Comment
ça
marche ?

Accueil
Recherche avancée

1. Comment effectuer une recherche ?

      1.1. Recherche avec la barre de recherche

            1.1.1. Votre requête est guidée par la suggestion des mots-clés déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion)

            1.1.2. Pour combiner des mots-clés dans une requête, plusieurs possibilités se présentent :

                    1) Opérateur ET : il doit être entré avec le symbole "&" :

                    2) Opérateur OU : il doit être entré avec le symbole "+" :

                    3) Opérateur SAUF : il doit être entré avec le symbole "-" :

      1.2. Recherche avec barre alphabétique

            1.2.1. Cliquez sur une lettre :

            1.2.2. Vous avez la possibilité de faire tourner la boule des mots-clés associés au terme choisi :

            1.2.3. Vous avez aussi la possibilité de cliquer sur un mot-clé :

            1.2.4. Une fois un mot cliqué, un widget apparaît indiquant le nombre de notices indexées par le mot-clé sélectionné :

            1.2.5. En cliquant sur le widget, vous faites apparaître la liste des références bibliographiques indexées par le mot-clé que vous avez sélectionné :

                      Vous avez la possibilité de faire défiler cette liste de références bibliographiques

            1.2.6. Après avoir cliqué sur un résultat de requête, la notice associée à la référence bibliographique sélectionnée s’affiche :

            1.2.7. Vous avez alors la possibilité de faire défiler la notice pour la consulter et lire son contenu

     

      1.3. Recherche simple

            1.3.1. Cliquez sur le bouton accueil :

            1.3.2. Vous avez la possibilité de choisir un critère parmi les critères suivants :

            1.3.3. Cliquez sur le bouton OK ou sur la touche ENTER de votre clavier pour lancer la recherche

            1.3.4. La liste des résultats s’affiche :

                     Vous avez la possibilité de faire défiler et de cliquer sur un résultat de requête

            1.3.5. Une fois que vous avez sélectionné un résultat, la notice associée à cette référence bibliographique s’affiche et vous pouvez la consulter :

            1.3.6. Pour afficher ou masquer le détail des métadonnées de la référence appuyer sur + ou sur – :

      1.4. Recherche avancée

            1.4.1. Entrez une requête dans le ou les champs souhaités

            1.4.2. Votre requête est guidée par la suggestion des termes déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion) :

            1.4.3. Pour sélectionner un item appuyez sur « + » ; pour retirer un item de la recherche appuyez sur « - »

            1.4.4. Pour combiner les termes, sélectionnez les opérateurs que vous souhaitez utiliser dans votre requête :

            1.4.5. Pour lancer votre recherche appuyez sur « Rechercher »

2. Signification des pictogrammes utilisés dans la base de données

      2.1. Un pictogramme par type de document

Monographie


Dictionnaire / Encyclopédie


Collectif


Article


Revue / Périodique


Thèse

3. Possibilités manipulatoires de la sphère

      3.1. Vous pouvez la faire tourner dans tous les sens

      3.2. Vous pouvez la zoomer et la dézoomer

      3.3. Vous pouvez cliquer sur les mots-clés qu'elle présente





Nuage de mots-clés associé à : Newtonisme
    Logo SIPSPictogramme de Livres
    7
    NOTICES

    Liste des références bibliographiques indexées

    Monographie

    Voltaire newtonien : le combat d’un philosophe pour la science

    Véronique LE RU
    Éditeur : Coéd. Vuibert / ADAPT - 2005


    Monographie

    Newton et les origines de l’analyse : 1664-1666

    Marco PANZA
    Éditeur : Albert Blanchard - 2005


    Monographie

    The Social and economic roots of Newton's Principia : International Congress of the History of Science and Technology (2nd : 1931 : London, England)

    Boris HESSEN
    Éditeur : Kniga - 1931


    Article

    On Kant's Transcendental Account of Newtonian Mechanics

    Pierre KERSZBERG

    Sous la direction de Michel BITBOL, Pierre KERSZBERG, Jean PETITOT
    Dans Constituting Objectivity. Transcendental Perspectives on Modern Physics - 2009


    Article

    Vues sur la pensée mathématique de Newton

    Pierre BRUNET

    Sous la direction de François LE LIONNAIS
    Dans Les Grands courants de la pensée mathématique - 1962


    Monographie

    Les «Principia» de Newton

    Michel BLAY
    Éditeur : Presses Universitaires de France - 1995


    Monographie

    Scientific Inference

    Harold JEFFREYS
    Éditeur : The University Press - 1931


    MONOGRAPHIE

    Voltaire newtonien : le combat d’un philosophe pour la science

    • Pages : VI-120
    • Collection : Inflexions
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-7117-5374-3
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 20-10-2015

    Résumé :

    Français

    On ignore souvent qu’au XVIIIe siècle, les Français ont appris ce qu’était la loi de l’attraction universelle en lisant Voltaire. Newton avait fait paraître à Londres son célèbre ouvrage Philosophiæ Naturalis Principia Mathematica (Principes mathématiques de la philosophie naturelle) en 1687 mais, cinquante ans plus tard, on est toujours majoritairement cartésien en France, y compris dans l’Académie royale des sciences de Paris, dont le secrétaire perpétuel, Fontenelle, restera fidèle à Descartes jusqu’à sa mort, en 1757, Descartes que Newton a lu, critiqué et dont l’œuvre, précisément, est impensable sans celle du philosophe. Lequel, de Descartes ou Newton, a-t-il raison ? Et doit-on choisir ? Voltaire choisit : ce sera Newton. Et «Voltaire newtonien» rédige, après s’être instruit auprès de sa compagne la Marquise du Châtelet, ses fameux Éléments de la philosophie de Newton dont la première édition de 1738 à Amsterdam n’est pas achevée de sa main et paraît sans son consentement, immédiatement suivie la même année d’une deuxième édition en France, avant la troisième édition augmentée de 1741, édition de référence utilisée ici. Ce sont les leçons de ce texte capital que l’A. entend tirer, en l’insérant dans les débats philosophiques et théologiques qui animent les années 1730-1750. – L’idée, déconcertante, d’attraction a mis longtemps à s’imposer : la Première Partie de l’ouvrage développe ce point en étudiant, d’une part, la manière dont Newton introduit ce concept et, d’autre part, en cherchant à dégager les raisons de sa difficile légitimation (I. «Le concept d’attraction avant et après Voltaire»). – La Seconde Partie analyse la stratégie de Voltaire pour diffuser ce concept de Newton et son système du monde, avant de faire un état des lieux au milieu du siècle : les concepts de la science sont désormais newtoniens (II. «La présentation de l’attraction dans les Éléments de la philosophie de Newton. La manière de Voltaire»). – Annexes; – Biographie de Voltaire; – Sources des illustrations; – Bibliogr.; – Index des noms propres. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Newton et les origines de l’analyse : 1664-1666

    • Pages : XVII-548
    • Collection : Sciences dans l’histoire
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-85367-230-1
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 27-10-2015

    Résumé :

    Français

    Cet ouvrage est consacré à la question des origines d’une théorie mathématique, considérée comme étant «une structure formée par un ensemble d’objets (le domaine de la théorie) et une famille de procédures d’inférence définies sur eux qui permettent d’établir leurs propriétés et leurs relations». L’ambition est ici de comprendre comment les objets de ces théories ont pu être constitués à partir d’autres objets déjà constitués. De fait, l’A. considère «deux théories» et propose de regarder «la mise en place de l’une de celles-ci comme étant une étape préliminaire mais essentielle du parcours qui mène à l’autre» : – la première de ces théories est la théorie des fluxions, établie par Isaac Newton, à Cambridge et Woolsthorpe, entre les années 1664 et 1671 ; – la seconde, qui sera ici dénommée “analyse”, est une théorie plus difficile à cerner du fait de l’ampleur de ses visées : elle doit être conçue comme étant le cadre englobant l’ensemble des mathématiques connues ou, plus exactement, comme un système de théories mathématiques, et non comme une théorie parmi d’autres. Dans ce contexte, on comprend pourquoi l’intérêt porté aux origines de l’analyse n’a de sens que «dans la mesure où elles coïncident avec celles de la théorie des fluxions». – Il convient de noter que, pour des raisons de clarté, le terme analyse est écrit en italique lorsqu’il désigne la théorie mathématique dont il s’agit de reconstruire les origines. Ceci afin de le distinguer d’une autre signification assignée à ce même terme, mais écrit cette fois en romain : l’A. appelle «analyse» une modalité de la pensée, une forme propre à certaines procédures d’inférence ou à certains arguments. L’ouvrage montre cependant que l’analyse et l’analyse ne sont pas étrangères l’une à l’autre : les origines de l’analyse tiennent en effet à la codification d’une certaine forme d’arguments analytiques. Comprendre ces origines revient donc à comprendre comment s’est opérée la transformation d’une modalité de la pensée en une théorie mathématique : ce qui est précisément l’objet de cette étude. – I. «Les premières lectures» : 1, La méthode de la quadrature de Wallis ; 2, La méthode des tangentes de Descartes ; 3, Newton et Wallis : quadratures et développements en séries entières (début 1664 - été 1665) ; 4, Newton et Descartes : tangentes, normales, quadratures et centres de courbure (été 1664 – mai 1665). – II. «Tentatives d’unification» : 5, À la recherche des liens entre les algorithmes des normales et des quadratures (été – automne 1665) ; 6, De l’algorithme des normales à l’algorithme des mouvements (au début de l’automne 1665). – III. «Vers la théorie des fluxions» : 7, Composition de mouvements : la reformulation et l’extension de la méthode des tangentes de Roberval (30 octobre et 8 et 13 novembre 1665) ; 8, La première esquisse d’un traité sur la solution des problèmes géométriques par le biais de la composition des mouvements (14 et 16 mai 1666). – Conclusions : «L’introduction des fluxions et la naissance de l’analyse». M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    The Social and economic roots of Newton's Principia

    International Congress of the History of Science and Technology (2nd : 1931 : London, England)

    • Année : 1931
    • Éditeur : Kniga
    • Pages : 233
    •  
    • Support : Print
    • Edition : Original
    • Ville : London
    •  
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 20-11-2015

    Mots-clés :

    Résumé :

    Anglais

    Originally published in: Science at the Cross Roads; Papers Presented to the [2nd] International Congress of the History of Science and Technology Held in London from June 20th to July 3rd, 1931 by the delegates of the U.S.S.R (London: Kniga, Ltd., 1931), pp. 151-212. M.-M. V.

     

    ARTICLE

    On Kant's Transcendental Account of Newtonian Mechanics

    • Pages : 51 à 72
    •  
    •  
    • DOI : 10.1007/978-1-4020-9510-8_3
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 22-02-2015

    Résumé :

    Anglais

    Kant's account of Newtonian science in terms of a priori structures of the mind has been generally interpreted as too restrictive. If Newtonian science is an instantiation of the system of categories, then, in order to retain any value, they need to be dynamized in accordance with the development of science beyond Newton. This paper suggests that the restriction in best understood as Kant attempt to provide a primary matrix of sense for any possible natural science, inasmuch as it reflects the “first idea” contained in the Copernican Revolution.

     

    ARTICLE

    Vues sur la pensée mathématique de Newton

    • Pages : 242 à 252
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 29-09-2015

    Résumé :

    Français

    Cet article met en lumière les racines de l’intuition newtonienne qui plongent profondément dans la réalité physique et entendent fonder les mathématiques pures sur la notion de temps empruntée à la mécanique pratique. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Les «Principia» de Newton

    • Pages : 124
    • Collection : Philosophies
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-13-047162-5
    •  
    • Date de création : 28-11-2011
    • Dernière mise à jour : 16-12-2015

    Résumé :

    Français

    Aboutissement des travaux du XVIIe siècle et point de départ de ce que l'on appelle aujourd'hui la «mécanique rationnelle», l'œuvre newtonienne trouve son sens créateur dans trois caractérisations : – nouveauté conceptuelle, lorsqu'il s'agit de mathématiser les phénomènes de la couleur ou d'introduire la gravitation universelle; – synthèse (des travaux antérieurs de Galilée et de Christiaan Huygens en particulier), lorsqu'il s'agit du développement de la science du mouvement; – exigence d'organisation déductive, lorsqu'il s'agit de gégager clairement les principes et les concepts à partir desquels est rédigé le premier véritable traité de mécanique rationnelle, à savoir : Philosophiæ Naturalis Principia Mathematica (Londres, 1687). C'est autour de ce livre, moment essentiel de la pensée newtonienne et de la constitution d'une science mathématique du mouvement, que s'ordonnent les quatre parties du présent ouvrage. – La première («La nouvelle science du mouvement») présente les grandes étapes préparant le travail proprement newtonien; l'analyse de celui-ci occupe successivement – la deuxième partie («Les Principia : vue d'ensemble») et – la troisième partie («Le travail de la physique mathématique»); tandis que – la quatrième et dernière partie («La refonte analytique») s'attache à montrer comment l'œuvre newtonienne s'est trouvée très rapidement, du moins sur le continent, renouvelée et enrichie, en raison principalement de la mise en œuvre des procédures algorithmiques du calcul différentiel et intégral (introduites à partir de 1684 par Leibniz), associées à une réflexion sur les principes fondamentaux de la science du mouvement. – Les textes des Principia cités et analysés dans l'ouvrage s'appuient, sauf réserve particulière, sur la troisième édition (Londres, 1726). La traduction française utilisée est celle de la marquise du Châtelet : Principes mathématiques de la philosophie naturelle (Paris, 1756-1759; rééd. Blanchard, 1966; Gabay, 1989). M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Scientific Inference

    • Pages : VI-247
    •  
    • Support : Print
    • Edition : Original
    • Ville : Cambridge
    •  
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 21-03-2012
    • Dernière mise à jour : 21-03-2012

    Résumé :

    Anglais

    A scientific theory is originally based on a particular set of observations. How can it be extended to apply outside this original range of cases? This question, which is fundamental to natural philosophy, is considered in detail in this book. Sir Harold begins with the principle that 'it is possible to learn from experience and to make inferences from beyond the data directly known to sensation'. He goes on to analyse this principle, discuss its status and investigate its logical consequences. The result is a book of importance to anyone interested in the foundations of modern scientific method. His thesis provides a consistent account of how the theories proposed by physicists have been derived from, and are supported by, experimental data. – Contents : – 1. Logic and scientific inference; – 2. Probability; – 3. Sampling; – 4. Errors; – 5. Physical magnitudes; – 6. Mensuration; – 7. Newtonian dynamics; – 8. Light and relativity; – 9. Miscellaneous questions; – 10. Statistical mechanics and quantum theory. – Appendices; Index.

     
    ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ