L’article explore la naissance d’un principe formel rendant compte du phénomène de la nutrition chez Platon et Aristote et montre que celui-ci est associé à la notion d’âme végétative. L’âme étant conçue, chez le premier, comme une réalité séparée et indépendante du corps, la fonction nutritive s’exprime selon un modèle cognitif (celui du désir et de l’appétit) ; chez le second, à l’inverse, la perspective hylémorphique le conduit à identifier dans l’âme végétative la cause explicative du processus nutritifet l’un des éléments définitionnels de l’être vivant. Cherchant désormais hors de l’âme individuelle le principe platonicien de la nutrition, Johansen l’identifie au niveau cosmique de l’âme du monde : c’est elle qui maintient le mouvement global des éléments en un cycle permanent, grâce auquel ils peuvent pénétrer dans les corps individuels. Une ultime comparaison du processus de la reproduction chez les deux philosophes corrobore les analyses menées sur celui de la nutrition.

L. M.

/>
Logo Sips
Accueil

Abécédaire

Recherche

Intranet

Contact

Système d'information en philosophie des sciences

Logo Sips
ImprimerEnvoyer le lien

ARTICLE

Soul, Life, and Nutrition in the Timaeus

  • Pages : 121 à 139
  •  
  •  
  •  
  • Date de création : 14-03-2022

Résumé :

Français

L’article explore la naissance d’un principe formel rendant compte du phénomène de la nutrition chez Platon et Aristote et montre que celui-ci est associé à la notion d’âme végétative. L’âme étant conçue, chez le premier, comme une réalité séparée et indépendante du corps, la fonction nutritive s’exprime selon un modèle cognitif (celui du désir et de l’appétit) ; chez le second, à l’inverse, la perspective hylémorphique le conduit à identifier dans l’âme végétative la cause explicative du processus nutritifet l’un des éléments définitionnels de l’être vivant. Cherchant désormais hors de l’âme individuelle le principe platonicien de la nutrition, Johansen l’identifie au niveau cosmique de l’âme du monde : c’est elle qui maintient le mouvement global des éléments en un cycle permanent, grâce auquel ils peuvent pénétrer dans les corps individuels. Une ultime comparaison du processus de la reproduction chez les deux philosophes corrobore les analyses menées sur celui de la nutrition.

L. M.

 

Résumé :

Français

L’article explore la naissance d’un principe formel rendant compte du phénomène de la nutrition chez Platon et Aristote et montre que celui-ci est associé à la notion d’âme végétative. L’âme étant conçue, chez le premier, comme une réalité séparée et indépendante du corps, la fonction nutritive s’exprime selon un modèle cognitif (celui du désir et de l’appétit) ; chez le second, à l’inverse, la perspective hylémorphique le conduit à identifier dans l’âme végétative la cause explicative du processus nutritifet l’un des éléments définitionnels de l’être vivant. Cherchant désormais hors de l’âme individuelle le principe platonicien de la nutrition, Johansen l’identifie au niveau cosmique de l’âme du monde : c’est elle qui maintient le mouvement global des éléments en un cycle permanent, grâce auquel ils peuvent pénétrer dans les corps individuels. Une ultime comparaison du processus de la reproduction chez les deux philosophes corrobore les analyses menées sur celui de la nutrition.

L. M.

 
Haut de pageRetour à la page précédente