Comment
ça
marche ?

Accueil
Recherche avancée

1. Comment effectuer une recherche ?

      1.1. Recherche avec la barre de recherche

            1.1.1. Votre requête est guidée par la suggestion des mots-clés déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion)

            1.1.2. Pour combiner des mots-clés dans une requête, plusieurs possibilités se présentent :

                    1) Opérateur ET : il doit être entré avec le symbole "&" :

                    2) Opérateur OU : il doit être entré avec le symbole "+" :

                    3) Opérateur SAUF : il doit être entré avec le symbole "-" :

      1.2. Recherche avec barre alphabétique

            1.2.1. Cliquez sur une lettre :

            1.2.2. Vous avez la possibilité de faire tourner la boule des mots-clés associés au terme choisi :

            1.2.3. Vous avez aussi la possibilité de cliquer sur un mot-clé :

            1.2.4. Une fois un mot cliqué, un widget apparaît indiquant le nombre de notices indexées par le mot-clé sélectionné :

            1.2.5. En cliquant sur le widget, vous faites apparaître la liste des références bibliographiques indexées par le mot-clé que vous avez sélectionné :

                      Vous avez la possibilité de faire défiler cette liste de références bibliographiques

            1.2.6. Après avoir cliqué sur un résultat de requête, la notice associée à la référence bibliographique sélectionnée s’affiche :

            1.2.7. Vous avez alors la possibilité de faire défiler la notice pour la consulter et lire son contenu

     

      1.3. Recherche simple

            1.3.1. Cliquez sur le bouton accueil :

            1.3.2. Vous avez la possibilité de choisir un critère parmi les critères suivants :

            1.3.3. Cliquez sur le bouton OK ou sur la touche ENTER de votre clavier pour lancer la recherche

            1.3.4. La liste des résultats s’affiche :

                     Vous avez la possibilité de faire défiler et de cliquer sur un résultat de requête

            1.3.5. Une fois que vous avez sélectionné un résultat, la notice associée à cette référence bibliographique s’affiche et vous pouvez la consulter :

            1.3.6. Pour afficher ou masquer le détail des métadonnées de la référence appuyer sur + ou sur – :

      1.4. Recherche avancée

            1.4.1. Entrez une requête dans le ou les champs souhaités

            1.4.2. Votre requête est guidée par la suggestion des termes déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion) :

            1.4.3. Pour sélectionner un item appuyez sur « + » ; pour retirer un item de la recherche appuyez sur « - »

            1.4.4. Pour combiner les termes, sélectionnez les opérateurs que vous souhaitez utiliser dans votre requête :

            1.4.5. Pour lancer votre recherche appuyez sur « Rechercher »

2. Signification des pictogrammes utilisés dans la base de données

      2.1. Un pictogramme par type de document

Monographie


Dictionnaire / Encyclopédie


Collectif


Article


Revue / Périodique


Thèse

3. Possibilités manipulatoires de la sphère

      3.1. Vous pouvez la faire tourner dans tous les sens

      3.2. Vous pouvez la zoomer et la dézoomer

      3.3. Vous pouvez cliquer sur les mots-clés qu'elle présente





Nuage de mots-clés associé à : Technique
    Logo SIPSPictogramme de Livres
    18
    NOTICES

    Liste des références bibliographiques indexées

    Monographie

    À l'image de l'Homme. Du Golem aux créatures virtuelles

    Philippe BRETON
    Éditeur : Seuil - 1995


    Monographie

    L’Invention dans les techniques. Cours et conférences

    Gilbert SIMONDON
    Sous la direction de Jean-Yves CHATEAU
    Éditeur : Seuil - 2005


    Monographie

    Les Scientifiques. Entre pouvoir et savoir

    Jean-Jacques SALOMON
    Éditeur : Albin Michel - 2006


    Monographie

    Cours sur la perception (1964-1965)

    Gilbert SIMONDON
    Éditeur : La Transparence - 2006


    Monographie

    La Philosophie de Simondon

    Pascal CHABOT
    Éditeur : Vrin - 2003


    Monographie

    Simondon et la philosophie de la “culture technique”

    Gilbert HOTTOIS
    Éditeur : Coéd. Éditions universitaires / De Boeck - 1993


    Collectif

    Gilbert Simondon. Une pensée opérative

    Sous la direction de Jacques ROUX
    Éditeur : Publications de l’Université de Saint-Étienne - 2002


    Collectif

    Les Nouvelles raisons du savoir : vers une prospective de la connaissance. : Colloque de Cerisy : Prospective d’un siècle à l’autre. III, Prospective de la connaissance

    Sous la direction de Thierry GAUDIN, Armand HATCHUEL
    Éditeur : Éditions de l’Aube - 2002


    Monographie

    Science et Technique. Études d’Histoire et d’Épistémologie. I. Aube de la cosmologie et de l’épistémologie scientifique

    François ELMIR
    Éditeur : SIRESS Éditions - 2005


    Monographie

    Science et Technique. Études d’Histoire et d’Épistémologie. II. Origines médiévales de la science

    François ELMIR
    Éditeur : SIRESS Éditions - 2005


    Article

    L’information à l’école : aliénation technique et illusion pédagogique

    Georges CALMETTES

    Sous la direction de Jacques ROUX
    Dans Gilbert Simondon. Une pensée opérative - 2002


    Article

    Néo-matérialisme ou néo-dynamisme ?

    Yves MICHAUD

    Sous la direction de Pierre JACOB
    Dans L’Âge de la science. Lectures philosophiques - 1989


    Article

    Le modèle cybernétique dans la pensée politico-technique de G.W. Leibniz

    André ROBINET

    Sous la direction de Franck TINLAND
    Dans Nouvelles sciences. Modèles techniques et pensée politique de Bacon à Condorcet - 1998


    Article

    L’avenir des mathématiques

    André WEIL

    Sous la direction de François LE LIONNAIS
    Dans Les Grands courants de la pensée mathématique - 1962


    Article

    La mathématique, objet de culture et outil de travail

    René DUGAS

    Sous la direction de François LE LIONNAIS
    Dans Les Grands courants de la pensée mathématique - 1962


    Article

    Les mathématiques et l’ingénieur

    Maurice ROY

    Sous la direction de François LE LIONNAIS
    Dans Les Grands courants de la pensée mathématique - 1962


    Monographie

    Du mode d’existence des objets techniques

    Gilbert SIMONDON
    Éditeur : Aubier (Montaigne) - 1958


    Monographie

    Sur la technique

    Gilbert SIMONDON
    Sous la direction de Nathalie SIMONDON
    Éditeur : Presses Universitaires de France - 2014


    MONOGRAPHIE

    À l'image de l'Homme. Du Golem aux créatures virtuelles

    • Année : 1995
    • Éditeur : Seuil
    • Pages : 8-187
    • Collection : Science ouverte
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-02-013416-0
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 13-10-2015

    Résumé :

    Français

    «Le Golem et Pygmalion font figure de récites prototypiques dans un contexte fortement marqué par la croyance dans le caractère animé et vivant de certaines statues, dont Platon, quelques siècles plus tôt, disait déjà qu'il fallait les enchaîner la nuit pour les empêcher de partir». Les créatures artificielles peuplent une zone particulière de notre imaginaire, nourrie de vieilles légendes. Ce livre veut montrer qu'un lien existe entre toutes ces créatures, de la statue animée de Pygmalion au monstre de Frankenstein, en passant par les ordinateurs intelligents du XXe siècle. Les créatures artificielles tendent à l'homme un miroir où il est confronté à sa propre image. En exposant la généalogie des récits concernant les créatures artificielles que l'homme s'invente et se fabrique depuis 2 000 ans, Philippe Breton nous invite a découvrir ce qui les relie entre elles, et elles à nous, par le biais du thème transcendant de la Création : l'homme être créé et être créateur, l'homme à l'image de Dieu et rêvant à son tour d'insuffler la vie à des créatures à son image. Pour l'auteur de La Tribu informatique et de L'Idéologie de la communication, l'existence de toutes ces créatures témoigne d'un besoin d'ordre métaphysique, et illustre le «mystère de l'homme tentant de sortir de lui-même pour se comprendre». Breton considère finalement ces créatures comme des miroirs de la perception que l'homme a de lui-même. Nos ordinateurs et les créatures virtuelles engendrées par l'informatique doivent donc nous renseigner sur les hommes que nous sommes. C'est en cela qu'elles intéressent l'anthropologue, dont l'analyse aboutit à une représentation de l'humain entre politique et psychologie : il évoque par exemple l'évacuation du corps physique au profit de la seule intelligence du cerveau, intelligence transférée à l'ordinateur censé nous gouverner mieux que nous même. Il propose également des interprétations très précises quant à la passion trouble de l'homme pour ses créatures artificielles, et à l'autonomie qu'il leur accorde. «La question du lien social est désormais présente au cœur de la problématique des créatures artificielles. À la représentation de l'homme comme création et sujet divin s'est substituée une liberté nouvelle où la question la plus urgente est désormais celle de l'organisation collective des consciences. C'est dans ce contexte que la nouvelle représentation de l'homme en tant qu'être informationnel va trouver tout son sens, à travers une machine communicante : l'ordinateur». M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    L’Invention dans les techniques. Cours et conférences

    • Pages : 347
    • Collection : Traces écrites
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-02-056337-1
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 13-10-2015

    Résumé :

    Français

    Cette édition établie et présentée par J.-Y. Ch. rassemble des cours et des conférences de G. S. concernant l’invention dans les techniques du monde humain : “L’invention et le développement des techniques” (cours donné à Paris en 1968-1969, à la demande de Georges Canguilhem, à la Sorbonne et à l’ENS de la rue d’Ulm et à celle de Saint-Cloud), “L’invention et les techniques” (exposé fait à un colloque sur la mécanologie organisé par le Centre culturel canadien les 18, 19 et 20 mars 1971 ; publié pour la première fois dans le numéro 2 des Cahiers du Centre culturel canadien), puis des extraits de cours : “Imagination et invention” (1965-1966), “La résolution des problèmes” (1974) et “Imagination et créativité” (1976). - L’objet technique y est étudié du point de vue de sa structure mais aussi de sa genèse et de son invention, montrant alors l’autonomie de principe de la technique à l’égard de la science : les réalisations techniques ne sont pas une simple application de la science mais “apparaissent par invention” (Cf. Supra. 1971). La philosophie de la technique de G. S. est alors une philosophie de l’invention (qu’il conviendra de distinguer de la créativité et de la découverte), laquelle devient le concept fondamental de son analyse : l’invention est ici le “critère de caractérisation de [...] ce en quoi la technique est un ordre original de réalité” (Présent. J.-Y. Ch., p. 14). Sa théorie de l’invention, soutenue d’une réflexion quant à son statut méthodologique et épistémologique, s’éclaire selon différents points de vue : technologique et historique (théorie génétique de l’objet inventé), mais également psychologique (la théorie de l’invention s’étayant ici par une théorie de l’inventeur). De nombreux exemples et schémas de techniques soutiennent les thèses regroupées dans cet ouvrage. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Les Scientifiques. Entre pouvoir et savoir

    • Pages : 441
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-226-17108-8
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 17-10-2015

    Résumé :

    Français

    Etude sur l'évolution et la nature des différents rôles que les scientifiques exercent dans la société aujourd'hui. Sans prétendre rendre compte de toute la communauté scientifique, puisque celle-ci n’existe qu’en tant qu’Idée de la raison, l'auteur démontre comment la professionnalisation et l'industrialisation de la science ont entraîné un comportement contradictoire du scientifique. Utiles et féconds, ces rôles peuvent se révéler dangereux, voire criminels. L’enjeu majeur de ce livre se résume alors dans cette question : y a-t-il encore place pour une science “citoyenne” ? – Partie I, «Naissance et développement d’une profession» : 1, L’aube des laboratoires (Les précurseurs du scientifique; Sciences de la nature et sciences sociales; Le laboratoire, lieu de travail; Histoire et culture; De la vocation au métier); 2, Du village à la grande ville scientifique (L’étape de l’institutionnalisation; D’une institution à l’autre; L’étape de la professionnalisation; L’université au service de la science; L’essor des sciences appliquées; L’étape de l’industrialisation; Recherche industrialisée et technologie; Le temps de loisir de la recherche); 3, Le parcours du combattant (La guerre des Deux-Roses; Servitude et grandeur de la publication; Entre vraie et fausse science; La multiplication des fraudes; La constance du jardinier; Le désir de clone humain); 4, L’idéal de la cité scientifique (Une institution auto-normée; L’exode des cerveaux; Science et démocratie; Les jeux Olympiques de la science); 5, L’horizon de l’utilité (Scientométrie et bibliométrie; La communauté scientifique; De la sociologie à l’économie; L’économie du savoir; Catastrophe et utilitarisme; Soutenir la recherche fondamentale); 6, L’entrée en politique (Science et politique; Une relation ambiguë; L’affaire Galilée; La science et la foi; Préhistoire des politiques de la science; Premiers pas de la science partisane); 7, Les dérives de la science politisée (Les fièvres nationalistes; Science prolétarienne et science bourgeoise; L’affaire Lyssenko; Science aryenne et science juive; La campagne contre Heisenberg). – Partie II, «Les chercheurs au péril de l’histoire» : 8, L’eugénisme : histoire d’un fantasme (La banque du sperme; La pente glissante; Le modèle de l’élevage animal; Nature et culture : le point de passage; L’invasion des barbares; Enfin Galton vint); 9, Science et législations (Les stérilisations forcées; À l’assaut des tares sociales; Les anthropologues en guerre; Eugénisme et féminisme; L’eugénisme sous Vichy; Deux Nobel militants; L’exception française); 10, Triomphe de la biocratie (Une veillée d’armes; L’eugénisme sous Weimar; En quête de l’aryen parfait; L’extermination des tarés; La banalité de la science); 11, La découverte du péché (La grande innovation; La fin de l’innocence; Profil d’un grand mélancolique; “Je suis devenu la mort”); 12, La superbombe en question (Un risque pour la sécurité; Comment va le ciel; L’expertise et la conviction; Nécessairement un mal; Entre Éros et Thanatos; Une communauté du déni); 13, Le paradoxe de Sakharov (Guerriers et victimes; L’élite scientifico-technique; De l’expiation à la rédemption; Le complexe du délice technique; Science et droits de l’homme; Dotés et non dotés; Les donneurs de leçons); 14, Le terrorisme d’État (Le grand écart; La métaphore de Tchernobyl; Un prix Nobel parmi d’autres; La scène primitive; Ceux qui disent non); 15, La quête du Graal (La nouvelle croisade; Le théâtre du fantasme; Du bon sauvage au bon gène; Faute de contemplation; Le royaume des chimères; La machine porteuse; Le programme baconien); 16, Le grand schisme (La figure de la vaccine; Les fantasmes du nanomonde; Pouvoir n’est plus savoir; La fabrique de l’homme nouveau; Une épistémologie civique). – Conclusion : Vérité et justice; Savoir et déraison; Science et barbarie. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Cours sur la perception (1964-1965)

    • Pages : XVI-416
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Châtou
    •  
    • ISBN : 2-35051-012-3
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 17-10-2015

    Résumé :

    Français

    Cet ouvrage restitue le cours prononcé en Sorbonne durant l’année universitaire 1964-1965 par G. S.. Plus qu’une histoire de la perception, ce cours élabore une véritable philosophie de la perception, voire même une “ histoire perceptive de la philosophie” (Préf. R. B. p. XIV). La thèse défendue par l’A. affirme que la perception ne relève pas de la connaissance mais de la vie et qu’elle exprime le mode original d’exploration et d’élaboration du monde : la perception est la modalité fondatrice du rapport vivant et actif de l’homme ( et de l’animal) à son milieu. Ainsi, une histoire de la perception renvoie en dernière instance à l’histoire des sujets humains dans leur rapport vital à leur milieu. - La première partie de cet ouvrage est consacré à l’étude de la perception dans la pensée occidentale (de l’Antiquité aux théories modernes de la perception comme activité) et constitue une histoire de la perception et plus largement de la philosophie de la perception. La seconde partie (”rôle et sens biologique de la fonction perceptive”) rend compte de la signification du noyau vital de la perception depuis les cinèses et les taxies jusqu’aux véritables perceptions d’objets et l’appréhension des formes. La troisième partie (”Perception et information : les effets psychologiques”) s’attache à une description de la figure du monde perçu à la lumière des résultats de la psychologie scientifique et accorde une assez grande place à la Théorie de la Forme et aux illusions géométriques. Mais ces lois psychologiques n’étant pas isolables, G. S. examine dans la quatrième partie (”Perception et affectivité - effets de contexte ; motivation”) la notion d’effet de contexte. Enfin, la cinquième partie (”Perception et activité - conséquences pratiques pour la technologie humaine”) se concentre autour de la question de la technique en tant que mode de relation entre l’homme et son milieu. Il s’agit bien pour G. S. d’élaborer une philosophie de la perception, c’est-à-dire “une philosophie pour laquelle l’objet perçu délivre le sens d’être de tout être” (Préf. R. B. p. XVI), une philosophie où la perception est l’origine normative des autres modalités de rapport au monde. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    La Philosophie de Simondon

    • Année : 2003
    • Éditeur : Vrin
    • Pages : 157
    • Collection : Pour demain
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-7116-1600-2
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 20-10-2015

    Résumé :

    Français

    L'A. étudie ici la philosophie de la technique de G. Simondon et sa pensée de l'individuation, en interrogeant les notions de progrès, d'aliénation et de mémoire, mais aussi les aspects relatifs à la psychologie, au sacré et à la "technoesthétique". Cet ouvrage rassemble des considérations historiques, philosophiques et des confrontations avec Diderot, Bergson, Jung, Marx, Eliade, Jankélévitch, ou encore Lulle, Leibniz, Pascal, et Turing. - Partie I : Philosophie des techniques [1, L'objet ; 2, L'encyclopédie technique ; 3, Marx et Simondon : l'aliénation ; 4, Cybernétique] ; Partie II : L'individuation [La brique, le cristal, les colonies de coraux, le psychisme et le collectif, l'Imagination] : Partie III : Les ponts [1, Simondon et la psychologie des profondeurs ; 2, Un monde idéal (où l'on trouvera une études des notions de progrès et de technoesthétique) ; 3,Trois philosophes et the matrix]. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Simondon et la philosophie de la “culture technique”

    • Pages : 140
    • Collection : Le Point philosophique
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Bruxelles
    •  
    • ISBN : 2-8041-1682-4
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 21-10-2015

    Résumé :

    Français

    L'A. insiste ici sur l'actualité de la pensée de Simondon et sur l'originalité que constitue son souci de développer une "culture technique", concept qui est au coeur de l'entreprise simondonienne". Pour bien faire comprendre ce projet, Gilbert Hottois l'a resitué dans l'ensemble de la pensée de Simondon, mettant en relation sa philosophie de la technique avec sa philosophie de la vie et avec son ontologie, qui forment un ensemble très cohérent. Cet ouvrage représente une introduction générale aux concepts simondoniens, à sa philosophie de la technique et à sa philosophie générale. – Chap. I : Une philosophie de l'individuation ; – Chap. II : Culture et technique ; – Chap. III : L'éthique comme phase de l'anthropologie génétique ; – Chap. IV : L'éthique comme sens de l'individuation ; – Chap. V : Technique et humanisme ; – Chap. VI : L'ambiguïté d'une philosophie des phases de l'être-devenir ; – Chap. VII : La fonction symbolique de la philosophie ; – Chap. VIII : Aux limites. M.-M. V.

     

    COLLECTIF

    Gilbert Simondon. Une pensée opérative

    • Pages : 332
    • Collection : Matières à penser
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Saint-Étienne
    •  
    • Institution : CRESAL = Centre de recherches et d’études sociologiques appliquées à la Loire
    • ISBN : 2-86272-240-5
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 27-10-2015

    Résumé :

    Français

    Cet ouvrage collectif, qui rassemble les contributions de sociologues, philosophes et économistes, envisage de saisir non seulement la pensée technique de Simondon, mais aussi une dimension plus large de sa philosophie. Les différents articles, dont la plupart est suivie d'un débat entre l'auteur et les autres collaborateurs du collectif, permet ainsi d'aborder des questionnements tels que l'individuel et le collectif (Partie I : Limites de l'individuel et du collectif), l'appropriation de la technicité (Partie II : Travail, appropriation et technicité), le vivant et le politique (Partie III : Le vivant, lieu de l'agir, lieu du politique), la portée du paradigme physique (Partie IV : Le paradigme physique : validité, créativité, exportabilité). M.-M. V.

     

    COLLECTIF

    Les Nouvelles raisons du savoir : vers une prospective de la connaissance.

    Colloque de Cerisy : Prospective d’un siècle à l’autre. III, Prospective de la connaissance

    • Pages : 322
    • Collection : Société et territoire. Série : Prospective du présent
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : La Tour-d’Aigues
    •  
    • Institution : Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle
    • ISBN : 2-87678-804-7
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 29-10-2015

    Résumé :

    Français

    Actes du troisième colloque de la série «Prospective d'un siècle à l'autre», intitulé : Prospective de la connaissance, Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle, 27 mai-2 juin 2001. Ont déjà été publiés les ouvrages relatifs aux colloques : Prospective I, Pour une gouvernance démocratique ; Prospective II, Expertise, débat public : vers une intelligence collective ; ibid., 1999 et 2001. - Alors que la science du XXe siècle est au cœur d'une contestation nouvelle, les ressources consacrées à la production de savoirs et à leur transmission n'ont jamais été aussi nombreuses, «jamais l'équilibre entre les nations ou le destin de la planète n'ont semblé autant dépendre de la manière dont les connaissances sont produites et partagées» (p. 5). Comment explorer ce paradoxe et les tensions qui l'accompagnent ? De cette interrogation est née l'idée d'une «prospective de la connaissance» : prendre la mesure des nouvelles relations entre les sciences, le public et les forces économiques, afin d'en mieux cerner les conséquences et les défis. Retrouver les sources culturelles de la connaissance, redéfinir les conditions d'une politique et d'une éthique de la Science, comprendre la construction des objets de recherche, maîtriser les liens entre gestion des connaissances et action collective, interroger l'évolution des sciences sociales constituent, pour les auteurs de ces contributions, un agenda culturel et politique désormais essentiel. - Après une Introduction de A. Hatchuel sur “Les nouvelles raisons du savoir”, l'ouvrage s'articule en six sections : 1. Retrouver les sources culturelles de la connaissance : Jean-Éric Aubert, “Le statut de la connaissance et l'innovation : problématique des civilisations” ; Hélène Vérin, “Généalogie de la réduction en art. Aux sources de la rationalité moderne” ; Juliette Grange, “Politique de la science : quelques questions à partir de l'œuvre d'Auguste Comte”. - 2. Redéfinir les conditions d'une politique et d'une éthique de la science : Hubert Curien, “Une politique de la recherche est-elle faisable ?” ; Claude Kordon, “Gestion des connaissances et recherche scientifique” ; Augusto Forti, “Science, éthique et mondialisation. Pour une géoéthique de la science” ; Gérard Huber, “Panser l'homme, penser la science”. - 3. Comprendre la construction des objets de recherche : Michel Sebillotte, “Logiques de l'agir et construction des objets de connaissance. L'invention de nouveaux dispositifs de recherche” ; Pierre-Benoît Joly, “Risques collectifs et agir sociologique : l'enjeu des dispositifs de coproduction de connaissances” ; Marc E. Himbert, “Comment la métrologie fait évoluer la connaissance” ; Jean-Gabriel Ganascia, “Réalisme et animisme sont les deux mamelles du cognitivisme” ; Jocelyn de Noblet, “Extension du domaine de la forme”. - 4. Maîtriser la gestion des connaissances dans l'action collective : André Staropoli, “L'évaluation ? un préalable” ; Claude Trink, “L'impact des technologies de l'information et de la communication sur les liens entre enseignement supérieur et industrie” ; A. Hatchuel, “Gestion des connaissances et capitalisme de l'innovation. Prospective de l'agir contemporain” ; Alain Bucaille, “La gestion des connaissances dans l'entreprise”. - 5. Interroger l'évolution des sciences sociales : Catherine Paradeise, “La sociologie du travail aujourd'hui” ; Michel Gensollen, “Nouvelle économie ou crise du discours économique ?” ; Véronique Le Goaziou, “Connaissance et reconnaissance au quotidien : enjeux épistémologiques et politiques” ; Albert David, “Connaissance et sciences de gestion”. - 6. Synthèses et ouvertures : Mehdi Lahmar, “Prospective d'un siècle à l'autre, d'une génération à l'autre” ; Christine Heller del Riego, “Synthèse subjective d'une jeune scientifique” ; Thierry Gaudin, “La connaissance ne sera plus ce qu'elle était”. - Notes et Bibliogr. en fin d'articles. M.-M. V.

     

    Articles :

    pages 19 à 28

    Le statut de la connaissance et l'innovation : problématique des civilisations

    AUBERT Jean-Éric

    pages 29 à 41

    Généalogie de “la réduction en art”. Aux sources de la rationalité moderne

    VÉRIN Hélène

    pages 43 à 56

    Politique de la science : quelques questions à partir de l'œuvre d'Auguste Comte

    GRANGE Juliette

    pages 59 à 63

    Une politique de la recherche est-elle faisable ?

    CURIEN Hubert

    pages 65 à 74

    Gestion des connaissances et recherche scientifique

    KORDON Claude

    pages 75 à 79

    Science, éthique et mondialisation. Pour une géoéthique de la science

    FORTI Augusto

    pages 81 à 90

    Panser l'homme, penser la science

    HUBER Gérard

    pages 93 à 115

    Logiques de l'agir et construction des objets de connaissance. L'invention de nouveaux dispositifs de recherche

    SEBILLOTTE Michel

    pages 117 à 129

    Risques collectifs et agir sociologique : l'enjeu des dispositifs de coproduction de connaissances

    JOLY Pierre-Benoît

    pages 131 à 144

    Comment la métrologie fait évoluer la connaissance

    HIMBERT Marc E.

    pages 147 à 156

    Réalisme et animisme sont les deux mamelles du cognitivisme

    GANASCIA Jean-Gabriel

    pages 157 à 166

    Extension du domaine de la forme

    NOBLET Jocelyn de

    pages 169 à 180

    L'évaluation ? un préalable

    STAROPOLI André

    pages 181 à 188

    L'impact des technologies de l'information et de la communication sur les liens entre enseignement supérieur et industrie

    TRINK Claude

    pages 191 à 208

    Gestion des connaissances et capitalisme de l'innovation. Prospective de l'agir contemporain

    HATCHUEL Armand

    pages 209 à 217

    La gestion des connaissances dans l'entreprise

    BUCAILLE Alain

    pages 221 à 230

    La sociologie du travail aujourd'hui

    PARADEISE Catherine

    pages 231 à 241

    Nouvelle économie ou crise du discours économique ?

    GENSOLLEN Michel

    pages 243 à 249

    Connaissance et reconnaissance au quotidien : enjeux épistémologiques et politiques

    LE GOAZIOU Véronique

    pages 251 à 279

    Connaissance et sciences de gestion

    DAVID Albert

    pages 283 à 287

    Prospective d'un siècle à l'autre, d'une génération à l'autre

    LAHMAR Mehdi

    pages 289 à 307

    Synthèse subjective d'une jeune scientifique

    HELLER DEL RIEGO Christine

    pages 309 à 318

    La connaissance ne sera plus ce qu'elle était

    GAUDIN Thierry

    MONOGRAPHIE

    Science et Technique. Études d’Histoire et d’Épistémologie. I. Aube de la cosmologie et de l’épistémologie scientifique

    • Pages : 257
    • Nombre de volumes : 3
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-9520588-2-2
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 31-10-2015

    Résumé :

    Français

    Ce volume, premier d’une suite annoncée de deux autres tomes, se donne pour objet un retour aux sources des spéculations sur la nature et aux réflexions humaines initiales sur les phénomènes naturels des présocratiques, ainsi qu’aux premières constructions intellectuelles de systèmes de description et d’explication des mouvements célestes par les astronomes babyloniens. Prenant pour référence les seules civilisations de l’Orient Ancien de la Mésopotamie, de l’Égypte et de la Grèce, l’ouvrage est structuré en deux Parties : – la Première («Débuts des spéculations cosmologiques et des enquêtes astronomiques») traite des premières réflexions sur le cosmos et la formation de l’univers. Les présocratiques sont considérés comme les précurseurs de la spéculation sur la nature, sur les causes du mouvement et les structures de la matière, base de la formation de l’univers. Premiers physiciens ou théoriciens de la nature, les Milésiens s’attachent aux questions relatives à la formation du monde et au principe de base qui unifie ses éléments épars pour créer l’ordre et la stabilité du cosmos. À la suite de Thalès, premier physicien à émettre des réflexions sur la nature de cette substance première, d’autres Milésiens (Anaximandre et Anaximène notamment) poursuivent ce questionnement. Outre le problème de la substance première et unique, celui du changement et de la génération des choses, de leurs parties et du Tout est posé pour la première fois par Héraclite et Parménide. L’examen de la doctrine des Pythagoriciens permet de relever leurs principaux apports dans l’étude des phénomènes naturels. Avec Leucippe et Démocrite surviennent d’autres réponses à la question du changement et de la génération des choses et des mouvements. Des questions philosophiques, inspirées par l’observation du réel comme la question de l’infini d’Anaxagore, sont abordées par les présocratiques. Les Éléates, et les premiers parmi eux Parménide et son disciple Zénon, s’intéressent au problème du mouvement et de la stabilité. La description est complétée par un aperçu général sur la cosmologie de Platon et d’Aristote concernant le mouvement des corps célestes et terrestres. Sont enfin présentés les principaux apports des Mésopotamiens dans le domaine de l’astronomie, notamment leur invention du zodiaque pour repérer et calculer les trajectoires des astres dans le ciel. – La Partie II («Rôle heuristique et portée épistémologique de l’uniformité de la nature») s’attache à montrer comment l’observation des phénomènes célestes a donné naissance à la géométrie dans l’espace. L’esprit des enquêtes astronomiques suggère, de façon analogique, l’idée de recension et de consignation des choses dans des listes classant les objets en genres et espèces. La nécessité d’un tel système de consignation et de nomination des choses est à l’origine de l’invention de l’écriture cunéiforme, pictographique et idéographique, jusqu’à l’écriture alphabétique et phonétique. Des rudiments de langues commencent ainsi à se former, pour exprimer la diversité du monde naturel mais aussi, dès les sophistes, élaborer les règles logiques et formelles du langage. Nommer les choses ne suffit pas : il faut les quantifier et les dénombrer, d’où l’apparition d’un système numérique et mathématique pour représenter quantitativement la diversité qui caractérise le monde naturel. Les mouvements célestes, quant à eux, parviennent à être représentés abstraitement et schématiquement par des figures et des lignes. L’éclosion d’une nouvelle discipline scientifique, avec la géométrisation de l’espace, ouvre des perspectives encore inexplorées par l’astronomie, notamment sur la question de la complexité des mouvements des astres et la mesure de leurs trajectoires. – Bibliogr. pp. 248-251 ; – Index des noms pp. 252-254. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Science et Technique. Études d’Histoire et d’Épistémologie. II. Origines médiévales de la science

    • Tome : N°2
    • Pages : 328
    • Nombre de volumes : 3
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-9520588-3-0
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 31-10-2015

    Résumé :

    Français

    Dans un souci de clarification des idées sur le statut épistémologique de la science et du savoir scientifique dans l’ensemble des activités intellectuelles, cet ouvrage s’inscrit dans la critique d’un certain conformisme ambiant de la science officielle, conformisme qui a eu pour effet pervers de détourner les regards de l’étude de certains facteurs matériels et intellectuels liés, d’une part, à l’innovation dans les méthodes de l’enseignement scolastique des universités naissantes du Moyen Âge et, d’autre part, à l’atmosphère des polémiques trinitaires et christologiques qui ont émaillé l’histoire religieuse de l’Occident chrétien et qui ont contribué à la naissance des concepts de la théologie naturelle. L’historiographie médiévale est également interrogée sur l’épineuse question de l’entrée de l’Aristote païen dans le monde chrétien, et de la greffe contre nature entre la métaphysique grecque et la théologie dogmatique monothéiste. Dans les deux derniers chapitres, l’A. entend montrer que sans le syncrétisme du milieu technique médiéval, la science et la technologie de nos sociétés industrielles actuelles seraient inconcevables. – Chap. I, L’Église dans le monde et dans l’histoire; – Chap. II, Controverses christologiques et trinitaires; – Chap. III, Réforme grégorienne et révolution textuelle; – Chap. IV, Nouvelles techniques universitaires; – Chap. V, Philosophie islamique et théologie naturelle dans l’Occident médiéval; – Chap. VI, Aristote et l’Occident médiéval : mythe ou réalité ?; – Chap. VII, Science et technique : éternel malentendu; – Chap. VIII, Éclectisme et syncrétisme techniques. M.-M. V.

     

    ARTICLE

    L’information à l’école : aliénation technique et illusion pédagogique

    • Pages : 132 à 147
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Néo-matérialisme ou néo-dynamisme ?

    • Pages : 281 à 292
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Le modèle cybernétique dans la pensée politico-technique de G.W. Leibniz

    • Pages : 83 à 89
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Partant de l’affirmation que l’on peut certainement parler de «modèle» dans la pensée politico-technique de Leibniz, l’article entend préciser qu’il est possible de qualifier ce modèle de «cybernétique», en fonction du concept de «raison cybernétique» dont notre époque exploite les initiatives leibniziennes dans le domaine de la technologie, sans pour autant les rapporter à la véritable inspiration philosophique de la doctrine leibnizienne.

     

    ARTICLE

    L’avenir des mathématiques

    • Pages : 307 à 320
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 29-09-2015

    Résumé :

    Français

    Cet article propose une synthèse visant à embrasser le problème de l’avenir des mathématiques, aussi bien dans leurs rapports avec le développement de la société que d’un point de vue technique et intérieur. M.-M. V.

     

    ARTICLE

    La mathématique, objet de culture et outil de travail

    • Pages : 339 à 345
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 29-09-2015

    Résumé :

    Français

    Cet article met en évidence deux des aspects fondamentaux des mathématiques : leur contribution à l’humanisme et leur utilité comme instrument de recherche et de travail, éclairant ainsi les rapports des mathématiques et de la philosophie et les relations avec les sciences et les techniques. M.-M. V.

     

    ARTICLE

    Les mathématiques et l’ingénieur

    • Pages : 501 à 504
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 29-09-2015

    Résumé :

    Français

    Cette étude met en lumière les difficultes que l’ingénieur contemporain rencontre du fait d’une formation mathématique insuffisamment adéquate à son but. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Du mode d’existence des objets techniques

    • Pages : 269
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 16-12-2011
    • Dernière mise à jour : 16-12-2011

    Résumé :

     

    MONOGRAPHIE

    Sur la technique

    • Pages : VI-461
    • Collection : Hors collection
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Originale
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 978-2-13-062528-5
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 25-03-2014
    • Dernière mise à jour : 30-04-2021

    Résumé :

    Français

    Ce volume est le premier d’une série visant à achever la publication de l’œuvre de Gilbert Simondon aux Presses Universitaires de France. Cette édition – établie et présentée par Nathalie Simondon et Jean-Yves Chateau, – rassemble – en dehors des textes déjà édités – la quasi-totalité des textes de G. Simondon sur la technique écrits entre 1953 et 1983. L’ouvrage se divise en quatre grandes parties : la première (I) rassemble des cours et exposés de séminaires ; la seconde (II) des articles, textes et résumés de conférences publiés du vivant de l’auteur ; la troisième (III) des notes et fragments inédits de G. Simondon ; la quatrième (IV) des entretiens du vivant de l’auteur (transcrits lorsqu’ils ont été filmés) ou de nouveau édités (lorsqu’ils ont déjà paru). – I.1 : «Psychosociologie de la technicité (1960-1961)» (source : cours publié dans les numéros de novembre-décembre 1960, janvier-février 1961 et mars-juin 1961 du Bulletin de l’École pratique de psychologie et de pédagogie de Lyon) ; I.2 : « Naissance de la technologie (1970) » (source : exposés présentés par G. Simondon entre février et mars 1970 au séminaire de doctorat de l’université Paris V) ; I.3 : « Art et nature (1980) » (source: résumé d’un cours donné par G. Simondon à l’université Paris V en 1980) ; II.1 : « Place d’une initiation technique dans une formation humaine complète (1953) » (source : Gilbert Simondon, dans Cahiers pédagogiques, n° 2, novembre 1953, pp. 115-120) ; II.2 : « Prolégomènes à une refonte de l’enseignement (1954) » (source : Gilbert Simondon, «Réflexions préalables à une refonte de l’enseignement», dans Cahiers pédagogiques, octobre 1954) ; II.3: «Aspects du machinisme agricole (1959)» (source : Gilbert Simondon, dans Le Concours médical, 82e année, 6-13 août 1960, n° 32-33, pp. 3793-3796 et 3799) ; II.4 : « Les limites du progrès humain (1959) » (source : Gilbert Simondon, dans Revue de métaphysique et de morale, n° 3, juillet-septembre 1959) ; II.5 : « L’effet de halo en matière technique : vers une stratégie de la publicité (1960) » (source : Gilbert Simondon, dans Cahiers de l’Institut de science économique appliquée, série M, n° 7, 1960) ; II.6: « La mentalité technique (1961 ?) » (version établie d’après le manuscrit original) ; II.7 : « Culture et technique (1965) » (source: Gilbert Simondon, dans Bulletin de l’Institut de philosophie, Université libre de Bruxelles, t. 55-56, n°3-4, 1965) ; II.8 : « Technique et eschatologie : le devenir des objets techniques (1972) » (source : résumé fait par Gilbert Simondon de la conférence qu’il donna en 1972 à Strasbourg pour le colloque sur l’eschatologie) ; II.9 : « Trois perspectives pour une réflexion sur l’éthique et la technique (1983) » (source : Gilbert Simondon, dans Annales de l’Institut de philosophie et de sciences morales, Université libre de Bruxelles, 1983) ; III.1 : « Psychosociologie du cinéma (1960) » (inédit) ; III.2 : « Objet technique et conscience moderne (1961) » (inédit) ; III.3 : « Anthropo-technologie (1961) » (inédit) ; III.4 : « Objet économique et objet technique (1962) » (inédit) ; III.5: «Réflexions sur la techno-esthétique (1982)» (inédit) ; IV.1 : «Entretien sur la technologie avec Yves Deforge (1965) (source : entretien filmé et réalisé par l’Institut pédagogique national en 1965) ; IV.2 : « Entretien sur la mécanologie : Gilbert Simondon et Jean Le Moyne (1968)» (source : entretien de Gilbert Simondon avec Jean Le Moyne filmé par Jacques Parent en août 1968 pour la télévision canadienne) ; IV.3 : «Sauver l’objet technique (1983)» (source : entretien de Gilbert Simondon avec Anita Kéchickian réalisé en février et avril 1981 et paru dans la revue Esprit en avril 1983) ; Index, pp. 455-458 ; Table des matières, pp. 459-461.

    F. F.

     
    ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ