Comment
ça
marche ?

Accueil
Recherche avancée

1. Comment effectuer une recherche ?

      1.1. Recherche avec la barre de recherche

            1.1.1. Votre requête est guidée par la suggestion des mots-clés déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion)

            1.1.2. Pour combiner des mots-clés dans une requête, plusieurs possibilités se présentent :

                    1) Opérateur ET : il doit être entré avec le symbole "&" :

                    2) Opérateur OU : il doit être entré avec le symbole "+" :

                    3) Opérateur SAUF : il doit être entré avec le symbole "-" :

      1.2. Recherche avec barre alphabétique

            1.2.1. Cliquez sur une lettre :

            1.2.2. Vous avez la possibilité de faire tourner la boule des mots-clés associés au terme choisi :

            1.2.3. Vous avez aussi la possibilité de cliquer sur un mot-clé :

            1.2.4. Une fois un mot cliqué, un widget apparaît indiquant le nombre de notices indexées par le mot-clé sélectionné :

            1.2.5. En cliquant sur le widget, vous faites apparaître la liste des références bibliographiques indexées par le mot-clé que vous avez sélectionné :

                      Vous avez la possibilité de faire défiler cette liste de références bibliographiques

            1.2.6. Après avoir cliqué sur un résultat de requête, la notice associée à la référence bibliographique sélectionnée s’affiche :

            1.2.7. Vous avez alors la possibilité de faire défiler la notice pour la consulter et lire son contenu

     

      1.3. Recherche simple

            1.3.1. Cliquez sur le bouton accueil :

            1.3.2. Vous avez la possibilité de choisir un critère parmi les critères suivants :

            1.3.3. Cliquez sur le bouton OK ou sur la touche ENTER de votre clavier pour lancer la recherche

            1.3.4. La liste des résultats s’affiche :

                     Vous avez la possibilité de faire défiler et de cliquer sur un résultat de requête

            1.3.5. Une fois que vous avez sélectionné un résultat, la notice associée à cette référence bibliographique s’affiche et vous pouvez la consulter :

            1.3.6. Pour afficher ou masquer le détail des métadonnées de la référence appuyer sur + ou sur – :

      1.4. Recherche avancée

            1.4.1. Entrez une requête dans le ou les champs souhaités

            1.4.2. Votre requête est guidée par la suggestion des termes déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion) :

            1.4.3. Pour sélectionner un item appuyez sur « + » ; pour retirer un item de la recherche appuyez sur « - »

            1.4.4. Pour combiner les termes, sélectionnez les opérateurs que vous souhaitez utiliser dans votre requête :

            1.4.5. Pour lancer votre recherche appuyez sur « Rechercher »

2. Signification des pictogrammes utilisés dans la base de données

      2.1. Un pictogramme par type de document

Monographie


Dictionnaire / Encyclopédie


Collectif


Article


Revue / Périodique


Thèse

3. Possibilités manipulatoires de la sphère

      3.1. Vous pouvez la faire tourner dans tous les sens

      3.2. Vous pouvez la zoomer et la dézoomer

      3.3. Vous pouvez cliquer sur les mots-clés qu'elle présente





Nuage de mots-clés associé à : Interaction
    Logo SIPSPictogramme de Livres
    7
    NOTICES

    Liste des références bibliographiques indexées

    Article

    L’irruption des non-humains dans les sciences humaines : quelques leçons tirées de la sociologie des sciences et des techniques

    Michel CALLON, John LAW

    Sous la direction de Bénédicte REYNAUD
    Dans Les Limites de la rationalité - 1997


    Article

    Introduction

    Gérard WEISBUCH

    Sous la direction de Gérard WEISBUCH, Hervé P. ZWIRN
    Dans Qu’appelle-t-on aujourd’hui les sciences de la complexité ? Langages, réseaux, marchés, territoires - 2010


    Article

    Action, réaction et interaction : Le Roy et la nouvelle philosophie de 1900

    Anastasios BRENNER

    Sous la direction de Michel PATY, Danièle GHESQUIER-POURCIN, Muriel GUEDJ, Gabriel GOHAU
    Dans Énergie, science et philosophie au tournant des XIXe et XXe siècles - 2010


    Article

    La symétrie de jauge comme sonde philosophique

    Alexandre GUAY

    Sous la direction de Soazig LE BIHAN
    Dans Précis de philosophie de la physique - 2013


    Article

    Le temps des processus élémentaires - I -

    Gilles COHEN-TANNOUDJI
    Sous la direction de Étienne KLEIN, Michel SPIRO

    Sous la direction de Étienne KLEIN, Michel SPIRO
    Dans Le Temps et sa flèche - 2013


    Article

    Cancer : complexity, causation, and systems biology

    James A. MARCUM
    Sous la direction de Marc SILBERSTEIN, Gérard LAMBERT

    Sous la direction de Marc SILBERSTEIN, Gérard LAMBERT
    Dans Matière Première. Revue d'épistémologie - 2010


    Monographie

    Monde pluriel : Penser l'unité des sciences sociales

    Bernard LAHIRE
    Éditeur : Seuil - 2012


    ARTICLE

    L’irruption des non-humains dans les sciences humaines : quelques leçons tirées de la sociologie des sciences et des techniques

    • Pages : 99 à 118
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Cet article insiste sur le caractère hybride du réseau associant des entités qui sont des éléments humains et non humains (règles, conventions, connaissances communes). L’identité de l’entité se définit dans l’interaction. «Le collectif est constamment “réparé” et localement reconstruit dans l’interaction». Cette vision du collectif conduit à supprimer la question de la constitution des collectifs : «L’action n’a pas de source et ne rencontre aucun point d’arrêt définitif». Au lieu de chercher les sources de l’action, les auteurs invitent plutôt à analyser sa distribution.

     

    ARTICLE

    Introduction

    • Pages : 69 à 71
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Introduction à la deuxième Partie de l’ouvrage, consacrée aux réseaux. L’idée d’un réseau d’interactions est centrale dans cette approche : le réseau est la représentation des interactions entre les éléments qui composent le système. C’est souvent la structure du réseau qui conditionne les propriétés globales émergentes de la dynamique.

     

    ARTICLE

    Action, réaction et interaction : Le Roy et la nouvelle philosophie de 1900

    • Pages : 247 à 258
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 27-02-2015

    Résumé :

    Français

    Consacré à la philosophie d’Édouard Le Roy, cet article y voit l’atténuation «des clivages classiques entre idéalisme et réalisme, entre spiritualisme et matérialisme». D’abord attiré par le courant conventionnaliste représenté par Poincaré et Duhem, Le Roy prolonge les débats du conventionnalisme en direction de l’activité de l’esprit, et développe une philosophie fondamentalement marquée par l’idée d’ «énergie créatrice» inspirée par Berson, orientée vers les perspectives d’une cosmologie évolutionniste où la contingence tient une place par la diversité des possibilités ouvertes.

     

    ARTICLE

    La symétrie de jauge comme sonde philosophique

    • Pages : 295 à 308
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Originale
    •  
    •  
    • Date de création : 26-03-2013
    • Dernière mise à jour : 27-02-2015

    Résumé :

    Français

    L'objectif de cet article est de présenter la valeur heuristique d'un outil mathématique, la symétrie de jauge (i.e. d'un ensemble de descriptions équivalentes d'un même état physique), le renouvellement du regard qu'il nous donne sur l'objectivité et la causalité, enfin le rôle pragmatique qu'il peut avoir dans le passage d'une théorie à une autre, comme le montre l'auteur à propos de la procédure permettant de passer d'une théorie classique des champs à une théorie quantique.

    F. F.


     

    ARTICLE

    Le temps des processus élémentaires - I -

    • Pages : 93 à 130
    •  
    • Support : Document imprimé
    •  
    •  
    • Date de création : 29-05-2013
    • Dernière mise à jour : 27-02-2015

    Résumé :

    Français

    Cet article montre comment à partir de la théorie des interactions fondamentales (qui étudie les structures d'emboîtements des particules élémentaires) se posent les problèmes du temps à l'échelle de l'infiniment petit. La théorie quantique des champs (qui allie relativité restreinte et théorie des quanta) permet, grâce à la méthode de renormalisation, de conférer à la physique des processus élémentaires une véritable dimension temporelle. – Introduction : relativité et quanta, matière, espace et temps ; 2. Théorie quantique des champs : relativité, localité et causalité quantiques ; 3. L'intégrale des chemins et la renormalisation ; 4. Conclusion : matière et flèche du temps. F. F.

     

    ARTICLE

    Cancer : complexity, causation, and systems biology

    • Pages : 127 à 148
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Originale
    •  
    •  
    • Date de création : 30-05-2013
    • Dernière mise à jour : 30-05-2013

    Résumé :

    Français

    L’étiologie du cancer est encore largement dominée par la conception dite TMS (Théorie de la Mutation Somatique) dans laquelle des gènes mutés constituent la cause du cancer. Malgré cette prédominance, et les promesses du décryptage du génome humain, de nombreuses anomalies et contre-exemples rendent cette théorie de plus en plus fragile quant à sa portée explicative. Lorsque l’on est favorable à l’idée que la thérapeutique doit être conditionnée par la compréhension des mécanismes des phénomènes en jeu et donc ne plus seulement être le fruit d’une induction plus ou moins longuement menée, au fil de la pratique clinique, ou encore d’une accumulation de faits difficilement compréhensibles dans leur diversité et hétérogénéité – réalisant ainsi pleinement un idéal bernardien –, ces lacunes sont particulièrement frustrantes eu égard aux considérables enjeux de santé publique. Aussi, des alternatives théoriques arrivent à maturité, mettant en lumière des circuits causaux non plus linéaires comme dans la TMS, mais faisant intervenir des niveaux d’organisation en interaction. Ces théories relèvent de la biologie des systèmes. Elles sont examinées par James A. Marcum dans « Cancer : complexity, causation, and systems biology ». - Bibliographie, pp. 144-147 ; Notice biographique, p. 148.

     

    MONOGRAPHIE

    Monde pluriel

    Penser l'unité des sciences sociales

    • Année : 2012
    • Éditeur : Seuil
    • Pages : 400
    • Collection : La Couleur des idées
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Originale
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 978-2-02-106459-9
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 25-07-2013
    • Dernière mise à jour : 22-04-2015

    Résumé :

    Français

    Comment penser l’unité des sciences sociales ? Ce livre a pour ambition de répondre à cette question, par-delà l’hétérogénéité des points de vue et intérêts de connaissance que l’on trouve dans des disciplines aussi différentes que la sociologie, l’histoire, la géographie, la psychanalyse, etc. Ces disciplines sont ramenées par l’auteur à un programme général d’étude des comportements humains qui tient dans une formule, héritée de Bourdieu mais retravaillée : « Passé incorporé + Contexte d’action présent = Pratiques ». B. Lahire montre le nécessaire équilibre des éléments de cette formule (chap. 1) : pour comprendre les pratiques, on ne peut ni se passer d’une référence au passé incorporé des acteurs, ni oublier le rôle essentiel du contexte présent dans l’actualisation des dispositions, compétences, etc. Cela suppose au passage de se démarquer de la formule de Bourdieu ( [(habitus)(capital)] + champ = pratique) qui assimile le passé incorporé au seul habitus et le contexte au seul champ. L’essentiel du livre met cependant l’accent principalement sur le contexte bien plus que sur les deux autres éléments de la formule, et ce, en le rapportant tout d’abord au mouvement historique de différenciation sociale des activités, de séparation des domaines de pratiques en « religion », « politique », « économie », « droit », etc. (chap. 2). Une grande importance est accordée à la distinction entre deux sens d’autonomie des pratiques, entre la spécificité et l’indépendance les unes à l’égard des autres. La notion de contexte est ensuite distinguée de celle, bourdieusienne, de « champ » (chap. 3), l’idée étant d’une part que tout contexte d’action pertinent n’est pas un champ, et d’autre part qu’il est essentiel de s’intéresser au « hors-champ » des acteurs. Enfin, un dernier chapitre porte sur l’opération de contextualisation (chap. 4), à comprendre plus précisément grâce à une distinction entre échelle d’observation de la réalité sociale, niveau de réalité sociale sur lequel on cherche à faire progresser la connaissance, et type d’objet étudié. Dans cette perspective, la discussion et la critique de l’interactionnisme occupent une place importance. Ce qui se dessine ainsi tout au long du livre, au fil de l’étude de la notion de contexte, c’est l’ambition renouvelée d’une « science de l’homme » par-delà l’enfermement disciplinaire. – Addenda, pp. 353-363 ; Bibliographie, pp. 369-384 ; Index des noms, pp. 385-388 ; Index thématique et conceptuel, pp. 389-393. P. F.

     
    ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ