Système d’information en philosophie des sciences
Information system on philosophy of science

ImprimerEnvoyer le lien

ARTICLE

Les alchimistes étaient-ils des matérialistes?

Quelques remarques sur le psychisme humain et l'esprit du monde

  • Pages : 39 à 62
  •  
  • Support : Document électronique
  • Edition : Originale
  •  
  •  
  • Date de création : 08-10-2012
  • Dernière mise à jour : 02-03-2015

Résumé :

Français

L’alchimie est souvent représentée comme une doctrine privilégiant une approche symbolique, spirituelle ou ésotérique du monde, bien éloignée d’une doctrine matérialiste. Mais il s’agit là d’une conception tardive de l’alchimie, déformée par des doctrines occultistes du XIXe siècle et relayée par des interprétations psychologiques ou littéraires au XXe siècle. L’examen attentif des textes alchimiques du XVIIe siècle chez un auteur comme Pierre Jean Fabre montre en effet que, même dans l’usage de concepts tels que « esprit du monde », c’est bien à une doctrine matérialiste que se réfèrent les alchimistes de l’époque. Le travail au laboratoire et les interprétations théoriques qui l’accompagnent ne concernent pas le psychisme humain mais la matière considérée sous toutes ses formes, dont il s’agit d’expliquer les propriétés dans le cadre d’une philosophie naturelle, en invoquant des processus matériels et non pas des forces spirituelles ou surnaturelles. B. J.

Anglais

Alchemy is often seen as a doctrine that places great importance on a symbolic, spiritual or esoteric approach to the universe, thus steering far wide of materialistic tenets. But this modern view of alchemy has been distorted by the occultist tenets of the eighteenth century and then further skewed by psychological or literary interpretations during the twentieth century. A careful examination of seventeenth alchemical texts, notably those of Pierre Jean Fabre, shows that even when they use concepts such as “spiritus mundi”, alchemists do in fact fit into the scheme of materialism of their time. By referring to material processes and not to spiritual or supernatural forces, laboratory work and its theoretical interpretations do not concern the human psyche but matter, whose properties must be explained within the context of a natural philosophy in all of its aspects. B. J.

 

Haut de page

Retour à la page précédente

Mentions légales © SIPS, 2021.
Dernière mise à jour : Samedi 04 décembre 2021