Logo Sips
Accueil

Abécédaire

Recherche

Intranet

Contact

Système d'information en philosophie des sciences

Logo Sips
ImprimerEnvoyer le lien

ARTICLE

Réalisme du tout et des parties ? Le cas des modèles galactiques

  • Pages : 175 à 182
  •  
  •  
  •  
  • Date de création : 04-01-2011
  • Dernière mise à jour : 16-05-2014

Résumé :

Français

Une analogie souvent utilisée aujourd’hui pour éclairer la nature des relations entre les représentations que nous délivrent les sciences et le monde est l’analogie cartographique : les modèles scientifiques seraient comparables à des cartes, à des plans, constituant, à l’instar de ces derniers, des représentations multiples, partielles et contingentes d’un phénomène (Toulmin 1953, Azevedo 1997, Giere 1999, Kitcher 2001, Longino 2002). L’analogie sert ainsi souvent à justifier un pluralisme des représentations scientifiques, compatible avec une interprétation réaliste de ces représentations. A partir d’une étude de cas de modélisation en astrophysique, il s'agit de montrer que parler en un sens réaliste de la conformité d’une représentation scientifique est beaucoup plus problématique que ne le suggère l’analogie cartographique si chère aux philosophes pluralistes : l’adéquation empirique du « tout » d’un modèle n’assure pas le caractère réaliste de ses parties.

 

Résumé :

Français

Une analogie souvent utilisée aujourd’hui pour éclairer la nature des relations entre les représentations que nous délivrent les sciences et le monde est l’analogie cartographique : les modèles scientifiques seraient comparables à des cartes, à des plans, constituant, à l’instar de ces derniers, des représentations multiples, partielles et contingentes d’un phénomène (Toulmin 1953, Azevedo 1997, Giere 1999, Kitcher 2001, Longino 2002). L’analogie sert ainsi souvent à justifier un pluralisme des représentations scientifiques, compatible avec une interprétation réaliste de ces représentations. A partir d’une étude de cas de modélisation en astrophysique, il s'agit de montrer que parler en un sens réaliste de la conformité d’une représentation scientifique est beaucoup plus problématique que ne le suggère l’analogie cartographique si chère aux philosophes pluralistes : l’adéquation empirique du « tout » d’un modèle n’assure pas le caractère réaliste de ses parties.

 
Haut de pageRetour à la page précédente