Système d’information en philosophie des sciences
Information system on philosophy of science

ImprimerEnvoyer le lien

COLLECTIF

Bacon et Descartes

Genèses de la modernité philosophique

  • Pages : 194
  • Collection : La croisée des chemins
  •  
  • Support : Document imprimé
  • Edition : Originale
  • Ville : Lyon
  •  
  • Institution : ENS de Lyon
  • ISBN : 978-2-84788-525-5
  • URL : Lien externe
  •  
  • Date de création : 29-03-2016
  • Dernière mise à jour : 04-04-2016

Résumé :

Français

Cet ouvrage collectif se donne comme objectif d’interroger ce qui fait la modernité philosophique, à travers l’analyse de deux auteurs majeurs : Bacon et Descartes. Ces deux auteurs ont été opposés sur nombre de thèmes, et l’on considère souvent que le rationalisme et l’empirisme sont deux mouvements philosophiques antagonistes. Cet ouvrage se donne ainsi comme enjeu de défaire les différentes mythologies qui ont été construites à propos de Bacon et de Descartes, et plus généralement à propos de la science moderne. Il s’agit donc d’étudier « Bacon avec Descartes, et Descartes avec Bacon », selon la formule d’Élodie Cassan, pour rendre à ces deux philosophies et à la philosophie moderne toutes leurs complexités et leurs subtilités. L’empirisme et le rationalisme s’entremêlent dans la constitution de la science moderne, notamment grâce à la diffusion des textes de Bacon en France : si les deux traditions de pensées ne peuvent être réduites ou ramenées l’une à l’autre, leur opposition ne doit pas être dramatisée. C’est pourquoi la première partie de l’ouvrage entend montrer que Descartes et Bacon ne sont pas deux figures concurrentes de la modernité philosophique mais bien deux figures complémentaires, qui partagent certaines orientations sans que celles-ci ne soient superposables. Ainsi, Marta Fattori s’intéresse aux liens de Bacon avec la culture française, en un double sens : à la fois l’influence de la culture française sur Bacon, et la réception des œuvres de Bacon dans les milieux lettrés français. Chantal Jaquet et Philippe Boulier développent aussi une démarche dialectique : ils s’intéressent pour l’une aux mathématiques, pour l’autre à la théorie des qualités sensibles chez Bacon, afin de mettre au jour un rapprochement possible avec Descartes, sans minimiser pour autant les différences qui existent entre ces deux philosophies. Ces différences sont d’ailleurs particulièrement notables en ce qui concerne la place de l’imagination dans la connaissance, c’est pourquoi Guido Giglioni s’emploie à opposer nos deux auteurs sur cette thématique. Enfin, Claude Buccolini analyse la réception de Bacon par Mersenne, figure philosophique et scientifique majeure dans la France du XVII° siècle et correspondant de Descartes. La seconde partie de l’ouvrage s’intéresse à la diffusion des textes et de la philosophie de Bacon dans la France de la seconde moitié du XVII° siècle et du XVIII° siècle ; soit la France post-cartésienne. Dana Jalobeanu s’intéresse à l’œuvre de Pierre Amboise, qui se présente comme une traduction des deux œuvres de Bacon Sylva Sylvarum et New Atlantis. Or, elle montre qu’il s’agit davantage d’une sélection de textes, accompagnée d’une réécriture, qui nous informe sur les différents aspects de la réception de Bacon en France. Toujours dans l’analyse de traductions, Carlo Carabba s’intéresse au manuscrit qui constitue la première traduction française du Novum Organum. Ce manuscrit étant anonyme, Carlo Carabba enquête sur les choix de traductions, sur les choix rhétoriques et lexicaux, afin de voir ce que ceux-ci peuvent nous apprendre de l’auteur, de sa philosophie et de la date de rédaction de ce manuscrit. Enfin, Ronan de Calan s’intéresse à la réception de Bacon dans la France des Lumières. L’objet de son chapitre est de montrer que l’usage de la figure de Bacon par les philosophes des Lumières est principalement un usage instrumental et polémique, ce qui devrait nous interdire de parler d’un véritable baconianisme des Lumières. – Partie I : « Bacon, Descartes : deux figures concurrentes de la modernité philosophique » ; Partie II : « La diffusion de la pensée baconienne dans la France post-cartésienne » ; Index, p. 189-190 ; Table des matières, p. 191-192. H. V.

 

Articles :

pages 25 à 47

Francis Bacon et la culture française (1576-1625)

FATTORI Marta

pages 49 à 68

Les Géorgiques de l’esprit

ANFRAY Jean-Pascal

pages 69 à 85

Conception mathématique de la nature et qualités sensibles chez Bacon et Descartes

BOULIER Philippe

pages 86 à 99

De l’histoire naturelle à la mathesis universalis

JAQUET Chantal

pages 101 à 113

The Place of the Imagination in Bacon’s and Descartes’ Philosophical Systems

GIGLIONI Guido

pages 115 à 134

Mersenne et la philosophie baconienne en France à l’époque de Descartes

BUCCOLINI Claudio

pages 137 à 159

The French Reception of Francis Bacon’s Natural History in the Mid Seventeenth Century

JALOBEANU Dana

pages 161 à 176

La première traduction du Novum Organum

CARABBA Carlo

pages 177 à 187

Comment un cartésien peut-il devenir baconien ?

DE CALAN Ronan

Haut de page

Retour à la page précédente

Mentions légales © SIPS, 2021.
Dernière mise à jour : Lundi 06 décembre 2021