Comment
ça
marche ?

Accueil
Recherche avancée

1. Comment effectuer une recherche ?

      1.1. Recherche avec la barre de recherche

            1.1.1. Votre requête est guidée par la suggestion des mots-clés déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion)

            1.1.2. Pour combiner des mots-clés dans une requête, plusieurs possibilités se présentent :

                    1) Opérateur ET : il doit être entré avec le symbole "&" :

                    2) Opérateur OU : il doit être entré avec le symbole "+" :

                    3) Opérateur SAUF : il doit être entré avec le symbole "-" :

      1.2. Recherche avec barre alphabétique

            1.2.1. Cliquez sur une lettre :

            1.2.2. Vous avez la possibilité de faire tourner la boule des mots-clés associés au terme choisi :

            1.2.3. Vous avez aussi la possibilité de cliquer sur un mot-clé :

            1.2.4. Une fois un mot cliqué, un widget apparaît indiquant le nombre de notices indexées par le mot-clé sélectionné :

            1.2.5. En cliquant sur le widget, vous faites apparaître la liste des références bibliographiques indexées par le mot-clé que vous avez sélectionné :

                      Vous avez la possibilité de faire défiler cette liste de références bibliographiques

            1.2.6. Après avoir cliqué sur un résultat de requête, la notice associée à la référence bibliographique sélectionnée s’affiche :

            1.2.7. Vous avez alors la possibilité de faire défiler la notice pour la consulter et lire son contenu

     

      1.3. Recherche simple

            1.3.1. Cliquez sur le bouton accueil :

            1.3.2. Vous avez la possibilité de choisir un critère parmi les critères suivants :

            1.3.3. Cliquez sur le bouton OK ou sur la touche ENTER de votre clavier pour lancer la recherche

            1.3.4. La liste des résultats s’affiche :

                     Vous avez la possibilité de faire défiler et de cliquer sur un résultat de requête

            1.3.5. Une fois que vous avez sélectionné un résultat, la notice associée à cette référence bibliographique s’affiche et vous pouvez la consulter :

            1.3.6. Pour afficher ou masquer le détail des métadonnées de la référence appuyer sur + ou sur – :

      1.4. Recherche avancée

            1.4.1. Entrez une requête dans le ou les champs souhaités

            1.4.2. Votre requête est guidée par la suggestion des termes déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion) :

            1.4.3. Pour sélectionner un item appuyez sur « + » ; pour retirer un item de la recherche appuyez sur « - »

            1.4.4. Pour combiner les termes, sélectionnez les opérateurs que vous souhaitez utiliser dans votre requête :

            1.4.5. Pour lancer votre recherche appuyez sur « Rechercher »

2. Signification des pictogrammes utilisés dans la base de données

      2.1. Un pictogramme par type de document

Monographie


Dictionnaire / Encyclopédie


Collectif


Article


Revue / Périodique


Thèse

3. Possibilités manipulatoires de la sphère

      3.1. Vous pouvez la faire tourner dans tous les sens

      3.2. Vous pouvez la zoomer et la dézoomer

      3.3. Vous pouvez cliquer sur les mots-clés qu'elle présente





Nuage de mots-clés associé à : Action
    Logo SIPSPictogramme de Livres
    18
    NOTICES

    Liste des références bibliographiques indexées

    Monographie

    La Raison au XXe siècle

    Bertrand SAINT-SERNIN
    Éditeur : Seuil - 1995


    Collectif

    Probabilités subjectives et rationalité de l’action

    Sous la direction de Thierry MARTIN
    Éditeur : CNRS Éditions - 2003


    Collectif

    Les Limites de la rationalité : Tome 1 : Rationalité, éthique et cognition

    Sous la direction de Jean-Pierre DUPUY, Pierre LIVET
    Éditeur : La Découverte - 1997


    Collectif

    Les Limites de la rationalité : Tome 2 : Les figures du collectif

    Sous la direction de Bénédicte REYNAUD
    Éditeur : La Découverte - 1997


    Monographie

    Essai de logique déontique

    Patrice BAILHACHE
    Éditeur : Vrin - 1991


    Collectif

    Les Nouvelles raisons du savoir : vers une prospective de la connaissance. : Colloque de Cerisy : Prospective d’un siècle à l’autre. III, Prospective de la connaissance

    Sous la direction de Thierry GAUDIN, Armand HATCHUEL
    Éditeur : Éditions de l’Aube - 2002


    Article

    Gilbert Simondon et la posture herméneutique : quelques notations

    André MICOUD

    Sous la direction de Pascal CHABOT
    Dans Simondon - 2002


    Article

    Croyances subjectives et probabilités non additives

    Alain CHATEAUNEUF

    Sous la direction de Thierry MARTIN
    Dans Probabilités subjectives et rationalité de l’action - 2003


    Article

    Intention et délibération

    David P. GAUTHIER

    Sous la direction de Jean-Pierre DUPUY, Pierre LIVET
    Dans Les Limites de la rationalité - 1997


    Article

    Pour une théorie modeste de l’action planifiée. Réponse à Gauthier et Dupuy

    Michael E. BRATMAN

    Sous la direction de Jean-Pierre DUPUY, Pierre LIVET
    Dans Les Limites de la rationalité - 1997


    Article

    Le partage de l’intention

    Alain BOYER

    Sous la direction de Jean-Pierre DUPUY, Pierre LIVET
    Dans Les Limites de la rationalité - 1997


    Article

    Les normes comme propriétés émergentes d’un apprentissage adaptatif. Le cas des routines économiques

    Giovanni DOSI, Luigi MARENGO, Andrea BASSANINI, Marco VALENTE

    Sous la direction de Bénédicte REYNAUD
    Dans Les Limites de la rationalité - 1997


    Article

    L’indétermination de la règle et la coordination. Réflexions sur l’instauration d’une règle salariale dans un atelier de maintenance

    Bénédicte REYNAUD

    Sous la direction de Bénédicte REYNAUD
    Dans Les Limites de la rationalité - 1997


    Article

    Rationalité instrumentale et rationalité cognitive

    Bernard WALLISER

    Sous la direction de Louis-André GÉRARD-VARET, Jean-Claude PASSERON
    Dans Le Modèle et l’enquête. Les usages du principe de rationalité dans les sciences sociales - 1995


    Article

    Une alternative au-delà du pragmatisme. La pratique en suspens

    Bruno KARSENTI

    Sous la direction de Michel de FORNEL, Cyril LEMIEUX
    Dans Naturalisme versus constructivisme - 2008


    Article

    Norbert Wiener et la valeur de la science

    Mathieu TRICLOT

    Sous la direction de Gérard CHAZAL
    Dans Valeur des sciences - 2008


    Article

    Action, réaction et interaction : Le Roy et la nouvelle philosophie de 1900

    Anastasios BRENNER

    Sous la direction de Michel PATY, Danièle GHESQUIER-POURCIN, Muriel GUEDJ, Gabriel GOHAU
    Dans Énergie, science et philosophie au tournant des XIXe et XXe siècles - 2010


    Article

    Les rituels obsessionnels et la naturalisation psychiatrique de l'agir humain

    Pierre-Henri CASTEL
    Sous la direction de Christiane CHAUVIRÉ, Bruno AMBROISE

    Sous la direction de Christiane CHAUVIRÉ, Bruno AMBROISE
    Dans Le mental et le social - 2013


    MONOGRAPHIE

    La Raison au XXe siècle

    • Année : 1995
    • Éditeur : Seuil
    • Pages : 319
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-02-022932-3
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 13-10-2015

    Résumé :

    Français

    Au fil de neuf chapitres, cet ouvrage revisite l’histoire de la Raison au XXe siècle en reliant – 1 / des lieux, principalement de grandes métropoles intellectuelles comme Paris, Berlin, Vienne, Londres, –2 / des individualités représentatives, avec Cournot et Dilthey, Mach, Boltzmann, Planck et Einstein, Simmel, Conrad, Freud, Sartre et Simone Weil, – 3 / des concepts clés, tels les notions de structure ou d’action, – 4 / des configurations de la pensée, enfin : l’empirisme logique, la phénoménologie, la théorie des jeux ... – Introduction : La raison au miroir des métropoles. – Chap. I, «La raison moderne : Kant et Goethe» (La Naturphilosophie; Les illuminations; Illusions et dissimulation : la puissance du négatif; Commercium spirituale; Catégories; Éthique de la raison pure; Architectonique); – Chap. II, «Mise en mouvement et diversification des catégories au XIXe siècle» (Cournot; Dilthey; Bilan : les deux paradigmes); – Chap. III, «Les nouveaux instruments de la raison dans les sciences au début du XXe siècle» (La mue de la logique; L’antagonisme de la logique moderne et de la dialectique; Les instruments de la raison; Duhem; Mach; Boltzmann; Planck; Einstein); – Chap. IV, «Les instruments de la raison en littérature et sciences sociales» (Simmel; Freud; Conrad); – Chap. V, «L’idée de structure et les états du structuralisme» (Éléments d’histoire de l’idée de structure; L’âge positif de l’étude des structures : 1900-1940; L’âge métaphysique : 1940-1960; L’âge théologique); – Chap. VI, «Configurations de la raison vers le milieu du XXe siècle» (Démissions de la raison; Une première réponse : l’empirisme logique; La phénoménologie transcendantale de Husserl; Le clivage de la raison); – Chap. VII, «Le mal au XXe siècle» (Peut-on “peser” le mal radical ?; Nature du communisme et du national-socialisme; Le goulag et le Lager; Le nazisme est-il extérieur à notre histoire ?; Y a-t-il un communisme normal et un communisme pathologique ?; La révolution d’Octobre et l’espérance communiste; Sophisme; L’autre négationnisme; Artistes et praticiens du mal; Banalité ou radicalité du mal ?; Y a-t-il un usage “pur” du souvenir des morts ?); – Chap. VIII, «L’action au XXe siècle» (L’invariance de l’action, de l’Antiquité à l’âge classique; Critiques du postulat de l’invariance de l’action; La “science de l’action” au XXe siècle); – Chap. IX, «La raison à la fin du XXe siècle» (Retour à Aristote; Perplexités de la raison; Penser la fin du siècle : les problèmes non résolus). – Conclusion, Le pari de la raison. M.-M. V.

     

    COLLECTIF

    Probabilités subjectives et rationalité de l’action

    • Pages : 139
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-271-06196-2
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 17-10-2015

    Résumé :

    Français

    Cet ouvrage collectif est issu du colloque éponyme, organisé du 7 au 9 novembre 2000 à l’Université de Besançon par le Laboratoire de recherches philosophiques sur les logiques de l’agir (EA 2274 et GDR-CNRS 2226), en collaboration avec l’UMR 8590 de Philosophie des sciences (IHPST et Université de Paris-I) et le Centre d’analyse et de mathématique sociales (UMR 17, EHESS et Université de Paris-IV). Les textes qui suivent ne sont pas les actes du colloque, mais constituent un ensemble d’études permettant d’envisager plus clairement la question du pouvoir et des limites d’une mathématisation de l’action en situation d’incertitude. La théorie des probabilités s’offre naturellement comme instrument privilégié pour rendre compte de l’action en situation d’incertitude. Mais on sait que les comportements empiriquement observés peuvent déroger aux principes de calcul, et il est possible d’envisager d’autres modèles que les probabilités subjectives pour décrire nos décisions face à l’incertain. D’un point de vue théorique et épistémologique, la mise en œuvre effective de ces modèles soulève de réelles difficultés qui exigent donc d’en préciser les concepts, d’en interroger les principes et les modalités d’application. M.-M. V.

     

    COLLECTIF

    Les Limites de la rationalité

    Tome 1 : Rationalité, éthique et cognition

    • Tome : N°1
    • Pages : 453
    • Collection : Recherches
    • Nombre de volumes : 2
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-7071-2675-6
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 18-10-2015

    Résumé :

    Français

    Ce volume réunit les textes d’un premier ensemble de communications présentées lors du colloque intitulé : Limitation de la rationalité et constitution du collectif, tenu au Centre culturel international de Cerisy-la-Salle du 5 au 12 juin 1993 et organisé par le CREA (Centre de Recherche en Épistémologie Appliquée, École polytechnique et CNRS). – Les recherches poursuivies ici s'attachent à définir ce que sont les dispositifs cognitifs qui encadrent et servent de support aux décisions individuelles. Les fondements de la théorie du choix rationnel, dans ses multiples déclinaisons (économie théorique, théorie de la décision, théorie des jeux, théorie de l’action) ne sont plus aussi assurés aujourd’hui qu’ils semblaient l’être après la Seconde Guerre mondiale, lorsque John von Neumann ou Leonard Savage en posaient les prolégomènes. Les difficultés présentes trouvent leur source dans l’ambition croissante de la théorie du choix rationnel d’expliquer et de fonder des phénomènes très éloignés du champ à l’intérieur duquel elle s’était d’abord confinée. Rendre compte de la possibilité du jugement moral dans un monde d’individus isolés, autonomes et intéressés reste le plus grand défi que le choix rationnel s’est fixé à lui-même. C’est en tentant de relever ces défis que les théoriciens se sont confrontés à des paradoxes redoutables. Ce livre présente les recherches les plus récentes dans le domaine : il s’en dégage la thèse que le paradigme de la rationalité est radicalement incomplet. L’idéal de transparence qui est au cœur de la théorie du choix rationnel est incapable de venir à bout de l’extériorité et de l’opacité du collectif. Il s’agira donc ici de définir ce que sont ces dispositifs collectifs cognitifs qui encadrent et servent de support aux décisions individuelles. M.-M. V.

     

    Articles :

    pages 30 à 58

    Temps et rationalité : les paradoxes du raisonnement rétrograde

    DUPUY Jean-Pierre

    pages 59 à 75

    Intention et délibération

    GAUTHIER David P.

    pages 76 à 87

    Pour une théorie modeste de l’action planifiée. Réponse à Gauthier et Dupuy

    BRATMAN Michael E.

    pages 88 à 110

    Rationalité et règles

    MCCLENNEN Edward Francis

    pages 111 à 117

    Le “choix résolu” selon McClennen

    DÖRING Frank

    pages 118 à 150

    Penser dans l’incertain. Raisonner et choisir de façon non conséquentialiste

    SHAFIR Eldar, TVERSKY Amos

    pages 151 à 154

    Les violations du principe de la chose sûre selon Shafir et Tversky

    DÖRING Frank

    pages 155 à 173

    Qu’appelle-t-on “réputation” ?

    MORRIS Christopher W.

    pages 174 à 181

    L’agent rationnel, son caractère et sa réputation

    COUTURE Jocelyne

    pages 190 à 208

    Les règles de révision des croyances

    WALLISER Bernard, ZWIRN Denis

    pages 209 à 222

    Pour une approche contextuelle de la rationalité dans les jeux non coopératifs

    PONSSARD Jean-Pierre

    pages 223 à 238

    Le raisonnement stratégique décentralisé est-il possible ?

    KRAMARZ Francis

    pages 246 à 266

    Intention partagée et obligation mutuelle

    BRATMAN Michael E.

    pages 267 à 275

    Le partage de l’intention

    BOYER Alain

    pages 276 à 296

    Choix rationnel et psychologie ordinaire

    FEREJOHN John A., SATZ Debra

    pages 297 à 315

    La régulation du choix rationnel : deux stratégies

    PETTIT Philip

    pages 316 à 333

    La rationalité de l’agent

    LIVINGSTON Paisley

    pages 334 à 340

    Rationalité et stabilité des intentions

    COUTURE Jocelyne

    pages 348 à 364

    Intentionnalité collective, rationalité et action

    FISETTE Denis

    pages 365 à 370

    À quoi servent les intentions collectives ?

    COUTURE Jocelyne

    pages 371 à 396

    Action rationnelle et action morale. Le problème de Henry Sidgwick et des Modernes

    SOSOE Lukas K.

    pages 397 à 411

    Engagement limité et rationalité limitée

    GIBBARD Allan

    pages 412 à 439

    Modes d’action collective et construction éthique. Les émotions dans l’évaluation

    LIVET Pierre, THÉVENOT Laurent

    pages 440 à 451

    Les émotions, la rationalité, la normativité

    CANTO-SPERBER Monique

    COLLECTIF

    Les Limites de la rationalité

    Tome 2 : Les figures du collectif

    • Tome : N°2
    • Pages : 330
    • Collection : Recherches
    • Nombre de volumes : 2
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-7071-2676-4
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 18-10-2015

    Résumé :

    Français

    Second volet des communications présentées lors du colloque intitulé : Limitation de la rationalité et constitution du collectif, tenu au Centre culturel international de Cerisy-la-Salle du 5 au 12 juin 1993 et organisé par le CREA (Centre de Recherche en Épistémologie Appliquée, École polytechnique et CNRS). – Consacré aux «Figures du collectif», ce Tome 2 s’attache à définir ce que sont ces dispositifs collectifs cognitifs qui encadrent et servent de support aux décisions individuelles. Il ouvre un nouvel axe de recherche appelé ici «la microéconomie cognitive et institutionnelle». Cette notion est définie en la situant par rapport à trois niveaux de complexité cognitifs croissants : – au premier niveau, les capacités d’ajustement et de performance existent essentiellement au plan collectif, et font peu jouer les capacités des agents. Mais les comportements collectifs obtenus sont déjà complexes si l’on fait l’hypothèse que les agents modifient leurs conduites en fonction de l’évolution du phénomène collectif lu-même, et si l’on introduit des possibilités d’apprentissage collectif; – à l’autre extrême, le troisième niveau de complexité cognitive, chaque agent est capable d’imaginer sous forme contrefactuelle les stratégies possibles des autres, et les raisonnements qui les fondent. Selon les croyances et le type de rationalité que l’individu attribue aux autres, il envisage une multitude d’interactions possibles. Le problème est ici de relier les diverses notions d’équilibres aux diverses exigences de rationalité; – mais une approche intermédiaire, à un deuxième niveau, est aussi nécessaire puisque les individus réels ne semblent ni faire usage d’anticipations contrefactuelles aussi complexes, ni simplement réagir à des faibles variations de quelques paramètres collectifs. Ce deuxième niveau correspond à la microéconomie cognitive et institutionnelle. Elle se caractérise par l’étude des phénomènes de coordination et d’interaction qui permettent la constitution de collectifs. Il s’agit donc d’analyser les processus d’interprétation et de décision qui mettent en œuvre une rationalité limitée. – Le présent ouvrage distingue cinq accès aux collectifs : – Les interactions individuelles ou les pseudo-collectifs (Première partie); – Le collectif comme réseau (Deuxième partie); – L’apprentissage collectif (Troisième partie); – Les règles et la constitution du collectif (Quatrième partie); – Les savoirs collectifs (Cinquième partie). M.-M. V.

     

    Articles :

    pages 19 à 44

    Comment émerge la coopération ? Quelques enseignements des jeux évolutionnistes

    BOYER Robert, ORLÉAN André

    pages 45 à 64

    Les normes comme propriétés émergentes d’un apprentissage adaptatif. Le cas des routines économiques

    DOSI Giovanni, MARENGO Luigi, BASSANINI Andrea, et al.

    pages 65 à 70

    Des présupposés sociaux de la rationalité. Réponse à Boyer et Orléan; Dosi, Marengo, Bassanini, Valente

    WITT Ulrich

    pages 73 à 98

    Apprentissage organisationnel et cohérence : l’importance économique de la notion de réseau

    COHENDET Patrick

    pages 99 à 118

    L’irruption des non-humains dans les sciences humaines : quelques leçons tirées de la sociologie des sciences et des techniques

    CALLON Michel, LAW John

    pages 119 à 125

    Réseaux de construction et de diffusion des connaissances. Réponse à Callon et Law; Cohendet

    LORINO Philippe

    pages 129 à 155

    Décentralisation des apprentissages, théorie de la firme et évaluation. Une analyse à partir d’une étude de cas

    LLERENA Patrick

    pages 157 à 167

    Apprentissage organisationnel et épistémologie de la pratique. Le jeu du silence vu comme une parabole de l’apprentissage organisationnel

    SCHÖN Donald A.

    pages 169 à 180

    Situations de conception et apprentissage collectif. Réponse à Schön et Llerena

    MIDLER Christophe

    pages 183 à 209

    Fondements des savoirs et légitimité des règles

    HATCHUEL Armand

    pages 211 à 218

    La rationalisation constitutive du collectif ? Un colosse aux pieds d’argile. Réponse à Hatchuel

    REYNAUD Bénédicte

    pages 219 à 233

    L’incomplétude n’est pas le problème, c’est la solution

    FAVEREAU Olivier

    pages 235 à 254

    L’indétermination de la règle et la coordination. Réflexions sur l’instauration d’une règle salariale dans un atelier de maintenance

    REYNAUD Bénédicte

    pages 255 à 261

    Dynamique des règles, incomplétude et espace d’indécidabilité. Réponse à Favereau et Reynaud

    LIVET Pierre

    pages 265 à 298

    L’organisation du développement des produits

    PIORE Michael J., LESTER Richard K., KOFMAN Fred M., et al.

    pages 299 à 321

    Le savoir au travail. Attribution et distribution des compétences selon les régimes pragmatiques

    THÉVENOT Laurent

    pages 323 à 328

    Cognition et coordination. Réponse à Piore, Lester, Kofman, Malek; Thévenot

    EYMARD-DUVERNAY François

    MONOGRAPHIE

    Essai de logique déontique

    • Année : 1991
    • Éditeur : Vrin
    • Pages : 224
    • Collection : Mathesis
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-7116-1058-6
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 20-10-2015

    Résumé :

    Français

    Cet ouvrage est une version allégée de la thèse soutenue par l’A. à Nantes : Université de Nantes, 1986, sous le titre Les normes dans le temps et sur l'action : essai de logique déontique (2 vol., p. 1-422, p. 423-785; 21 cm). – Essai de synthèse sur l’état de la discipline qualifiée de “logique déontique”, dont le développement s’inscrit pour l’essentiel dans cette seconde moitié du siècle, cet ouvrage évite le schématisme souvent reproché aux exposés déjà consacrés à la logique déontique : il intègre à l’étude du devoir-être, outre la considération de la prestation qui fait l’objet de l’obligation, celle de l’autorité dont elle émane, celle du sujet auquel elle s’adresse, celle des autres sortes de modalité sur lesquelles la modalité déontique peut elle-même s’articuler, la considération surtout de l’action, réalité qu’on ne peut sans abus assimiler à un simple contenu propositionnel. M.-M. V.

     

    COLLECTIF

    Les Nouvelles raisons du savoir : vers une prospective de la connaissance.

    Colloque de Cerisy : Prospective d’un siècle à l’autre. III, Prospective de la connaissance

    • Pages : 322
    • Collection : Société et territoire. Série : Prospective du présent
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : La Tour-d’Aigues
    •  
    • Institution : Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle
    • ISBN : 2-87678-804-7
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 29-10-2015

    Résumé :

    Français

    Actes du troisième colloque de la série «Prospective d'un siècle à l'autre», intitulé : Prospective de la connaissance, Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle, 27 mai-2 juin 2001. Ont déjà été publiés les ouvrages relatifs aux colloques : Prospective I, Pour une gouvernance démocratique ; Prospective II, Expertise, débat public : vers une intelligence collective ; ibid., 1999 et 2001. - Alors que la science du XXe siècle est au cœur d'une contestation nouvelle, les ressources consacrées à la production de savoirs et à leur transmission n'ont jamais été aussi nombreuses, «jamais l'équilibre entre les nations ou le destin de la planète n'ont semblé autant dépendre de la manière dont les connaissances sont produites et partagées» (p. 5). Comment explorer ce paradoxe et les tensions qui l'accompagnent ? De cette interrogation est née l'idée d'une «prospective de la connaissance» : prendre la mesure des nouvelles relations entre les sciences, le public et les forces économiques, afin d'en mieux cerner les conséquences et les défis. Retrouver les sources culturelles de la connaissance, redéfinir les conditions d'une politique et d'une éthique de la Science, comprendre la construction des objets de recherche, maîtriser les liens entre gestion des connaissances et action collective, interroger l'évolution des sciences sociales constituent, pour les auteurs de ces contributions, un agenda culturel et politique désormais essentiel. - Après une Introduction de A. Hatchuel sur “Les nouvelles raisons du savoir”, l'ouvrage s'articule en six sections : 1. Retrouver les sources culturelles de la connaissance : Jean-Éric Aubert, “Le statut de la connaissance et l'innovation : problématique des civilisations” ; Hélène Vérin, “Généalogie de la réduction en art. Aux sources de la rationalité moderne” ; Juliette Grange, “Politique de la science : quelques questions à partir de l'œuvre d'Auguste Comte”. - 2. Redéfinir les conditions d'une politique et d'une éthique de la science : Hubert Curien, “Une politique de la recherche est-elle faisable ?” ; Claude Kordon, “Gestion des connaissances et recherche scientifique” ; Augusto Forti, “Science, éthique et mondialisation. Pour une géoéthique de la science” ; Gérard Huber, “Panser l'homme, penser la science”. - 3. Comprendre la construction des objets de recherche : Michel Sebillotte, “Logiques de l'agir et construction des objets de connaissance. L'invention de nouveaux dispositifs de recherche” ; Pierre-Benoît Joly, “Risques collectifs et agir sociologique : l'enjeu des dispositifs de coproduction de connaissances” ; Marc E. Himbert, “Comment la métrologie fait évoluer la connaissance” ; Jean-Gabriel Ganascia, “Réalisme et animisme sont les deux mamelles du cognitivisme” ; Jocelyn de Noblet, “Extension du domaine de la forme”. - 4. Maîtriser la gestion des connaissances dans l'action collective : André Staropoli, “L'évaluation ? un préalable” ; Claude Trink, “L'impact des technologies de l'information et de la communication sur les liens entre enseignement supérieur et industrie” ; A. Hatchuel, “Gestion des connaissances et capitalisme de l'innovation. Prospective de l'agir contemporain” ; Alain Bucaille, “La gestion des connaissances dans l'entreprise”. - 5. Interroger l'évolution des sciences sociales : Catherine Paradeise, “La sociologie du travail aujourd'hui” ; Michel Gensollen, “Nouvelle économie ou crise du discours économique ?” ; Véronique Le Goaziou, “Connaissance et reconnaissance au quotidien : enjeux épistémologiques et politiques” ; Albert David, “Connaissance et sciences de gestion”. - 6. Synthèses et ouvertures : Mehdi Lahmar, “Prospective d'un siècle à l'autre, d'une génération à l'autre” ; Christine Heller del Riego, “Synthèse subjective d'une jeune scientifique” ; Thierry Gaudin, “La connaissance ne sera plus ce qu'elle était”. - Notes et Bibliogr. en fin d'articles. M.-M. V.

     

    Articles :

    pages 19 à 28

    Le statut de la connaissance et l'innovation : problématique des civilisations

    AUBERT Jean-Éric

    pages 29 à 41

    Généalogie de “la réduction en art”. Aux sources de la rationalité moderne

    VÉRIN Hélène

    pages 43 à 56

    Politique de la science : quelques questions à partir de l'œuvre d'Auguste Comte

    GRANGE Juliette

    pages 59 à 63

    Une politique de la recherche est-elle faisable ?

    CURIEN Hubert

    pages 65 à 74

    Gestion des connaissances et recherche scientifique

    KORDON Claude

    pages 75 à 79

    Science, éthique et mondialisation. Pour une géoéthique de la science

    FORTI Augusto

    pages 81 à 90

    Panser l'homme, penser la science

    HUBER Gérard

    pages 93 à 115

    Logiques de l'agir et construction des objets de connaissance. L'invention de nouveaux dispositifs de recherche

    SEBILLOTTE Michel

    pages 117 à 129

    Risques collectifs et agir sociologique : l'enjeu des dispositifs de coproduction de connaissances

    JOLY Pierre-Benoît

    pages 131 à 144

    Comment la métrologie fait évoluer la connaissance

    HIMBERT Marc E.

    pages 147 à 156

    Réalisme et animisme sont les deux mamelles du cognitivisme

    GANASCIA Jean-Gabriel

    pages 157 à 166

    Extension du domaine de la forme

    NOBLET Jocelyn de

    pages 169 à 180

    L'évaluation ? un préalable

    STAROPOLI André

    pages 181 à 188

    L'impact des technologies de l'information et de la communication sur les liens entre enseignement supérieur et industrie

    TRINK Claude

    pages 191 à 208

    Gestion des connaissances et capitalisme de l'innovation. Prospective de l'agir contemporain

    HATCHUEL Armand

    pages 209 à 217

    La gestion des connaissances dans l'entreprise

    BUCAILLE Alain

    pages 221 à 230

    La sociologie du travail aujourd'hui

    PARADEISE Catherine

    pages 231 à 241

    Nouvelle économie ou crise du discours économique ?

    GENSOLLEN Michel

    pages 243 à 249

    Connaissance et reconnaissance au quotidien : enjeux épistémologiques et politiques

    LE GOAZIOU Véronique

    pages 251 à 279

    Connaissance et sciences de gestion

    DAVID Albert

    pages 283 à 287

    Prospective d'un siècle à l'autre, d'une génération à l'autre

    LAHMAR Mehdi

    pages 289 à 307

    Synthèse subjective d'une jeune scientifique

    HELLER DEL RIEGO Christine

    pages 309 à 318

    La connaissance ne sera plus ce qu'elle était

    GAUDIN Thierry

    ARTICLE

    Gilbert Simondon et la posture herméneutique : quelques notations

    • Pages : 107 à 121
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    L’A. tend ici à mettre en relief les point de convergence de la pensée de G. Simondon et de l’hérméneutique. L’A. montre que la raison simondienne est ancrée dans l’action et la sensation : elle est historique et relative. En revanche, l’article met à jour l’absence d’une raison politique dans la pensée de G. S. et en montre les implications.

     

    ARTICLE

    Croyances subjectives et probabilités non additives

    • Pages : 37 à 45
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    – Incompatibilité du paradoxe d’Ellsberg avec l’existence de probabilités subjectives; – 2. Une explication du paradoxe d’Ellsberg à l’aide du modèle de Schmeidler; – 3. À propos de la rationalité de l’action.

     

    ARTICLE

    Intention et délibération

    • Pages : 59 à 75
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Lorsqu’une délibération concernant une action à venir est couronnée de succès, elle donne naissance à une intention. Le présent article est une critique de cette vision orthodoxe exprimée par Michael Bratman sur les rapports entre délibération, action et intention. Il montre que cette conception repose sur une analyse incomplète de ces relations et insiste sur le fait que «si l’on délibère rationnellement, alors ce que l’on décide de faire doit être ce pour quoi l’on s’attend à avoir des raisons adéquates d’agir». [Texte traduit par J.-P. Dupuy].

     

    ARTICLE

    Pour une théorie modeste de l’action planifiée. Réponse à Gauthier et Dupuy

    • Pages : 76 à 87
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Défenseur d’une théorie modeste de l’action planifiée, l’auteur répond ici à ses contradicteurs, précisant que l’approche qu’il préconise en ce qui concerne la théorie de l’action planifiée est conçue pour être partie intégrante d’une théorie de la «rationalité limités», c’est-à-dire de la rationalité propre à des agents soumis à des limitations substantielles pour ce qui est du temps et des ressources qu’ils peuvent consacrer au raisonnement pratique. – [Texte traduit par J.-P. Dupuy].

     

    ARTICLE

    Le partage de l’intention

    • Pages : 267 à 275
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Commentaire sur l’article de Bratman, centré plus particulièrement sur les intentions dirigées vers l’avenir, supposées à juste titre irréductibles à l’action intentionnelle elle-même.

     

    ARTICLE

    Les normes comme propriétés émergentes d’un apprentissage adaptatif. Le cas des routines économiques

    • Pages : 45 à 64
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Après avoir montré que l’émergence des normes ou «comportements socialement interactifs» ne s’effectue pas selon le modèle de la théorie classique de la décision, les auteurs étudient comment les entreprises créent des normes de fixation de prix. En s’appuyant sur les formalismes des algorithmes génétiques, ils mettent en évidence la nécessité d’un apprentissage adaptatif pour que les entreprises adoptent des «règles de comportements cohérentes» qui traduisent qu’un collectif «tient». Cet apprentissage est construit sur une coévolution entre les structures cognitives et les modèles d’actions des agents. Mais le recours aux algorithmes génétiques présente de sérieuses limites : s’ils sont certes capables d’apprendre par mutation et sélection de leurs règles (définies comme une suite de symboles) à peu près n’importe quelle fonction, et peuvent donner une approximation des prix, ils ne mettent pas pour autant en évidence le mécanisme explicatif de ces évolutions. – [Texte traduit par Richard Clément et Bénédicte Reynaud].

     

    ARTICLE

    L’indétermination de la règle et la coordination. Réflexions sur l’instauration d’une règle salariale dans un atelier de maintenance

    • Pages : 235 à 254
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Cet article étudie l’effet de l’instauration d’une règle de salaire sur les dynamiques collectives et la nature de la coopération dans un atelier. La règle guide les comportements futurs, mais ne les dicte pas. Elle est un cadre pour l’action, ce qui exige une interprétation. Le domaine de l’interprétation s’étend entre deux extrêmes définis par les deux types de règles que sont la «règle prête à l’emploi» et la «règle interprétative». Le point central est le suivant : l’existence des règles crée une indétermination de l’intention de coopérer qui met en jeu des comportements d’interprétation différents selon le type de règles.

     

    ARTICLE

    Rationalité instrumentale et rationalité cognitive

    • Pages : 309 à 322
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    La recherche d’une «action rationnelle» renvoie à la notion de «rationalité instrumentale», à savoir l’adéquation que réalise l’agent entre les moyens dont il dispose et les objectifs qu’il poursuit, dans un contexte donné. La recherche d’une «anticipation rationnelle» renvoie à la notion de «rationalité cognitive», à savoir l’adéquation que réalise l’agent entre les informations qu’il possède et les représentations du monde qu’il adopte. Le présent article analyse ces deux notions de rationalité individuelle, considérées comme autonomes, qui admettent une forme forte et diverses formes de rationalité limitée. – 1. Formulation statique des rationalités; – 2. Formulation dynamique des rationalités; – 3. Combinaison individuelle des deux rationalités; – 4. Interaction collective statique; – 5. Apprentissage collectif dynamique; – 6. Équilibres bi-rationnels de jeux.

     

    ARTICLE

    Une alternative au-delà du pragmatisme. La pratique en suspens

    • Pages : 133 à 140
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 21-02-2015

    Résumé :

    Français

    L’interprétation récente d’Anne Rawls a le mérite de dégager l’originalité de l’épistémologie durkheimienne par un triple contraste : par rapport à l’idéalisme post-kantien, à l’empirisme classique et au pragmatisme. Mais la question demeure de comprendre en quoi consiste cette originalité en elle-même. On se sépare ici de l’interprétation de Rawls en considérant que l’axe central de cette épistémologie est la façon dont elle maintient la thèse de l’hétérogénéité de la pensée et de l’action, et la forme de suspension de la pratique sur laquelle elle concentre l’analyse sociologique. Ce qui revient à accorder une attention soutenue aux catégories de sacré et d’idéal, réinvesties dans la perspective d’une sociologie de l’action.

    Anglais

    Anne Rawls’ recent interpretation has the merit of bringing out the originality of Durkheimian epistemology through a triple contrast with post Kantian idealism, classical empirism and pragmatism. But the question of understanding what this originality itself consists of still remains. Here we take our distance from Rawls’ interpretation by considering the central axis of this epistemology is the way she maintains the thesis of the heterogeneity of thought and action and the form of suspension of practice on which she focuses sociological analysis. This implies granting a special attention to the categories of sacred and ideal when reintroduced in the perspective of sociology of action.

     

    ARTICLE

    Norbert Wiener et la valeur de la science

    • Pages : 7 à 19
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    L’engagement politique du mathématicien Norbert Wiener, fondateur du mouvement cybernétique aux États-Unis, offre un exemple particulièrement riche des différentes formes d’usage des valeurs de la science dans le débat public, et soulève la question des ressources que les sciences peuvent fournir dans le registre de l’action. L’étude des œuvres politiques de Wiener présente ainsi un double enjeu du point de vue de la question des valeurs de la science : 1/ permettre de distinguer, à travers chacun de ses grands domaines d’intervention, plusieurs figures de la mobilisation des valeurs de la science dans le champ politique; 2/ conduire à discuter l’usage spécifique des modèles issus des sciences de l’ingénieur pour l’analyse sociale, au tournant des années 1940-1950.

     

    ARTICLE

    Action, réaction et interaction : Le Roy et la nouvelle philosophie de 1900

    • Pages : 247 à 258
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 27-02-2015

    Résumé :

    Français

    Consacré à la philosophie d’Édouard Le Roy, cet article y voit l’atténuation «des clivages classiques entre idéalisme et réalisme, entre spiritualisme et matérialisme». D’abord attiré par le courant conventionnaliste représenté par Poincaré et Duhem, Le Roy prolonge les débats du conventionnalisme en direction de l’activité de l’esprit, et développe une philosophie fondamentalement marquée par l’idée d’ «énergie créatrice» inspirée par Berson, orientée vers les perspectives d’une cosmologie évolutionniste où la contingence tient une place par la diversité des possibilités ouvertes.

     

    ARTICLE

    Les rituels obsessionnels et la naturalisation psychiatrique de l'agir humain

    • Pages : 139 à 154
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Originale
    •  
    • Institution : CNRS
    •  
    • Date de création : 08-11-2013
    • Dernière mise à jour : 22-04-2015

    Mots-clés :

    Résumé :

    Français

    Le but de l'auteur dans cet article est de rendre justice, en philosophie de l'action, aux embarras, aux scrupules, remords qui accompagnent l'agir humain, qui ne sont d'ordinaire pas jugés dignes d'étude mais qui ont leur intérêt dans la perspective de l'histoire des moeurs et de l'anthropologie. L'article se concentre sur la question des rituels compulsifs, des situations dans lesquelles les malades vivent leurs actes comme contraints non par une puissance extérieure, mais par quelque chose qui les motive du dedans. Il s'agit pour l'auteur de ne pas pathologiser ce type d'embarras ni de les réduire à des dysfonctions internes, mais de le rapporter à une compréhension de l'action en général. P. F.

     
    ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ