Comment
ça
marche ?

Accueil
Recherche avancée

1. Comment effectuer une recherche ?

      1.1. Recherche avec la barre de recherche

            1.1.1. Votre requête est guidée par la suggestion des mots-clés déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion)

            1.1.2. Pour combiner des mots-clés dans une requête, plusieurs possibilités se présentent :

                    1) Opérateur ET : il doit être entré avec le symbole "&" :

                    2) Opérateur OU : il doit être entré avec le symbole "+" :

                    3) Opérateur SAUF : il doit être entré avec le symbole "-" :

      1.2. Recherche avec barre alphabétique

            1.2.1. Cliquez sur une lettre :

            1.2.2. Vous avez la possibilité de faire tourner la boule des mots-clés associés au terme choisi :

            1.2.3. Vous avez aussi la possibilité de cliquer sur un mot-clé :

            1.2.4. Une fois un mot cliqué, un widget apparaît indiquant le nombre de notices indexées par le mot-clé sélectionné :

            1.2.5. En cliquant sur le widget, vous faites apparaître la liste des références bibliographiques indexées par le mot-clé que vous avez sélectionné :

                      Vous avez la possibilité de faire défiler cette liste de références bibliographiques

            1.2.6. Après avoir cliqué sur un résultat de requête, la notice associée à la référence bibliographique sélectionnée s’affiche :

            1.2.7. Vous avez alors la possibilité de faire défiler la notice pour la consulter et lire son contenu

     

      1.3. Recherche simple

            1.3.1. Cliquez sur le bouton accueil :

            1.3.2. Vous avez la possibilité de choisir un critère parmi les critères suivants :

            1.3.3. Cliquez sur le bouton OK ou sur la touche ENTER de votre clavier pour lancer la recherche

            1.3.4. La liste des résultats s’affiche :

                     Vous avez la possibilité de faire défiler et de cliquer sur un résultat de requête

            1.3.5. Une fois que vous avez sélectionné un résultat, la notice associée à cette référence bibliographique s’affiche et vous pouvez la consulter :

            1.3.6. Pour afficher ou masquer le détail des métadonnées de la référence appuyer sur + ou sur – :

      1.4. Recherche avancée

            1.4.1. Entrez une requête dans le ou les champs souhaités

            1.4.2. Votre requête est guidée par la suggestion des termes déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion) :

            1.4.3. Pour sélectionner un item appuyez sur « + » ; pour retirer un item de la recherche appuyez sur « - »

            1.4.4. Pour combiner les termes, sélectionnez les opérateurs que vous souhaitez utiliser dans votre requête :

            1.4.5. Pour lancer votre recherche appuyez sur « Rechercher »

2. Signification des pictogrammes utilisés dans la base de données

      2.1. Un pictogramme par type de document

Monographie


Dictionnaire / Encyclopédie


Collectif


Article


Revue / Périodique


Thèse

3. Possibilités manipulatoires de la sphère

      3.1. Vous pouvez la faire tourner dans tous les sens

      3.2. Vous pouvez la zoomer et la dézoomer

      3.3. Vous pouvez cliquer sur les mots-clés qu'elle présente





Nuage de mots-clés associé à : Objet
    Logo SIPSPictogramme de Livres
    7
    NOTICES

    Liste des références bibliographiques indexées

    Monographie

    Épistémologie et logique depuis Kant jusqu’à nos jours

    Raymond BAYER
    Éditeur : Presses Universitaires de France - 1954


    Monographie

    La Construction logique du monde

    Rudolf CARNAP
    Éditeur : Vrin - 2002


    Article

    Les relations entre le sujet et l’objet dans la connaissance physique

    Jean PIAGET

    Sous la direction de Jean PIAGET
    Dans Logique et connaissance scientifique - 1967


    Article

    Un platonisme spontané : le témoignage contradictoire des textes mathématiques

    Jean DHOMBRES

    Sous la direction de Jean-Michel SALANSKIS, Marco PANZA
    Dans L’Objectivité mathématique. Platonismes et structures formelles - 1995


    Article

    Coïncidences autour de Granger : l’opératoire et l’objectal en musique

    Guilherme CARVALHO, Anne SEDES, Horacio VAGGIONE

    Sous la direction de Antonia SOULEZ, Arley R. MORENO
    Dans La Pensée de Gilles-Gaston Granger - 2010


    Article

    De l'utilité des objets dans la philosophie de la nature

    Guillaume DURAND

    Sous la direction de Michel WEBER, Guillaume DURAND
    Dans Les principes de la connaissance naturelle d’Alfred North Whitehead - 2007


    Monographie

    De la forme à l’être : Sur la genèse philosophique du projet husserlien d’ontologie formelle

    Sébastien RICHARD
    Éditeur : Éditions d’Ithaque - 2014


    MONOGRAPHIE

    Épistémologie et logique depuis Kant jusqu’à nos jours

    • Pages : 371
    • Collection : Philosophie de la matière
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 20-10-2015

    Résumé :

    Français

    Alors que le débat entre la science et la raison a été le centre de gravité de la théorie moderne de la connaissance, la théorie contemporaine de la science va graviter, quant à elle, autour de la notion d’objet. Partant de la position critique de Kant, la Première Partie de l’ouvrage («Nécessité et contingence») interroge successivement – Laplace et son postulat épistémologique d’un déterminisme universel où la certitude n’est que la probabilité moins l’ignorance, – Cournot et ses applications de la probabilité aux problèmes de philosophie naturelle ou sociale, – Boutroux et le rationalisme de la contingence, – Auguste Comte et le positivisme. – La 2e Partie («De la notion de temps et d’évolution») porte sur – Lamarck, dans son rapport à la génération des êtres, au transformisme et à la philosophie zoologique, – Darwin, l’origine des espèces et la concurrence, – Spencer, l’évolution et la dissolution, – le pragmatisme empiriste et humaniste (Dewey, James, Schiller). Peuvent alors être analysées «Les conceptions contemporaines de la logique» (3e partie) : la logique confrontée à la science (les paradoxes, les antinomies, la logique de Leibniz, la logique nouvelle, l’idonéisme), et confrontée à l’homme (sciences, langage, psychologisme). – En conclusion, l’A. expose les différents essais d’autonomie de la logique (logique de Couturat, critique du psychologisme et épistémologie de Meyerson, le logicisme et la logique phénoménologique de Husserl). M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    La Construction logique du monde

    • Année : 2002
    • Éditeur : Vrin
    • Pages : 370
    • Collection : Mathesis
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Traduction de l’allemand
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-7116-1584-7
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 20-10-2015

    Résumé :

    Français

    Première édition à Berlin, Weltkreis, 1928. La 2e édition (Hambourg, Felix Meiner, 1961) comportait en plus le texte «Pseudo problèmes en philosophie. Le psychisme d’autrui et la querelle du réalisme», déjà publié à Berlin en 1928. Celui-ci n’a pas été repris dans la 3e édition de 1966. – Une traduction anglaise (par Rolf George) est parue simultanément aux États-Unis (Berkeley, University of California Press, 1967, et en Angleterre (Londres, Routledge and Kegan Paul, 1967), sous le titre : The Logical Structure of the World. La présente traduction française est réalisée d’après l’édition Ullstein de 1979 (Frankfort, Berlin, Vienne), qui reprend sans changement le texte intégral de la 4e édition de 1974 (Felix Meiner). Elle comporte une note suivie des préfaces des deuxième et première éditions. L’ordre des préfaces du texte de référence est ici respecté. On trouve deux bibliographies : la première, de 1966 (3e édition), est située après la préface de la 2e édition et rassemble seulement les travaux auxquels Carnap se réfère dans cette préface; la seconde, en fin d’ouvrage, fait en même temps fonction d’index nominum; elle comprend les références bibliographiques auxquelles renvoient les «revues de la littérature» insérées dans le corps du texte. – Ce premier Hauptwerk dévoile l’originalité du «premier Carnap» qui, loin de se confondre avec le style supposé unifié du Cercle de Vienne, s’engage dans un programme de «constitution» de l’intégralité de la connaissance du monde sensible qui forme un pendant, moins connu en France, de celui qui caractérisait à la même époque la phénoménologie husserlienne. – I. Introduction : Tâche et plan de recherches; – II. Discussions préliminaires : A. De la forme des énoncés scientifiques; B. Aperçu sur les catégories d’objets et leurs relations; – III. Les problèmes formels du système de constitution : A. Les formes des niveaux de constitution; B. La forme du système; C. La base; D. Les formes d’objets; E. Les formes de représentation d’un système de constitution; – IV. L’ébauche d’un système de constitution : A. Les niveaux inférieurs : les objets du psychisme propre; B. Les niveaux intermédiaires ; les objets physiques; C. Les niveaux supérieurs : le psychisme d’autrui et les objets spirituels; – V. Élucidation de quelques problèmes philosophiques sur la base de la théorie de la constitution : A. Quelques problèmes d’essence; B. Le problème psycho-physique; C. Le problème constitutionnel ou empirique de la réalité; D. Le problème métaphysique de la réalité; E. La tâche et les limites de la science. – Résumé des cinq chapitres. M.-M. V.

     

    ARTICLE

    Les relations entre le sujet et l’objet dans la connaissance physique

    • Pages : 754 à 778
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Mots-clés :

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Un platonisme spontané : le témoignage contradictoire des textes mathématiques

    • Pages : 5 à 22
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    1. Faire voir un objet, la véritable gloire; 2. Vérifier un objet, en rendre raison; 3. Les racines imaginaires sont celles que Descartes a dénommées; 4. La continuité comme objet, ou la construction d’une idéalité.

     

    ARTICLE

    Coïncidences autour de Granger : l’opératoire et l’objectal en musique

    • Pages : 305 à 318
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Ce texte est la transcription d’un entretien entre Horacio Vaggione, Anne Sedes et Guilherme Carvalho, dans le cadre de ces Journées consacrées à la pensée de G.-G. Granger. Pourquoi des musiciens-chercheurs s’intéressent-ils à Granger lorsqu’ils interrogent leur pratique, à travers une approche théorique des aspects poïétiques de la composition musicale ? En effet, les notions d’objet et d’opération proposées par Granger, tout comme son approche du contenu formel, de la formalisation ou encore de l’instrumental, ont donné lieu à autant de coïncidences avec leurs propres investigations. Le caractère informel et spontané de ce dialogue oral a été conservé tel quel, car il témoigne de l’originalité d’une communauté de pensée.

     

    ARTICLE

    De l'utilité des objets dans la philosophie de la nature

    • Pages : 69 à 78
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Originale
    •  
    •  
    • Date de création : 18-10-2012
    • Dernière mise à jour : 03-03-2015

    Résumé :

    Français

    Une philosophie de la nature peut-elle se passer d'une pensée des objets ? Cet article montre qu'une philosophie événementielle comme celle de Whitehead est suffisante pour rendre intelligible le passage de la nature. – Notes, pp. 76-78. F. F.

     

    MONOGRAPHIE

    De la forme à l’être

    Sur la genèse philosophique du projet husserlien d’ontologie formelle

    • Pages : 446
    • Collection : Science & Métaphysique
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Originale
    • Ville : Montreuil-sous-Bois
    •  
    • Institution : Fondation universitaire de Belgique
    • ISBN : 978-2-916120-39-3
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 16-06-2014
    • Dernière mise à jour : 30-04-2021

    Résumé :

    Français

    [Texte remanié de : Thèse de doctorat, sous la direction de Marc Peeters : Philosophie : Université Libre de Bruxelles, thèse soutenue le 24-II-2011]. – Cet ouvrage vise à établir la genèse historico-philosophique du projet husserlien d’ontologie formelle, en le réinscrivant dans la longue durée, c’est-à-dire dans l’histoire de la métaphysique occidentale. Une double méthode, généalogique et génétique, est donc à l’œuvre dans le présent travail. Dans un premier temps (chapitre 1) l’auteur vise à cerner le devenir de la métaphysique occidentale du XIIe au XVIIIe siècle en étudiant l’émergence, la transmission et la transformation de ses concepts cardinaux (chose, réalité, étant, quelque chose) à travers la lecture des œuvres d’Henri de Gand, Duns Scott, F. Suarez, d’auteurs mineurs de la scolastique tardive (Timpler, Clauberg), Wolff, Baumgarten et Kant. Il permet ainsi de comprendre l’histoire de la métaphysique moderne (depuis le XVIIe siècle) comme une autonomisation de l’ontologie, et le devenir de l’ontologie, comme la constitution d’une théorie de l’objet en tant que pur représentable (mouvement de « néotisation »). La chapitre 2 porte sur les théories de l’objet de deux philosophes contemporains de Husserl – Kazimierz Twardowski (1866-1938) et Alexius Meinong (1853-1920) – dont l’origine généalogique s’enracine dans le problème, posé par Bolzano, des représentations sans objet. Ces théories visent en effet à clarifier les relations entre une représentation, son contenu intentionnel et l’objet auquel elle se rapporte. Dès lors, l’auteur analyse la position husserlienne face au problème des représentations sans objet, et les raisons fondant ses oppositions face aux réponses données par Twardowski et Meinong (chapitre 3). Il montre quelles sont les raisons pour lesquelles l’ontologie formelle devient pour Husserl une partie d’une science formelle plus large, la mathématique universelle (mathesis universalis), cette dernière articulant une doctrine a priori des significations (analytique apophantique) et une doctrine a priori de l’objet (ontologie formelle). Enfin, les chapitres 5 et 6 montrent comment l’approfondissement de la doctrine a priori de l’objet s’inscrit dans la tradition brentanienne sur les formes d’unités et les types de dépendance, et constitue donc une méréologie (théorie des relations touts-parties). – Bibliographie, pp. 415-441 ; Index des noms, pp. 443-446.

    F. F.

     
    ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ