Comment
ça
marche ?

Accueil
Recherche avancée

1. Comment effectuer une recherche ?

      1.1. Recherche avec la barre de recherche

            1.1.1. Votre requête est guidée par la suggestion des mots-clés déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion)

            1.1.2. Pour combiner des mots-clés dans une requête, plusieurs possibilités se présentent :

                    1) Opérateur ET : il doit être entré avec le symbole "&" :

                    2) Opérateur OU : il doit être entré avec le symbole "+" :

                    3) Opérateur SAUF : il doit être entré avec le symbole "-" :

      1.2. Recherche avec barre alphabétique

            1.2.1. Cliquez sur une lettre :

            1.2.2. Vous avez la possibilité de faire tourner la boule des mots-clés associés au terme choisi :

            1.2.3. Vous avez aussi la possibilité de cliquer sur un mot-clé :

            1.2.4. Une fois un mot cliqué, un widget apparaît indiquant le nombre de notices indexées par le mot-clé sélectionné :

            1.2.5. En cliquant sur le widget, vous faites apparaître la liste des références bibliographiques indexées par le mot-clé que vous avez sélectionné :

                      Vous avez la possibilité de faire défiler cette liste de références bibliographiques

            1.2.6. Après avoir cliqué sur un résultat de requête, la notice associée à la référence bibliographique sélectionnée s’affiche :

            1.2.7. Vous avez alors la possibilité de faire défiler la notice pour la consulter et lire son contenu

     

      1.3. Recherche simple

            1.3.1. Cliquez sur le bouton accueil :

            1.3.2. Vous avez la possibilité de choisir un critère parmi les critères suivants :

            1.3.3. Cliquez sur le bouton OK ou sur la touche ENTER de votre clavier pour lancer la recherche

            1.3.4. La liste des résultats s’affiche :

                     Vous avez la possibilité de faire défiler et de cliquer sur un résultat de requête

            1.3.5. Une fois que vous avez sélectionné un résultat, la notice associée à cette référence bibliographique s’affiche et vous pouvez la consulter :

            1.3.6. Pour afficher ou masquer le détail des métadonnées de la référence appuyer sur + ou sur – :

      1.4. Recherche avancée

            1.4.1. Entrez une requête dans le ou les champs souhaités

            1.4.2. Votre requête est guidée par la suggestion des termes déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion) :

            1.4.3. Pour sélectionner un item appuyez sur « + » ; pour retirer un item de la recherche appuyez sur « - »

            1.4.4. Pour combiner les termes, sélectionnez les opérateurs que vous souhaitez utiliser dans votre requête :

            1.4.5. Pour lancer votre recherche appuyez sur « Rechercher »

2. Signification des pictogrammes utilisés dans la base de données

      2.1. Un pictogramme par type de document

Monographie


Dictionnaire / Encyclopédie


Collectif


Article


Revue / Périodique


Thèse

3. Possibilités manipulatoires de la sphère

      3.1. Vous pouvez la faire tourner dans tous les sens

      3.2. Vous pouvez la zoomer et la dézoomer

      3.3. Vous pouvez cliquer sur les mots-clés qu'elle présente





Nuage de mots-clés associé à : Fonctions biologiques
    Logo SIPSPictogramme de Livres
    8
    NOTICES

    Liste des références bibliographiques indexées

    Article

    Unicité des fonctions et décomposition fonctionnelle

    Françoise LONGY

    Sous la direction de Thierry MARTIN
    Dans Le Tout et les parties dans les systèmes naturels : écologie, biologie, médecine, astronomie, physique et chimie - 2007


    Monographie

    Philosophie de la biologie : Enjeux et perspectives

    Christian SACHSE
    Éditeur : Presses polytechniques et universitaires romandes - 2011


    Article

    Le concept de fonction dans le discours psychiatrique contemporain

    Steeves DEMAZEUX
    Sous la direction de Marc SILBERSTEIN, Gérard LAMBERT

    Sous la direction de Marc SILBERSTEIN, Gérard LAMBERT
    Dans Matière Première. Revue d'épistémologie - 2010


    Article

    Fonction naturelle et fonction morale

    Jérôme RAVAT
    Sous la direction de Marc SILBERSTEIN, Gérard LAMBERT

    Sous la direction de Marc SILBERSTEIN, Gérard LAMBERT
    Dans Matière Première. Revue d'épistémologie - 2010


    Article

    Une théorie naturaliste des phénomènes moraux est-elle possible ?

    Nicolas BAUMARD
    Sous la direction de Marc SILBERSTEIN, Gérard LAMBERT

    Sous la direction de Marc SILBERSTEIN, Gérard LAMBERT
    Dans Matière Première. Revue d'épistémologie - 2010


    Article

    Théorie cellulaire et synthèse morphologique

    François DUCHESNEAU

    Sous la direction de Jean-Jacques KUPIEC, François DUCHESNEAU, Michel MORANGE
    Dans Claude Bernard. La méthode de la physiologie - 2013


    Article

    De l’action des gènes aux génomes réactifs

    Evelyn Fox KELLER

    Sous la direction de Thierry HOQUET, Francesca MERLIN
    Dans Précis de philosophie de la biologie - 2014


    Article

    Similarités ontologiques et différences épistémologiques entre physique et biologie

    Christian SACHSE

    Sous la direction de Thierry HOQUET, Francesca MERLIN
    Dans Précis de philosophie de la biologie - 2014


    ARTICLE

    Unicité des fonctions et décomposition fonctionnelle

    • Pages : 89 à 97
    •  
    •  
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Les fonctions attribuées aux parties d’un système ont-elles obligatoirement même nature que la fonction attribuée au système entier ? Nous montrons que la réponse est non, aussi bien pour les artefacts que pour les organismes vivants, dès lors qu’on adopte les théories des fonctions actuellement dominantes (sélectionniste pour les fonctions biologiques et intentionnaliste pour les fonctions d’artefact). Nous expliquons ce que l’hétérogénéité fonctionnelle impliquerait ici : au lieu de former une véritable catégorie, c’est-à-dire une catégorie ayant une réalité ontologique et une vraie valeur explicative (les deux vont ensemble), les fonctions désigneraient des propriétés se ressemblant seulement superficiellement. Nous précisons, enfin, l’alternative à laquelle cette analyse mène : ou bien les fonctions n’ont pas le statut ontologique que les théories actuelles leur prêtent, ou bien leur nature commune se situe à un niveau plus abstrait que ceux couramment pris en compte.

     

    MONOGRAPHIE

    Philosophie de la biologie

    Enjeux et perspectives

    • Pages : VIII-225
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Originale
    • Ville : Lausanne
    •  
    • ISBN : 978-2-88074-926-2
    •  
    • Date de création : 02-12-2011
    • Dernière mise à jour : 02-03-2015

    Résumé :

    Français

    L'objectif de cet ouvrage est de présenter les problèmes que soulève la théorie de l'évolution et les concepts qu'elle mobilise dans la mesure où comme l'écrit l'auteur « le caractère historique et théorique de la biologie évolutionnaire la rapproche davantage de la philosophie que d'autres disciplines biologiques » (p. 1). Après un premier chapitre historique proprement introductif rappelant les antécédents théoriques et le contexte de formation de la théorie de l'évolution (chap.1: « Darwin et la théorie de l'évolution »), l'auteur expose la notion d'évolution biologique (chap. 2 : « L'évolution biologique ») puis les concepts, mécanismes et facteurs qui permettent de l'expliquer : en particulier 1° le concept de fitness, qui désigne la capacité de survie et de reproduction d'un organisme vivant (chap. 3 : « Le concept de fitness (valeur sélective) ») ; 2° les mécanismes de la sélection naturelle et de la dérive génétique (chap. 4 : « La dérive génétique et l'adaptationnisme ») ; enfin 3° les facteurs environnementaux pertinents à l'origine de la détermination des degrés de fitness des organismes (chap. 5 : « L'environnement, la niche et les ressources »). Dès lors l'auteur est conduit à aborder la question des unités et des niveaux sur lesquels la sélection naturelle opère. La réponse à cette question (chap. 6 : « L'unité de sélection ») est formulée à travers l'analyse du phénomène biologique dit de l'altruisme - « comportement d'un individu consistant à augmenter le niveau de fitness d'autrui au dépend de son propre niveau de fitness » (p. 59) -, et l'examen des deux perspectives adoptées face au paradoxe qu'il implique : d'une part la perspective géno-centrée selon laquelle « seuls les gènes sont de véritables unités capables de se répliquer » (p. 60), d'autre part la perspective du groupe. Suit une tentative de définition du vivant à partir de trois critères qui participent de la théorie explicative de l'évolution : la réplication, la variance et l'héritabilité (chap. 7 : « La définition du vivant »). Dès lors l'auteur présente l'arbre de la vie, dans la mesure où il permet de se faire une représentation des liens unissant tous les êtres vivants au cours du temps, et donc une image globale de la théorie de l'évolution (chap. 8 : « L'arbre de la vie et les espèces biologiques »). L'objet du neuvième chapitre est de discuter deux conceptions de la fonction biologique : les conceptions étiologique et systémique (chap. 9 : « La fonction biologique »). Le chapitre 10 porte sur les modèles d'explication scientifique (nomologique-déductif, unificationniste, statistique, causal et mécaniste) et étudie leur application à plusieurs phénomènes biologiques. Ce qui conduit l'auteur au chapitre 11 à s'interroger sur les relations entre les propriétés biologiques et les propriétés physiques : les premières sont-elles réductibles aux secondes ? En effet « y a-t-il une différence ontologique entre un gène (décrit et expliqué par la génétique) et la configuration d'atomes de la séquence d'ADN qui lui correspond (décrite et expliquée par la physique)? » (p. 129) Le chapitre 12 « porte sur la réalisation multiple des types de propriétés biologiques » (p. 5). Le chapitre 13 présente la théorie neutraliste de l'évolution, selon laquelle les changements évolutionnaires au niveau moléculaire résultent de la dérive génétique, et non de la sélection naturelle. À ce moment de l'ouvrage (chap. 14 : « La réduction fonctionnelle de la biologie par des sous-concepts ») l'auteur défend une position qui lui permet d'échapper au dilemme auquel l'a conduit sa réflexion au chapitre 12 concernant la relation entre physique et biologie. Les chapitres 15 (« La génétique classique : étude de cas de réduction ontologique ») et 16 (« La génétique classique : étude de cas de réduction épistémologique ») ont pour fonction d'illustrer la position théorique défendue par l'auteur, à travers l'exemple de la réductibilité de la génétique classique à la génétique moléculaire. – Notes ; Bibliographie, pp. 197-225.

    F. F.

     

    ARTICLE

    Le concept de fonction dans le discours psychiatrique contemporain

    • Pages : 29 à 72
    •  
    • Support : Document électronique
    • Edition : Originale
    •  
    •  
    • Date de création : 30-05-2013
    • Dernière mise à jour : 30-05-2013

    Résumé :

    Français

    Dans « Le concept de fonction dans le discours psychiatrique contemporain », Steeves Demazeux aborde la double question de la fonction en médecine psychiatrique et celle de la pertinence des catégories nosographiques en psychiatrie. La notion de fonction, éminemment problématique, est centrale en biologie, notamment en biologie de l’évolution. En psychiatrie aussi, comme l’auteur le démontre, elle ne va pas sans poser d’énormes problèmes de définition et de délimitation. Il faut d’abord la débarrasser de ses attributs téléologiques pour en faire un outil d’analyse et de compréhension dûment pertinent. Définir la fonction, c’est donc définir la dysfonction, problématiser l’une, c’est problématiser l’autre. Or, les notions de trouble psychiatrique, de fonction mentale normale et donc de maladie mentale sont redevables de ces saisies épistémologiques d’une réalité souvent mouvante, fluctuante, systémique. L’épineux et permanent problème de la démarcation entre normal et pathologique demeure et si les affirmations déjà anciennes de l’antipsychiatrie et des odes à la renonciation à l’objectivation de la maladie mentale sont bel et bien caduques, la psychiatrie, pour être au plus près de l’impératif éthique du meilleur soin et de la nécessité épistémologique de la meilleure science, semble devoir trouver un chemin permettant d’éviter de tomber de Charybde (de la subjectivité absolue de la maladie mentale) en Scylla (de la déshumanisation de la maladie mentale). L’article produit un examen critique des propositions des principaux acteurs de ce débat, et conclut que « peut-être le mieux est-il de renoncer tout bonnement à la perspective de fixer un critère biologique général et définitif du normal et du pathologique valable pour l’ensemble des troubles mentaux ». - Bibliographie, pp. 70-71 ; Notice biographique, p. 72.

     

    ARTICLE

    Fonction naturelle et fonction morale

    • Pages : 221 à 239
    •  
    • Support : Document électronique
    • Edition : Originale
    •  
    •  
    • Date de création : 30-05-2013
    • Dernière mise à jour : 30-05-2013

    Résumé :

    Français

    Cet article questionne la philosophie morale dans ses rapports avec la biologie de l’évolution, les sciences cognitives et la psychologie. - Bibliographie, pp. 238-239 ; Notice biographique, p. 239.

     

    ARTICLE

    Une théorie naturaliste des phénomènes moraux est-elle possible ?

    • Pages : 241 à 284
    •  
    • Support : Document électronique
    • Edition : Originale
    •  
    •  
    • Date de création : 30-05-2013
    • Dernière mise à jour : 30-05-2013

    Résumé :

    Français

    Cet article questionne la philosophie morale dans ses rapports avec la biologie de l’évolution, les sciences cognitives et la psychologie. - Bibliographie, pp. 279-284 ; Notice biographique, p. 284.

     

    ARTICLE

    Théorie cellulaire et synthèse morphologique

    • Pages : 33 à 48
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Originale
    •  
    •  
    • Date de création : 19-06-2013
    • Dernière mise à jour : 27-02-2015

    Résumé :

    Français

    Des rapports entretenus dans les années 1850 avec les diverses théories de l'école de physiologie allemande dirigée par Johannes Peter Müller jusqu'aux Leçons sur les phénomènes de la vie communs aux végétaux et aux animaux (1878), en passant par les Leçons sur les propriétés des tissus vivants (1866), cet article étudie la tension qui anime, dans la constitution de la physiologie bernardienne, l'articulation entre deux systèmes de lois : ceux déterminant respectivement les processus de formation de l'organisme (théorie cellulaire) et ses fonctions opératoires (synthèse morphologique). F. F.

     

    ARTICLE

    De l’action des gènes aux génomes réactifs

    • Pages : 37 à 47
    •  
    • Support : Document imprimé
    •  
    •  
    • Date de création : 18-12-2015
    • Dernière mise à jour : 18-12-2015

    Résumé :

    Français

    Ce chapitre vise à montrer que la naissance de la génomique a permis de contrecarrer le dogme génique, déterministe et unidirectionnel, et de comprendre le génome comme une entité dynamique et plastique en perpétuel dialogue avec l’environnement. – Cet article, traduit en français par Thierry Hoquet, a d’abord paru dans un numéro du Journal of Physiology en 2014.

    F. F.

     

    ARTICLE

    Similarités ontologiques et différences épistémologiques entre physique et biologie

    • Pages : 71 à 82
    •  
    • Support : Document imprimé
    •  
    •  
    • Date de création : 18-12-2015
    • Dernière mise à jour : 18-12-2015

    Résumé :

    Français

    Ce chapitre compare physique et biologie de deux points de vue : ontologique et épistémologique. F. F.

     
    ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ