Système d’information en philosophie des sciences
Information system on philosophy of science

ImprimerEnvoyer le lien

ARTICLE

La structure comme fait et comme principe

La relativité de la transformation dans "La structure du comportement"

  • Pages : 45 à 65
  •  
  • Support : Document imprimé
  •  
  •  
  • Date de création : 31-01-2014
  • Dernière mise à jour : 02-03-2015

Résumé :

Français

Quels ont été selon Merleau-Ponty les concepts au cœur de la compréhension des rapports de la conscience à la nature ? Cet article montre quelle stratégie le philosophe français a mise en œuvre pour échapper à la fois à un point de vue purement externaliste (i.e. exclusivement physique) et à un point de vue purement internaliste (i.e. exclusivement psychologique). Cette stratégie a consisté à adopter une position intermédiaire, en prenant en considération une troisième dimension, à mi-chemin du sujet et de l’objet, à savoir celle de la structure : « Car une structure, que Merleau-Ponty situe précisément entre idée et nature, n’est pas un être idéal, un pur concept, mais ce n’est pas davantage une chose qui serait en relation causale avec d’autres, un objet de la nature. » (p. 58) Pour Merleau-Ponty, une compréhension des rapports des êtres vivants à la nature est donc possible grâce à un examen de la structure du comportement. L’objectif de cet article est ainsi d’exposer la conception de la structure présente dans La structure du comportement (1re édition : Paris, Puf, 1942) ainsi que la manière dont Merleau-Ponty pense la transformation des structures. – I. De la nécessité de la notion de structure ; II. La structure merleau-pontienne en mouvement.

F. F.

 

Haut de page

Retour à la page précédente

Mentions légales © SIPS, 2021.
Dernière mise à jour : Dimanche 17 octobre 2021