modern Science - 2010


    Article

    Empiricism and Its Roots in the Ancient Medical Tradition

    Anik WALDOW

    Sous la direction de Charles T. WOLFE, Ofer GAL
    Dans The Body as Object and Instrument of Knowledge. Embodied Empiricism in Early Modern Science - 2010


    Article

    Science et réalisme. L’héritage de Meyerson dans l’épistémologie américaine contemporaine

    Sandra LAUGIER

    Sous la direction de Eva TELKES-KLEIN, Elhanan YAKIRA
    Dans L’Histoire et la philosophie des sciences à la lumière de l’œuvre d’Émile Meyerson (1859-1933) - 2010


    Article

    Réflexions sur la philosophie de l’espace selon Gilles-Gaston Granger, et sur la physique contemporaine : En quel sens la pensée physique peut-elle dépasser le concept d’espace ?

    Michel PATY

    Sous la direction de Antonia SOULEZ, Arley R. MORENO
    Dans La Pensée de Gilles-Gaston Granger - 2010


    Article

    Les destinées russes de l’énergétisme. II, L’influence de Mach

    Leonid HELLER

    Sous la direction de Michel PATY, Danièle GHESQUIER-POURCIN, Muriel GUEDJ, Gabriel GOHAU
    Dans Énergie, science et philosophie au tournant des XIXe et XXe siècles - 2010


    Monographie

    Understanding Space-Time. The Philosophical Development of Physics from Newton to Einstein

    Robert DISALLE
    Éditeur : Cambridge University Press - 2006


    Monographie

    From a Biological Point of View. Essays in Evolutionary Philosophy

    Elliott SOBER
    Éditeur : Cambridge University Press - 1994


    Monographie

    A Metaphysics for Scientific Realism. Knowing the Unobservable

    Anjan CHAKRAVARTTY
    Éditeur : Cambridge University Press - 2007


    Monographie

    L'Empirisme d'Épicure

    Julie GIOVACCHINI
    Éditeur : Classiques Garnier - 2012


    Monographie

    L’Aufklärung del XX secolo : Origini storiche ed epistemologia del Circolo di Vienna

    Mirella FORTINO
    Éditeur : Aracne - 2012


    Monographie

    The Realistic Empiricism of Mach, James, and Russell : Neutral Monism Reconceived

    Erik C. BANKS
    Éditeur : Cambridge University Press - 2014


    Monographie

    Matérialisme dialectique et logique

    Pierre RAYMOND
    Éditeur : François Maspero - 1977


    Article

    Comment un cartésien peut-il devenir baconien ?

    Ronan DE CALAN

    Sous la direction de Élodie CASSAN
    Dans Bacon et Descartes - 2014


    Article

    Développements instrumentaux en contexte de sous-détermination théorique : Cas du diagnostic moléculaire

    Ronan LE ROUX

    Sous la direction de Stéphanie RUPHY, Alexandre GUAY
    Dans Science, philosophie, société - 2017


    MONOGRAPHIE

    Du cheminement de la pensée

    • Pages : XXVII-1036
    • Nombre de volumes : 3
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 23-09-2015

    Résumé :

    Français

    Cet important travail en trois volumes, dans la lignée des précédents ouvrages consacrés par l’A. à l’étude de la marche de la pensée scientifique, tente d’élargir le domaine d’application de leurs résultats, en les étendant à la pensée commune. Il s’agit donc ici de la généralisation de conclusions considérées comme acquises. – Le Volume I comprend les Livres I et II : le Livre Premier («Le problème et la solution envisagée») trace le programme de travail destiné à percer «l’énigme du cheminement de la pensée». Une réponse est proposée à travers la généralisation des principes déduits de l’examen de la pensée scientifique, principes que l’évolution la plus récente de la physique quantique semble conforter; le Livre II («La proposition») s’attache à confirmer cette supposition en s’appuyant sur la notion de cohérence des attributs, susceptible d’éclairer la véritable nature du raisonnement inductif et du syllogisme, ainsi que les rapports entre la propriété et l’essence, la proposition et la définition. – Le Volume II contient les Livres III et IV : le Livre III («Le raisonnement mathématique») examine les deux conceptions – aprioriste et empiriste – du raisonnement mathématique, puis le rôle que joue la notion d’identique dans les mathématiques et dans la logique; le Livre IV («Le raisonnement extra-mathématique») précise la distinction entre l’existence d’un concept telle que la conçoit le mathématicien et celle qu’affirme le physicien, à travers l’analyse du réel physique, de la diversité des sciences, dans les notions d’identité et d’intellection, dans le langage, le raisonnement et l’expérience. – Le Volume III, quant à lui, regroupe la totalité des Notes portant sur le contenu de l’ensemble des deux premiers Volumes. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Le Nouvel esprit scientifique

    • Pages : 179
    • Collection : Nouvelle Encyclopédie philosophique
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 29-09-2015

    Résumé :

    Français

    «Saisir la pensée contemporaine dans sa dialectique et en montrer ainsi la nouveauté essentielle, tel est le but de ce petit livre» : Gaston Bachelard a lui même défini son Art Poétique, sa finalité philosophique. Ce texte vise donc à refonder l'épistémologie dans sa dynamique entre «l'identité des lois et la diversité des choses». Il rappelle pour cela le mouvement historique : ce sont les sciences qui créent la philosophie et non l'inverse. L'auteur insiste sur les deux socles du travail scientifique : l'expérience (et non l'observation pure) et le raisonnement, indissociables. Bachelard s'inscrit donc dans le mouvement de la géométrie non-euclidienne, de la mécanique post-newtonienne et d'une épistémologie non cartésienne, qui fondent la physique du XXème siècle. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Les Raisons de la fiction : les philosophes et les mathématiques

    • Pages : 640
    • Collection : Collection U. Philosophie
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-200-26165-9
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 17-10-2015

    Résumé :

    Français

    Cet imposant ouvrage est divisé en trois parties. «Essai de dialectique» (I) présente, après un rappel des antagonismes philosophiques sur les mathématiques, les doctrines de quelques philosophes qui ont su exprimer le jeu dialectique des mathématiciens envers ces principes : Platon (contrairement aux apparences), Aristote, Sextus Empiricus, Pascal, Bentham surtout. Il cherche à montrer de la sorte que c’est la théorie des fictions de ce dernier, rapportée à un pragmatisme fin et à un rejet de la théorie de la connaissance entendue comme reflet, qui rend le mieux compte du statut ontologique des objets mathématiques. «S’instruire philosophiquement des mathématiques» (II) développe une approche inversée de la thèse de l’auteur : l’étude de quelques événements mathématiques majeurs conduit à la nécessité d’en appeler à nouveau à la théorie des fictions de Bentham, au pragmatisme fin et à l’usage dialectique des principes philosophiques. Quant à la dernière partie, «Pour une théorie des fictions en mathématiques» (III), elle tente de montrer comment l’étude des événements mathématiques fournit à son tour des concepts, ou plutôt des schèmes, organisateurs de la pensée philosophique. Cette partie dégage enfin le thème, esquissé durant toute l’œuvre, que les mathématiques, et toute la pensée théorique, ont à voir avec le corps et les passions. Ce qui représente l’autre face de la théorie de Bentham, l’auteur s’inspirant pour sa part de la psychanalyse. – Si la première partie fournit ainsi plus particulièrement une relecture pragmatiste de l’histoire de la philosophie, avec Bentham comme point fixe, toutes permettent de côtoyer l’histoire d’événements mathématiques : naissance des probabilités (partie I), formalisation de la mesure, de l’espace, du temps, banalisation des nombres complexes (partie II), création de la machine arithmétique (partie III), par exemple. L’auteur se montre très critique envers les philosophes des sciences, historiens et épistémologues. Est-ce ce qui le conduit à passer sous silence les approches similaires, mais orientées vers le rationalisme, de ses thèses : Bachelard ou Gonseth, et surtout à ignorer totalement l’œuvre épistémologique de Piaget ?. – Bibliogr. ; Glossaire ; Index. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Problèmes de philosophie

    • Année : 1999
    • Éditeur : Payot
    • Pages : 189
    • Collection : Bibliothèque philosophique Payot
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Traduction de l’anglais
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-228-88172-4
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 17-10-2015

    Résumé :

    Français

    Le texte de Russell a été publié pour la première fois en français à Paris : Librairie Félix Alcan, 1923 (Bibliothèque de Philosophie contemporine), dans une traduction de Jeanne-Frédérique Renauld. Une nouvelle traduction, par Solange-Marie Guillemin, a paru aux éditions Payot en 1965 (Petite Bibliothèque Payot; 79), rééditée ibid. en 1980. Le présent ouvrage, introduit et traduit par François Rivenc, est une réimpression de l’édition parue ibid. en 1989. – Introduction à la méthode logico-analytique en philosophie, les Problèmes de philosophie constituent la première recherche systématique entreprise par Russell dans le domaine de la théorie de la connaissance. Y est esquissé un programme “justificationniste” de reconstruction des sciences empiriques, sur la base d’un phénoménisme ouvert, via la distinction entre connaissance directe et connaissance par description. En outre, la nature, la possibilité et la portée de la connaissance logico-mathématique sont autant des questions à propos desquelles Russell s’efforce de situer son propre réalisme par rapport aux tendances majeures de la tradition philosophique. – I. Apparence et réalité; – II. L’existence de la matière; – III. La nature de la matière; – IV. L’idéalisme; – V. Connaissance par expérience directe et connaissance par description; – VI. Sur l’induction; – VII. Notre connaissance des principes généraux; – VIII. Comment une connaissance a priori est-elle possible ?; – IX. Le monde des universaux; – X. Notre connaissance des universaux; – XI. La connaissance intuitive; – XII. Le vrai et le faux; – XIII. La connaissance, l’erreur, l’opinion probable; – XIV. Les limites de la connaissance philosophique; – XV. La valeur de la philosophie. – Appendice : Introduction à la traduction allemande (faite par Paul Hertz, Erlangen, 1926). M.-M. V.

     

    COLLECTIF

    L’Empirisme logique à la limite. Schlick, le langage et l’expérience

    • Pages : 178
    • Collection : CNRS Philosophie
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-271-06428-7
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 17-10-2015

    Résumé :

    Français

    Issu d’un Colloque organisé en mars 2004 au Collège de France, cet ouvrage est le premier consacré à Moritz Schlick en français. Fondateur du Cercle de Vienne, Moritz Schlick défend une version extrême de l’idée, soutenue par le structuralisme logique, que le langage décrit la forme de notre expérience, mais que le contenu de celle-ci reste inexprimable : niant que les intuitions entrent dans la connaissance, il rejette le kantisme et met en péril les bases de son propre empirisme. – L’analyse se développe selon trois niveaux, correspondant aux trois parties de l’ouvrage, – l’examen des rapports entre la pensée de Schlick et la tradition kantienne (Kant, le néo-kantisme et le “kantisme analytique” de Sellars); – la confrontation de cette pensée à l’empirisme classique et à une autre variante de l’empirisme logique (Carnap); – le débat sur la thèse de l’inexprimabilité du contenu, au travers notamment d’une confrontation avec les idées de Wittgenstein, qui fut longtemps l’un des interlocuteurs privilégiés de Schlick. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Introduzione a Quine

    • Pages : 204
    • Collection : Maestri del Novecento Laterza
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Roma
    •  
    • ISBN : 88-420-6089-5
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 31-10-2015

    Résumé :

    Italien

    I. Caratteri generali dell’opera di Quine. – II. Verità e analiticità. – III. L’ontologia di Quine. – IV. Il problema del significato. – V. I capricci del riferimento: opacità referenziale, atteggiamenti proposizionali, modalità. – VI. Naturalismo e fisicalismo: l’epistemologia di Quine. – Cronologia della vita e delle opere. – Storia della critica. – Bibliografia. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Scienza e tecnica : teoria ed esperienza nelle scienze della natura

    • Pages : 254
    • Collection : La Cultura
    • Nombre de volumes : 1
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Roma
    •  
    • ISBN : 88-382-3732-8
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 01-11-2015

    Résumé :

    Italien

    L’A. difende una concezione operazionistica e realistica della conoscenza scientifica, che muove dalla tesi della natura tecnica di questa stessa conoscenza. Per risolvere l’antinomia cui conduce la tesi della theory ladenness viene delineato un “operazionismo tecnico”, secondo il quale il criterio distintivo (anche se non esclusivo) della verità d’una ipotesi empirica consiste nella sua traducibilità tecnica. Le ipotesi empiriche non devono in linea di principio includere alcun contenuto che non sia riconducibile alla progettazione, alla costruzione e all’uso di apparati tecnici. Muovendo da queste premesse viene affrontato soprattutto il problema della natura dei termini – e degli enti – teorici e la tesi dell’ incommensurabilità. Per quanto concerne il problema dei termini teorici, tutti i concetti sono “carichi di teoria”, ma tutti debbono essere in linea di principio riconducibili ad applicazioni tecnico-operative. Per quanto riguarda invece il problema dell’ incommensurabilità, è concesso ai teorici dell’ incommensurabilità che in una rivoluzione scientifica mutano sia i significati di certi termini sia i loro riferimenti, ma viene negato che cio` comprometta la possibilità di un autentico progresso scientifico, entro un processo di cui si sottolinea la natura ermeneutica. M. F.

     

    MONOGRAPHIE

    Petites leçons d’épistémologie. Comment penser la science et la connaissance ?

    • Pages : VI-145
    • Nombre de volumes : 1
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 978-2-7117-2496-3
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-11-2015

    Résumé :

    Français

    Centré sur le savoir de la science, cet ouvrage se propose de présenter les principaux résultats des interrogations propres au champ de recherche de l’épistémologie : qu’est-ce que connaître ?, qu’est-ce que la vérité ?, qu’est-ce que la science ? On sait que la science ne progresse pas mécaniquement ni en ligne droite, alors comment les théories, les méthodes et les expériences scientifiques se sont-elles développées ? Et comment les enseigner aujourd'hui ? En combinant approches historiques, techniques et pédagogiques, l'auteur apporte des éléments de réponse fondés sur des exemples scientifiques concrets et accessibles à tous. – 1. Science, progrès et autorité; – 2. Induire la réalité par nos sens; – 3. Les théories scientifiques; – 4. Les matrices disciplinaires; – 5. La construction de la réalité; – 6. La science et l’humain; – 7. Enseignement et EHST. M.-M. V.

     

    COLLECTIF

    The Body as Object and Instrument of Knowledge. Embodied Empiricism in Early Modern Science

    • Pages : 400
    • Collection : Studies in History and Philosophy of Science
    •  
    • Support : Print
    • Edition : Original
    • Ville : Heidelberg ; Dordrecht ; New York
    •  
    • ISBN : 978-90-481-3685-8
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 08-11-2015

    Résumé :

    Anglais

    These essays originated at a conference organized by the unit for History and Philosophy of Science, University of Sydney, in 2009 and focus on one of three themes: the body as an object of inquiry, the body as an instrument of empirical knowledge, and what the editors call "embodied cognition," or consideration of the mind as a part of the body. – It was in 1660s England, according to the received view, in the Royal Society of London, that science acquired the form of empirical enquiry we recognize as our own: an open, collaborative experimental practice, mediated by specially-designed instruments, supported by civil discourse, stressing accuracy and replicability. Guided by the philosophy of Francis Bacon, by Protestant ideas of this worldly benevolence, by gentlemanly codes of decorum and by a dominant interest in mechanics and the mechanical structure of the universe, the members of the Royal Society created a novel experimental practice that superseded former modes of empirical inquiry, from Aristotelian observations to alchemical experimentation. – This volume focuses on the development of empiricism as an interest in the body – as both the object of research and the subject of experience. Re-embodying empiricism shifts the focus of interest to the ‘life sciences’; medicine, physiology, natural history. In fact, many of the active members of the Royal Society were physicians, and a significant number of those, disciples of William Harvey and through him, inheritors of the empirical anatomy practices developed in Padua during the 16th century. Indeed, the primary research interests of the early Royal Society were concentrated on the body, human and animal, and its functions much more than on mechanics. Similarly, the Académie des Sciences directly contradicted its self-imposed mandate to investigate Nature in mechanistic fashion, devoting a significant portion of its Mémoires to questions concerning life, reproduction and monsters, consulting empirical botanists, apothecaries and chemists, and keeping closer to experience than to the Cartesian standards of well-founded knowledge. – Contents : I. The body as object of inquiry (continues and in some cases extends historical work from the past two decades that has inserted the sciences of life into the narrative of early modern science); – II. The body as instrument (includes five essays which define "instrument" in a variety of ways); – III. Embodied minds (both more unified and more philosophical than the previous sections). M.-M. V.

     

    ARTICLE

    Epistemological Naturalism and the Normativity Objection

    • Pages : 35 à 49
    •  
    •  
    • DOI : 10.1023/B:ERKE.0000005168.3604
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    A common objection raised against naturalism is that a naturalized epistemology cannot account for the essential normative character of epistemology. Following an analysis of different ways in which this charge could be understood, it will be argued that either epistemology is not normative in the relevant sense, or if it is, then in a way which a naturalized epistemology can account for with an instrumental and hypothetical model of normativity. Naturalism is here captured by the two doctrines of empiricism and gradualism. Epistemology is a descriptive discipline about what knowledge is and under what conditions a knowledge-claim is justified. However, we can choose to adopt a standard of justification and by doing so be evaluated by it. In this sense our epistemic practices have a normative character, but this is a form of normativity a naturalized epistemology can make room for. The normativity objection thus fails. However, in the course of this discussion, as yet another attempt to clarify the normativity objection, such a naturalistic model will be contrasted with Donald Davidson's theory of interpretation. Even though this comparison will not improve upon the negative verdict upon the original objection, it will be argued that naturalism cannot accept Davidson's theory since it contains at least one constitutive principle – the principle of charity – whose epistemic status is incompatible with the naturalistic doctrine of gradualism. So, if this principle has this role, then epistemology cannot be naturalized.

     

    ARTICLE

    Evidence, Explanation, and the Empirical Status of Scientific Realism

    • Pages : 253 à 291
    •  
    •  
    • DOI : 10.1007/s10670-005-3228-5
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Anglais

    There is good reason to believe that, if it can be decided at all, the realism debate must be decided on a posteriori grounds. But at least prima facie the prospects for an a posteriori resolution of the debate seem bleak, given that realists and antirealists disagree over two of the most fundamental questions pertaining to any kind of empirical research, to wit, what the range of accessible evidence is and what the methodological status of explanatory considerations is. The present paper aims to show that, while the difficulties that face an empirical approach to the realism debate are not to be discounted, they are not insurmountable either. Specifically, it presents a broadly Bayesian strategy for resolving the debate that is capable of solving those difficulties. The strategy crucially involves answers to the aforementioned questions that diverge from both the standard realist and the standard antirealist answers, but that should appear more natural and plausible than those to realists and antirealists alike.

     

    ARTICLE

    Some Remarks on Cosmology and Scientific Realism

    • Pages : 229 à 246
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 26-06-2011

    Résumé :

    Anglais

    Cosmology is discussed in light of the current debate on scientific realism. First, some crucial arguments against scientific realism are put into a historical context. Then, it is sketched which light they cast on physical cosmology. Recent arguments of instrumentalism, empiricism, anti-fundamentalism, historicism, and internalism are taken up. The small empirical basis and the constructive aspects of cosmology are emphasised, in particular concerning the cosmological principle. It is argued that the current disunity of physics is unavoidable, making the project of quantum cosmology problematical, whereas principles of scientific realism such as truth-as-correspondence and unity are also indispensable. Finally, the paper raises the question of internalism. Is the God’s Eye View of the universe represented by a cosmological model tenable, given that any physical knowledge is perspectival ?

     

    ARTICLE

    Le quasi-empirisme chez Poincaré

    • Pages : 177 à 196
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Mots-clés :

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Savoir empirique et classifications biologiques selon Scott Atran

    • Pages : 187 à 191
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    ARTICLE

    Présentation

    • Pages : 563 à 582
    •  
    •  
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 09-12-2011

    ARTICLE

    Relations, Synthèses, Arrière-Plans. Sur la philosophie transcendantale et la physique moderne

    • Pages : 595 à 620
    •  
    •  
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 26-09-2015

    Résumé :

    Français

    Un tableau est dressé de l’usage, des modes d’opération et des traits distinctifs, de l’approche transcendantale en épistémologie des sciences physiques contemporaines. Des solutions transcendantales à des problèmes classiques de philosophie des sciences, comme celui du relativisme, et celui du conflit entre réalisme et empirisme, sont proposées. Une analyse transcendantale des processus heuristiques durant les phases de révolution scientifique est ensuite amorcée. Des exemples sont pris en physique newtonienne, relativiste, et quantique. Une fonction centrale des épistémologies transcendantales est désignée en fin de parcours : la mise en évidence d’arrière-plans constitutifs traités, à un stade donné du développement des sciences, comme inconditionnés. M.-M. V.

     

    ARTICLE

    Les voies du positivisme en France et en Autriche : Poincaré, Duhem et Mach

    • Pages : 31 à 42
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    On sait que Poincaré et Duhem ont été lus par les positivistes logiques. Selon P. Frank, un des membres du Cercle de Vienne, les conceptions des deux penseurs français ont permis d’assouplir l’empirisme strict de Mach; c’est dire que ces conceptions ont joué un rôle décisif dans la reformulation du positivisme. Or l’œuvre machienne avait déjà suscité toute une série de réactions de la part de Poincaré et de Duhem. Il est possible dès lors de comparer concrètement le premier positivisme autrichien et le conventionnalisme français et d’en repérer les similitudes et les différences. Cette comparaison met en lumière plusieurs difficultés que les positivistes logiques ont dû surmonter.

     

    ARTICLE

    Empirisme et scepticisme dans la philosophie des sciences en Grande-Bretagne aux XVIIe et XVIIIe siècles

    • Pages : 301 à 348
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    I. La fondation philosophique de l’empirisme : Bacon; II. La pratique expérimentale : autour de la Royal Society; III. De la philosophie expérimentale à l’anthropologie : Hume.

     

    ARTICLE

    L’épistémologie française et le Cercle de Vienne : Louis Rougier

    • Pages : 93 à 110
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Il s’agit ici de repérer, au-delà des divergences évidentes, certains caractères d’une tradition épistémologique française dans l’accueil des thèses viennoises, surtout de la part de leurs partisans, en particulier Louis Rougier, présenté comme «le principal philosophe français qui a été en contact avec les thèses néopositivistes» (Francesco Barone). – Les grandes thèses sur les systèmes formels; – Les grandes thèses sur les vérités empiriques : Le critère vérificationniste de la signification empirique; Critique du physicalisme et de la conception unitaire de la science; Aspect conventionnel d’une séparation trop nettement établie entre les énoncés analytiques et les énoncés synthétiques; Limitation de l’exigence de vérification directe; La métaphysique et les problèmes; – Conclusion.

     

    ARTICLE

    Opération, fonction et signification de Boole à Frege. Le basculement des mathématiques vers la logique au XIXe siècle

    • Pages : 99 à 128
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    L’article vise à mieux cerner comment Boole et Frege tentent de faire face à la fois à l’inventivité formelle, propre au XIXe siècle, et à la montée des empirismes. – La logique symbolique de Boole : Caractérisation de l’approche symbolique. Méthode et enjeux; La problématique symbolique dans l’œuvre de Boole; L’algèbre spéciale de la logique booléenne; L’analyse des classes et la notion de fonction dans la logique de Boole; Le rôle subordonné de la logique des propositions; La méthode générale de Boole appliquée aux probabilités; La médiation fondationnelle du travail de Boole; – Fonction et signification chez Frege : Frege face à l’empirisme. Une philosophie de l’absolu; “Concept” versus “représentation”; Les articulations logiques de l’analyse conceptuelle; De la fonction comme support des concepts et des pensées; Les limites du logicisme de Frege; – Conclusion.

     

    ARTICLE

    Approches empiriques du langage de la pensée

    • Pages : 19 à 26
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Depuis que Fodor l’a défendue en 1975, l’hypothèse d’un «langage de la pensée» a été discutée et souvent critiquée parmi les philosophes, alors qu’en psychologie l’existence d’un système de représentations conceptuelles internes est assez généralement admise. L’auteur s’interroge ici en psychologue sur la portée empirique de l’hypothèse et montre comment l’étude expérimentale du raisonnement permet de formuler des hypothèses précises sur la «syntaxe logique» du langage de la pensée.

     

    ARTICLE

    Pensée et machine

    • Pages : 110 à 134
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 18-02-2015

    Résumé :

    Français

    Cet article tente de rendre plausible l’affirmation selon laquelle les conclusions et les questions diverses qui constituent le problème traditionnel corps-esprit sont entièrement de caractère linguistique et logique, et les «faits» empiriques dans ce domaine, si rares soient-ils, étayent un point de vue autant que l’autre. – 1. Les machines de Turing; – 2. Le secret; – 3. États «mentaux» et états «logiques»; – 4. «L’identité» corps-esprit; – 5. Un argument «linguistique»; – 6. La linguistique des machines; – 7. Conclusion. [Original : «Minds and Machines», Dimensions of Mind : A Symposium. Sidney Hook, ed. New York, New York University Press, 1960].

     

    ARTICLE

    Sur la capacité de la raison à discerner : rationalité substantive et rationalité procédurale d’Aristote à H.A. Simon, par Descartes et Vico

    • Pages : 245 à 277
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Cet article a pour objet le passage des théories de la rationalité substantive à la rationalité procédurale. C’est H.A. Simon qui diagnostique, à partir de 1973, une différence de conception quant à la nature même de la rationalité : non seulement sur ce qu’elle est, mais surtout sur ce qu’elle fait, et plus encore sur ce qu’elle peut faire. Un tel passage implique un changement fondamental en matière de «style scientifique», le passage d’un raisonnement privilégiant la déduction à partir d’un strict système d’axiomes, à un raisonnement privilégiant l’exploration empirique des procédures complexes de la pensée. – I. Le paradigme de la rationalité limitée ou De l’ordre rationnel à la stratégie rationnelle; – II. De la Logique à la Méthode, ou Du bon usage de la raison selon Aristote et selon Descartes; – Des «principes pour une science nouvelle».

     

    ARTICLE

    Le conventionnalisme géométrique, une alternative radicale au réalisme spatial. Le contexte français du conventionnalisme géométrique de Poincaré

    • Pages : 63 à 86
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Analyse du contexte théorique dans lequel s’est constitué le conventionnalisme géométrique de Poincaré. L’article porte une attention particulière sur les discussions relatives au statut des géométries non euclidiennes, à la possibilité d’une géométrie absolue, au rôle que jouent les sensations et les mouvements dans la formation de la notion d’espace, mettant ainsi en lumière le processus par lequel la géométrie s’est progressivement émancipée du réalisme spatial. Il montre comment Poincaré se démarque néanmoins de tout empirisme philosophique concernant le statut de l’espace, et plus spécifiquement comment la théorie de la genèse psychophysiologique de l’espace vient chez lui conforter un antiréalisme spatial radical en étayant, grâce à la notion de groupe, le conventionnalisme géométrique.

     

    ARTICLE

    Une alternative au-delà du pragmatisme. La pratique en suspens

    • Pages : 133 à 140
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 21-02-2015

    Résumé :

    Français

    L’interprétation récente d’Anne Rawls a le mérite de dégager l’originalité de l’épistémologie durkheimienne par un triple contraste : par rapport à l’idéalisme post-kantien, à l’empirisme classique et au pragmatisme. Mais la question demeure de comprendre en quoi consiste cette originalité en elle-même. On se sépare ici de l’interprétation de Rawls en considérant que l’axe central de cette épistémologie est la façon dont elle maintient la thèse de l’hétérogénéité de la pensée et de l’action, et la forme de suspension de la pratique sur laquelle elle concentre l’analyse sociologique. Ce qui revient à accorder une attention soutenue aux catégories de sacré et d’idéal, réinvesties dans la perspective d’une sociologie de l’action.

    Anglais

    Anne Rawls’ recent interpretation has the merit of bringing out the originality of Durkheimian epistemology through a triple contrast with post Kantian idealism, classical empirism and pragmatism. But the question of understanding what this originality itself consists of still remains. Here we take our distance from Rawls’ interpretation by considering the central axis of this epistemology is the way she maintains the thesis of the heterogeneity of thought and action and the form of suspension of practice on which she focuses sociological analysis. This implies granting a special attention to the categories of sacred and ideal when reintroduced in the perspective of sociology of action.

     

    ARTICLE

    Can Empiricism Leave Its Realism Behind? Toward a Dialogue with Transcendentalists

    • Pages : 459 à 479
    •  
    •  
    • DOI : 10.1007/978-1-4020-9510-8_27
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 22-02-2015

    Résumé :

    Anglais

    Today's empiricism and transcendentalism both reject metaphysics, but each appears sometimes to the other as actually engaging in the rejected metaphysics. From an empiricist standpoint, transcendentalism seems to grant too much to the knowing subject whereas from a transcendentalist standpoint, empiricism seems to concede too much to realism. The challenge posed for empiricism is to explain how it could make sense, within an empiricist stance, to say that there could be things that are not describable (in our language in use) and hence not knowable, let alone known. The remaining ‘common sense’ realism, that I acknowledge in response, can – I submit – be clearly distinguished from any metaphysical version vulnerable to transcendentalist critique.

     

    ARTICLE

    Science and Realism: The Legacy of Duhem and Meyerson in Contemporary American Philosophy of Science

    • Pages : 91 à 112
    •  
    •  
    • DOI : 10.1007/978-1-4020-9368-5_4
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 22-02-2015

    Résumé :

    Anglais

    Anglo-American epistemology has long recognized its debt to Pierre Duhem: most notably in the so-called “Duhem–Quine” thesis that has been at the center of debates over empiricism and realism. These debates began with the Vienna Circle and have continued through the development of a more historical reflection on the sciences. This development is still ongoing, as can be seen in Hilary Putnam’s work on realism. The most prominent figures in this movement of inheritance of Duhem’s work, as well as the most controversial, are Kuhn and Feyerabend. But this change in American philosophy of science since, say, the sixties may also draw our attention to another influence, less visible than Duhem’s, but just as important: that of Emile Meyerson. One finds references to Meyerson in writings by both Quine and Kuhn. Kuhn, in particular, has explicitly recognized his debt to the author of Identity and Reality. In an interview in the French newspaper Le Monde, he noted that he had, in philosophy, three major influences, apart from his contemporary, Quine: Duhem (for his Aim and Structure of Physical Theory), Meyerson (for Identity and Reality), and Koyré, who was responsible for the direct transmission of Meyerson’s work to the U.S. Kuhn also recalled that it was Popper himself who advised him to read Identity and Reality, a work that proved decisive for Kuhn.

     

    ARTICLE

    Foundations of Physics: The Empirical Blindness

    • Pages : 141 à 163
    •  
    •  
    • DOI : 10.1007/978-1-4020-9368-5_6
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 22-02-2015

    Résumé :

    Anglais

    Physics has long been taken as the paradigm science. This was particularly the case under the logical empiricists. Physics was the only science that was worth discussing in epistemology. This is no more true and modern philosophy of science has to take all disciplines into account. Yet, it’s true that biologists or sociologists don’t wonder whether the objects they study are real. Their philosophy is a spontaneous realism which, in their mind, is not questionable. Physicists are the rare scientists wondering if scientific theories are about the world or about themselves. Physics remains the only empirical science that brings real new insights into philosophy and that is able to influence our philosophical conception of the world. Thus, the results of physics can’t be ignored when discussing the status of reality or the validity of knowledge that science provides.

     

    ARTICLE

    Victories for Empiricism, Failures for Theory: Medicine and Science in the Seventeenth Century

    • Pages : 9 à 32
    •  
    •  
    • DOI : 10.1007/978-90-481-3686-5_2
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 25-02-2015

    Résumé :

    Anglais

    For millennia, learned physicians tried to develop theoretical principles that would guide their therapeutic actions. The most enduring foundations were built on the discourse of the four elements, four qualities, four humours, six non-naturals, and the ways these combined to yield individual temperaments and constitutions. As these fundamentals came under attack in the seventeenth century, empiricism and medical specifics once again seemed the best method of finding certainty in therapy. This was no simple change in “method” proposed by the learned, however, since the developing medical marketplace gave empirics many new opportunities for promoting their views and forcing the rest to take account of them. Does this transition in medicine also apply to “science” more generally, giving prominence to those “matters of fact” that have gained our attention in recent years? The case is made for answering “yes.”

     

    ARTICLE

    Alkahest and Fire: Debating Matter, Chymistry, and Natural History at the Early Parisian Academy of Sciences

    • Pages : 75 à 92
    •  
    •  
    • DOI : 10.1007/978-90-481-3686-5_5
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 25-02-2015

    Résumé :

    Anglais

    Samuel Cottereau Duclos (1598–1685) established the chymical research program at the newly inaugurated Parisian Academy of Sciences (est. 1666). While in the years following his election Duclos enjoyed an unmatched level of activity and influence among academicians, during the 1670s, his institutional status and authority had dwindled considerably. The origins of this decline are examined in light of Duclos’ preference of solution chymistry over traditional distillation analysis, highlighted by his research into alkahest. The assessment reveals metaphysical contentions within the Academy concerning the nature of matter and the scope chymical analysis. A crucial turning point in these disputes is signaled by Duclos’ confrontation with Denis Dodart, defender of distillation, over the direction of the ‘Natural History of Plants’ project. In epistemological and philosophical contexts, an examination of the debate illustrates the interplay between conflicting perceptions employed in negotiating distinctions such as physical/chymical and organic/mechanic. The different approaches to plants’ constitution, or ‘inner’ natures, depict the interrelationship between empiricism and natural history. – A version of this paper was presented at The Three Societies Meeting in Oxford, July 2008.

     

    ARTICLE

    Empiricism Without the Senses: How the Instrument Replaced the Eye

    • Pages : 121 à 147
    •  
    •  
    • DOI : 10.1007/978-90-481-3686-5_7
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 25-02-2015

    Résumé :

    Anglais

    The optical instruments developed through the seventeenth century allowed peering into the very far and the very small; a spectacle never before experienced. The telescope, and later the microscope, was now expected to answer fundamental questions and resolve cosmological riddles by direct observation into the foundations of nature. But this ability came at an unexpected price and with unexpected results. For Kepler and Galileo, the new instruments did not offer extension and improvement to the senses; they replaced them altogether. To rely on their authority was to admit that the human eye is nothing but an instrument, and a flawed one at that. Rather than the intellect’s window to the world, the human senses became a part of this world, a source of obscure and unreliable data, demanding uncertain deciphering. Accurate scientific observation meant that we are always wrong.

     

    ARTICLE

    Lamarck on Feelings: From Worms to Humans

    • Pages : 211 à 239
    •  
    •  
    • DOI : 10.1007/978-90-481-3686-5_11
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 25-02-2015

    Mots-clés :

    Résumé :

    Anglais

    Lamarck’s theory of ‘sentimens’ (feelings) is presented. Within this framework, what he called ‘sentiment intérieur-sentiment d’existence’ (‘inner feeling’) and his conception of ‘attention’ are analyzed. It is argued that Lamarck’s innovative stance stemmed from his evolutionary perspective on “mental events” and his conception of ‘self’ that derived from it. The ‘mental events’ of empiricism – subsumed under the experiencing of ‘feelings’ – were assumed by Lamarck to be direct consequences of physiological processes. The transition from experience to feeling which Lamarck posited could not, in a strict sense, be justified within the sensationalist framework. He argued that the capacity of experiencing was dependent on bodily structures that were emergent. The resulting experiencing and the resulting ‘feelings’ were also an emergent category, embodied, yet endowed with a qualitative surplus. Organisms, as well as their components, were assumed to be in constant interaction with their specific environment. Consequently, the feelings-events in the body, through the processes of the body as integral parts of the body, bore the specificities of this or that particular body, and were embodied in this double sense. Lamarck’s assumption of a gradually emergent sentiment intérieur was intended to resolve the empiricist dead-end on identity-and-continuity of the self. The evolutionary perspective which assumed both growing complexification, openness to environment and interaction with it, compelled Lamarck to look for a unifying cohering foundation for the individualized entities which populated his theory. This foundation had to cater to the demands of ‘science’ as well as those of ‘experience’. Thus he produced the first version of an evolutionary ‘self’, and a new conception of ‘internality’. – This is an elaboration of a paper presented at the February 2009 University of Sydney workshop on “Embodied Empiricism.”

     

    ARTICLE

    Empiricism and Its Roots in the Ancient Medical Tradition

    • Pages : 287 à 308
    •  
    •  
    • DOI : 10.1007/978-90-481-3686-5_14
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 25-02-2015

    Résumé :

    Anglais

    Kant introduces empiricism as a deficient position that is unsuitable for the generation of scientific knowledge. The reason for this is that, according to him, empiricism fails to connect with the world by remaining trapped within the realm of appearances. If we follow Galen’s account of the debate ensuing among Hellenistic doctors in the third century B.C., empiricism presents itself in an entirely different light. It emerges as a position that criticises medical practitioners who stray away from the here and now by indulging in theory-driven a priori forms of reasoning. In so doing empiricism remains at all times committed to the world and its agents. In this paper Galen’s account of empiricism will serve as a means to unravel the dynamics of a discussion that aims to reassess the standards of a dogmatic scientific practice. By looking at Bacon’s and Gassendi’s perception of the ancient medical tradition, this paper will furthermore show that the understanding of what empiricism is crucially depends on the understanding of what scepticism is.

     

    ARTICLE

    Science et réalisme. L’héritage de Meyerson dans l’épistémologie américaine contemporaine

    • Pages : 159 à 185
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Si la dette de la philosophie américaine envers Duhem est reconnue depuis longtemps, elle ne saurait occulter celle contractée envers Meyerson : ses écrits ont eu une influence considérable sur l’évolution de l’épistémologie américaine. Cet article tente de déceler les traces de la pensée de Meyerson dans les travaux de quelques-uns des philosophes américains les plus marquants (notamment Quine et Kuhn), au travers de deux axes principaux : les débats sur le réalisme, et l’évolution de la philosophie des sciences vers une conception plus historique des sciences.

     

    ARTICLE

    Réflexions sur la philosophie de l’espace selon Gilles-Gaston Granger, et sur la physique contemporaine

    En quel sens la pensée physique peut-elle dépasser le concept d’espace ?

    • Pages : 93 à 130
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 27-02-2015

    Résumé :

    Français

    Cet article a pour point de départ l’ouvrage de G.-G. Granger sur La pensée de l’espace, dont Michel Paty rappelle d’abord les idées directrices, avant de montrer que les conceptions qui accompagnent le développement des constructions mathématiques (par exemple les diverses sortes de géométries) peuvent être vues comme un élargissement des formes de la rationalité, élargissement correspondant à une restructuration dynamique des éléments de rationalité qui permet des synthèses constructives ultérieures. Il en va de même avec les constructions de la physique, pour l’espace (et le temps), comme pour les grandeurs physiques en général par lesquelles on exprime les propriétés des objets et des phénomènes physiques.

     

    ARTICLE

    Les destinées russes de l’énergétisme. II, L’influence de Mach

    • Pages : 37 à 53
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Ce second volet se concentre plutôt sur Mach, auteur de l’empiriocriticisme et référence première d’Ostwald, dont on retrouve l’influence chez de nombreux savants-philosophes de la génération suivante (Einstein, les philosophes néopositivistes du Cercle de Vienne, Freud, etc.).

     

    MONOGRAPHIE

    Understanding Space-Time. The Philosophical Development of Physics from Newton to Einstein

    • Pages : XIII-173
    •  
    • Support : Print
    • Edition : Original
    • Ville : Cambridge
    •  
    • ISBN : 9780521857901 (hbk.)
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 16-02-2012
    • Dernière mise à jour : 16-02-2012

    Résumé :

    Anglais

    Presenting the history of space-time physics, from Newton to Einstein, as a philosophical development, DiSalle reflects our increasing understanding of the connections between ideas of space and time and our physical knowledge. He suggests that philosophy's greatest impact on physics has come about, less by the influence of philosophical hypotheses, than by the philosophical analysis of concepts of space, time and motion, and the roles they play in our assumptions about physical objects and physical measurements. This way of thinking leads to interpretations of the work of Newton and Einstein and the connections between them. It also offers ways of looking at old questions about a priori knowledge, the physical interpretation of mathematics, and the nature of conceptual change. Understanding Space-Time will interest readers in philosophy, history and philosophy of science, and physics, as well as readers interested in the relations between physics and philosophy. – Contents : – 1. Introduction; – 2. Absolute motion and the emergence of classical mechanics (Newton and the history of the philosophy of science; The revisionist view; The scientific and philosophical context of Newton’s theory; The definition of absolute time; Absolute space and motion; Newton’s De Gravitatione et aequipondio fluidorum; The Newtonian program; “To exhibit the system of the world”; Newton’s accomplishment); – 3. Empiricism and apriorism from Kant to Poincaré (A new approach to the metaphysics of nature; Kant’s turn from Leibniz to Newton; Kant, Leibniz, and the conceptual foundations of science; Kant on absolute space; Helmholtz and the empiricist critique of Kant; The conventionalist critique of Helmholtz’s empiricism; The limits of Poincaré’s conventionalism; The nineteenth-century achievement); – 4. The origins of significance of relativity theory (The philosophical background to special relativity; Einstein’s analysis of simultaneity; From special relativity to the “postulate of the absolute world”; The philosophical motivations for general relativity; The construction of curved space-time; General relativity and “world-structure”; The philosophical significance of general relativity); – 5. Conclusion (Space and time in the history of physics; On physical theory and interpretation).

     

    MONOGRAPHIE

    From a Biological Point of View. Essays in Evolutionary Philosophy

    Résumé :

    Anglais

    Elliott Sober is one of the leading philosophers of science and is a former winner of the Lakatos Prize, the major award in the field. This new collection of essays will appeal to a readership that extends well beyond the frontiers of the philosophy of science. Sober shows how ideas in evolutionary biology bear in significant ways on traditional problems in philosophy of mind and language, epistemology, and metaphysics. Amongst the topics addressed are psychological egoism, solipsism, and the interpretation of belief and utterance, empiricism, Ockham's razor, causality, essentialism, and scientific laws. The collection will prove invaluable to a wide range of philosophers, primarily those working in the philosophy of science, the philosophy of mind, and epistemology. – Contents : Introduction; – 1. Did evolution make us psychological egoists?; – 2. Why not solipsism?; – 3. The adaptive advantage of learning and a priori prejudice; – 4. The primacy of truth-telling and the evolution of lying; – 5. Prospects for an evolutionary ethics; – 6. Contrastive empiricism; – 7. Let's razor Ockham's razor; – 8. The principle of the common cause; – 9. Explanatory presupposition; – 10. Apportioning casual responsibility; – 11. Evolution, population thinking, and essentialism; – 12. Temporally oriented laws. – Index.

     

    MONOGRAPHIE

    A Metaphysics for Scientific Realism. Knowing the Unobservable

    • Pages : XVII-251
    •  
    • Support : Print
    • Edition : Original
    • Ville : Cambridge
    •  
    • ISBN : 9780521876490
    •  
    • Date de création : 12-03-2012
    • Dernière mise à jour : 12-03-2012

    Résumé :

    Anglais

    Scientific realism is the view that our best scientific theories give approximately true descriptions of both observable and unobservable aspects of a mind-independent world. Debates between realists and their critics are at the very heart of the philosophy of science. Anjan Chakravartty traces the contemporary evolution of realism by examining the most promising strategies adopted by its proponents in response to the forceful challenges of antirealist sceptics, resulting in a positive proposal for scientific realism today. He examines the core principles of the realist position, and sheds light on topics including the varieties of metaphysical commitment required, and the nature of the conflict between realism and its empiricist rivals. By illuminating the connections between realist interpretations of scientific knowledge and the metaphysical foundations supporting them, his book offers a compelling vision of how realism can provide an internally consistent and coherent account of scientific knowledge. – Contents : – Part I. Scientific Realism Today: – 1. Realism and antirealism, metaphysics and empiricism; – 2. Selective scepticism: entity realism, structural realism, semirealism; – 3. Properties, particulars and concrete structures; – Part II. Metaphysical Foundations: – 4. Causal realism and causal processes; – 5. Dispositions, property identity and laws of nature; – 6. Sociability: natural and scientific kinds; – Part III. Theory Meets World: – 7. Representing and describing: theories and models; – 8. Approximate truths about approximate truth. – Includes bibliographical references (p. 235-243) and Index.

     

    MONOGRAPHIE

    L'Empirisme d'Épicure

    Résumé :

    Français

    [Texte remanié de : Thèse de doctorat, sous la direction de Francis Wolff : Philosophie : 1 vol. : Université Paris Ouest Nanterre La Défense : 2007 : 437 p.]. – Peut-on parler d'empirisme dans les doctrines antiques, et plus particulièrement dans la doctrine épicurienne ? Si oui, en quel sens et pour quelles raisons ? En situant l'épicurisme dans l'histoire du problème de l'origine de nos connaissances, cet ouvrage se propose de rapprocher la philosophie épicurienne de la médecine empirique. Il s'agit d'interpréter la méthodologie épicurienne comme une doctrine reposant sur une théorie empiriste de la connaissance en la confrontant aux pratiques médicales de son temps, de sorte que soit révélée l'importance de l'empirisme dans la pensée scientifique antique. L'auteur compare ainsi textes philosophique et textes médicaux en vue de montrer que la doctrine épicurienne peut être identifiée à une médecine de l'âme. – Bibliographie, pp. 209-222 ; Index locorum, pp. 223-225 ; Table des matières, pp. 227-228.

    F. F.

     

    MONOGRAPHIE

    L’Aufklärung del XX secolo

    Origini storiche ed epistemologia del Circolo di Vienna

    • Année : 2012
    • Éditeur : Aracne
    • Pages : 200
    • Collection : Ars inveniendi
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Originale
    • Ville : Roma
    •  
    • ISBN : 978-88-548-5423-9
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 13-06-2013
    • Dernière mise à jour : 02-03-2015

    Résumé :

    Allemand

    In questo volume l’intento dell’Autrice è mettere a fuoco alcuni temi teorici della Wissenschaftliche Weltauffassung (concezione scientifica del mondo) che un gruppo di filosofi e scienziati, fortemente indebitati nei confronti di Bertand Russell e Ludwig Wittgenstein, definiscono a Vienna, negli anni Venti e Trenta del XX secolo. La battaglia positivista contro l’apriorismo e contro ogni presupposto di ordine metafisico, il criterio di verificazione concepito come criterio di significanza empirica, la svolta eversiva rispetto all’ortodossia empirista di Moritz Schlick, il ruolo quindi del sociologo ed economista Otto Neurath, le cui posizioni oliste saranno molto apprezzate da Willard Orman Quine, e l’empirismo di un insigne rappresentante della scuola di Berlino, Hans Reichenbach, sono al centro del volume. La trattazione dell’Autrice ha cura di porre anche in risalto significative convergenze nonché le innegabili divergenze tra il neoempirismo viennese, che vuole coniugare il fondamento empirico della conoscenza e il rigore logico, e la tradizione convenzionalista francese. In appendice infine si possono leggere, nella traduzione italiana dell’Autrice, le pagine dello scritto Fisicalismo, in cui Neurath elabora la critica della nozione di “proposizione protocollare” con la quale, in sintonia con altri saggi critici, la Wissenschaftliche Weltauffassung del Circolo di Vienna liberalizza il criterio della significanza empirica, riconoscendo il ruolo fondazionale del linguaggio nella costruzione del sapere scientifico. Content : Indice ; Introduzione. – Capitolo I : « L’origine del neoempirismo nel milieu franco-austriaco all’alba del XX secolo » – I.1. La nascita della concezione scientifica del mondo in un antico Caffè di Vienna – I.2. L’epistemologia machiana – I.3. La critica convenzionalista di Poincaré e il fenomenismo di Duhem – I. 4. La filosofia di Abel Rey « verso un positivismo assoluto » – I.5. Il pensiero di Abel Rey precursore della “concezione scientifica del mondo”. – I.6. Perché Vienna? – I.6. I Vienna tra la fine del secolo XIX e la nascita della Repubblica austriaca nel 1919 – I. 6.2 La filosofia di Vienna – I. 7. Perché Parigi senza Wissenschaftliche Weltauffassung o concezione scientifica del mondo? – I. 8. Nota sull’espressione “positivismo logico”. Capitolo II : « Empirismo e a priori senza apoditticità » – 2.1 Possiamo fare a meno, nella conoscenza, e nella scienza quindi, dell’a priori ? 2. 2. L’a priori sintetico come condizione trascendentale della conoscenza dei fenomeni – 2.3. Convenzionalismo versus criticismo? – 2.4. La negazione dell’apriorismo kantiano in Moritz Schlick – 2.5 L’a priori secondo la critica degli storici della scienza. Capitolo III : « Significato, verificabilità e interpretazione » – 3.1. La prospettiva positivista. « Empirismo critico » e problema del significato – 3.2. L’esigenza verificazionista in Positivismus und Realismus – 3.3. Le constatazioni in funzione dell’esigenza verificazionista – 3.4. Potenziali insidie antipositiviste ? – 3.5. Quanta verità può vantare la teoria della corrispondenza di Schlick? – 3.6. Il principio della “verificabilità aperta” di Friedrich Waismann – 3.7. Oltre il neopositivismo. La deontologizzazione della teoria: un empirismo senza dogmi, non un’epistemologia senza prova. Capitolo IV : « Leggi di natura e convenzioni nell’epistemologia di Schlick » – 4.1. Scienza, legge e previsione – 4.2. Le leggi di natura secondo il credo empirista di Schlick non sono convenzioni – 4.3. Significato e verificazione – 4.4. Invariantismo delle leggi di natura – 4.5. Epistemologia e linguaggio – 4.6. Fraintendimenti. Capitolo V : « Come marinai in mare aperto … La svolta eversiva del Kreis: la tesi Neurath-Quine » – 5.1. Fisicalismo e controversie sui protocolli – 5.2. La negazione schlickiana della “coherence theory of truth” – 5.3. La tesi olista e il pragmatismo di Neurath – 5.4. La critica del modus tollens e l’ideale dell’enciclopedia-modello in funzione anti-sistema – 5.5. Dal fiscalismo verso l’empirismo senza dogmi : Tesi D-Q o Tesi D-N ? Capitolo VI : « La critica convenzionalista, il neocriticismo e l’empirismo di Reichenbach » – 6.1. Convenzioni vs apriorismo ed empirismo. 6.2. I riconoscimenti di Cassirer nei confronti di Poincaré – 6.3. Hans Reichenbach e l’irriducibile arbitrarietà delle scelte teoriche – 6.4. Convenzionalismo e oggettività. Appendice : Otto Neurath, Fiscalismo. M. F.

     

    MONOGRAPHIE

    The Realistic Empiricism of Mach, James, and Russell

    Neutral Monism Reconceived

    • Pages : 225
    •  
    • Support : Print
    • Edition : Original
    • Ville : Cambridge; New York
    •  
    • ISBN : 9781107073869
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 13-10-2014
    • Dernière mise à jour : 24-02-2015

    Résumé :

    Anglais

    In the early twentieth century, Ernst Mach, William James, and Bertrand Russell founded a philosophical and scientific movement known as 'neutral monism', based on the view that minds and physical objects are constructed out of elements or events which are neither mental nor physical, but neutral between the two. This movement offers a unified scientific outlook which includes sensations in human experience and events in the world of physics under one roof. In this book Erik C. Banks discusses this important movement as a whole for the first time. He explores the ways in which the three philosophers can be connected, and applies their ideas to contemporary problems in the philosophy of mind and the philosophy of science - in particular the relation of sensations to brain processes, and the problem of constructing extended bodies in space and time from particular events and causal relations. – Table of contents : Introduction. An overview of realistic empiricism. – 1. Mach: physical elements; – 2. Mach: philosophy of psychology; – 3. William James' direct realism: a reconstruction; – 4. Russell's neutral monism: 1919–1927; – 5. Enhanced physicalism; – 6. The problem of extension: a constructivist program. – Appendix: An outline of realistic empiricism. – Includes bibliographical references and Index.

     

    MONOGRAPHIE

    Matérialisme dialectique et logique

    • Pages : 182
    • Collection : Algorithme
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-7071-0893-6
    •  
    • Date de création : 31-01-2016
    • Dernière mise à jour : 31-01-2016

    Résumé :

    Français

    Sous forme d'une contre-attaque marxiste et althussérienne dirigée contre l'idéologie logicienne contemporaine, dite "philosophie analytique", Pierre Raymond s’avance pas à pas en un terrain « miné » d’abord par plusieurs siècles d’épistémologie « idéaliste », mais mal reconnu aujourd’hui encore à travers l’héritage « classique » des matérialistes. — La logique se pose d’emblée comme anhistorique ; et c’est cette discipline « étrangère à toute dialectique » qui prétend « régenter ce qu’il y a de scientifique dans les sciences » (p. 17). Mais aussi bien fallait-il en déplacer la critique pour pouvoir saisir ce qu’il y a de « dialectique » et de « matérialiste » dans la logique du matérialisme dialectique lui-même. La vieille relation empiriste « concept-réalité » fait place alors à une question neuve : « l’histoire des liens expé­rimentaux entre les maniements symboliques et la réalité » (p. 18). Or, « il est frappant que l'échec d’Engels à sortir d'une problématique empiriste... a été gros de conséquences : l’incapacité du matérialisme à aider les tentatives de Frege et de Russell, ... à les empêcher d’être les origines avortées d’une nouvelle discipline, l’étude des symbolismes théoriques : cet avortement a pris la forme précise d’une invasion de l’empirisme philosophique,... d’une retombée de cette discipline dans les voies dispersées de la logique, de la linguistique et des philosophies de la rigueur » (ibid.). — C’est ce programme qu'illustrent les études critiques de cet ouvrage, consacrées successivement à : Hegel et Marx, Bolzano, Boole, Marx et Engels, Frege et Russell, Wittgenstein et Camap. M.-M. V.

     

    ARTICLE

    Comment un cartésien peut-il devenir baconien ?

    • Pages : 177 à 187
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Originale
    •  
    •  
    • Date de création : 29-03-2016
    • Dernière mise à jour : 04-04-2016

    Résumé :

    Français

    Ronan de Calan s’intéresse à la mobilisation de la figure de Bacon dans la philosophie des Lumières pour critiquer l’idée que cette philosophie se caractérise par un devenir baconien des cartésiens. Il s’appuie sur l’article « Baconisme » de l’Encyclopédie pour révéler l’usage instrumental, anticartésien et empiriste de Bacon opéré par les philosophes des Lumières. Seul Diderot semble développer une philosophie véritablement inspirée des thèses et textes baconiens. H. V.

    Anglais

    Ronan de Calan analyses the reference to Bacon in the French philosophy of the 18th century in order to criticize the idea that this philosophy can be defined as a baconian evolution of the Cartesians. He studies the article “Baconisme” in the Encyclopédie to enlighten the instrumental, anticartesian and empiricist use of Bacon by the Cartesians. Only Diderot seems to develop a philosophy really inspired by and based on Bacon’s texts. H. V.

     

    ARTICLE

    Développements instrumentaux en contexte de sous-détermination théorique

    Cas du diagnostic moléculaire

    • Pages : 117 à 129
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Originale
    •  
    •  
    • Date de création : 21-12-2017
    • Dernière mise à jour : 21-12-2017

    Résumé :

    Français

    À travers l’exemple des mécanismes de déclenchement du cancer, cet article s’intéresse à la recherche biomédicale prétendument a-théorique (sans hypothèse), qui ne serait guidée que par le développement technologique. Cette revendication est exacerbée par une approche Big Data et un contexte de sous-détermination théorique des observations, qui sont ceux du diagnostic moléculaire pris pour exemple (utilisation d’instruments à haut débit pour détecter et pronostiquer l’évolution de maladies). L’article soutient que la technologie ne se développe pas dans un vide théorique ou un empirisme pur (identifiant des corrélations sans explications), mais se base sur des représentations a priori. En effet, les résultats insatisfaisants des technologies existantes et les controverses entre chercheurs font apparaître des arrière-plans théoriques privilégiés. De même, l’utilisation des instruments à la fois influence, et est influencée par, les paradigmes dans lesquels s’inscrivent les chercheurs. Ph. S.

     
    ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ