Comment
ça
marche ?

Accueil
Recherche avancée

1. Comment effectuer une recherche ?

      1.1. Recherche avec la barre de recherche

            1.1.1. Votre requête est guidée par la suggestion des mots-clés déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion)

            1.1.2. Pour combiner des mots-clés dans une requête, plusieurs possibilités se présentent :

                    1) Opérateur ET : il doit être entré avec le symbole "&" :

                    2) Opérateur OU : il doit être entré avec le symbole "+" :

                    3) Opérateur SAUF : il doit être entré avec le symbole "-" :

      1.2. Recherche avec barre alphabétique

            1.2.1. Cliquez sur une lettre :

            1.2.2. Vous avez la possibilité de faire tourner la boule des mots-clés associés au terme choisi :

            1.2.3. Vous avez aussi la possibilité de cliquer sur un mot-clé :

            1.2.4. Une fois un mot cliqué, un widget apparaît indiquant le nombre de notices indexées par le mot-clé sélectionné :

            1.2.5. En cliquant sur le widget, vous faites apparaître la liste des références bibliographiques indexées par le mot-clé que vous avez sélectionné :

                      Vous avez la possibilité de faire défiler cette liste de références bibliographiques

            1.2.6. Après avoir cliqué sur un résultat de requête, la notice associée à la référence bibliographique sélectionnée s’affiche :

            1.2.7. Vous avez alors la possibilité de faire défiler la notice pour la consulter et lire son contenu

     

      1.3. Recherche simple

            1.3.1. Cliquez sur le bouton accueil :

            1.3.2. Vous avez la possibilité de choisir un critère parmi les critères suivants :

            1.3.3. Cliquez sur le bouton OK ou sur la touche ENTER de votre clavier pour lancer la recherche

            1.3.4. La liste des résultats s’affiche :

                     Vous avez la possibilité de faire défiler et de cliquer sur un résultat de requête

            1.3.5. Une fois que vous avez sélectionné un résultat, la notice associée à cette référence bibliographique s’affiche et vous pouvez la consulter :

            1.3.6. Pour afficher ou masquer le détail des métadonnées de la référence appuyer sur + ou sur – :

      1.4. Recherche avancée

            1.4.1. Entrez une requête dans le ou les champs souhaités

            1.4.2. Votre requête est guidée par la suggestion des termes déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion) :

            1.4.3. Pour sélectionner un item appuyez sur « + » ; pour retirer un item de la recherche appuyez sur « - »

            1.4.4. Pour combiner les termes, sélectionnez les opérateurs que vous souhaitez utiliser dans votre requête :

            1.4.5. Pour lancer votre recherche appuyez sur « Rechercher »

2. Signification des pictogrammes utilisés dans la base de données

      2.1. Un pictogramme par type de document

Monographie


Dictionnaire / Encyclopédie


Collectif


Article


Revue / Périodique


Thèse

3. Possibilités manipulatoires de la sphère

      3.1. Vous pouvez la faire tourner dans tous les sens

      3.2. Vous pouvez la zoomer et la dézoomer

      3.3. Vous pouvez cliquer sur les mots-clés qu'elle présente





Nuage de mots-clés associé à : Pragmatisme
    Logo SIPSPictogramme de Livres
    13
    NOTICES

    Liste des références bibliographiques indexées

    Monographie

    Épistémologie et logique depuis Kant jusqu’à nos jours

    Raymond BAYER
    Éditeur : Presses Universitaires de France - 1954


    Monographie

    The Consequences of Pragmatism. Essays, 1972-1980

    Richard RORTY
    Éditeur : University of Minnesota Press - 1982


    Monographie

    Essais philosophiques

    Bertrand RUSSELL
    Éditeur : Presses Universitaires de France - 1997


    Monographie

    L'interprétation de la mécanique quantique : une approche pragmatiste

    Manuel BÄCHTOLD
    Éditeur : Hermann - 2009


    Article

    Vers un démonstrateur adaptatif

    Catherine BELLEANNÉE, Jacques NICOLAS, C’H Raoul VOR

    Sous la direction de Jean-Jacques SZCZECINIARZ, Jean SALLANTIN
    Dans Le Concept de preuve à la lumière de l'intelligence artificielle - 1999


    Article

    Réalité donnée, réalité construite. À propos d’un argument de Searle

    Michel BITBOL

    Sous la direction de Ivahn SMADJA
    Dans Cahiers de philosophie de l’Université de Caen - 2008


    Article

    Une alternative au-delà du pragmatisme. La pratique en suspens

    Bruno KARSENTI

    Sous la direction de Michel de FORNEL, Cyril LEMIEUX
    Dans Naturalisme versus constructivisme - 2008


    Thèse

    Les Lois de l'esprit chez Charles S. Peirce  : Thèse de doctorat : Philosophie : Université Paris-Est Marne-la-Vallée : 2010, sous la direction de Claudine Tiercelin

    Jean-Marie CHEVALIER
    Éditeur : - 2010


    Thèse

    Le possible, l'actuel et l'événement en mécanique quantique : une approche pragmatiste : Thèse de doctorat : Philosophie : Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne : 2005, sous la direction de Michel Bitbol

    Manuel BÄCHTOLD
    Éditeur : - 2005


    Article

    Pragmatisme et pédologie : Dewey, Vygotski et la pédagogie soviétique des années 1920

    Guillaume GARRETA

    Sous la direction de Janette FRIEDRICH, Rita HOFSTETTER, Bernard SCHNEUWLY
    Dans Une science du développement humain est-elle possible ? - 2013


    Monographie

    Reflection without Rules : Economic Methodology and Contemporary Science Theory

    D. Wade HANDS
    Éditeur : Cambridge University Press - 2001


    Monographie

    De l’immortalité humaine : Deux prétendues objections à cette doctrine

    William JAMES
    Sous la direction de Jim GABARET, Thibaud TROCHU
    Éditeur : Éditions Rue d’Ulm - Presses de l’École Normale Supérieure - 2015


    Monographie

    Entre intuition et analyse : Poincaré et le concept de prédicativité

    Gerhard HEINZMANN
    Éditeur : Albert Blanchard - 1985


    MONOGRAPHIE

    Épistémologie et logique depuis Kant jusqu’à nos jours

    • Pages : 371
    • Collection : Philosophie de la matière
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 20-10-2015

    Résumé :

    Français

    Alors que le débat entre la science et la raison a été le centre de gravité de la théorie moderne de la connaissance, la théorie contemporaine de la science va graviter, quant à elle, autour de la notion d’objet. Partant de la position critique de Kant, la Première Partie de l’ouvrage («Nécessité et contingence») interroge successivement – Laplace et son postulat épistémologique d’un déterminisme universel où la certitude n’est que la probabilité moins l’ignorance, – Cournot et ses applications de la probabilité aux problèmes de philosophie naturelle ou sociale, – Boutroux et le rationalisme de la contingence, – Auguste Comte et le positivisme. – La 2e Partie («De la notion de temps et d’évolution») porte sur – Lamarck, dans son rapport à la génération des êtres, au transformisme et à la philosophie zoologique, – Darwin, l’origine des espèces et la concurrence, – Spencer, l’évolution et la dissolution, – le pragmatisme empiriste et humaniste (Dewey, James, Schiller). Peuvent alors être analysées «Les conceptions contemporaines de la logique» (3e partie) : la logique confrontée à la science (les paradoxes, les antinomies, la logique de Leibniz, la logique nouvelle, l’idonéisme), et confrontée à l’homme (sciences, langage, psychologisme). – En conclusion, l’A. expose les différents essais d’autonomie de la logique (logique de Couturat, critique du psychologisme et épistémologie de Meyerson, le logicisme et la logique phénoménologique de Husserl). M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    The Consequences of Pragmatism. Essays, 1972-1980

    • Pages : XLVII-237
    •  
    • Support : Print
    • Edition : Original
    • Ville : Minneapolis
    •  
    • ISBN : 0-8166-1063-0
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 03-10-2015

    Résumé :

    Anglais

    Rorty has collected a selection from his vast number of essays under the title Consequences of Pragmatism. Spanning the time range of his work from the early 1970s to the early 1980s, they represent Rorty's development and exposition of his views after he made the sudden turn from analytic philosophy to his anti-essentialist pragmatism. Many of the essays are meant to explain how his view contrasts with the tradition in philosophy he is arguing against, which he identifies as the Cartesian-Kantian one, as well as the analytic philosophical tradition he used to belong to. However, some of the later essays also serve to defend his views against some common criticisms. Also included are essays which compare his views with those of people working or having worked along similar 'counter-tradition' lines, such as of course his inspiration Dewey, but also Heidegger, Foucault, and Cavell. – Contents : – The world well lost; – Keeping philosophy pure; – Overcoming the tradition; – Professionalized philosophy and transcendentalist culture; – Dewey's metaphysics; – Philosophy as a kind of writing; – Is there a problem about fictional discourse?; – Nineteenth-century idealism and twentieth-century textualism; – Pragmatism, relativism, and irrationalism; – Cavell on skepticism; – Method, social science, and social hope; – Philosophy in America today. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Essais philosophiques

    • Pages : 224
    • Collection : L’Interrogation philosophique
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Traduction de l’anglais
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-13-048250-3
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 14-10-2015

    Résumé :

    Français

    Réunis sous le titre Philosophical Essays, ces sept articles, parus entre 1904 et 1909, dans l’intervalle qui sépare la publication des Principles of Mathematics de celle des Principia Mathematica, forment un ensemble cohérent qui annonce le tournant épistémologique accompli par Russell au cours de la décennie suivante, une préoccupation touchant l’objectivité de la connaissance. Ils présentent ainsi l’intérêt d’apporter un témoignage précieux sur l’évolution de la pensée russellienne et de fournir un certain nombre d’éléments indispensables à l’intelligence d’ouvrages ultérieurs déjà disponibles en français, comme les Problèmes de philosophie, La Méthode scientifique en philosophie, ou encore les conférences de 1918 sur La Philosophie de l’atomisme logique. – I. «Éléments d’éthique»; – II. «De l’histoire»; – III. «La science et l’hypothèse (une recension)»; – IV. «Pragmatisme»; – V. «La conception de la vérité de William James»; – VI. «La théorie moniste de la vérité»; – VII. «De la nature du vrai et du faux». M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    L'interprétation de la mécanique quantique : une approche pragmatiste

    • Pages : 360
    • Collection : Visions des sciences
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 978-2-7056-6834-1
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-11-2015

    Résumé :

    Français

    Ce livre débute par une présentation des bases de la mécanique quantique suivant l’interprétation «standard». Il expose en détail le fameux «problème de la mesure», examine les stratégies visant à le surmonter et montre que toutes les approches «réalistes» (qui présupposent une correspondance entre la théorie et la réalité en soi) se heurtent à des difficultés persistantes. Partant de ce constat d’échec, ce livre propose d’adopter une approche alternative de la connaissance, dite «pragmatiste», qui revient à évaluer une théorie à l’aune de la pratique des physiciens en s’abstenant de lui greffer une construction métaphysique sans lien avec l’expérience. La mise en œuvre de cette approche permet d’offrir une interprétation très éclairante de la mécanique quantique, qui dissout le problème de la mesure, sans modifier la théorie et sans générer de nouvelles difficultés. – Ce livre s’adresse aux étudiants et chercheurs en physique, ou à tout lecteur curieux, en quête de clés pour comprendre la mécanique quantique, mais aussi aux philosophes qui s’interrogent sur la possibilité d’une application concrète des diverses conceptions de la connaissance dans le champ des sciences. – Chap. 1 – Le réalisme scientifique face au problème de la mesure; – Chap. 2 – Vers une conception pragmatiste de la connaissance; – Chap. 3 – La contextualité de la mécanique quantique; – Chap. 4 – Une interprétation pragmatiste de la mécanique quantique. M.-M. V.

     

    ARTICLE

    Vers un démonstrateur adaptatif

    • Pages : 159 à 195
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Dans le traitement informatique de la preuve, trois courants principaux sont distingués, – à tendance formelle, – à tendance cognitive, – à tendance pragmatique. – 1. Introduction; – 2. Construire un démonstrateur adaptatif : un catalogue de problèmes; – 3. Le système de déduction (Le calcul des propositions; Un calcul de séquent); – 4. Généralisation à partir d’exemples; – 5. Généralisation de formules : les macro-connecteurs (Formules à généraliser. Cas particulier : les formules homogènes; Langage des généralisations : les macro-connecteurs; Méthode de généralisation; En résumé); – 6. Généralisation des lemmes (Les concepts à apprendre; Langage des généralisations : les schémas sous contraintes; Propriétés des schémas sous contrainte; Mécanismes de généralisation; En résumé); – 7. Conclusion.

     

    ARTICLE

    Réalité donnée, réalité construite. À propos d’un argument de Searle

    • Pages : 39 à 62
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Cet article développe une théorie de la construction sociale de la réalité, non pour l’entériner mais pour mettre en question la frontière entre réalité construite et réalité donnée. Arguant du fait que toute construction sociale d’une réalité doit présupposer des réalités antérieures non sociales, donc naturelles, Searle affirme l’existence de faits bruts naturels. Michel Bitbol critique la version abrupte et indéterminée de l’argument transcendantal que livre Searle et en propose une version remaniée en l’interprétant dans une perspective pragmatiste.

     

    ARTICLE

    Une alternative au-delà du pragmatisme. La pratique en suspens

    • Pages : 133 à 140
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 21-02-2015

    Résumé :

    Français

    L’interprétation récente d’Anne Rawls a le mérite de dégager l’originalité de l’épistémologie durkheimienne par un triple contraste : par rapport à l’idéalisme post-kantien, à l’empirisme classique et au pragmatisme. Mais la question demeure de comprendre en quoi consiste cette originalité en elle-même. On se sépare ici de l’interprétation de Rawls en considérant que l’axe central de cette épistémologie est la façon dont elle maintient la thèse de l’hétérogénéité de la pensée et de l’action, et la forme de suspension de la pratique sur laquelle elle concentre l’analyse sociologique. Ce qui revient à accorder une attention soutenue aux catégories de sacré et d’idéal, réinvesties dans la perspective d’une sociologie de l’action.

    Anglais

    Anne Rawls’ recent interpretation has the merit of bringing out the originality of Durkheimian epistemology through a triple contrast with post Kantian idealism, classical empirism and pragmatism. But the question of understanding what this originality itself consists of still remains. Here we take our distance from Rawls’ interpretation by considering the central axis of this epistemology is the way she maintains the thesis of the heterogeneity of thought and action and the form of suspension of practice on which she focuses sociological analysis. This implies granting a special attention to the categories of sacred and ideal when reintroduced in the perspective of sociology of action.

     

    THÈSE

    Les Lois de l'esprit chez Charles S. Peirce 

    Thèse de doctorat : Philosophie : Université Paris-Est Marne-la-Vallée : 2010, sous la direction de Claudine Tiercelin

    • Année : 2010
    • Pages : 573
    •  
    • Support : Document électronique
    • Ville : [s.l.]
    •  
    • Institution : Université Paris-Est
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 05-10-2012
    • Dernière mise à jour : 19-10-2012

    Résumé :

    Français

    Malgré un antipsychologisme plusieurs fois réasserté, le philosophe américain Charles S. Peirce (1839-1914) maintient une dépendance ambiguë de la connaissance objective envers les états mentaux de la conscience. La thèse rend compte de ce paradoxe apparent en montrant que le projet peircien n'est pas logique mais épistémologique, et consiste en une étude critique de notre pouvoir de connaître. Peirce a cherché différentes manières de naturaliser la connaissance, c'est-à-dire de l'inscrire dans nos facultés réelles sans pour autant renoncer à son ambition fondationnelle et normative. On peut en distinguer plusieurs phases successives : la correction de la psychologie des facultés, la théorie de l'enquête, les recherches en psychologie expérimentale, la création d'un associationnisme logique, une cosmologie de la préformation de la raison, l'invention d'une phénoménologie, et finalement le dialogisme graphique. Ces tentatives plus ou moins heureuses fournissent des outils pour penser aujourd'hui une théorie de la connaissance dans un cadre naturaliste.

    Anglais

    In spite of his several times restated antipsychologism, the American philosopher Charles S. Peirce (1839-1914) still ambiguously assumes that objective knowledge depends on the mental states of consciousness. The thesis accounts for this apparent paradox in showing that Peirce's purport is epistemological, not logical, and consists in a critical approach to our power of knowing. Peirce sought various ways of naturalizing knowledge, i.e. making it rely on our real faculties, yet without giving up a normative foundation. One can identify a sequence of such attempts : correcting faculty psychology, the theory of inquiry, experimental psychology, logical associationism, a cosmology of preformed reason, the invention of a phenomenology, and finally graphical dialogism. These more or less successful attempts provide tools to conceive today a theory of knowledge in a naturalistic frame.

     

    THÈSE

    Le possible, l'actuel et l'événement en mécanique quantique : une approche pragmatiste

    Thèse de doctorat : Philosophie : Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne : 2005, sous la direction de Michel Bitbol

    • Année : 2005
    • Pages : 670
    •  
    • Support : Document électronique
    • Ville : [s.l.]
    •  
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 23-10-2012
    • Dernière mise à jour : 23-10-2012

    Résumé :

    Français

    Cette thèse propose une justification pragmatiste de la mécanique quantique. Celle-ci consiste d’abord à dégager les fonctions que doit remplir toute théorie pour permettre aux physiciens de mener à bien leur activité de recherche en microphysique, puis à démontrer que la mécanique quantique est la seule théorie qui remplit exactement ces fonctions. L’approche pragmatiste défendue conduit en outre à resituer la description de la mesure dans le contexte de la pratique des physiciens et à mettre ainsi en évidence une rupture entre la phase de la prédiction théorique et celle du constat du résultat de mesure, laquelle délimite les domaines du possible et de l’actuel. Cette approche présente l’avantage de dissoudre le problème de la mesure, sans modifier le formalisme quantique et sans soulever de nouveaux problèmes. – Annexes, pp. 619-631 ; Bibliographie, pp. 633-649 ; Table des matières, pp. 663-669.

    Anglais

    This thesis offers a pragmatist justification of quantum mechanics. The latter consists first in determining the functions any theory must fulfil to enable physicists to carry through their research activity in microphysics, then in demonstrating that quantum mechanics is the only theory precisely fulfilling these functions. Furthermore, the pragmatist approach adopted here leads to describe the measurement within the context of the physicist’s practice, and thereby, bring to the fore a radical change between the phase of theoretical prediction and that of taking the measurement outcome into account. This distinction delineates the field of the possible and that of the actual. This approach has the advantage of dissolving the measurement problem, without modifying the quantum formalism and without raising new problems. – References, 633-649.

     

    ARTICLE

    Pragmatisme et pédologie

    Dewey, Vygotski et la pédagogie soviétique des années 1920

    • Pages : 107 à 136
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Originale
    •  
    •  
    • Date de création : 16-10-2013
    • Dernière mise à jour : 27-02-2015

    Résumé :

    Français

    Dans cet article, l’auteur analyse les travaux pragmatistes de John Dewey en vue d’éclairer : 1° les rapports entre psychologie, pédagogie et pédologie et 2° le contexte historique et théorique dans lequel Lev S. Vygotski a élaboré le programme d’une science du développement. – Références bibliographiques, pp. 133-136.

    F. F.

     

    MONOGRAPHIE

    Reflection without Rules

    Economic Methodology and Contemporary Science Theory

    • Pages : XI-480
    •  
    • Support : Print
    • Edition : Original
    • Ville : Cambridge
    •  
    • ISBN : 0521497159
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 07-11-2013
    • Dernière mise à jour : 07-11-2013

    Résumé :

    Anglais

    Reflection without Rules offers a comprehensive, pointed exploration of the methodological tradition in economics and the breakdown of the received view within the philosophy of science. Professor Hands investigates economists' use of naturalistic and sociological paradigms to model economic phenomena and assesses the roles of pragmatism, discourse, and situatedness in discussions of economic practice before turning to a systematic exploration of more recent developments in economic methodology. The treatment emphasizes the changes taking place in science theory and its relationship to the movement away from a rules-based view of economic methodology. – Table of Contents: 1. Introduction; 2. The methodological tradition in economics; 3. The breakdown of the received view within the philosophy of science; 4. The naturalistic turn; 5. The sociological turn; 6. Pragmatism, discourse, and situatedness; 7. Recent developments in economic methodology; 8. The economic turn; 9. Conclusion.

     

    MONOGRAPHIE

    De l’immortalité humaine

    Deux prétendues objections à cette doctrine

    • Pages : 135
    • Collection : Versions françaises
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : 1re édition française
    • Ville : Paris
    •  
    • Institution : Laboratoire TransferS
    • ISBN : 978-2-7288-0535-8
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 19-10-2015
    • Dernière mise à jour : 19-10-2015

    Résumé :

    Français

    Ce livre est la traduction annotée d’une conférence de William James, « De l’immortalité humaine », augmentée d’un dossier critique et d’un essai du traducteur. Après un rappel des dernières volontés de Mlle Caroline Haskell Ingersoll, de la famille qui a donné son nom à ces conférences, on trouve la traduction de la conférence. Celle-ci est organisée en deux temps, après une introduction consacrée au type de conférencier à inviter et de travail à mener à long terme sur ce thème précis de l’immortalité. Le premier temps de la conférence porte sur l’idée selon laquelle la pensée est une fonction du cerveau : conduit-elle à ne pas croire en l’immortalité ? Selon William James, ce n’est pas le cas. L’argument principal est qu’il existe plusieurs types de dépendances fonctionnelles, notamment la fonction de production (le cerveau produit la pensée), mais aussi les fonctions de permission ou de transmission (le cerveau filtre et transmet la pensée). Autant la fonction de production semble problématique, autant celle de transmission est présentée comme particulièrement intéressante sur la question de l’immortalité, bien qu’elle pose problème concernant l’identité : si le cerveau est ce qui donne une individualité à « la pensée », comment ce qui reste après sa mort pourrait-il être individué ? La deuxième partie porte sur une conséquence de l’immortalité : le nombre immense d’êtres concernés par cette immortalité, considéré parfois, semble-t-il, comme une objection à l’immortalité. William James fait une distinction entre la conception élitiste ou aristocratique de l’immortalité qui serait celle de nos ancêtres, et la conception démocratique qui devrait être la nôtre et accepter que tout être soit immortel. À la fin de la conférence, on trouve des notes de William James, consacrées principalement aux auteurs et aux textes qu’il discute. Le dossier critique comprend d’abord la préface à la seconde édition où l’auteur précise sa position par rapport au problème de l’individualité après la mort, puis un choix de lettres antérieures ou postérieures à cette conférence. Le volume se termine par un essai de Jim Gabaret, intitulé « Une métaphysique de l’expérience ? ». Dans une première partie, Jim Gabaret revient sur les raisons pour lesquelles James s’intéresse à l’immortalité, notamment ses raisons philosophiques, pragmatistes et personnelles. Dans une deuxième partie, il fait de cette conférence une objection au réductionnisme, en la replaçant tout d’abord dans le contexte des recherches psychologiques de James, puis en soulignant la nature des critiques exprimées dans sa conférence, et enfin en présentant de manière détaillée son analyse antiréductionniste de la notion de fonction. Dans une troisième et dernière partie, Jim Gabaret situe le propos de James à distance à la fois du matérialisme et de l’idéalisme, dans ce qui deviendra une métaphysique de l’expérience. – « Les conférences Ingersoll », p. 7 ; « De l’immortalité humaine », pp. 9-32 ; « Notes de l’auteur », pp. 33-50 ; « Dossier critique », pp. 51-85, comprenant : « Préface de W. James à la seconde édition », pp. 51-53 ; « Correspondance », pp. 54-77 ; « Notes du traducteur », pp. 79-85 ; Postface de Jim Gabaret : « Une métaphysique de l’expérience ? Pragmatisme, antiréductionnisme et conscience religieuse chez William James », pp. 87-124 ; Bibliographie, pp. 125-129 ; Table des matières, p. 131 ; Bibliographie des ouvrages de la collection « Versions françaises », pp. 133-136. P. F.

    Anglais

    This book is an annotated translation of a lecture of William James, “Human Immortality: Two Supposed Objections to the Doctrine”, with a file on it and a paper of the translator in addition. A first text reminds Mrs Catherine Haskell Ingersoll’s last will, whose family gave its name to the these lectures. Then comes the lecture’s translation, organised in two parts, after an introduction devoted to the kind of lecturer to invite and to the work to carry out in the long run on the theme of immortality. The first part of the lecture is about the idea that the thought is a function of the brain: does it lead not to believe to immortality? According to James, this is not the case. The main argument is that there are various kinds of functional dependences, especially the productive function (the brain products the thought), but also the permissive function and the transmissive function. The productive function is problematic as much as the transmissive one is presented as particularly interesting about the issue of immortality, even if it raises a problem about identity: is the brain gives an individuality to “the thought”, how could what remains after its death be individuated? The second part of the lecture is about a consequence of immortality: the huge numbers of being affected by immortality, taken sometimes as an objection to immortality. William James draws a distinction between an elitist or aristocratic view of immortality that would come from our ancestors, and a democratic one that should be ours and accept that each being is immortal. In the end of the lecture William James’ notes are given, mainly devoted to the authors and texts he discusses. The file includes first the foreword to the second edition where the author clarifies his view as regards to the problem of individuality after the death, then a selection of letters on the lecture. The book finishes with the translator’s paper, untitled “A Metaphysics of Experience?”. In a first part, Jim Gabaret comes back to the reasons according that James is interested in immortality, especially his philosophical, pragmatist and personal reasons. In a second part, Jim Gabaret presents this lecture as an objection to reductionism, putting it into the context of James’ psychological research, focusing on the nature of his criticisms in the lectures, and describing his antireductionist analysis of the notion of function. In a last part, Jim Gabaret places James’ view aloof from both materialism and idealism, in what will be developed as a metaphysic of experience. P. F.

     

    MONOGRAPHIE

    Entre intuition et analyse

    Poincaré et le concept de prédicativité

    • Pages : 104
    • Collection : Bibliothèque scientifique Albert Blanchard
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-85367-004-X
    •  
    • Date de création : 08-10-2017
    • Dernière mise à jour : 08-10-2017

    Résumé :

    Français

    L'ouvrage s’inscrit dans le champ de la philosophie des mathématiques et développe son projet selon une double perspective : — historique, avec la genèse du concept de prédicativité tel qu’il se dégage peu à peu dans les discussions sur la raison d’être des antinomies entre Poincaré, Russell, Zermelo et Peano (« Six ans de discussions, 1906-1912 ») ; — systématique, avec l’analyse des conditions propres à préserver la prédicativité en tant que critère de l’admissibilité en mathématiques (« Construction d’un univers prédicatif »). Les formulations poincaréiennes de la prédicativité et le cadre philo­sophique correspondant sont l’objet d’une étude où se révèlent leurs inter­dépendances exactes : compatibilité du « pragmatisme » de Poincaré avec le prédicativisme (« Logicisme et 'pragmatisme'»). L’actualité de l’idée poincaréienne s’affirme à travers des applications dans des travaux récents de la théorie de la démonstration (« Des antinomies à l'exigence de prédicativité »). — Bibliogr. ; — Liste des sigles et signes ; — Index des noms. M.-M. V.

     
    ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ