Comment
ça
marche ?

Accueil
Recherche avancée

1. Comment effectuer une recherche ?

      1.1. Recherche avec la barre de recherche

            1.1.1. Votre requête est guidée par la suggestion des mots-clés déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion)

            1.1.2. Pour combiner des mots-clés dans une requête, plusieurs possibilités se présentent :

                    1) Opérateur ET : il doit être entré avec le symbole "&" :

                    2) Opérateur OU : il doit être entré avec le symbole "+" :

                    3) Opérateur SAUF : il doit être entré avec le symbole "-" :

      1.2. Recherche avec barre alphabétique

            1.2.1. Cliquez sur une lettre :

            1.2.2. Vous avez la possibilité de faire tourner la boule des mots-clés associés au terme choisi :

            1.2.3. Vous avez aussi la possibilité de cliquer sur un mot-clé :

            1.2.4. Une fois un mot cliqué, un widget apparaît indiquant le nombre de notices indexées par le mot-clé sélectionné :

            1.2.5. En cliquant sur le widget, vous faites apparaître la liste des références bibliographiques indexées par le mot-clé que vous avez sélectionné :

                      Vous avez la possibilité de faire défiler cette liste de références bibliographiques

            1.2.6. Après avoir cliqué sur un résultat de requête, la notice associée à la référence bibliographique sélectionnée s’affiche :

            1.2.7. Vous avez alors la possibilité de faire défiler la notice pour la consulter et lire son contenu

     

      1.3. Recherche simple

            1.3.1. Cliquez sur le bouton accueil :

            1.3.2. Vous avez la possibilité de choisir un critère parmi les critères suivants :

            1.3.3. Cliquez sur le bouton OK ou sur la touche ENTER de votre clavier pour lancer la recherche

            1.3.4. La liste des résultats s’affiche :

                     Vous avez la possibilité de faire défiler et de cliquer sur un résultat de requête

            1.3.5. Une fois que vous avez sélectionné un résultat, la notice associée à cette référence bibliographique s’affiche et vous pouvez la consulter :

            1.3.6. Pour afficher ou masquer le détail des métadonnées de la référence appuyer sur + ou sur – :

      1.4. Recherche avancée

            1.4.1. Entrez une requête dans le ou les champs souhaités

            1.4.2. Votre requête est guidée par la suggestion des termes déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion) :

            1.4.3. Pour sélectionner un item appuyez sur « + » ; pour retirer un item de la recherche appuyez sur « - »

            1.4.4. Pour combiner les termes, sélectionnez les opérateurs que vous souhaitez utiliser dans votre requête :

            1.4.5. Pour lancer votre recherche appuyez sur « Rechercher »

2. Signification des pictogrammes utilisés dans la base de données

      2.1. Un pictogramme par type de document

Monographie


Dictionnaire / Encyclopédie


Collectif


Article


Revue / Périodique


Thèse

3. Possibilités manipulatoires de la sphère

      3.1. Vous pouvez la faire tourner dans tous les sens

      3.2. Vous pouvez la zoomer et la dézoomer

      3.3. Vous pouvez cliquer sur les mots-clés qu'elle présente





Nuage de mots-clés associé à : Grammaire
    Logo SIPSPictogramme de Livres
    13
    NOTICES

    Liste des références bibliographiques indexées

    Monographie

    Remarques philosophiques

    Ludwig WITTGENSTEIN
    Sous la direction de Rush RHEES
    Éditeur : Gallimard - 1996


    Monographie

    Signification et nécessité : une recherche en sémantique et en logique modale

    Rudolf CARNAP
    Éditeur : Gallimard - 1997


    Monographie

    Langage et cognition. Introduction au programme minimaliste de la grammaire générative

    Jean-Yves POLLOCK
    Éditeur : Presses Universitaires de France - 1997


    Monographie

    Cours sur les fondements des mathématiques : Cambridge, 1939

    Ludwig WITTGENSTEIN
    Sous la direction de Cora DIAMOND
    Éditeur : Trans-Europ-Repress - 1995


    Monographie

    Philosophie de la logique

    Willard Van Orman QUINE
    Éditeur : Aubier (Montaigne) - 2008


    Article

    La terminologie en grammaire : disparate et pesanteurs

    Joëlle GARDES-TAMINE

    Sous la direction de Henri VÉRINE
    Dans Les Sciences et leurs langages - 2000


    Article

    L’analyse de la forme logique des propositions en grammaire universelle

    Daniel VANDERVEKEN

    Sous la direction de Jacques DUBUCS, François LEPAGE
    Dans Méthodes logiques pour les sciences cognitives - 1995


    Article

    Règles, déduction, grammaire et langage

    Ryszard ZUBER

    Sous la direction de Jean-Jacques SZCZECINIARZ, Jean SALLANTIN
    Dans Le Concept de preuve à la lumière de l'intelligence artificielle - 1999


    Article

    Une pragmatique

    Arley R. MORENO

    Sous la direction de Antonia SOULEZ, Arley R. MORENO
    Dans La Pensée de Gilles-Gaston Granger - 2010


    Article

    Philosophie de la linguistique

    Paul ÉGRÉ

    Sous la direction de Anouk BARBEROUSSE, Denis BONNAY, Mikaël COZIC
    Dans Précis de philosophie des sciences - 2011


    Monographie

    La Philosophie mathématique de Bertrand Russell

    Denis VERNANT
    Éditeur : Vrin - 1993


    Article

    Les lois de la nature sont-elles des conventions ?

    Moritz SCHLICK

    Sous la direction de Pierre WAGNER, Christian BONNET
    Dans L'Âge d'or de l'empirisme logique - 2006


    Article

    Quel objet pour la linguistique ? : Un cas de décision méthodologique

    Delphine BLITMAN

    Sous la direction de Daniel ANDLER
    Dans Sciences et décision - 2015


    MONOGRAPHIE

    Remarques philosophiques

    • Pages : 331
    • Collection : Tel
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Traduction de l’allemand
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-07-070226-X
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 14-10-2015

    Résumé :

    Français

    Édition posthume due aux soins de Rush Rhees. Le manuscrit dactylographié, détenu par George Edouard Moore, date de 1930, mais ne fut remis à l’éditeur qu’après la mort de Wittgenstein, vingt ans plus tard. On trouve ici la page de titre et l’épigraphe qui appartenaient déjà à ce manuscrit, alors que la Préface n’y figurait pas : elle a été extraite d’un carnet de notes de 1930 pour figurer dans l’édition de référence. Sont également édités en Appendices quelques fragments postérieurs écrits par W., ainsi que quelques notes sténographiques que F. Waismann a établies à partir de remarques de Wittgenstein.– Cette réimpression au format de poche reprend à l’identique le texte de la première édition française (Paris : Gallimard, 1975, Coll. Bibliothèque des Idées). – Ce livre constitue un commentaire critique au Tractatus, commentaire à travers lequel se dégagent les thèmes de la seconde manière de Wittgenstein dont les Investigations philosophiques sont considérées comme l’expression la plus achevée. [Mention : Printed in Germany]. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Signification et nécessité : une recherche en sémantique et en logique modale

    • Pages : 382
    • Collection : Bibliothèque de philosophie
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Traduction de l’anglais
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-07-074019-6
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 14-10-2015

    Résumé :

    Français

    Traduction française établie à partir de la seconde édition américaine de 1956. – Cet ouvrage s’inscrit comme le troisième volet de la série des «Studies in Semantics», dont deux volumes ont déjà été publiés (Introduction to Semantics. Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1942. «Studies in Semantics; Vol. I», et Formalization of Logic. Ibid. 1943. «Studies in Semantics; Vol. II». – Son objet principal est le développement d’une nouvelle méthode d’analyse sémantique de la signification, i.e. d’une nouvelle méthode permettant d’analyser et de décrire la signification des expressions linguistiques. Cette méthode, appelée méthode de l’extension et de l’intension, est développée en modifiant et en étendant certains concepts familiers, en particulier ceux de classe et de propriété. – Le second thème principal de ce livre concerne la logique modale, i.e. la théorie des modalités, comme la nécessité, la contingence, la possibilité, l’impossibilité ... Bien que divers systèmes de logique modale aient déjà été proposés, il ne semble guère possible de construire un système satisfaisant tant que les significations des modalités n’ont pas été clarifiées. Et une telle clarification passe par la corrélation de chacun des concepts modaux avec un concept sémantique correspondant. – Dans la Préface à la seconde édition, R. C. précise que si le corps principal de l’ouvrage est inchangé par rapport à la première édition, un Supplément (pp. 313-370) a été ajouté, qui contient cinq articles antérieurement publiés : A. «Empirisme, sémantique et ontologie»; B. «Les postulats de signification»; C. «Sur les énoncés de croyance. Réponse à Alonzo Church»; D. «Signification et synonymie dans les langages naturels»; E. «Sur quelques concepts de la pragmatique». Le contenu des articles A-E du Supplément est relié à certaines sections de l’ouvrage comme suit : l’article B esquisse une nouvelle méthode à propos de la définition de la L-vérité au § 2 et de la conception des descriptions d’état en tant que descriptions d’états possibles. Le problème de la nature et de la légitimité des propositions et des autres entités discutées aux §§ 6 et 10 est traité de manière plus détaillée dans l’article A. L’article C indique un changement dans l’explication des énoncés de croyance donnée aux §§ 13-15. L’article D défend le concept sémantique d’intension contre des objections extensionnalistes, comme celles de Quine discutées au § 44, en montrant la légitimité scientifique du concept pragmatique correspondant de signification linguistique. L’article E y ajoute quelques brèves remarques à propos des concepts pragmatiques. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Langage et cognition. Introduction au programme minimaliste de la grammaire générative

    Résumé :

    Français

    Le programme minimaliste de la grammaire générative, développé sous l'impulsion de Noam Chomsky, est l'une des approches cognitivistes les plus influentes dans le monde en linguistique contemporaine. Langage et cognition met ce programme en perspective à travers l'évolution de la grammaire générative depuis les années 1950, du point de vue des propriétés linguistiques et psychologiques dégagées. Sont ainsi présentés les outils conceptuels fondamentaux d'un modèle qui vise à isoler, à travers l'étude détaillée d'un nombre de langues aussi grand que possible, les propriétés universelles d'un module particulier de l'appareil conceptuel humain, sa faculté de langage. L'ouvrage, préfacé par Noam Chomsky, dresse un tableau actualisé des résultats issus des multiples travaux de grammaire générative, en soulignant leurs apports aux sciences cognitives, notamment à la linguistique et à la psychologie cognitive. – Chapitre 1. - De l’objet de la linguistique : 1. La linguistique comme branche de la psychologie cognitive; 2. Propriétés élémentaires de la langue interne; 3. Modules de la langue interne. – Chapitre 2. - De la faculté de langage : 1. Langue interne et acquisition; 2. Langue interne et faculté de langage; 3. Savoir linguistique et performance langagière. – Chapitre 3. - Structures syntaxiques constituants : 1. Structures de constituants; 2. Nature psychologique des structures syntaxiques; 3. Constituants majeurs et têtes; Projections lexicales et projections fonctionnelles. – Chapitre 4. - Structures syntaxiques la phrase : 1. Introduction. La phrase : une catégorie exocentrique ternaire ?, 2. La phrase : structure hiérarchique; 3. Tête de la phrase. – Chapitre 5. - Lexique et représentations syntaxiques : 1. Introduction : lexique et syntaxe; 2. Le lexique mental. – Chapitre 6. - L’interface lexique-syntaxe : 1. Principe de projection et critère thématique; 2. Rôles thématiques et positions thématiques; 3. Positions thématiques. – Chapitre 7. - Représentations et computations syntaxiques : 1. Introduction. Niveaux de représentation syntaxiques; 2. De D-structure à S-structure; 3. D-structure, S-structure et catégories vides; 4. Du lexique à la D-structure. – Chapitre 8. - Structures syntaxiques et coréférence la théorie du liage : 1. Introduction : syntaxe de la coréférence; 2. Théorie du liage. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Cours sur les fondements des mathématiques

    Cambridge, 1939

    • Pages : VIII-319
    • Collection : T.E.R. Bilingue
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Traduction de l’anglais
    • Ville : Mauvezin
    •  
    • ISBN : 2-905670-36-3
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 29-10-2015

    Résumé :

    Français

    Texte anglais avec la traduction française en regard [pp. 1-310 en double pagination]. – Entre 1929 et 1944, Wittgenstein écrit quantité de choses sur les fondements des mathématiques et traite des problèmes fondationnels d’ordre philosophique dans plusieurs des séries de cours qu’il donne à Cambridge pendant cette période. C’est à la dernière de ces séries qu’appartiennent les cours publiés ici, et qui furent donnés pendant les trimestres d’hiver et de printemps de 1939. – Dans sa «Note sur l’établissement du texte», Cora Diamond souligne l’hétérogénéité des quatre jeux de notes qui lui ont permis d’établir le présent texte, notes manuscrites prises pendant les cours par des étudiants, et plus précisément les notes de R.G. Bosanquet, Norman Malcolm, Rush Rhees et Yorick Smythies. L’objectif de l’editor a donc été «de tirer de ces quatre versions un seul texte lisible et aussi fidèle que possible, compte tenu des difficultés»[...] en comparant les différentes versions disponibles». – Cet ensemble des 31 cours constitue un exemple de l’art du questionnement mené avec la rigueur et la radicalité propres au style wittgensteinien. Les cours de 1939 explicitent le grammaticalisme en le mettant à l’épreuve dans le cadre d’une analyse des propositions mathématiques et logiques. Ils introduisent la distinction “appareil du langage” / “application du langage” – sive “construction de concepts” / “description d’objets” – pour montrer que si les systèmes formels sont autonomes en ce sens qu’ils ne reflètent aucune réalité qui leur préexisterait dans on ne sait trop quel ciel euclidien, ils ne sauraient cependant fonctionner en autarcie. Ainsi Wittgenstein affirme-t-il que la géométrie euclidienne donne des “règles d’application des mots ‘longueur‘, ‘égalité de longueur‘, etc.”, mais qu’elle ne les donne pas toutes, “parce que certaines dépendent de la façon dont on mesure et compare les longueurs”. Dès lors qu’il s’agit de fondements, c’est donc en dernier ressort la pratique qui a le dernier mot. M.-M. V.

     

    MONOGRAPHIE

    Philosophie de la logique

    • Pages : XXXIV-158
    • Collection : Aubier Philosophie
    • Nombre de volumes : 1
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Traduction de l’anglais [États-Unis]
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 978-2-7007-0147-0
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 03-11-2015

    Résumé :

    Français

    Première traduction française à Paris : Aubier-Montaigne, 1975; collection «Analyse et raisons». – Dans cet ouvrage rédigé en 1969, notamment à l’occasion d’une série de conférences au Collège de France que Quine prononça cette année-là (dans sa propre version française, restée inédite), l’auteur présente l’objet, les méthodes et la portée de la logique déductive. «La logique, pour Quine comme pour les membres du Cercle de Vienne dont il a repris et critiqué l’héritage, est un outil qui permet d’éclairer les débats philosophiques; elle est le langage de la science [...]. Mais, à la différence des philosophes du Cercle de Vienne, et en particulier de son maître Rudolf Carnap, Quine n’attribue pas pour autant à la logique un statut épistémologique d’exception. La logique est une partie du grand tout de la science, [...] sur un pied d’égalité avec les mathématiques, la physique et les autres sciences. C’est là la conséquence de la critique par Quine du mythe de l’analyticité, selon lequel il y aurait des vérités – celles de la logique et, par réduction, des mathématiques – qui ne dépendraient pas du monde mais seulement du langage. Philosophie de la logique est commandé par cette double perspective : d’un côté, il s’agit de proposer une reconstruction de la logique classique qui soit en harmonie avec le rôle d’arbitre accordé au “point de vue logique”, et d’un autre, Quine doit préciser le statut qu’il accorde à cette partie de la science, pour expliquer en quel sens les vérités logiques, tout en étant des vérités “comme les autres” s’imposent à nous par leur évidence. C’est ainsi qu’on retrouve dans ce livre les grands thèmes de la philosophie quinienne, qu’il s’agisse du rejet des concepts intensionnels ou de l’utilisation philosophique de la situation de traduction» (Introd. p. VII-VIII). – 1. Signification et vérité: – 2. Grammaire; – 3. Vérité; – 4. Vérité logique; – 5. Étendue de la logique; – 6. Logiques déviationnistes; – 7. Sur quoi repose la vérité logique. M.-M. V.

     

    ARTICLE

    La terminologie en grammaire : disparate et pesanteurs

    • Pages : 257 à 263
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

     

    ARTICLE

    L’analyse de la forme logique des propositions en grammaire universelle

    • Pages : 295 à 326
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    1, Principes généraux de la logique de la quantification; 2, La langue-objet idéale; 3, La sémantique formelle; 4, Un système axiomatique; 5, Lois valides.

     

    ARTICLE

    Règles, déduction, grammaire et langage

    • Pages : 279 à 297
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Cet article porte sur la participation de la langue à la preuve logique : la langue agit pour formuler les énoncés et l’agencement des énoncés d’une preuve. – Introduction; – i. Règle, déduction et preuve; – Propriétés des systèmes déductifs; – 3. Langage, règles et déduction grammaticale.

     

    ARTICLE

    Une pragmatique

    • Pages : 13 à 42
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Les actes d’application des mots recoivent un éclaircissement remarquable par les catégories épistémiques que Granger propose, dans la mesure où on les voit comme des actes d’un travail de production d’œuvres, tout en écartant la dimension thérapeutique et éthique qu’ils portent chez Wittgenstein. Ces catégories peuvent aider à mieux comprendre et à développer les résultats de la pratique thérapeute du point de vue transcendantal, dans la direction de ce que l’auteur appelle ici une pragmatique philosophique.

     

    ARTICLE

    Philosophie de la linguistique

    • Pages : 572 à 642
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    •  
    •  
    • Date de création : 29-11-2011
    • Dernière mise à jour : 02-03-2015

    Résumé :

    Français

    Après avoir rappelé dans une première partie introductive un certain nombre de distinctions conceptuelles destinées à délimiter l'objet général de la linguistique et les sous-disciplines qui la constituent (phonologie, morphologie, syntaxe, sémantique, pragmatique), l'auteur présente un aperçu historique de son évolution au XXe siècle, de la méthodologie structurale (Saussure) à l'approche générative (Chomsky). La troisième partie, méthodologique, est consacrée à « la discussion épistémologique des aspects relatifs à la description, à l'explication et à la prédiction en linguistique. » (p. 601) Elle conduit l'auteur à s'interroger sur statut de la notion de grammaire universelle et à poser la question de l'existence d'un universel linguistique, c'est-à-dire de catégories invariantes structurant les langues par-delà leur diversité.

    F. F.

     

    MONOGRAPHIE

    La Philosophie mathématique de Bertrand Russell

    • Année : 1993
    • Éditeur : Vrin
    • Pages : 509
    • Collection : Mathesis
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Originale
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 978-2-7116-1141-6
    •  
    • Date de création : 19-10-2012
    • Dernière mise à jour : 03-03-2015

    Résumé :

    Français

    [Texte remanié de : Thèse de doctorat, sous la direction de Francis Jacques : Philosophie : 4 vol. : Paris : 1987 : 919 p.]. – Telle que l'entend Bertrand Russell, la « philosophie des mathématiques » désigne l'effort d'explication des principes logiques sur lesquels reposent les mathématiques. Cette étude porte sur l’ensemble de l’œuvre logico-mathématique de Russell, depuis les  Principles of Mathematics (1903) jusqu’aux  trois volumes des Principia Mathematica (1910, 1912, 1913) en passant par l'article « On Denoting » (1905). Elle reconstitue la genèse de la pensée et du raisonnement qui conduit Russell à établir la réduction logiciste des concepts et propositions mathématiques. - Annexes, pp. 459-468 ; Bibliographie, pp. 469-491 ; Index des noms, pp. 492-494 ; Index des concepts, pp. 495-504 ; Table des matières, pp. 504-509.

    F. F.

     

    ARTICLE

    Les lois de la nature sont-elles des conventions ?

    • Pages : 527 à 548
    •  
    • Support : Document imprimé
    •  
    •  
    • Date de création : 23-04-2013
    • Dernière mise à jour : 03-03-2015

    Résumé :

    Français

    [Moritz Schlick : « Sind die Naturgesetze Konventionem ? », Actes du congrès de Philosophie scientifique (Sorbonne, Paris, 1935), Paris, Hermann, 1936, fascicule 4, « Induction et probabilité », pp. 8-17. Repris in Schlick, Gesammelte Aufsätze, Vienne, Gerold, 1938 ; Hildesheim, Olms, 1969]. – Ce texte présenté et traduit de l'allemand par Céline Vautrin, publié avec l'autorisation de Mr. G. M. H. van de Velde, de Mme E. B. B. van der Wolk-van de Velde et de la Fondation du Cercle de Vienne à Amsterdam, est issu d'une des deux contributions que Schlick a présenté lors du premier congrès international pour l'Unité de la science à Paris en 1935. En établissant la distinction entre propositions (simples signes sensibles) et énoncés (propositions douées de sens), Schlick fournit un critère de démarcation entre les sciences formelles (dont les principes sont des conventions) et sciences empiriques (qui énoncent quelque chose sur le monde). Car selon lui, il est nécessaire de concevoir le langage comme quelque chose de lié au réel qu'il décrit (cf. chapitre 8) par une grammaire. Par « loi de la nature », il ne faut donc pas entendre une formulation vide de contenu (proposition), mais une formulation en tant qu'elle a un contenu vers lequel nous dirige son sens (énoncé). Le conventionnel réside donc dans la grammaire de la langue dans laquelle s'expriment les lois de nature (énoncés de la physique), non dans le contenu de ces lois. Ce que critique Schlick dans ce texte, c'est donc la confusion opérée par Carnap et les conventionnalistes (Eddington en particulier) entre les propositions et les énoncés ; confusion qui les conduit à ne pas considérer le caractère empirique des lois de la nature et l'invariance de ces dernières relativement à toute forme arbitraire d'expression dans lesquelles elles sont énoncées.

    F. F.

     

    ARTICLE

    Quel objet pour la linguistique ?

    Un cas de décision méthodologique

    • Pages : 101 à 108
    •  
    • Support : Document imprimé
    •  
    •  
    • Date de création : 04-04-2017
    • Dernière mise à jour : 04-04-2017

    Résumé :

    Français

    Noam Chomsky a proposé d’étudier le langage dans l’esprit ou le cerveau du locuteur, afin de découvrir une réalité mentale sous-jacente, la compétence, décrite par la grammaire. Chomsky a-t-il raison d’inclure ainsi la linguistique dans la psychologie ? L’auteure distingue et clarifie trois types d’arguments avancés dans le débat, portant sur le naturalisme méthodologique, le statut de l’abstraction et la distinction de niveaux de descriptions. T. B.-K.

     
    ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ