Comment
ça
marche ?

Accueil
Recherche avancée

1. Comment effectuer une recherche ?

      1.1. Recherche avec la barre de recherche

            1.1.1. Votre requête est guidée par la suggestion des mots-clés déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion)

            1.1.2. Pour combiner des mots-clés dans une requête, plusieurs possibilités se présentent :

                    1) Opérateur ET : il doit être entré avec le symbole "&" :

                    2) Opérateur OU : il doit être entré avec le symbole "+" :

                    3) Opérateur SAUF : il doit être entré avec le symbole "-" :

      1.2. Recherche avec barre alphabétique

            1.2.1. Cliquez sur une lettre :

            1.2.2. Vous avez la possibilité de faire tourner la boule des mots-clés associés au terme choisi :

            1.2.3. Vous avez aussi la possibilité de cliquer sur un mot-clé :

            1.2.4. Une fois un mot cliqué, un widget apparaît indiquant le nombre de notices indexées par le mot-clé sélectionné :

            1.2.5. En cliquant sur le widget, vous faites apparaître la liste des références bibliographiques indexées par le mot-clé que vous avez sélectionné :

                      Vous avez la possibilité de faire défiler cette liste de références bibliographiques

            1.2.6. Après avoir cliqué sur un résultat de requête, la notice associée à la référence bibliographique sélectionnée s’affiche :

            1.2.7. Vous avez alors la possibilité de faire défiler la notice pour la consulter et lire son contenu

     

      1.3. Recherche simple

            1.3.1. Cliquez sur le bouton accueil :

            1.3.2. Vous avez la possibilité de choisir un critère parmi les critères suivants :

            1.3.3. Cliquez sur le bouton OK ou sur la touche ENTER de votre clavier pour lancer la recherche

            1.3.4. La liste des résultats s’affiche :

                     Vous avez la possibilité de faire défiler et de cliquer sur un résultat de requête

            1.3.5. Une fois que vous avez sélectionné un résultat, la notice associée à cette référence bibliographique s’affiche et vous pouvez la consulter :

            1.3.6. Pour afficher ou masquer le détail des métadonnées de la référence appuyer sur + ou sur – :

      1.4. Recherche avancée

            1.4.1. Entrez une requête dans le ou les champs souhaités

            1.4.2. Votre requête est guidée par la suggestion des termes déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion) :

            1.4.3. Pour sélectionner un item appuyez sur « + » ; pour retirer un item de la recherche appuyez sur « - »

            1.4.4. Pour combiner les termes, sélectionnez les opérateurs que vous souhaitez utiliser dans votre requête :

            1.4.5. Pour lancer votre recherche appuyez sur « Rechercher »

2. Signification des pictogrammes utilisés dans la base de données

      2.1. Un pictogramme par type de document

Monographie


Dictionnaire / Encyclopédie


Collectif


Article


Revue / Périodique


Thèse

3. Possibilités manipulatoires de la sphère

      3.1. Vous pouvez la faire tourner dans tous les sens

      3.2. Vous pouvez la zoomer et la dézoomer

      3.3. Vous pouvez cliquer sur les mots-clés qu'elle présente





Nuage de mots-clés associé à : Communication
    Logo SIPSPictogramme de Livres
    10
    NOTICES

    Liste des références bibliographiques indexées

    Revue-Périodique

    Hermès : Cognition, Communication, Politique

    Sous la direction de Dominique WOLTON
    Éditeur : CNRS Éditions - 1990


    Monographie

    La Nature de l’esprit : sciences cognitives et cerveau

    Marc JEANNEROD
    Éditeur : Odile Jacob - 2002


    Article

    L'impact des technologies de l'information et de la communication sur les liens entre enseignement supérieur et industrie

    Claude TRINK

    Sous la direction de Thierry GAUDIN, Armand HATCHUEL
    Dans Les Nouvelles raisons du savoir : vers une prospective de la connaissance. - 2002


    Article

    Communication et cognition

    François RÉCANATI

    Sous la direction de Jacques BOUVERESSE
    Dans L’Âge de la science. Lectures philosophiques - 1991


    Article

    Conventions et rationalité limitée

    Pierre LIVET

    Sous la direction de Louis-André GÉRARD-VARET, Jean-Claude PASSERON
    Dans Le Modèle et l’enquête. Les usages du principe de rationalité dans les sciences sociales - 1995


    Article

    Pragmatique des communications

    Jacques MIERMONT

    Sous la direction de Jean-Louis LE MOIGNE
    Dans Intelligence des mécanismes, mécanismes de l'intelligence - 1986


    Thèse

    Les voies de l'information. De la communication à la complexité : Thèse de doctorat : Philosophie : Université de Bourgogne : 1993, sous la direction de Jean Gayon

    Philippe GOUJON
    Éditeur : - 1993


    Monographie

    L’œil, la main et la voix : Une théorie communicative de l’expérience humaine

    Alberto GUALANDI
    Éditeur : Hermann - 2014


    Article

    The Language of Plant Communication : (and How It Compares to Animal Communication)

    Richard KARBAN

    Dans The Language of Plants - 2017


    Article

    Unraveling the « Radiometric Signals » from Green Leaves

    Christian NANSEN

    Dans The Language of Plants - 2017


    REVUE-PÉRIODIQUE

    Hermès

    Cognition, Communication, Politique

    • Volume : 7
    • Pages : 303
    • Éditeur : CNRS Éditions
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Ville : Paris
    •  
    • Institution : Centre National de la Recherche Scientifique
    • ISSN : 0767-9513
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 17-10-2015

    Résumé :

    Français

    Plutôt que de faire le bilan prématuré d’une œuvre vive qui suscite aujourd'hui encore autant de réactions, ce numéro propose de situer les unes vis à vis des autres les différentes facettes d’une personnalité complexe, de chercher s’il existe entre elles un fil conducteur, et de voir si une telle cohérence a été non seulement voulue, mais pensée dans le cadre d’une philosophie qui établirait des liens entre investigations logiques, interventions politiques et engagement éthique. – La Première Partie, «Philosophie et logique» (Section 1, Logique et ontologie, Section 2, Épistémologie générale) réunit deux sortes de contributions : d’une part, des articles consacrés à la présentation et à l’interprétation d’une des composantes essentielles de l’œuvre philosophique de Russell; d’autre part des essais de caractère plus critique, qui se donnent pour objectif de discuter, de contester ou de reformuler telle ou telle thèse du philosophe à la lumière de ses prolongements contemporains. – La Seconde partie, «Politique de Russell : du logicien au tribun» (Section 1, L’action; Section 2, L’homme), présente des études sur les différents aspects de l’activité politique de Russell et tentent de mettre en rapport les deux grandes dimensions de son œuvre, en matière de philosophie de la logique et de théorie de la connaissance, et en matière de questions dites de société, où apparaît le sens et la continuité de sa réflexion morale et politique. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    La Nature de l’esprit : sciences cognitives et cerveau

    • Pages : 257
    • Collection : Sciences
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-7381-1071-1
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 21-10-2015

    Résumé :

    Français

    Présentation du programme des sciences cognitives en termes de «naturalisation de l’esprit» : il s’agit de donner à l’esprit le statut d’un véritable objet de science et de connaissance, «c’est-à-dire d’en faire un objet naturel possédant une structure définie, fonctionnant selon des règles identifiables, en continuité explicative avec les autres phénomènes naturels». Le postulat est donc que notre cerveau nous connaît et qu’il peut, à ce titre, réguler notre fonctionnement mental et affectif. – L’analyse obéit à une triple exigence : – affirmer d’abord «L’ancrage biologique de la cognition» (Partie I), illustré par deux exemples, celui de l’expression des émotions, et celui de l’apprentissage du langage; – rendre compte du fondement cognitif de la subjectivité en termes d’action et de «Représentation des actions» (Partie II) : les mêmes réseaux neuronaux sont sollicités dans les deux cas, comme le montre l’imagerie cérébrale; – aborder, enfin, la question de «La cognition sociale» (Partie III), à travers les mécanismes de la communication entre les individus, la connaissance d’autrui en termes d’empathie qui oblige à concevoir le cerveau comme un simulateur, exposant ainsi des implications cliniques majeures, notamment pour la compréhension de maladies telles que la schizophrénie et l’autisme. M.-M. V.

     

    ARTICLE

    L'impact des technologies de l'information et de la communication sur les liens entre enseignement supérieur et industrie

    • Pages : 181 à 188
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    ARTICLE

    Communication et cognition

    • Pages : 231 à 249
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    ARTICLE

    Conventions et rationalité limitée

    • Pages : 549 à 564
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Cet article porte sur l’école dite de l’ «économie des conventions» et traite plus particulièrement du problème des limitations de la rationalité. Pierre Livet étudie les thèses d’Orlean, Dupuy, Favereau et Thévenot, avant d’exposer sa propre position, «position un peu excentrée, puisqu’elle est celle du philosophe et non de l’économiste, en l’occurrence d’un philosophe qui relie ces problèmes à ceux de la communication et des théories de l’action». – I. André Orlean : mimétisme et hiérarchie sur les marchés financiers; – II. Jean-Pierre Dupuy : les paradoxes du savoir mutuel; – III. Olivier Favereau : Les conventions comme économies cognitives; – IV. Laurent Thévenot et les régimes d’accord; – V. Communication, action et indécidabilité.

     

    ARTICLE

    Pragmatique des communications

    • Pages : 193 à 212
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    •  
    •  
    • Date de création : 29-03-2011
    • Dernière mise à jour : 28-02-2015

    Résumé :

    Français

    À partir d'une introduction linguistique, puis d'un rappel de quelques points fondamentaux sur l'intelligence artificielle, sont examinés les rapports des sciences de la cognition avec les niveaux de communication entre l'homme, les animaux (éthologie) et les machines. L'auteur poursuit par l'étude des systèmes médiatisant les activités cognitives et la théorie du double bind. Une théorie générale de la communication et de l'autonomie fait l'objet de la dernière partie (introduisant la notion d'actuogénèse).

    Anglais

    After a linguistic introduction and a reminder of the basics of artificial intelligence, one examines the relationship between the cognitive science and the lewels of communication between man, animals (ethology) as well as machines.One continues by studying the systems that act as mediators between cognitive activities and the theory of double bind. A general theory of communication and autonomy is dealt with in the final chapter (introducing the idea of actuogenesis).

     

    THÈSE

    Les voies de l'information. De la communication à la complexité

    Thèse de doctorat : Philosophie : Université de Bourgogne : 1993, sous la direction de Jean Gayon

    • Année : 1993
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Ville : [s.l.]
    •  
    •  
    • Date de création : 26-10-2012
    • Dernière mise à jour : 26-10-2012

    Résumé :

    Français

    L'information sous ses diverses formes, la communication et les notions qui leur sont associées, sont devenues les concepts clefs de notre représentation du monde et de nous-mêmes. Notion moderne née au sein de ce que l'on appelait la cybernétique, la communication a été associée à un projet de société où la transparence et la libre circulation de l'information sont essentielles. Le propos de cette thèse est d'analyser de quelle manière l'information et la communication ont pu devenir les pivots d'une nouvelle représentation du monde et les valeurs d'une société en crise, d'en aborder les conséquence, les limites, et le dépassement, en étudiant le problème de la complexité.

    Anglais

    Information under its various shapes, communication and their related notions have now become the key-concepts of our representation of the world and of ourselves. However, more than a mere scientific concept, the notion of communication, born in the bosom of what we called cybernetics, has gradually been associated with a social project including transparancy and the free movement of information. This thesis makes an analysis of the ways in which information and communication have become the keystones of a new representation of the world and the values of a society in a state of crisis. It determines the consequences and the limits of such a representation and its overcoming by studying complexity.

     

    MONOGRAPHIE

    L’œil, la main et la voix

    Une théorie communicative de l’expérience humaine

    • Pages : 407
    • Collection : Visions des sciences
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 978-2-7056-8853-0
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 15-07-2015
    • Dernière mise à jour : 19-04-2021

    Résumé :

    Français

    En réactualisant une méthodologie interdisciplinaire de circulation encyclopédique au sein des corpus philosophique et scientifique (philosophie transcendantale, esthésiologie et psychiatrie phénoménologiques, biologie évolutive du développement, paléoanthropologie, neurobiologie, audiophonologie, psychologie écologique de la perception, neurolinguistique, théorie cognitive de la métaphore, etc.), cet ouvrage, foisonnant de ressources documentaires, de concepts philosophiques et de théories scientifiques, mais parfois tortueux dans sa progression (peut-être en raison du fait que les chapitres qui le constituent sont des articles refondus en un seul ouvrage), met au jour la profondeur et la justesse de certaines intuitions de l’un des grands représentants de l’anthropologie philosophique, Arnold Gehlen (1904-1976), figure intellectuelle peu connue en France, ou plutôt, comme le notait Stanislas Deprez dans sa recension des Essais d’anthropologie philosophique (voir Revue Philosophique de la France et de l’Étranger, tome 137, n° 2, 2012, p. 251), maintenue dans le silence. Chaque chapitre est le développement d’une ou plusieurs thèses, qui s’enchaînent les unes aux autres au fil de l’argumentation de l’auteur. Le chapitre I montre qu’un principe, celui d’exonération (Entlastung), et un concept, celui de néoténie (désignant le retardement du développement humain par le maintien de caractères juvéniles à l’âge adulte), tous deux présents dans l’anthropobiologie d’A. Gehlen, trouvent un contenu positif affiné et nettement précisé grâce aux réinterprétations récentes d’observations effectuées à partir de la théorie du développement et de l’évolution proposée par Stephen Jay Gould (avec le concept d’hétérochronie néoténique) et aux résultats obtenus par l’évo-dévo (avec le concept d’exaptation). En somme, il s’agit de montrer en quoi la néoténie est une source d’exaptations indéfinies (i.e. d’activités de bricolage du vivant qui re-fonctionnalise des structures morphologiques ou cognitives originellement non pré-adaptées aux buts qui sont réassignés à ces structures). Le chapitre II développe la thèse du caractère communicatif de l’expérience humaine, son lien avec la néoténie et le mécanisme de l’exaptation, pour exhiber les éléments d’explication que cette thèse apporte à la compréhension de syndromes neuropsychologiques tels que l’autisme et la schizophrénie. Le chapitre III soutient quant à lui que les structures sensorimotrices du corps constituent l’a priori matériel de notre rapport au milieu naturel (il s’agit de la thèse centrale définitoire de l’esthésiologie). Le chapitre IV soutient que le circuit phono-auditif est la matrice du langage et le fondement esthésiologique de l’expérience humaine, et l’action phonique, le modèle de toute action. Le chapitre V cherche à montrer comment la théorie des pré-représentations de Jean-Pierre Changeux (cf. L’homme de vérité, Paris, Odile Jacob, 2002) s’applique au problème de la communication langagière, puis comment l’imagination constitue le lieu où s’élaborent des métaphores et où se formalisent petit à petit des analogies jouant le rôle de schèmes transcendantaux entre les structures corporelles de la sensibilité et les contenus expérientiels du vécu et du sentir, schèmes qui se sédimentent et se stabilisent à terme, à un niveau ultime, dans la pensée mathématique, sous forme d’invariants inférentiels. Enfin, le chapitre VI vise à mettre en évidence le lien entre la philosophie de l’histoire et des institutions de Gehlen et sa doctrine anthropobiologique à partir d’une lecture de Urmensch und Spätkultur (1956). Ainsi, l’objectif de l’ouvrage d’Alberto Gualandi est de montrer quelles sont les retombées paléoanthropologiques de la conception néoténique de l’anthropogenèse à travers une relecture de l’œuvre anthropobiologique d’Arnold Gehlen à la lumière des avancées de la science contemporaine, à l’ère de la post-histoire, sous régime technoscientifique. – Avertissement, p. 4 ; Illustrations, pp. 5-6 ; Introduction, pp. 7-20 ; Conclusions, pp. 377-384 ; Bibliographie, pp. 385-401 ; Table des matières, pp. 403-405 ; Remerciements, p. 407.

    F. F.

     

    ARTICLE

    The Language of Plant Communication

    (and How It Compares to Animal Communication)

    • Pages : 3 à 26
    •  
    • Edition : Originale
    • Ville : Minneapolis
    •  
    •  
    • Date de création : 12-07-2019
    • Dernière mise à jour : 12-07-2019

    Résumé :

    Français

    Dans ce chapitre, Richard Karban s'intéresse à la capacité des plantes à se percevoir elles-mêmes et leur environnement, ainsi qu'à leur façon de réagir à ces informations. L'ensemble de ces signaux émis et reçus peuvent constituer ce que l'auteur, à l'appui de la linguistique, nomme un « langage ». Ce chapitre distingue deux sortes de communication, l'une pour la lumière et l'autre pour se défendre contre les risques d'attaques d'herbivores ou d'agents pathogènes. Cependant, l'existence singulière de la plante, qui, contrairement à l'animal, ne possède pas de système nerveux central, conduit à penser un style de communication différent de celui de l'animal.

    G. H.

     

    ARTICLE

    Unraveling the « Radiometric Signals » from Green Leaves

    • Pages : 62 à 83
    •  
    • Ville : Minneapolis
    •  
    •  
    • Date de création : 27-02-2020
    • Dernière mise à jour : 27-02-2020

    Résumé :

    Français

    Souhaitant nous montrer ce que « perçoit » une feuille et ce que les autres vivants, animaux ou plantes, «perçoivent» d'elles, ce chapitre étudie la gamme de signaux visuels et volatiles spécifiques que les plantes parviennent à véhiculer à partir de leurs feuilles. Bien que nous soyons insensibles à ces signaux en tant qu'être humain, les plantes peuvent faire varier l'intensité du vert de leurs feuilles, ce qui leur permet d'indiquer aux autres vivants leurs niveaux de stress. On note ainsi que les plantes stressées ont tendance à refléter davantage de lumière que les plantes apaisées, en raison du fait que leur capacité à synthétiser l'énergie radiométrique est compromise.

    G. H.

     
    ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ