Aristote décrivant lui-même les fonctions biologiques vitales (reproduction, nutrition, locomotion) comme une action de l’âme sur le corps similaire à celle d’un artisan sur son matériau, l’article se propose de montrer que cette analogie générale avec le mode de production technique permet de mieux rendre compte du cas particulier de la locomotion animale. La valeur de l’analogie consiste, pour Aristote, à établir la possibilité d’un « moteur immobile », jouant le rôle de cause efficiente et recourant à des réalités telles que la chaleur ou le pneuma comme à des instruments pour produire des changements biologiques dans le corps. Dans le cas spécifique de la locomotion, Aristote ne mobilise pas directement l’analogie artisanale, et plusieurs objections ont été formulées quant à la possibilité de l’y appliquer, mais les auteurs entreprennent de montrer, en articulant notamment l’analogie avec le « syllogisme pratique », que le même modèle explicatiffonctionne pour toutes les fonctions biologiques.

L. M.

/>
Logo Sips
Accueil

Abécédaire

Recherche

Intranet

Contact

Système d'information en philosophie des sciences

Logo Sips
ImprimerEnvoyer le lien

ARTICLE

When Life Imitates Art

Vital Locomotion and Aristotle’s Craft Analogy

  • Pages : 260 à 287
  •  
  •  
  •  
  • Date de création : 14-03-2022

Résumé :

Français

Aristote décrivant lui-même les fonctions biologiques vitales (reproduction, nutrition, locomotion) comme une action de l’âme sur le corps similaire à celle d’un artisan sur son matériau, l’article se propose de montrer que cette analogie générale avec le mode de production technique permet de mieux rendre compte du cas particulier de la locomotion animale. La valeur de l’analogie consiste, pour Aristote, à établir la possibilité d’un « moteur immobile », jouant le rôle de cause efficiente et recourant à des réalités telles que la chaleur ou le pneuma comme à des instruments pour produire des changements biologiques dans le corps. Dans le cas spécifique de la locomotion, Aristote ne mobilise pas directement l’analogie artisanale, et plusieurs objections ont été formulées quant à la possibilité de l’y appliquer, mais les auteurs entreprennent de montrer, en articulant notamment l’analogie avec le « syllogisme pratique », que le même modèle explicatiffonctionne pour toutes les fonctions biologiques.

L. M.

 

Résumé :

Français

Aristote décrivant lui-même les fonctions biologiques vitales (reproduction, nutrition, locomotion) comme une action de l’âme sur le corps similaire à celle d’un artisan sur son matériau, l’article se propose de montrer que cette analogie générale avec le mode de production technique permet de mieux rendre compte du cas particulier de la locomotion animale. La valeur de l’analogie consiste, pour Aristote, à établir la possibilité d’un « moteur immobile », jouant le rôle de cause efficiente et recourant à des réalités telles que la chaleur ou le pneuma comme à des instruments pour produire des changements biologiques dans le corps. Dans le cas spécifique de la locomotion, Aristote ne mobilise pas directement l’analogie artisanale, et plusieurs objections ont été formulées quant à la possibilité de l’y appliquer, mais les auteurs entreprennent de montrer, en articulant notamment l’analogie avec le « syllogisme pratique », que le même modèle explicatiffonctionne pour toutes les fonctions biologiques.

L. M.

 
Haut de pageRetour à la page précédente