Comment
ça
marche ?

Accueil
Recherche avancée

1. Comment effectuer une recherche ?

      1.1. Recherche avec la barre de recherche

            1.1.1. Votre requête est guidée par la suggestion des mots-clés déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion)

            1.1.2. Pour combiner des mots-clés dans une requête, plusieurs possibilités se présentent :

                    1) Opérateur ET : il doit être entré avec le symbole "&" :

                    2) Opérateur OU : il doit être entré avec le symbole "+" :

                    3) Opérateur SAUF : il doit être entré avec le symbole "-" :

      1.2. Recherche avec barre alphabétique

            1.2.1. Cliquez sur une lettre :

            1.2.2. Vous avez la possibilité de faire tourner la boule des mots-clés associés au terme choisi :

            1.2.3. Vous avez aussi la possibilité de cliquer sur un mot-clé :

            1.2.4. Une fois un mot cliqué, un widget apparaît indiquant le nombre de notices indexées par le mot-clé sélectionné :

            1.2.5. En cliquant sur le widget, vous faites apparaître la liste des références bibliographiques indexées par le mot-clé que vous avez sélectionné :

                      Vous avez la possibilité de faire défiler cette liste de références bibliographiques

            1.2.6. Après avoir cliqué sur un résultat de requête, la notice associée à la référence bibliographique sélectionnée s’affiche :

            1.2.7. Vous avez alors la possibilité de faire défiler la notice pour la consulter et lire son contenu

     

      1.3. Recherche simple

            1.3.1. Cliquez sur le bouton accueil :

            1.3.2. Vous avez la possibilité de choisir un critère parmi les critères suivants :

            1.3.3. Cliquez sur le bouton OK ou sur la touche ENTER de votre clavier pour lancer la recherche

            1.3.4. La liste des résultats s’affiche :

                     Vous avez la possibilité de faire défiler et de cliquer sur un résultat de requête

            1.3.5. Une fois que vous avez sélectionné un résultat, la notice associée à cette référence bibliographique s’affiche et vous pouvez la consulter :

            1.3.6. Pour afficher ou masquer le détail des métadonnées de la référence appuyer sur + ou sur – :

      1.4. Recherche avancée

            1.4.1. Entrez une requête dans le ou les champs souhaités

            1.4.2. Votre requête est guidée par la suggestion des termes déjà enregistrés dans la base de données (auto-complétion) :

            1.4.3. Pour sélectionner un item appuyez sur « + » ; pour retirer un item de la recherche appuyez sur « - »

            1.4.4. Pour combiner les termes, sélectionnez les opérateurs que vous souhaitez utiliser dans votre requête :

            1.4.5. Pour lancer votre recherche appuyez sur « Rechercher »

2. Signification des pictogrammes utilisés dans la base de données

      2.1. Un pictogramme par type de document

Monographie


Dictionnaire / Encyclopédie


Collectif


Article


Revue / Périodique


Thèse

3. Possibilités manipulatoires de la sphère

      3.1. Vous pouvez la faire tourner dans tous les sens

      3.2. Vous pouvez la zoomer et la dézoomer

      3.3. Vous pouvez cliquer sur les mots-clés qu'elle présente





Nuage de mots-clés associé à : Computationnalisme
    Logo SIPSPictogramme de Livres
    3
    NOTICES

    Liste des références bibliographiques indexées

    Monographie

    Les Notions de métaphore et d’analogie dans les épistémologies des modèles et des simulations

    Franck VARENNE
    Éditeur : Pétra - 2006


    Article

    Philosophie des sciences cognitives

    Daniel ANDLER

    Sous la direction de Anouk BARBEROUSSE, Denis BONNAY, Mikaël COZIC
    Dans Précis de philosophie des sciences - 2011


    Thèse

    Représentationnalisme classique et représentationnalisme cognitif : essai d'épistémologie fonctionnelle des sciences cognitives : Thèse de doctorat : Philosophie : Université Michel de Montaigne – Bordeaux III : 2007, sous la direction de Jean Terrel

    Cédric BRUN
    Éditeur : - 2007


    MONOGRAPHIE

    Les Notions de métaphore et d’analogie dans les épistémologies des modèles et des simulations

    • Année : 2006
    • Éditeur : Pétra
    • Pages : 97
    • Collection : Acta stoïca
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    • Ville : Paris
    •  
    • ISBN : 2-84743-009-1
    •  
    • Date de création : 04-01-2011
    • Dernière mise à jour : 27-10-2015

    Résumé :

    Français

    La collection «Acta stoïca» est dédiée à la publication des textes émanant de STOÏCA, équipe de recherche en sciences humaines et sociales de l’INSA (Institut National des Sciences Appliquées) de Lyon. Son objectif, pluridisciplinaire, est de penser l’usage des théories, des modèles, des concepts, de leur organisation et de leur récit dans le cadre des modifications de la cartographie des savoirs résultant des sciences de l’ingénieur et des méthodes de conception. – Après l’Introduction d’A.-F. Schmid sur «La situation de l’épistémologie, la question des modèles et de la simulation», on trouve la communication de Franck Varenne, «Les notions de métaphore et d’analogie dans les épistémologies des modèles et des simulations». Les épistémologues commencent à s’intéresser à la modélisation dans les sciences dès le début des années 1960. Les figures de style que sont la métaphore et l’analogie ont été souvent employées pour décrire la fonction des modèles. Aujourd’hui, l’instrument d’investigation qu’est le modèle ne donne plus toujours lieu à ce genre de rapprochement direct avec les pratiques linguistiques. Pourtant, les interprétations pragmatistes les plus contemporaines ne semblent pas assez adaptées pour faire comprendre précisément les simulations informatiques, les multi-modèles et leurs fonctions quasi-empiriques. Pour concevoir ces nouvelles fonctions propres aux modèles de simulation, l’auteur propose notamment l’idée d’un «computationalisme» qui viendrait s’adjoindre aux deux postures scientifiques («rationalisme» et «matérialisme») que Bachelard avait conçues dans un rapport originellement dialectique. La fréquente métaphore de la «métaphore» ne paraît plus généralisable lorsqu’il s’agit de concevoir les modèles actuels, dès lors qu’elle repose sur une vision linguistique souvent réductrice. – La conférence est suivie de la retranscription de la «Discussion» qu’elle a suscitée entre diverses personnalités extérieures : Roger Balsollier, Pierre Crépel, Jean-Claude Dumoncel, Michel Faucheux, Jean-Marie Legay, Marcel Miramond, Philippe-Marie Morel. M.-M. V.

     

    ARTICLE

    Philosophie des sciences cognitives

    • Pages : 519 à 571
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Edition : Original
    •  
    •  
    • Date de création : 29-11-2011
    • Dernière mise à jour : 02-03-2015

    Résumé :

    Français

    L'auteur part de la problématique de Gall, qui formula pour la première fois un programme de recherche dans lequel s'inscrivent encore une grande partie des sciences cognitives contemporaines. Elle lui permet dans une première grande partie de présenter la « version » contemporaine d'une théorie des facultés de l'esprit : la conception modulariste de l'architecture fonctionnelle de l'esprit théorisée par J. Fodor, une théorie qui propose un certain nombre de réponses aux questions posées par la théorie de Gall. Dès lors, sont successivement abordés l'opposition au projet de l'intelligence artificielle (IA) et les arguments avancés par Fodor contre le modèle de la machine de Turing hérités des fondateurs de la conception moderne du développement cognitif (réflexion sur l'innéité), l'idée de « bases neurales », l'hypothèse de la modularité massive, et enfin la perspective évolutionniste en sciences cognitives. La seconde partie affronte le problème philosophique du fondement des sciences cognitives dans le contexte théorique au sein duquel elles ont pris naissance : le fonctionnalisme, « une forme de structuralisme appliqué aux entités mentales » (p. 544) qui vise à mettre au jour les lois de la pensée. Succède une présentation de la théorie computationnelle de l'esprit, puis de la diversité des modèles élaborés dans la recherche de fondements propres aux sciences cognitives (modèles classiques, connexionnistes, dynamiques).

    F. F.

     

    THÈSE

    Représentationnalisme classique et représentationnalisme cognitif : essai d'épistémologie fonctionnelle des sciences cognitives

    Thèse de doctorat : Philosophie : Université Michel de Montaigne – Bordeaux III : 2007, sous la direction de Jean Terrel

    • Année : 2007
    • Pages : 600
    • Nombre de volumes : 1
    •  
    • Support : Document imprimé
    • Ville : [s.l.]
    •  
    •  
    • Date de création : 22-10-2012
    • Dernière mise à jour : 22-10-2012

    Résumé :

    Français

    Les philosophes qui défendent le cadre épistémologique classique des sciences cognitives (au premier rang desquels J. Fodor et N. Chomsky), comme leurs adversaires (de Haugeland à Putnam) font référence à une doctrine épistémologique de l’âge classique issue de la philosophie de Descartes – et développée par Locke et Hume – faisant reposer la vie mentale sur la manipulation d’idées. Pour les philosophes cognitifs, la Théorie Computo-Représentationnelle de l’Esprit (TCRE) qui sous-tend les sciences cognitives, ne serait qu’une redécouverte de la « way of ideas » des empiristes anglais. Dans le même esprit, de nombreuses attaques formulées à l’encontre des sciences cognitives reprennent des critiques visant les formes classiques de représentationnalisme. Cette thèse examine précisément l’usage qui est fait par les philosophes cognitifs (et par leurs adversaires) de ces références aux doctrines représentationnalistes classiques, afin d’éclairer les débats actuels portant sur la TCRE. Après avoir caractérisé précisément la nature de la TCRE, les modalités rhétoriques et le contenu des références au représentationnalisme classique dans les débats autour de la TCRE, l'auteur montre que la reconstruction des thèses classiques par les représentationnalistes cognitifs et par leurs adversaires repose en fait sur une présentation imprécise des positions classiques, déterminée par des présupposés épistémologiques et métaphysiques souvent implicites. Nous mettons ensuite en évidence la richesse et la diversité des doctrines classiques afin d’identifier les leçons qui peuvent être tirées d’une relecture des représentationnalismes classiques pour les débats actuels autour de la TCRE. - Bibliographie, pp. 575-600.

    Anglais

    Philosophers of mind frequently state that cognitive science is a kind of “rediscovery” of classical theories concerning the mind and its states and processes. For instance, N. Chomsky and J. Fodor claim their positions to be closer to those of Locke and Hume than to those of Watson, Hull or Skinner. Roughly speaking, Their Representational Theory of Mind (hereafter RTM), is said to share many features with the empiricist philosophies of mind of the late seventeenth and eighteenth centuries. This dissertation produces an overview of the classical representational doctrines in order to improve the current epistemological researches on the RTM by the addition of an historical survey. Doing so, the author not only intend to participate in the movement of interdisciplinary research to build a naturalized theory of the mind but also to enrich it with a critical view of its own philosophical origins. This acute examination of the classical theories of mental representation allows us to give a better analysis of the processes, subjects, aims and difficulties which the RTM has to deal with at the moment. - References, 575-600.

     
    ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ