Comment
ça
marche ?

Accueil
Recherche avancée

1. Comment effectuer une recherche ?

      1.1. Recherche avec la barre de recherche

            1.1.1. Votre requête est guidée par la suggestion des mots-clés déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion)

            1.1.2. Pour combiner des mots-clés dans une requête, plusieurs possibilités se présentent :

                    1) Opérateur ET : il doit être entré avec le symbole "&" :

                    2) Opérateur OU : il doit être entré avec le symbole "+" :

                    3) Opérateur SAUF : il doit être entré avec le symbole "-" :

      1.2. Recherche avec barre alphabétique

            1.2.1. Cliquez sur une lettre :

            1.2.2. Vous avez la possibilité de faire tourner la boule des mots-clés associés au terme choisi :

            1.2.3. Vous avez aussi la possibilité de cliquer sur un mot-clé :

            1.2.4. Une fois un mot cliqué, un widget apparaît indiquant le nombre de notices indexées par le mot-clé sélectionné :

            1.2.5. En cliquant sur le widget, vous faites apparaître la liste des références bibliographiques indexées par le mot-clé que vous avez sélectionné :

                      Vous avez la possibilité de faire défiler cette liste de références bibliographiques

            1.2.6. Après avoir cliqué sur un résultat de requête, la notice associée à la référence bibliographique sélectionnée s’affiche :

            1.2.7. Vous avez alors la possibilité de faire défiler la notice pour la consulter et lire son contenu

     

      1.3. Recherche simple

            1.3.1. Cliquez sur le bouton accueil :

            1.3.2. Vous avez la possibilité de choisir un critère parmi les critères suivants :

            1.3.3. Cliquez sur le bouton OK ou sur la touche ENTER de votre clavier pour lancer la recherche

            1.3.4. La liste des résultats s’affiche :

                     Vous avez la possibilité de faire défiler et de cliquer sur un résultat de requête

            1.3.5. Une fois que vous avez sélectionné un résultat, la notice associée à cette référence bibliographique s’affiche et vous pouvez la consulter :

            1.3.6. Pour afficher ou masquer le détail des métadonnées de la référence appuyer sur + ou sur – :

      1.4. Recherche avancée

            1.4.1. Entrez une requête dans le ou les champs souhaités

            1.4.2. Votre requête est guidée par la suggestion des termes déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion) :

            1.4.3. Pour sélectionner un item appuyez sur « + » ; pour retirer un item de la recherche appuyez sur « - »

            1.4.4. Pour combiner les termes, sélectionnez les opérateurs que vous souhaitez utiliser dans votre requête :

            1.4.5. Pour lancer votre recherche appuyez sur « Rechercher »

2. Signification des pictogrammes utilisés dans la base de données

      2.1. Un pictogramme par type de document

Monographie


Dictionnaire / Encyclopédie


Collectif


Article


Revue / Périodique


Thèse

3. Possibilités manipulatoires de la sphère

      3.1. Vous pouvez la faire tourner dans tous les sens

      3.2. Vous pouvez la zoomer et la dézoomer

      3.3. Vous pouvez cliquer sur les mots-clés qu'elle présente





Nuage de mots-clés associé à : Politique
    Logo SIPSPictogramme de Livres
    32
    NOTICES

    Liste des références bibliographiques indexées

    Monographie

    Simondon, individu et collectivité. Pour une philosophie du transindividuel

    Muriel COMBES
    Éditeur : Presses Universitaires de France - 1999


    Revue-Périodique

    Hermès : Cognition, Communication, Politique

    Sous la direction de Dominique WOLTON
    Éditeur : CNRS Éditions - 1990


    Collectif

    Gilbert Simondon. Une pensée opérative

    Sous la direction de Jacques ROUX
    Éditeur : Publications de l’Université de Saint-Étienne - 2002


    Article

    Politique de la science : quelques questions à partir de l'œuvre d'Auguste Comte

    Juliette GRANGE

    Sous la direction de Thierry GAUDIN, Armand HATCHUEL
    Dans Les Nouvelles raisons du savoir : vers une prospective de la connaissance. - 2002


    Article

    Panser l'homme, penser la science

    Gérard HUBER

    Sous la direction de Thierry GAUDIN, Armand HATCHUEL
    Dans Les Nouvelles raisons du savoir : vers une prospective de la connaissance. - 2002


    Article

    Introduction

    Anne-Françoise SCHMID

    Sous la direction de Dominique WOLTON
    Dans Hermès - 1990


    Article

    La politique de Russell

    Alain RYAN

    Sous la direction de Dominique WOLTON
    Dans Hermès - 1990


    Article

    Le voyage en Russie soviétique

    Dominique COLAS

    Sous la direction de Dominique WOLTON
    Dans Hermès - 1990


    Article

    Bertrand Russell : une vie

    Francis JACQUES

    Sous la direction de Dominique WOLTON
    Dans Hermès - 1990


    Article

    Deux inédits. Lettres de Bertrand Russell à Louis Couturat

    Bertrand RUSSELL

    Sous la direction de Dominique WOLTON
    Dans Hermès - 1990


    Article

    Éloge de la politique (Essai)

    Charles KLEIBER

    Sous la direction de Éric BRIAN
    Dans Revue de Synthèse - 2005


    Article

    Les OGM : des objets vivants construits?

    André MICOUD

    Sous la direction de Jacques ROUX
    Dans Gilbert Simondon. Une pensée opérative - 2002


    Article

    Moral Integrity During a Difficult Period : Beth and Scholz

    Volker PECKHAUS

    Sous la direction de Gerhard HEINZMANN
    Dans Philosophia Scientiae. Travaux d’histoire et de philosophie des sciences - 1999


    Article

    Popper, le libéralisme et la démocratie sociale

    Jeremy SHEARMUR

    Sous la direction de Renée BOUVERESSE-QUILLIOT
    Dans Karl Popper et la science d’aujourd’hui - 1989


    Article

    Le courant radical et révolutionnaire dans la théorie sociale et politique de Popper

    Fred EIDLIN

    Sous la direction de Renée BOUVERESSE-QUILLIOT
    Dans Karl Popper et la science d’aujourd’hui - 1989


    Article

    Politique et éthique. Introduction

    David CHAVALARIAS

    Sous la direction de Paul BOURGINE, David CHAVALARIAS, Claude COHEN-BOULAKIA
    Dans Déterminismes et complexités : du physique à l’éthique. Autour d’Henri Atlan - 2008


    Article

    Responsabilité du politique face aux complexités

    Michel ROCARD

    Sous la direction de Paul BOURGINE, David CHAVALARIAS, Claude COHEN-BOULAKIA
    Dans Déterminismes et complexités : du physique à l’éthique. Autour d’Henri Atlan - 2008


    Article

    Sciences, philosophie des sciences et politique, le constat d’une myopie

    Dominique PESTRE

    Sous la direction de Françoise BALIBAR, Élie DURING
    Dans Critique. Revue générale des publications françaises et étrangères - 2002


    Article

    “L’artifice et le jeu de la machine politique”. Rouages et citoyens selon Hobbes et Rousseau

    Franck TINLAND

    Sous la direction de Franck TINLAND
    Dans Nouvelles sciences. Modèles techniques et pensée politique de Bacon à Condorcet - 1998


    Article

    Science du politique et technique politique de Hobbes à Rousseau

    Jean-Louis LABUSSIÈRE

    Sous la direction de Franck TINLAND
    Dans Nouvelles sciences. Modèles techniques et pensée politique de Bacon à Condorcet - 1998


    Article

    Le modèle cybernétique dans la pensée politico-technique de G.W. Leibniz

    André ROBINET

    Sous la direction de Franck TINLAND
    Dans Nouvelles sciences. Modèles techniques et pensée politique de Bacon à Condorcet - 1998


    Article

    Médecine et politique dans la philosophie de Diderot

    Éliane MARTIN-HAAG

    Sous la direction de Franck TINLAND
    Dans Nouvelles sciences. Modèles techniques et pensée politique de Bacon à Condorcet - 1998


    Article

    La physiocratie comme science nouvelle

    Catherine LARRÈRE

    Sous la direction de Franck TINLAND
    Dans Nouvelles sciences. Modèles techniques et pensée politique de Bacon à Condorcet - 1998


    Article

    La nature face au concept de genre

    Nancy LE NÉZET

    Sous la direction de Nicolas LECHOPIER, Gilles MARMASSE
    Dans La Nature, entre science et philosophie - 2008


    Article

    L’efficacité économique de l’unité axiologique de la science

    Erwan LAMY

    Sous la direction de Thierry MARTIN
    Dans L’Unité des sciences. Nouvelles perspectives - 2009


    Article

    Norbert Wiener et la valeur de la science

    Mathieu TRICLOT

    Sous la direction de Gérard CHAZAL
    Dans Valeur des sciences - 2008


    Monographie

    Thinking about Biology

    Stephen WEBSTER
    Éditeur : Cambridge University Press - 2003


    Article

    Entre causes mentales et causes sociales : Une impossible psychologie du citoyen en France

    Françoise PAROT
    Sous la direction de Christiane CHAUVIRÉ, Bruno AMBROISE

    Sous la direction de Christiane CHAUVIRÉ, Bruno AMBROISE
    Dans Le mental et le social - 2013


    Article

    Quand la politique interpelle les historiens des sciences : L’Académie internationale d’histoire des sciences dans les années 1930 et 1940

    Patrick PETITJEAN

    Dans Méthode et histoire - 2013


    Article

    Scientific responsibility and political context: the case of genetics under the Swastika

    Raphael FALK, Diane B. PAUL

    Sous la direction de Michael RUSE, Jane MAIENSCHEIN
    Dans Biology and the Foundations of Ethics - 1999


    Collectif

    Risque et expertise : 6e conférences Pierre Duhem

    Sous la direction de Alexandre GUAY
    Éditeur : Presses Universitaires de Franche-Comté - 2018


    Article

    Insinuations: Thinking Plant Politics with The Day of the Triffids

    Joni ADAMSON, Catriona A. H. SANDILANDS

    Dans The Language of Plants - 2017


    MONOGRAPHIE

    Simondon, individu et collectivité. Pour une philosophie du transindividuel

    • Pages : 133
    • Collection : Philosophies
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-13-049815-9
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 14-10-2015

    Résumé :

    Français

    Il convient de reconnaître Simondon comme l’un des philosophes contemporains qui a eu la conscience la plus aiguë du nouage de l’ontologie et de la politique. Sous le nom de transindividuel, il identifie le point de réversibilité par où celles-ci ne cessent de passer l’une dans l’autre. Ce qui est en question dans la compréhension d’un tel passage, c’est la manière dont la vie, individuelle et collective, est engagée dans la pensée. – L'A. cherche à montrer, au-delà de la multitude des catégories scientifiques et épistémologiques traversant l’œuvre de Simondon, la teneur spécifique de cette pensée. La réflexion s'organise autour de la question de l'individu et de l'opération d'individuation en mettant à jour les relations existantes entre ontologie et politique révélées par le concept de transindividualité. – Introduction. Partie I : Pensée de l'être et statut de l'un : de la relativité du réel à la réalité de la relation (L’opération; Plus qu’un; La transduction; L’analogie; Le paradigme physique; L’allagmatique; La réalité du relatif. De la connaissance de la relation à la connaissance comme relation ; Consistance et constitution ; Cette relation qu’est l’individu); – Partie II : La relation transindividuelle (L’individuation psychique et collective :une ou plusieurs individuations ?; Affectivité et émotivité, la vie plus qu’individuelle; Le paradoxe du transindividuel; Un domaine de traversée, le transindividuel subjectif; Le collectif comme processus; L’être-physique du collectif, le transindividuel objectif); – Partie III : Scolie. Intimité du commun ; – Partie IV : Entre culture technique et révolution de l'agir (Vers une « culture technique »; Le devenir au risque de la téléologie; Une éthique physique de l’amplification et du transfert; Hylémorphisme versus réseaux; Vers une révolution de l’agir : le transindividuel contre le travail); – Pour conclure. M.-M. V.

     

    REVUE-PÉRIODIQUE

    Hermès

    Cognition, Communication, Politique

    • Volume : 7
    • Pages : 303
    • Éditeur : CNRS Éditions
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Ville : Paris
    •  
    • Institution : Centre National de la Recherche Scientifique
    • ISSN : 0767-9513
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 17-10-2015

    Résumé :

    Français

    Plutôt que de faire le bilan prématuré d’une œuvre vive qui suscite aujourd'hui encore autant de réactions, ce numéro propose de situer les unes vis à vis des autres les différentes facettes d’une personnalité complexe, de chercher s’il existe entre elles un fil conducteur, et de voir si une telle cohérence a été non seulement voulue, mais pensée dans le cadre d’une philosophie qui établirait des liens entre investigations logiques, interventions politiques et engagement éthique. – La Première Partie, «Philosophie et logique» (Section 1, Logique et ontologie, Section 2, Épistémologie générale) réunit deux sortes de contributions : d’une part, des articles consacrés à la présentation et à l’interprétation d’une des composantes essentielles de l’œuvre philosophique de Russell; d’autre part des essais de caractère plus critique, qui se donnent pour objectif de discuter, de contester ou de reformuler telle ou telle thèse du philosophe à la lumière de ses prolongements contemporains. – La Seconde partie, «Politique de Russell : du logicien au tribun» (Section 1, L’action; Section 2, L’homme), présente des études sur les différents aspects de l’activité politique de Russell et tentent de mettre en rapport les deux grandes dimensions de son œuvre, en matière de philosophie de la logique et de théorie de la connaissance, et en matière de questions dites de société, où apparaît le sens et la continuité de sa réflexion morale et politique. M.-M. V.

     

    COLLECTIF

    Gilbert Simondon. Une pensée opérative

    • Pages : 332
    • Collection : Matières à penser
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Saint-Étienne
    •  
    • Institution : CRESAL = Centre de recherches et d’études sociologiques appliquées à la Loire
    • ISBN : 2-86272-240-5
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 27-10-2015

    Résumé :

    Français

    Cet ouvrage collectif, qui rassemble les contributions de sociologues, philosophes et économistes, envisage de saisir non seulement la pensée technique de Simondon, mais aussi une dimension plus large de sa philosophie. Les différents articles, dont la plupart est suivie d'un débat entre l'auteur et les autres collaborateurs du collectif, permet ainsi d'aborder des questionnements tels que l'individuel et le collectif (Partie I : Limites de l'individuel et du collectif), l'appropriation de la technicité (Partie II : Travail, appropriation et technicité), le vivant et le politique (Partie III : Le vivant, lieu de l'agir, lieu du politique), la portée du paradigme physique (Partie IV : Le paradigme physique : validité, créativité, exportabilité). M.-M. V.

     

    ARTICLE

    Politique de la science : quelques questions à partir de l'œuvre d'Auguste Comte

    • Pages : 43 à 56
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Panser l'homme, penser la science

    • Pages : 81 à 90
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Introduction

    • Pages : 183 à 185
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Mots-clés :

    Résumé :

     

    ARTICLE

    La politique de Russell

    • Pages : 189 à 201
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Mots-clés :

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Le voyage en Russie soviétique

    • Pages : 215 à 218
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Mots-clés :

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Bertrand Russell : une vie

    • Pages : 247 à 250
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Deux inédits. Lettres de Bertrand Russell à Louis Couturat

    • Pages : 251 à 257
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Mots-clés :

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Éloge de la politique (Essai)

    • Pages : 455 à 461
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Mots-clés :

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Les OGM : des objets vivants construits?

    • Pages : 190 à 221
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Mots-clés :

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Moral Integrity During a Difficult Period : Beth and Scholz

    • Pages : 151 à 173
    •  
    •  
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    In this paper the relation between Evert Willem Beth and the German logician and philosopher Heinrich Scholz is discussed, the similarities in their fields of research and their approaches to the foundations of mathematics are pointed out. The paper focuses, however, on the tensions between science and politics in the 1930s and 1940s, exemplified by an exchange of letters between Beth and Scholz dealing with the Scholz’s role in the Third Reich.

     

    ARTICLE

    Popper, le libéralisme et la démocratie sociale

    • Pages : 449 à 467
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    I. Un ordre social rationnel ? : Introduction; L’épistémologie et la politique; Le rationalisme dans la politique; II. À propos du libéralisme et du socialisme démocratique : Introduction; Le libéralisme contre la socio-démocratie; III. Le libéralisme et la critique socialiste.

     

    ARTICLE

    Le courant radical et révolutionnaire dans la théorie sociale et politique de Popper

    • Pages : 469 à 484
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    I. Le problème épistémologique pour la théorie radicale-révolutionnaire; II. Le problème épistémologique pour les théories du statu quo et de l’ “augmentationalisme” (Incrementalism); III. La politique d’édification par interventions limitées et la science sociale théorique; IV. Conclusion.

     

    ARTICLE

    Politique et éthique. Introduction

    • Pages : 313 à 319
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Mots-clés :

    Résumé :

    Français

    Introduction à la dernière section de l’ouvrage. Sur l’évolution des systèmes adaptatifs auto-organisés dont le schéma imprègne aujourd’hui les théories économiques dominantes et exerce de ce fait une certaine influence sur l’organisation de nos sociétés.

     

    ARTICLE

    Responsabilité du politique face aux complexités

    • Pages : 335 à 348
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Concernant la sphère politique, cet article rappelle les sources de la complexité sous l’angle de la perplexité particulière dans laquelle elle place le décideur politique. Il entend préciser la nature réelle de la fonction du politique afin d’observer la démarche usuelle du politique devant la complexité. Un tel examen devrait pouvoir conduire à suggérer quelques préconisations sur les mesures ou comportements susceptibles d’aider à l’émergence de l’ère informationnelle.

     

    ARTICLE

    Sciences, philosophie des sciences et politique, le constat d’une myopie

    • Pages : 432 à 442
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 18-02-2015

    Résumé :

    Français

    Sur l’ouvrage de Steve Fuller, Thomas Kuhn. A Philosophical for Our Times (Chicago, The University of Chicago Press, 2000, 472 p. + XVII, index). – Ce commentaire se décompose en quatre parties : « Un projet et l'affirmation d'une thèse », « Une lecture des discours sur la science des cent cinquante dernières années », « Enoncés de savoir, simplification et nécessité de regards croisés et multiples », « Kuhn, les études sociales des sciences, le féminisme et le débat démocratique ». – La 1ère partie présente l’opposition de Fuller à Kuhn et expose « l'objet de l'analyse de Fuller » (p. 433) qui voit les discours sur la science comme normatifs et non descriptifs, la « dynamique scientifique » (p. 434) comme profondément liée au politique et au social. – La seconde partie explique que pour Fuller « le second XIXe » est le lieu de « naissance de « la science » comme catégorie évidente [...] qui unifie un ensemble d'activités, qui l'essentialise », elle situe la « professionnalisation de la recherche » (p. 435) qui transforme le savant « intellectuel » en « professionnel ». « Avec la Seconde Guerre mondiale et la guerre froide [... la] science est massivement financée, encadrée et drainée par les militaires et les industriels » (p. 436) ; pour Fuller, « Kuhn cherche à donner à cette « idéologie » une « légitimité académique », et Barnes, Bloor et Collins sont ses héritiers. – La 3ème partie veut pointer les implications de Fuller formulant d'abord quelques critiques et rappelant quelques règles à tenir (discuter les énoncées pour eux-mêmes, limiter son champ, contextualiser, multiplier les points de vue, faire preuve « d'érudition et de précision » (p. 439). – La 4ème partie entend rendre justice à Kuhn, qui a permis de penser « les sciences comme pratique et travail » (p. 440), et aux divers courants que Fuller laisse dans l'ombre. Mais elle accorde à Fuller que la tendance aux micro-analyses a laissé de côté « la question politique » (p. 441) et qu'on ne peut plus faire l'économie d'une réflexion sur les « modes de production des savoirs » (p. 442), par exemple quant à l' « évolution des politiques de propriété intellectuelle concernant le vivant ». L'A. remarque que de tels enjeux « impliquent des choix de société liés à « des questions industrielles et financières » qui déterminent notre futur.

     

    ARTICLE

    “L’artifice et le jeu de la machine politique”. Rouages et citoyens selon Hobbes et Rousseau

    • Pages : 40 à 63
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 20-02-2015

    Résumé :

    Français

    Du Léviathan au Contrat social, l’article entend montrer que «c’est bien à la réfraction (ou à l’efficience) d’un nouveau rapport au monde au cœur de la sphère politique que nous sommes confrontés». Ce rapport est profondément restructuré par le sens nouveau donné à la recherche des lois naturelles et à la connexion entre les deux faces de la mécanique, – celle qui se dira «rationnelle», mais commence avec la théorisation des «machines simples», – et celle qui, dans le prolongement de celles-ci, se présente comme art mécanique. Les deux se rejoignent dans cette autre dimension de cette nouvelle relation au monde : relation au temps conçu comme ouverture sur le progrès indéfini que rend possible la genèse humaine.

     

    ARTICLE

    Science du politique et technique politique de Hobbes à Rousseau

    • Pages : 64 à 82
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 20-02-2015

    Résumé :

    Français

    Il y a, pour Hobbes, une science du politique, dont les enseignements se veulent aisément applicables. Pour Rousseau, en revanche, il n’y a pas de science politique, si l’on entend par là une détermination a priori des fins de l’homme et des moyens de leur réalisation, mais une science de la nature et de l’histoire humaines, objet du second Discours, et d’un grand secours pour le Législateur.

     

    ARTICLE

    Le modèle cybernétique dans la pensée politico-technique de G.W. Leibniz

    • Pages : 83 à 89
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Partant de l’affirmation que l’on peut certainement parler de «modèle» dans la pensée politico-technique de Leibniz, l’article entend préciser qu’il est possible de qualifier ce modèle de «cybernétique», en fonction du concept de «raison cybernétique» dont notre époque exploite les initiatives leibniziennes dans le domaine de la technologie, sans pour autant les rapporter à la véritable inspiration philosophique de la doctrine leibnizienne.

     

    ARTICLE

    Médecine et politique dans la philosophie de Diderot

    • Pages : 103 à 125
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Cet article est centré sur l’idée de rapprocher le savoir médical et la philosophie politique du XVIIIe siècle. Le propos est restreint ici à la question de savoir pourquoi Diderot fait converger deux domaines du savoir apparemment éloignés l’un de l’autre. Cette convergence ne renvoie, en effet, ni à un simple tranfert de modèle ni à une vague pensée par analogie, mais à un problème commun à la pensée médicale et politique, problème que l’on pourrait énoncer de la manière suivante : «Jusqu’où faut-il laisser la nature à elle-même ?». La médecine, comme la politique, soulève ainsi la question d’un artifice rationnel et de son rapport à l’ordre naturel.

     

    ARTICLE

    La physiocratie comme science nouvelle

    • Pages : 126 à 142
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    La référence physiocratique à la nature n’est-elle que la projection dans un ordre prétendument naturel de la domination sociale des propriétaires fonciers que l’on voudrait ainsi pérenniser, tandis que leur vision politique se résumerait à des affirmations autoritaires ? Cet article entend montrer que la question n’est pas si simple, ni si caricaturale. La nature, chez les physiocrates, n’est pas seulement le déguisement d’un projet social, elle est bien l’objet d’une ambition scientifique, dont les prétentions ne sont pas vaines et qui, en plaçant la société en continuité avec la nature, se donne les moyens d’une analyse pertinente de l’action de l’homme dans la nature. Il y a donc bien un modèle technique chez les physiocrates, qui est appliqué à la politique.

     

    ARTICLE

    La nature face au concept de genre

    • Pages : 185 à 199
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 21-02-2015

    Résumé :

    Français

    Abordant les dimensions politiques et éthiques liées à la notion de nature, le présent article est consacré principalement aux représentations des philosophes de la tradition à propos des rapports de genre et de la référence à la nature dans la définition du féminin, pour insister sur l’usage polémique et politique du concept de nature. – La naturalisation de la féminité chez les penseurs des Lumières; – Femmes et nature, hommes et culture; – Le concept de genre comme outil de déconstruction; – L’intérêt des critiques féministes pour la philosophie politique.

    Anglais

    In contemporary political philosophy’s founding texts, one often sees the concept of nature feminised and women naturalised. According to feminist theorists, this feminisation of nature renders the dichotomy between nature and culture ideological, which might make it difficult to use. The concept of gender, used to designate everything that is not strictly natural in the difference between men and women, allows theorists to deconstruct the dichotomy between nature and culture, to revisit the concept of nature and, ultimately, to redefine the political itself.

     

    ARTICLE

    L’efficacité économique de l’unité axiologique de la science

    • Pages : 123 à 138
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 24-02-2015

    Résumé :

    Français

    Cet article, qui porte moins sur l’unité de la science elle-même que sur ses représentations, prend pour objet les discours contemporains dénonçant le caractère obsolète de l’idéal d’unité de la science qui, sous la pression de la sphère économique et politique, se réduirait au statut de mythe faisant obstacle à son développement. L’auteur montre que ce mythe joue au contraire le rôle d’un «idéal régulateur» qui structure favorablement les relations entre la recherche scientifique et la production industrielle.

     

    ARTICLE

    Norbert Wiener et la valeur de la science

    • Pages : 7 à 19
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    L’engagement politique du mathématicien Norbert Wiener, fondateur du mouvement cybernétique aux États-Unis, offre un exemple particulièrement riche des différentes formes d’usage des valeurs de la science dans le débat public, et soulève la question des ressources que les sciences peuvent fournir dans le registre de l’action. L’étude des œuvres politiques de Wiener présente ainsi un double enjeu du point de vue de la question des valeurs de la science : 1/ permettre de distinguer, à travers chacun de ses grands domaines d’intervention, plusieurs figures de la mobilisation des valeurs de la science dans le champ politique; 2/ conduire à discuter l’usage spécifique des modèles issus des sciences de l’ingénieur pour l’analyse sociale, au tournant des années 1940-1950.

     

    MONOGRAPHIE

    Thinking about Biology

    • Pages : XI-235
    •  
    • Support : Print
    • Edition : Original
    • Ville : Cambridge
    •  
    • ISBN : 0521590590
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 27-05-2012
    • Dernière mise à jour : 27-05-2012

    Résumé :

    Anglais

    Thinking about Biology is intended for biology students who are interested in reflecting on the wider contexts of their studies. This 2003 book encourages students to see that biology does not deliver certainties; it discusses how biological ideas become established facts; it uses history to examine how ideas change, and to show that the biological facts that form the basis of a biology course are likely to change too. Each chapter is based on biological topics, and examines them for their philosophical, social and political implications. Topics covered include the role of natural selection in evolution, the history of ideas about fertilisation and inheritance, vivisection, and reductionism. Genetically modified foods, xenotransplantation, eugenics, and genetic testing are some of the controversial subjects discussed. Thinking About Biology should be essential reading for all college students already taking a biology course, and for those contemplating such a course in the future. – Contents : Acknowledgements; Introduction. – 1. Facts?; – 2. Reductionism; – 3. Evolution; – 4. Biology and animals; – 5. Controversies in Biology; – 6. Making sense of genes; – 7. Biology and politics; – 8. Research ethics. – Includes bibliographical references (p. 4) and Index.

     

    ARTICLE

    Entre causes mentales et causes sociales

    Une impossible psychologie du citoyen en France

    • Pages : 87 à 114
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Originale
    •  
    • Institution : Université Paris 5
    •  
    • Date de création : 08-11-2013
    • Dernière mise à jour : 22-04-2015

    Résumé :

    Français

    Le but de cet article est de considérer la proposition de construire une psychologie comme une crise de la pensée française, puisqu'il s'agit par cette discipline de comprendre l'individu à la fois dans son statut nouveau d'être naturel et dans son rôle de plus en plus important d'être politique, de citoyen. La psychologie est donc dans une situation problématique: elle est appelée à se structurer autour d'un projet impossible, à la fois expliquer les conduites par des lois causales pour les soustraire aux transcendances (morales, religieuses, etc.) et préserver la part irréductible de libre arbitre et de volonté. Dans son développement, l'auteur reprend l'histoire de la discipline, depuis A. Comte à P. Fraisse. P. F.

     

    ARTICLE

    Quand la politique interpelle les historiens des sciences

    L’Académie internationale d’histoire des sciences dans les années 1930 et 1940

    • Pages : 381 à 394
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Originale
    •  
    •  
    • Date de création : 21-03-2014
    • Dernière mise à jour : 02-03-2015

    Résumé :

    Français

    Cet article revient sur les tensions qui ont animé l’Académie internationale des sciences au moment de sa confrontation au contexte de crise économique et politique des années 1930 et 1940.

    F. F.

     

    ARTICLE

    Scientific responsibility and political context: the case of genetics under the Swastika

    • Pages : 257 à 275
    •  
    • Support : Print
    • Edition : Original
    •  
    •  
    • Date de création : 28-11-2014
    • Dernière mise à jour : 28-11-2014

    Résumé :

     

    COLLECTIF

    Risque et expertise

    6e conférences Pierre Duhem

    • Pages : 104
    • Collection : Sciences : concepts et problèmes
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Originale
    • Ville : Besançon
    •  
    • ISBN : 978-2-84867-614-2
    •  
    • Date de création : 05-07-2018
    • Dernière mise à jour : 09-07-2018

    Résumé :

    Français

    Ce court ouvrage, issu des 6e conférences Pierre Duhem de la Société de Philosophie des Sciences (SPS), analyse l’expertise en contexte de risque, qui nécessite de prendre en compte les valeurs non-épistémiques en science. Dans un essai introductif (chapitre 1) Alexandre Guay montre les difficultés auxquelles est confronté l’expert pour maintenir sa crédibilité épistémique en contexte de risque. Dans un cadre idéalisé, il passe en revue différentes conceptions de l’expertise (qui, en tant que cas aigu de connaissance par témoignage, représente un défi pour la position internaliste en théorie de la connaissance) et du risque (notion polysémique et normative). Il montre que certains jugements d’expertise nécessitent non seulement une évaluation (à partir d’une norme préalablement établie) mais aussi une valorisation (établissement de la norme elle-même) qui menace la crédibilité de l’expert. Pour y remédier, ce dernier peut externaliser l’acte de valorisation, en faisant appel à des experts non scientifiques, en renvoyant la valorisation au demandeur d’expertise ou à la société, mais ces solutions se heurtent à des difficultés. Dans la première conférence (chapitre 2) Marc Fleurbaey montre qu’on peut préserver la rationalité et l’équité dans l’évaluation des situations sociales comportant du risque. S’agissant de la rationalité, il propose d’incorporer l’équité ex ante dans l’évaluation des conséquences finales – ce qui est possible, mais nécessite une méthode pour le faire de façon non arbitraire. S’agissant de l’équité, il préconise de restreindre l’application du principe de Pareto ex ante et de ne tenir compte de l’attitude de la population face au risque que dans les situations sans inégalités. Ceci pose la question de la possibilité de respecter les attitudes face au risque dans d’autres cas, et crée une tension entre le degré d’aversion à l’inégalité souhaité et la séparabilité. Au niveau pratique, la conférence souligne l’importance des corrélations entre les niveaux de bien-être des différentes catégories de la population. Dans ses commentaires, Mikaël Cozic demande s’il est justifié d’introduire des considérations d’équité dans l’évaluation sociale du risque ; discute la stratégie de re-description des options ; questionne la robustesse de l’unanimité non-spécieuse à l’apprentissage de l’état de la nature, et l’idée qu’un évaluateur impartial n’a pas les mêmes besoins informationnels que les individus ; interroge le concept d’utilité utilisé visé par Marc Fleurbaey ; et généralise son cadre en autorisant les individus à avoir des croyances non-probabilistes. Marc Fleurbaey répond par l’affirmative ; explique que l’affaiblissement du pouvoir des axiomes n’est une mauvaise nouvelle que pour le théoricien, pas pour l’éthicien ; explique que la première est utilisée pour sélectionner les cas où le principe de Pareto est acceptable, et la seconde pour identifier le cas où le principe de Pareto est le plus douteux ; étudie comment combiner des utilités « non Von Neumann-Morgenstern » avec l’évaluation dans le risque, ce qui conduit à des critères qualitativement proches des siens ; indique que l’absence de probabilité conduit à considérer d’autres critères que l’espérance d’utilité. Dans la seconde conférence (chapitre 3) Sven Ove Hansson propose un modèle pour concilier intégrité de la science et gestion politique du risque. Il définit la science en tant qu’elle nous fournit les informations les plus fiables actuellement sur le sujet couvert par les disciplines de la connaissance, et le corpus scientifique comme un répertoire collectif de croyances provisoirement fixées, nécessaire pour arriver à une représentation gérable du monde. La valeur de la science dépend de sa fiabilité, de sa fertilité et de son utilité pratique. L’entrée dans le corpus ne dépend pas que de la fiabilité, mais aussi de considérations pratiques. Les conditions d’entrée théoriques peuvent être trop ou pas assez strictes par rapport à nos objectifs pratiques, et être réajustées localement à la hausse ou à la baisse. Dans ce dernier cas, le contournement du corpus permet d’appliquer le principe de précaution tout en préservant l’intégrité de la science. Dans ses commentaires, Minh Ha-Duong explique que le rapport du Groupe d'experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC) correspond au modèle de corpus scientifique de Hansson. Cependant, il n’y a pas de contournement mais une seule route pour constituer le dossier d’appui à la décision politique. La connaissance n’est pas transmise par un chemin unidirectionnel des données vers le politique, mais est co-construite. Les propositions sont caractérisées par des niveaux de confiance plutôt qu’une approche binaire admis/refusé dans le corpus. Dans ses commentaires, Emmanuel Henry demande si les disciplines scientifiques rassemblent effectivement l’ensemble des connaissances utiles à une société ou si les connaissances scientifiques ne représentent pas plutôt certains savoirs correspondant avant tout aux intérêts de groupes sociaux spécifiques, et dans quelle mesure le caractère biaisé des connaissances scientifiques ne remet pas en cause le modèle linéaire entre elles et la décision publique. Il souligne que l’importation dans la décision publique et la régulation des risques d’outils élaborés dans une optique de production de connaissances n’est pas a priori justifiée. Hansson répond à Ha-Duong que le caractère bayésien et l’absence de contournement du corpus du GIEC sont liés. Cependant, sa forme convient à son objectif, même s’il est légitime de se demander quel est son impact sur la compréhension et la prise de décision politiques. Hansson répond à Henry que nous avons besoin du concept normatif de science afin de disposer d’une référence idéale par rapport à laquelle analyser les écarts. Si l’intégrité de la science peut être préservée, elle reste la meilleure base factuelle disponible pour la prise de décision politique, sinon elle n’est que de peu d’utilité. – Bibliographie, p. 105-112 ; Biographies, p. 113-114. Ph. S.

     

    ARTICLE

    Insinuations: Thinking Plant Politics with The Day of the Triffids

    • Pages : 234 à 252
    •  
    • Edition : Original
    • Ville : Minneapolis
    •  
    •  
    • Date de création : 20-04-2020
    • Dernière mise à jour : 20-04-2020

    Résumé :

    Français

    Ce chapitre commente le roman de John Wyndham Le Jour des Triffides, et cherche à le penser comme autre chose qu'une simple allégorie des excès que la Guerre Froide a eu sur la nature, mais comme la description écologique des rapports bio-politiques passés entre les plantes et les hommes dans un monde de l'après-guerre. Mettant en scène le modèle scientifique du matérialisme soviétique et du libéralisme américain, Wyndham condamne leur ontologie réifiante qui nie l'agentivité des plantes et qui les conduit à légitimer l'exploitation du monde végétal. Cependant, dans ce livre de science-fiction, si Wyndham décrit les capacités politiques des plantes, notamment à travers leurs communications, il fait des triffides, les plantes tueuses de son roman, des adversaires évolutifs à combattre. Tout au contraire, nous disent les auteurs de ce chapitre, il faudrait réussir à penser un partage politique solidaire de l'espace terrestre pour en finir avec les sciences réifiantes de l'après-guerre.

    G. H.

     
    ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ