Comment
ça
marche ?

Accueil
Recherche avancée

1. Comment effectuer une recherche ?

      1.1. Recherche avec la barre de recherche

            1.1.1. Votre requête est guidée par la suggestion des mots-clés déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion)

            1.1.2. Pour combiner des mots-clés dans une requête, plusieurs possibilités se présentent :

                    1) Opérateur ET : il doit être entré avec le symbole "&" :

                    2) Opérateur OU : il doit être entré avec le symbole "+" :

                    3) Opérateur SAUF : il doit être entré avec le symbole "-" :

      1.2. Recherche avec barre alphabétique

            1.2.1. Cliquez sur une lettre :

            1.2.2. Vous avez la possibilité de faire tourner la boule des mots-clés associés au terme choisi :

            1.2.3. Vous avez aussi la possibilité de cliquer sur un mot-clé :

            1.2.4. Une fois un mot cliqué, un widget apparaît indiquant le nombre de notices indexées par le mot-clé sélectionné :

            1.2.5. En cliquant sur le widget, vous faites apparaître la liste des références bibliographiques indexées par le mot-clé que vous avez sélectionné :

                      Vous avez la possibilité de faire défiler cette liste de références bibliographiques

            1.2.6. Après avoir cliqué sur un résultat de requête, la notice associée à la référence bibliographique sélectionnée s’affiche :

            1.2.7. Vous avez alors la possibilité de faire défiler la notice pour la consulter et lire son contenu

     

      1.3. Recherche simple

            1.3.1. Cliquez sur le bouton accueil :

            1.3.2. Vous avez la possibilité de choisir un critère parmi les critères suivants :

            1.3.3. Cliquez sur le bouton OK ou sur la touche ENTER de votre clavier pour lancer la recherche

            1.3.4. La liste des résultats s’affiche :

                     Vous avez la possibilité de faire défiler et de cliquer sur un résultat de requête

            1.3.5. Une fois que vous avez sélectionné un résultat, la notice associée à cette référence bibliographique s’affiche et vous pouvez la consulter :

            1.3.6. Pour afficher ou masquer le détail des métadonnées de la référence appuyer sur + ou sur – :

      1.4. Recherche avancée

            1.4.1. Entrez une requête dans le ou les champs souhaités

            1.4.2. Votre requête est guidée par la suggestion des termes déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion) :

            1.4.3. Pour sélectionner un item appuyez sur « + » ; pour retirer un item de la recherche appuyez sur « - »

            1.4.4. Pour combiner les termes, sélectionnez les opérateurs que vous souhaitez utiliser dans votre requête :

            1.4.5. Pour lancer votre recherche appuyez sur « Rechercher »

2. Signification des pictogrammes utilisés dans la base de données

      2.1. Un pictogramme par type de document

Monographie


Dictionnaire / Encyclopédie


Collectif


Article


Revue / Périodique


Thèse

3. Possibilités manipulatoires de la sphère

      3.1. Vous pouvez la faire tourner dans tous les sens

      3.2. Vous pouvez la zoomer et la dézoomer

      3.3. Vous pouvez cliquer sur les mots-clés qu'elle présente





Nuage de mots-clés associé à : Dialectique
    Logo SIPSPictogramme de Livres
    17
    NOTICES

    Liste des références bibliographiques indexées

    Monographie

    Les Raisons de la fiction : les philosophes et les mathématiques

    Jean-Pierre CLÉRO
    Éditeur : Armand Colin - 2004


    Collectif

    Émergence, complexité et dialectique : sur les systèmes dynamiques non linéaires

    Sous la direction de Lucien SÈVE, Janine GUESPIN-MICHEL
    Éditeur : Odile Jacob - 2005


    Article

    De quelle culture logico-philosophique la pensée du non-linéaire a-t-elle besoin ?

    Lucien SÈVE

    Sous la direction de Lucien SÈVE, Janine GUESPIN-MICHEL
    Dans Émergence, complexité et dialectique : sur les systèmes dynamiques non linéaires - 2005


    Article

    La partie et le tout dans les structures de la matière ou dialectique de l’émergence statique

    José GAYOSO

    Sous la direction de Lucien SÈVE, Janine GUESPIN-MICHEL
    Dans Émergence, complexité et dialectique : sur les systèmes dynamiques non linéaires - 2005


    Article

    Réseaux de régulation, boucles de rétroaction et dialectique

    Janine GUESPIN-MICHEL

    Sous la direction de Lucien SÈVE, Janine GUESPIN-MICHEL
    Dans Émergence, complexité et dialectique : sur les systèmes dynamiques non linéaires - 2005


    Article

    J’ai fait un modèle ...

    Philippe GASCUEL

    Sous la direction de Lucien SÈVE, Janine GUESPIN-MICHEL
    Dans Émergence, complexité et dialectique : sur les systèmes dynamiques non linéaires - 2005


    Article

    Dialectique et mathématiques chez Nicolas de Cues (1401-1464)

    Jean-Michel COUNET

    Sous la direction de Michel CAZENAVE
    Dans De la science à la philosophie : y a-t-il une unité de la connaissance ? - 2005


    Article

    Présence de Ferdinand Gonseth dans la pensée de Gaston Bachelard

    Carlo VINTI

    Sous la direction de Éric BRIAN
    Dans Revue de Synthèse - 2005


    Article

    La dialectique de l’objectivité et du sens

    Jacques HARTHONG

    Sous la direction de Miguel ESPINOZA
    Dans De la science à la philosophie. Hommage à Jean Largeault - 2001


    Article

    Logique et dialectique

    Léo APOSTEL

    Sous la direction de Jean PIAGET
    Dans Logique et connaissance scientifique - 1967


    Article

    Biologie, théories du développement et dialectique

    Czeslaw NOWINSKI

    Sous la direction de Jean PIAGET
    Dans Logique et connaissance scientifique - 1967


    Article

    La dialectique de la nature contre le matérialisme ?

    Denis COLLIN

    Sous la direction de François ATHANÉ, Édouard MACHERY, Marc SILBERSTEIN
    Dans Matière première. Revue d’épistémologie et d’études matérialistes - 2006


    Article

    Platon et l’invention de la science

    Jean-Baptiste GOURINAT

    Sous la direction de Pierre WAGNER
    Dans Les Philosophes et la science - 2002


    Article

    Mathématiques et rationalité dans l’œuvre de Jean Cavaillès

    Gilles-Gaston GRANGER

    Sous la direction de Michel BITBOL, Jean GAYON
    Dans L’Épistémologie française, 1830-1970 - 2006


    Article

    “La montée vers l’absolu” : la lecture de Descartes par Albert Lautman. Essai sur les notions de structure et d’existence en mathématiques, Première partie, Chapitre III

    Olivia CHEVALIER

    Sous la direction de Bruno CANY
    Dans Cahiers critiques de la philosophie - 2007


    Monographie

    Bachelard

    Vincent BONTEMS
    Éditeur : Les Belles Lettres - 2010


    Monographie

    Cavaillès

    Hourya SINACEUR
    Éditeur : Les Belles Lettres - 2013


    MONOGRAPHIE

    Les Raisons de la fiction : les philosophes et les mathématiques

    • Pages : 640
    • Collection : Collection U. Philosophie
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-200-26165-9
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 17-10-2015

    Résumé :

    Français

    Cet imposant ouvrage est divisé en trois parties. «Essai de dialectique» (I) présente, après un rappel des antagonismes philosophiques sur les mathématiques, les doctrines de quelques philosophes qui ont su exprimer le jeu dialectique des mathématiciens envers ces principes : Platon (contrairement aux apparences), Aristote, Sextus Empiricus, Pascal, Bentham surtout. Il cherche à montrer de la sorte que c’est la théorie des fictions de ce dernier, rapportée à un pragmatisme fin et à un rejet de la théorie de la connaissance entendue comme reflet, qui rend le mieux compte du statut ontologique des objets mathématiques. «S’instruire philosophiquement des mathématiques» (II) développe une approche inversée de la thèse de l’auteur : l’étude de quelques événements mathématiques majeurs conduit à la nécessité d’en appeler à nouveau à la théorie des fictions de Bentham, au pragmatisme fin et à l’usage dialectique des principes philosophiques. Quant à la dernière partie, «Pour une théorie des fictions en mathématiques» (III), elle tente de montrer comment l’étude des événements mathématiques fournit à son tour des concepts, ou plutôt des schèmes, organisateurs de la pensée philosophique. Cette partie dégage enfin le thème, esquissé durant toute l’œuvre, que les mathématiques, et toute la pensée théorique, ont à voir avec le corps et les passions. Ce qui représente l’autre face de la théorie de Bentham, l’auteur s’inspirant pour sa part de la psychanalyse. – Si la première partie fournit ainsi plus particulièrement une relecture pragmatiste de l’histoire de la philosophie, avec Bentham comme point fixe, toutes permettent de côtoyer l’histoire d’événements mathématiques : naissance des probabilités (partie I), formalisation de la mesure, de l’espace, du temps, banalisation des nombres complexes (partie II), création de la machine arithmétique (partie III), par exemple. L’auteur se montre très critique envers les philosophes des sciences, historiens et épistémologues. Est-ce ce qui le conduit à passer sous silence les approches similaires, mais orientées vers le rationalisme, de ses thèses : Bachelard ou Gonseth, et surtout à ignorer totalement l’œuvre épistémologique de Piaget ?. – Bibliogr. ; Glossaire ; Index. M.-M. V.

     

    COLLECTIF

    Émergence, complexité et dialectique : sur les systèmes dynamiques non linéaires

    • Pages : 297
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-7381-1626-4
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 21-10-2015

    Résumé :

    Français

    Issu d’un travail collectif entre des scientifiques et un philosophe, cet ouvrage entend prendre pour cible le cœur même de la complexité : la dynamique des systèmes non linéaires, où les rapports se font paradoxalement contradictoires entre tout et partie, cause et effet, déterminisme et imprédictibilité. À travers des concepts aujourd’hui en plein débat, tels que chaos, émergence, auto-organisation, complexité, se révèle une dimension fondamentale du réel tout entier. Mais l’ambition est d’aller plus avant et de pousser la réflexion sur le sens philosophique de ces paradoxes scientifiques, en convoquant ce grand absent de la culture logique contemporaine, à savoir la dialectique, ici exposée et mise en œuvre dans son ampleur sous des formes foncièrement repensées et mises à jour. Le débat est alors ouvert, qui interroge le possible d’une nouvelle révolution paradigmatique : la dialectique pour penser la non-linéarité, le complexe pensé dialectiquement. – L’Introduction (Janine Guespin-Michel et Camille Ripoll) présente les «Systèmes dynamiques non linéaires, une approche de la complexité et de l’émergence» et met en lumière les problèmes philosophiques que soulèvent les nouvelles disciplines s’articulant autour de cette notion. «De quelle culture logico-philosophique la pensée du non-linéaire a-t-elle besoin ?» : Lucien Sève tente une réponse à cette question en montrant que les problèmes rencontrés recouvrent des paradoxes et que la catégorie de contradiction dialectique permet de les surmonter de manière logico-philosophique. Suivent «Six contributions, pour ne pas conclure» : – Camille Ripoll, «Systèmes dynamiques non-linéaires et concept d’émergence» ; – José Gayoso, «La partie et le tout dans les structures de la matière ou dialectique de l’émergence statique» ; – Janine Guespin-Michel, «Réseaux de régulation, boucles de rétroaction et dialectique» ; – Roland Charlionet, «L’indéterminisme, une des propriétés fondamentales de la réalité matérielle» ; – Philippe Gascuel, «J’ai fait un modèle … » ; – François Gaudin, «Y a-t-il de la non-linéarité en sémantique ?». – Notes ; Références. M.-M. V.

     

    ARTICLE

    De quelle culture logico-philosophique la pensée du non-linéaire a-t-elle besoin ?

    • Pages : 49 à 210
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    1. Paradoxes éliminables et paradoxes irréductibles du non-linéaire; 2. Quelques éclaircissements sur la dialectique; 3. Penser dialectiquement les paradoxes du non-linéaire.

     

    ARTICLE

    La partie et le tout dans les structures de la matière ou dialectique de l’émergence statique

    • Pages : 229 à 242
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    1. La partie et le tout : simplicité trompeuse; 2. Dialectique de l’émergence statique dans la structure moléculaire; 3. Structure moléculaire et dialectique des niveaux; 4. Les mécanismes comme théories de l’émergence statique; 5. Quelques mots pour prendre congé.

     

    ARTICLE

    Réseaux de régulation, boucles de rétroaction et dialectique

    • Pages : 243 à 253
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    1. Les nouveaux enjeux de la biologie à haut débit; 2. Les réticences des biologistes; 3. L’utilité de la dialectique comme logique de la “non-linéarité”.

     

    ARTICLE

    J’ai fait un modèle ...

    • Pages : 265 à 277
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Mots-clés :

    Résumé :

    Français

    1. La culture dialectique et mon modèle; 2. Des pistes pour aller plus loin; 3. Rêvons un peu pour terminer.

     

    ARTICLE

    Dialectique et mathématiques chez Nicolas de Cues (1401-1464)

    • Pages : 449 à 469
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 05-06-2011

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Présence de Ferdinand Gonseth dans la pensée de Gaston Bachelard

    • Pages : 391 à 415
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Le but de cet article est d’analyser l’influence de la réflexion épistémologique et philosophique de Ferdinand Gonseth dans la pensée de Gaston Bachelard à deux niveaux différents : d’une part, au niveau des citations directes des textes et des notions gonséthiennes par Bachelard et, d’autre part, au niveau de l’accord entre les deux pensées sur des thèses centrales – accord qui fait soupçonner une influence de Gonseth sur Bachelard ou une identité de leurs points de vue. On conclut en rappelant la notion de «subjectivité quelconque» suggérée à Bachelard par l’idée gonséthienne de «logique comme physique de l’objet quelconque» et en cherchant à saisir les différences entre la notion bachelardienne de «sujet quelconque» et l’homo phenomenologicus de Gonseth. On peut définir les épistémologies de Bachelard et de Gonseth comme deux phénoménologies de l’homme de science : c’est la caractéristique fondamentale qui les unit.

     

    ARTICLE

    La dialectique de l’objectivité et du sens

    • Pages : 79 à 102
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Logique et dialectique

    • Pages : 357 à 374
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Mots-clés :

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Biologie, théories du développement et dialectique

    • Pages : 862 à 892
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

     

    ARTICLE

    La dialectique de la nature contre le matérialisme ?

    • Pages : 157 à 180
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

     

    ARTICLE

    Platon et l’invention de la science

    • Pages : 69 à 109
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Le modèle mathématique de la science et la réminiscence; Mathématiques et dialectique; Les apories de la science; Le platonisme des mathématiques.

     

    ARTICLE

    Mathématiques et rationalité dans l’œuvre de Jean Cavaillès

    • Pages : 323 à 331
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Cet article esquisse le contenu et la portée de la contribution de Cavaillès au problème fondamental du sens de la rationalité en mathématiques, «en prenant également en considération les esquisses qu’il a fournies pour une interprétation plus générale que son destin tragique l’empêcha probablement de développer». – Contexte philosophique; – Mathématiques et rationalité; – Forme et contenu; – Histoire et dialectique; – Conscience et concept.

     

    ARTICLE

    “La montée vers l’absolu” : la lecture de Descartes par Albert Lautman. Essai sur les notions de structure et d’existence en mathématiques, Première partie, Chapitre III

    • Pages : 45 à 54
    •  
    •  
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 04-01-2011

    Résumé :

    Français

    Cet article traite de la transposition d’un outil philosophique vers le champ mathématique, démarche philosophique développée au XVIIe siècle par Descartes, et que l’on retrouve, plus de deux siècles après, à la fin du XIXe siècle, dans le domaine mathématique, au sein du développement de certaines théories algébriques. C’est ce point que traite Lautman dans le chapitre III de la 1ère partie de sa thèse principale pour le Doctorat, Essai sur les notions de structure et d’existence en mathématiques, qui s’intitule «La montée vers l’absolu». – Les idées dialectiques; – La démarche dialectique de la métaphysique cartésienne; – La théorie de Galois; – Conclusion.

     

    MONOGRAPHIE

    Bachelard

    • Pages : 244
    • Collection : Figures du savoir
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Originale
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 978-2-251-76068-1
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 25-04-2013
    • Dernière mise à jour : 01-06-2021

    Résumé :

    Français

    La thèse de cet ouvrage est que l'unité de l'oeuvre de Gaston Bachelard (1884-1962) réside dans une conception dynamique de l'esprit. L'esprit est en effet soumis à une double tendance, suivant deux axes contraires mais cependant complémentaires : ceux du progrès de la connaissance (dynamique rationnelle) et de la divagation poétique (dynamique imaginative). La raison scientifique et l'imagination poétique conduisent ainsi à opérer des inductions au sens bachelardien, c'est-à-dire à inférer « une force à partir du mouvement d'un concept ou d'une image, et d'en mesurer les effets induits dans notre esprit. » (p. 23) Cette conception dynamique de l'esprit est inséparable d'une pensée de la transmission, c'est-à-dire de l'apprentissage (dynamique de l'esprit enseigné) et de l'enseignement (dynamique de l'esprit enseignant). Dans un premier temps, l'auteur étudie la conception bachelardienne du progrès de la science (I. Une épistémologie transhistorique) puis sa conception des rapports entre science et philosophie (II. La relativité philosophique). Le troisième chapitre porte sur les études bachelardiennes de l'imagination littéraire (III. Au rythme des nuits). L'ouvrage se termine par l'esquisse d'une généalogie du bachelardisme (IV. Le Bachelardisme). Par la richesse de l'appareil critique qu'il contient, cet ouvrage constitue un excellent instrument d'orientation et un remarquable outil de navigation dans le corpus bachelardien et la philosophie des sciences de la première moitié du 20e siècle. – Repères chronologiques sur la vie et l'oeuvre de Gaston Bachelard, pp. 9-20 ; Index des noms propres, pp. 215-216 ; Index des notions, pp. 217-218 ; Glossaire, pp. 219-224 ; Notices biographiques d'auteurs philosophes et savants, pp. 225-230 ; Bibliographie, pp. 231-242 ; Table des matières, pp. 243-244.

    F. F.

     

    MONOGRAPHIE

    Cavaillès

    • Pages : 270
    • Collection : Figures du savoir
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Originale
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 978-2-251-76075-9
    • URL : Lien externe
    •  
    • Date de création : 27-02-2014
    • Dernière mise à jour : 08-05-2021

    Résumé :

    Français

    Comment, en général, la connaissance procède-t-elle ? Comment progresse-t-elle ? Plus particulièrement, quelles sont les conditions effectives de la pratique et du devenir des mathématiques ? Comment peut-on penser l’unité 1° de la nécessité interne de l’engendrement des objets mathématiques et 2° des ruptures qui scandent l’histoire des mathématiques ? Quel est dès lors le statut de la nécessité mathématique ? Quels sont ses rapports à la nécessité naturelle et à la contingence historique ? Tels sont les problèmes au cœur de la philosophie du concept de Jean Cavaillès, dont cet ouvrage dessine les linéaments et dont il dresse les sources mathématiques (Dedekind, Cantor, Hilbert, Brouwer), logiques (Frege, Russell, Carnap, Gödel, Tarski) et philosophiques (Spinoza, Kant, Hegel, Bolzano, Husserl, Brunschvicg). Après un premier chapitre biographique d’introduction, l’auteure montre l’unité profonde de l’éthique, de la mathématique et de la philosophie dans la vie et l’œuvre de Cavaillès (chapitre II), puis expose sa conception de la philosophie (chapitre III). En effet, qu’est-ce que la philosophie selon Cavaillès ? C’est une activité de compréhension effectuée par la raison (équivalente au begreifen allemand). Cette compréhension ne s’exprime ni par des descriptions (rejet de la phénoménologie) ni par des récits (rejet de l’herméneutique), mais par des constructions de connaissances rationnelles (compréhension théorique) et des opérations actives (compréhension effective). Comprendre au sens de Cavaillès, c’est comme l’écrit l’auteur « hasarder certainement », c’est-à-dire penser (dégager l’ordre des raisons) et agir (c’est-à-dire faire un pari raisonné et raisonnable dont on ne peut pas prévoir les conséquences ultimes) au sein d’un même continuum. Dès lors, H. Sinaceur expose la théorie de la raison de Cavaillès (chapitre IV), qui se révèle être un opérationnalisme (pas au sens de P. W. Bridgman ; cf. Hasok Chang, ‘Operationalism’, in Stanford Encyclopedia of Philosophy, July 2009). Car le rationnel n’est pas entièrement réductible au logique : il implique aussi une dimension active et procédurale. Dans l’activité mathématique, le rationnel est en effet une mise en œuvre de relations, de fonctions, d’opérations, de combinaisons, au sein d’une dialectique objective, qui est celle du concept. La thèse sous-jacente à la théorie de Cavaillès peut alors se formuler ainsi : la connaissance mathématique est une expérience, et l’expérience véritable est une connaissance. Autrement dit, la connaissance mathématique est un type d’individuation. Cette individuation est conditionnée par une exigence, qui est l’expression d’une nécessité inhérente à une situation (problème) qui appelle une action (résolution). L’action effectuée est ce qui transforme l’exigence en nécessité par la production d’une démonstration, qui permet – dans le cas des mathématiques – l’adjonction d’un résultat nouveau (théorème) à des résultats anciens (savoirs théoriques sédimentés et historiquement stabilisés). Cette individuation opère dans des signes, qui constituent la matière mathématique. Cette matière faite de signes, à la fois abstraite et effective, est la réalité objective au fondement de l’intuition symbolique donatrice de l’expérience mathématique en tant que telle. Cela conduit Cavaillès à formuler une critique radicale : 1° des logiques transcendantales kantienne et husserlienne, plus particulièrement du statut constituant de la conscience dans la phénoménologie de Husserl (chapitre V) ; 2° de l’idéalisme historique de Hegel et Brunschvicg (chapitre VI). À l’histoire-récit (Historie), il substitue ainsi ce que Lucien Febvre appellera une « histoire-problème » (voir Lucien Febvre, « Sur une forme d’histoire qui n’est pas la nôtre », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 3e année, n° 1, janvier-mars 1948, pp. 21-24 ; repris dans Combats pour l’Histoire, Paris, Armand Colin, 1952-1953). Le chapitre VII expose la philosophie des mathématiques de Cavaillès en tant que telle, soit sa conception des objets mathématiques : objets de pensée (concepts) corrélatifs à des opérations qui ne dépendent pas de l’initiative d’un sujet, mais de l’objectivité de situations problématiques. Cela conduit l’auteure à exposer la philosophie du concept de Cavaillès, soit la pensée du versant objectif de l’activité mathématique concrète (chapitre VIII). Un dernier chapitre étudie l’impact de cette philosophie dans la philosophie française du XXe siècle. – Abréviations, pp. 15-16 ; Conclusion, pp. 215-221 ; Bibliographie, pp. 223-234 ; Glossaire, pp. 235-252 ; Index nominum, pp. 253-256 ; Index rerum, pp. 257-268 ; Table des matières, pp. 269-270.

    F. F.

     
    ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ